[PAYANT] -Urbi et Orbi n°7- Amis catholiques, attention à ne pas vous laisser enrôler, au nom de “Fatima”, dans le nihilisme occidental!

La crise de l'Eglise ne concerne pas seulement le camp "progressiste", ceux sur qui le pape François s'est le plus appuyé depuis le début de son pontificat. Le bouillonnement autour de "Fatima" et de la "consécration de la Russie au Coeur de Marie" a confirmé la crise du camp "conservateur". Alors que le communisme russe est tombé depuis trente ans, on trouve des réseaux actifs de catholiques pour penser qu'il s'agirait toujours de "convertir la Russie". Ce disant, ces catholiques ne voient pas combien ils sont manipulés par ceux-là mêmes qu'ils détestent. La mobilisation anti-russe est l'occasion inespérée pour les "néoconservateurs" de resserrer les rangs quelque peu distendus par la crise du COVID. Il devient urgent de démêler cet imbroglio, de dénoncer les instrumentalisations d'une piété souvent sincère et de placer en perspective les tentatives de médiation spirituelle - somme toute assez bien menées- du pape François dans la crise ukrainienne.

Fatima est-il en train de devenir pour certains catholiques un “cinquième Evangile”? 

Les événements de Fatima en 1917 sont-ils en train de devenir un “cinquième Evangile” pour certains de mes frères catholiques? J’ai déjà abordé ce sujet la semaine dernière dans cette lettre mais je ne suis pas rassuré par la mobilisation que j’observe sur les réseaux sociaux en lien avec la Consécration de l’Ukraine et de la Russie au Coeur Immaculé de Marie demain 25 mars, en la Fête de l’Annonciation. 

Tout d’abord, de quoi s’agit-il? 

Entre mai et octobre 1917, le 13 de chaque mois (sauf en août, le 19) trois enfants, Lucia, Jacinta et Francisco ont assuré avoir reçu la visite de la Vierge Marie. Son message était centré sur la paix, la conversion des cœurs et la prière, plus spécifiquement, pour la Russie. La femme resplendissante vue par les trois petits bergers leur annonça de grands malheurs pour la Russie, qui “répandrait ses erreurs sur le monde” et la nécessité de prier pour ce pays plus particulièrement. 

L’Eglise catholique pense que la Révélation de la Parole de Dieu est close avec le Livre de l’Apocalypse, dernier livre du Nouveau Testament, rédigé dans les années 50 par un membre du haut-clergé du Temple de Jérusalem, celui que les chrétiens connaissent comme Saint Jean l’Evangéliste – comme l’a magistralement prouvé Claude Tresmontant. On ne peut plus rien ajouter à la Bible. On peut la commenter, expliciter le contenu de la foi grâce à la théologie et la spiritualité. Mais la Révélation est close. 

L’Eglise a connu depuis vingt siècles de nombreux mystiques en son sein. Elle a accueilli favorablement leurs expériences dans la mesure où elles étaient retranscrites dans des termes qui puissent être confrontés (1) à l’Ecriture; (2) à l’enseignement de l’Eglise. Les apparitions présumées n’échappent pas à ce crible. Lorsque l’on dit qu’une apparition est jugée authentique par l’Eglise, cela veut dire d’abord que le contenu des messages reçus est jugé compatible avec la foi catholique. C’est le coeur de l’intervention de l’Eglise sur ces événements. Pour l’établissement des faits, par ailleurs, elle n’a pas recours à d’autres moyens que ceux de la saine raison et de l’examen scientifique. Par exemple, à Lourdes, l’Eglise se fonde sur l’expertise des médecins pour établir que des guérisons apparaissent exceptionnelles par rapport à ce que la médecine aurait attendu. 

Il est important de rappeler tout cela parce qu’apparitions et révélations privées ne sont jamais données comme un objet de foi par l’Eglise. On peut être bon chrétien, bon catholique en l’occurrence, et se soucier comme d’une guigne  de Lourdes ou de Fatima. Je ne voudrais pas choquer certains de mes frères catholiques pour qui Lourdes ou Fatima sont essentiels à leur vie spirituelle. Mais entendre des catholiques répéter depuis quelques décennies que les papes successifs, depuis Pie XII, n’ont pas effectué correctement la formule de consécration de la Russie que la Vierge a demandé par l’intermédiaire de la petite voyante Lucie devenue religieuse me paraît bien peu….catholique.  Un pape est contraint par l’Ecriture,  par l’enseignement de ses prédécesseurs et par la Tradition, par les exigences de l’unité et de la communion avec ses frères évêques, aussi; en aucun cas par une injonction, aussi belle soit-elle, venue d’une révélation privée. 

