[PAYANT] Laboratoires biologiques en Ukraine, qui financent l’obscure société Metabiota

Dans un article précédent, nous vous parlions de Metabiota, société américaine fondée par Nathan Wolfe, un personnage lié au Forum économique mondial de Davos, au Global Virome Project, à EcoHealth, mais aussi à Jeffrey Epstein. Metabiota a été Financée, entre autre, par Hunter Biden et par l'Agence de réduction des menaces du ministère américain de la défense (DTRA), pour exploiter des laboratoires biologiques en Ukraine. Cette société a, donc, été lancé avec l’aide du fils du président américain Joe Biden via sa société d’investissement Rosemont, qu’il a fondée aux côtés du beau-fils de John Kerry en 2009. Elle est non seulement financée par diverses branches du ministère américain de la défense, mais aussi par la société de capital-risque In-Q-Tel, elle-même liée à la CIA.

Nathan Wolfe, l’élève de Davos

Le Dr Nathan Wolfe, fondateur et président de Metabiota, est un « young leader » du Forum économique mondial (WEF). Il n’est donc pas surprenant que Metabiota se soit vu décerner le prix Technology Pioneer par le WEF en 2021.

Wolfe a également fondé l’organisation à but non lucratif Global Viral et est directeur de la Global Viral Forecasting Initiative (“GVFI”).  En 2008, GVFI a reçu 5,5 millions de dollars de Google et 5,5 millions de dollars de la fondation Skoll “pour détecter les premiers signes de futures pandémies”.  “Nous voulons stopper net les virus dans leurs traces – leurs traces animales – avant qu’ils ne sautent sur les humains”, a noté le Dr Mark Smolinski, le détective des menaces de Google.org.

M. Wolfe fait partie de plusieurs comités consultatifs et éditoriaux, dont, depuis 2004, celui d’EcoHealth et, depuis 2008, celui du Defence Science Research Council (DSRC) de la DARPA. Deux agences liées aux origines du COVID et à Anthony Fauci.

Selon sa biographie, il a reçu des soutiens de recherches, totalisant plus de 20 millions de dollars en subventions et contrats de la part de Google.org, de la fondation Skoll, des NIH, de la National Science Foundation, de la fondation Bill & Melinda Gates, de la National Geographic Society, des laboratoires de recherche Merck et de diverses branches du ministère américain de la défense.

Pour le projet PREDICT de l’USAID, dont deux des principaux partenaires sont EcoHealth Alliance et Metabiota, Wolfe a été co-auteur, avec Peter Daszak d’EcoHealth, d’une étude de 2017 sur les coronavirus chez les chauves-souris. PREDICT était même un précurseur du projet plus ambitieux Global Virome Project (GVP).

Le GVP est l’un des membres fondateurs du Trinity Challenge, un défi de 10 millions de livres sterling visant à protéger le monde contre les futures pandémies, en collaboration avec des chefs d’entreprise et des universitaires du monde entier.  En 2020, Dame Sally Davis, envoyée spéciale du Royaume-Uni pour la résistance aux antimicrobiens, “était immensément fière de lancer le Trinity Challenge” avec Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui n’est autre que le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé 

Or, Edward Rubin, le directeur scientifique de Metabiota, est membre du conseil d’administration de GVP. Et c’est Rubin qui, en 2016, a participé à un forum de la Fondation Rockefeller aux côtés de Daszak pour discuter du GVP.

Wolfe a écrit un livre, en 2012, intitulé “The Viral Storm : The Dawn of a New Pandemic Age”, où il remercie ses amis, dont le pédophile décédé Jeffrey Epstein et le capital-risqueur en biotechnologie Boris Nikolic. Ce même Nikolic,   ancien conseiller scientifique de Bill Gates, a été désigné comme « exécuteur testamentaire successeur » sur le testament d’Epstein.

Wolfe a, même, été photographié en aux cotés Ghislaine Maxwell à de multiples occasions. Voir un nom de la société Metabiota, financée par la CIA et appartenant à Nathan Wolfe, associé d’Epstein/Maxwell, en couverture d’un article sur les tactiques de collecte de virus dangereux et la recherche en Chine pose question.

Metabiota, la connexion entre Hunter Biden et les Biolabs

Actuellement, l’investisseur principal de Metabiota est Pilot Growth Management. Le cofondateur et PDG de Pilot Growth est Neil Callahan, qui siège également au comité consultatif de Metabiota. M. Callahan est aussi l’ancien directeur général de Rosemont Seneca Technology Partners (RSTP). D’ailleurs, son nom apparaît plusieurs fois sur le, très médiatique, disque dur de Hunter Biden, fils du président américain Joe Biden.

Hunter Biden a cofondé Rosemont Seneca Partners en 2009 avec Christopher Heinz, beau-fils de John Kerry, l’ancien secrétaire d’État et descendant de la fortune des aliments transformés Heinz, et Devon Archer, un financier et ancien mannequin d’Abercrombie & Fitch.  En 2015, 24 investisseurs ont financé Metabiota à hauteur de 30 millions de dollars, RSTP étant le principal bailleur de fonds. 