La grandeur du catholicisme, c’est sa capacité à objectiver, médiatiser la relation entre le chrétien et son Dieu. Le prêtre est essentiel. L’Eglise n’est pas que hiérarchie sacerdotale mais cette dernière est essentielle à sa régulation. Le Christ a confié à Pierre et à ses successeurs – les papes, évêques de Rome – le soin de veiller à l’unité des croyants et à l’intégrité du dépôt de la foi contenue dans la Bible et dans la Tradition (Conciles, Pères et Docteurs de l’Eglise, enseignement pontifical). Une révélation privée ne pèse que peu de choses face vingt siècles d’enseignement de l’Eglise. Et une apparition mariale n’est pas grand chose par rapport à la moindre célébration de la Messe où se manifeste, selon la foi reçue des Apôtres, la “présence réelle” du Christ sous les espèces consacrées du pain et du vin, qui deviennent, avec les paroles du Christ lors de son dernier repas, reprises par le prêtre, le Corps et le Sang du Christ. 

C’est là le dépôt essentiel de la foi pour l’Eglise – cette croyance à la “présence réelle” que les catholiques partagent avec les orthodoxes. L’Eglise n’engagera jamais sa crédibilité ni l’adhésion des baptisés à propos de révélations privées. Elle se contente, autant que de besoin, de les mettre en valeur quand elle le juge utiles. 

C’est pourquoi on est quelque peu surpris d’entendre répéter par certains croyants que les malheurs  du monde actuel viendrait de ce que les papes n’auraient pas obéi à la récitation d’une formule donnée dans une configuration donnée sur demande expresse de la Sainte Vierge à Fatima. 

Tout se passe comme si, pour certains, on avait découvert un livre supplémentaire au Nouveau Testament auquel tous devaient se soumettre, à commencer par les papes. Je n’invente rien . Il suffit de regarder le dernier bulletin de liaison du Centenaire de Fatima expliquer très sérieusement que la prière de consécration du monde, et en particulier de la Russie et de l’Ukraine, que le Pape s’apprête à prononcer n’est pas la bonne, et en proposer une autre… (Etant donné que les catholiques qui sont sur de telles positions sont souvent méfiants face au dialogue avec les protestants, on ne peut pas s’empêcher de sourire….) 

Mais au fait, pourquoi les papes se sont-ils intéressés à Fatima et s’y sont-ils souvent rendus en pèlerinage? 

Le message de Fatima appartient largement au passé

Pourquoi ces apparitions ont-elles été jugées dignes de considération par les papes depuis 1917, au point que, depuis Saint Paul VI (1963-1978), ils se sont rendus dans le sanctuaire de Notre-Dame de Fatima?

En 1917, les petits bergers avaient transmis, de la part de la femme de leurs visions, que l’on priât intensément pour la Russie. Sinon elle basculerait dans l’erreur et répandrait bien des maux sur le monde. 

Bien entendu les catholiques qui se sont intéressés à Notre Dame de Fatima ont vu dans la révolution bolchevique un gage d’authenticité des messages et beaucoup ont, des années 1920 aux années 1980, intensément prié cette Vierge de Fatima pour que la Russie abandonne le communisme. 

Les voyants des apparitions étaient trois petits enfants. Seule l’une des deux filles survécut aux années 1920 et devint religieuse, soeur Lucie. En 1940, elle insista auprès du pape Pie XII pour que l’une des demandes  consacrer le monde et plus spécifiquement la Russie au Cœur Immaculé de Marie, soit accomplie. Ce que le Pape fit en deux étapes: le 31 octobre 1940 (le monde) puis, par la lettre Sacro Vergente Anno, le 7 juillet 1952 (la Russie).  Pour un lecteur non chrétien, je rappelle ici que le “coeur” est dans la Bible, le lieu où se concentrent toutes les énergies personnelles: mémoire, intelligence, volonté, émotions. Se confier au “Coeur du Christ” ou au “Coeur de Marie”, c’est donc s’en remettre à ce lieu où se concentre toute la puissance de bénédiction chez le Christ et sa sainte mère. 

Il est très important de constater, si l’on veut accorder de l’importance à Fatima, que: 

(1) le message de Fatima n’est pas le fruit d’une condamnation du peuple russe mais au contraire d’une volonté de le protéger. On ne saurait trop y insister dans le contexte actuel où l’on entend (a) un discours russophobe généralisé dans la société, auquel aucun chrétien ne devrait se joindre mais dans lequel, malheureusement, je vois certains de mes frères se laisser entraîner ; (b) on a en effet une attitude quelque peu condescendante de catholiques – et pas seulement aux Etats-Unis – qui croient que l’on est encore dans le contexte où « la Russie répand ses erreurs sur le monde ». Or les messages de 1917 demandaient que l’on priât pour que le communisme fût épargné à la Russie – et par conséquence à une partie des peuples voisins de la Russie ; et il est très frappant de constater que la demande de consécration de la Russie au Coeur de Marie, telle que Soeur Lucie le transmet au Pape, est réitéré à quelques mois de l’atroce déferlement nazi sur les peuples d’Union Soviétique. C’était signifier que l’on ne combattrait pas le communisme par un autre totalitarisme exterminateur mais par une compassion profonde avec les peuples soumis au joug communiste.  C’est dans cette mesure que les papes ont repris le message – non comme une formule magique pour jeter un sort sur les méchants de la planète mais dans la conviction que le peuple russe était celui qui souffrait le plus de cette idéologie communiste que l’Eglise avec dénoncée quasiment dès la publication par Karl Marx du manifeste du Parti communiste. 

Il faut y insister car, faute de comprendre cela, on élucubre aujourd’hui, au nom de Fatima un message hostile à la Russie – alors qu’elle n’est plus communiste depuis une génération (au moins)

(3) Le Pape Pie XII (1939-1958) a réalisé ce que Sœur Lucie lui demandait. Il est très important d’y insister. Je sais que je vais avoir contre moi des centaines, peut-être des milliers de fatimologues. Je vais encourir leurs foudres et leurs condamnations….Mais si l’on me demande d’adhérer à l’idée que “Fatima” ait relevé d’une forme de “prophétie”, alors je vous demanderai en retour d’être attentif aux faits. Le christianisme est un réalisme. 

A quoi assiste-t-on après juillet 1952?  Mort de Staline (mars 1953), premier dégel dans la Guerre froide (1953-1955), rapport Khrouchtchev (1956)…..Progressivement, le communisme relâche son emprise sur la société russe. La société russe croit de moins en moins au communisme. Il y a des retours de violence – le régime de Brejnev reste semi-totalitaire; mais on est sorti du stalinisme. Pour la Russie communiste il est difficile d’accepter de relâcher l’emprise sur les pays voisins (Budapest 1956, Prague 1968). Mais la trajectoire est lancée. Et elle est en particulier symbolisée par un surgissement prophétique, celui d’un des plus grands Européens du XXè siècle Alexandre Soljenitsyne (1918-2008), dont la vie accompagne la plongée de la Russie dans le communisme puis son retour à l’orthodoxie chrétienne ! 

Aucun catholique n’est obligé d’accorder foi aux révélations privées. Mais force est de constater que, de la mort de Staline (5 mars 1953) au “règne” de Mikhaïl Gorbatchev (1985-1991), le communisme russe perd en virulence puis renonce à exister et cède la place à une Russie indépendante et acceptant l’indépendance de ses voisins. Les non-croyants et même un certain nombre de catholiques n’accorderont pas grande attention aux faits de Fatima. Mais il n’est pas interdit à d’autres de constater la coïncidence entre les actes de Pie XII et le début d’un lent déclin du communisme soviétique. Comment ne pas être frappé par la coïncidence entre la publication de la lettre de Pie XII, le 7 juillet 1952, et la conversion d’Alexandre Soljenitsyne? A force de rester centré sur la lettre du message de Soeur Lucie, on a complètement manqué de regarder où “l’esprit de Fatima” avait soufflé ! 

Conséquence, depuis les années 1950, il y a des myriades de “fatimologues” qui expliquent que les papes n’ont pas fait ce que “le Ciel avait demandé”. Paul VI puis Jean-Paul II renouvelèrent la prière exprimée dans la Lettre de Pie XII et renouvelèrent la consécration du monde et plus spécifiquement de la Russie à la Vierge. Si mes amis catholiques veulent des coïncidences que l’on peut qualifier, si l’on est chrétien, de providentielles, comment ne voient-ils pas le fait que Pie XII avait été consacré évêque le 13 mai 1917, jour de la première apparition de Fatima? Et que Karol Wojtyla, le futur pape Jean-Paul II fut le dernier évêque nommé par Pie XII quelques semaines avant sa mort? C’est ce même Jean-Paul II qui considéra qu’il avait reçu une protection spéciale le 13 mai 1981 lors d’un attentat qui aurait dû lui coûter la vie. Et qui accompagna de manière tout à fait inattendue la fin du communisme européen d’Europe centrale et orientale. 

Et pourtant des catholiques, laïcs ou prêtres, et même des évêques pensent que la “consécration de la Russie” n’a toujours pas été faite Et cela ne vient pas seulement des cercles traditionalistes ! 

Monseigneur Schneider, par exemple, salue le geste du Pape François dans les termes suivants: « Comme nous le