Des courriels ont montré que Hunter Biden était en communication régulière avec les dirigeants de RSTP et avait des intérêts d’investissement dans plusieurs fonds de RSTP en 2016 et 2017, bien que son avocat ait affirmé à l’Organised Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), qu’il avait “rompu sa relation” avec RSTP.

Le financement de Metabiota par le RSTP a eu lieu pendant la période 2008-2017, lorsque Black & Veatch et le DTRA ont signé des contrats pour la construction et l’exploitation de biolabs dans divers pays. Dans le cadre de ces contrats pour des biolabs en Géorgie et en Ukraine, Metabiota, le sous-traitant de Black & Veatch, a signé un contrat fédéral de 18,4 millions de dollars.

Lors d’une réunion en 2016 à Lviv, en Ukraine, des représentants de Black & Veatch et de Metabiota ont discuté de la sécurité, de la sûreté et de la surveillance biologiques avec des représentants de l’Ukraine, de la Pologne et des États-Unis.  C’est au milieu de ces projets (clandestins ?), en 2015, que Google a financé Metabiota à hauteur d’un million de dollars et que RSTP était le principal financeur de Metabiota. En 2004, Google a racheté la société Keyhole, qui avait été financée à l’origine par IQT.

Metabiota financé par In-Q-Tel et la CIA

En 2017, Metabiota a signé des accords stratégiques avec Munich Reinsurance Company (compagnie d’assurance multinationale allemande) et In-Q-Tel Inc. (IQT).

“Metabiota fournit des capacités pour mieux comprendre le risque de maladies infectieuses grâce à la fusion de données open source et à des simulations épidémiques sophistiquées”, avait déclaré  un haut responsable d’In-Q-Tel  lorsque les groupes se sont associés.

La mission d’IQT est d’investir dans des technologies de pointe pour améliorer la sécurité nationale des États-Unis. In-Q-Tel, à l’origine appelé Peleus, est un fonds américain de capital-investissement à but non lucratif créé et géré par la Central Intelligence Agency, en 1999 en tant que “première société de capital-risque parrainée par le gouvernement”.

Il investit dans des entreprises de haute technologie pour que la CIA et d’autres agences de renseignement soient équipées des dernières technologies de l’information à l’appui des capacités de renseignement américaines.

Assez méconnu du grand public, IQT aurait soutenu certains des avènements les plus répandus de la Silicon Valley, influençant les applications Google largement utilisées et peut-être même Facebook.

Cette analyse ne fait qu’effleurer la surface des protagonistes liés aux biolabs ukrainiens. Néanmoins, elle montre l’étendue de l’implication de l’administration américaine dans le développement et la gestion de ces laboratoires biologiques en Ukraine,

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
109 Shares:
1 commentaire
  1. FRANCOIS, pape du N.O.M, selon les vœux de la Ste Vierge Marie à FATIMA vient de consacrer la Sainte Russie et l’Ukraine à la Ste Vierge Marie à qui est consacrée la France le 15 août à l’Assomption. Christ Roy des juifs, Roy de France en déplaisent MELENCHON juif de TANGER, contre ZEMMOUR juif séfarade d’Algérie dans la course à l’Elysée, avec Jean LASSALLE troisième selon un sondage en Suisse, pour quoi pas à l’Elysée si les français votent au pif pour le seul candidat,français de souches, a dit publiquement :
    “Que MACRON devait son élection à ROTHSCHILD”, kaiser du N.O.M. architecte de 99% des attentats sous fausses bannières, qui sous MACRON,HOLLANDE et MACRON, perdurent depuis la terreur de 1789 en France a guillotiné 350.000 personnes et auteur d’une Shoa sur 1/4 Nord Ouest de la France peuplée alors de 20.000.000 de sujets ,un génocide tue par MELENCHON, MACRON, LE PEN,ZEMMOUR, le Mammouth et par Anne HIDALGO, juive marrane, candidate socialiste à l’ELYSEE , a place de la Concorde, enlevé la plaque commémorative de l’assassinat de Louis XVI de ST LOUIS et la Reine Marie Antoinette, un 21 janvier et 16 octobre 1793.
    Emmanuel MACRON a été financé par ROTHSCHILD et MACKINZEY a choisi dans la gestion du COVID19 :
    Victor FABIUS, escroc fils de Laurent FABIUS, juif ashkénaze Président du Conseil Constitutionnel .Victor FABIUS, escroc blanchi par HOLLANDE, juif ashkénaze est bien pour la France, Directeur de McKinsey-France qui nous impose PFIZER qui a en Europe, un quasi monopole des fausses « vaccinations qui sont des poisons », selon feu le Dr Luc MONTAGNIER a porté plainte contre x pour crimes contre l’humanité avec plus de 400 avocats , médecins et scientifiques comme le Pr Jean-Bernard FOURTILLAN qui accuse SANOFI-PASTEUR d’avoir créé ” la COVID19 fait de mains d’orfèvres”, dixit le Dr Luc MONTAGNIER, prix NOBEL 2008 de médecine, ex salarié de PASTEUR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer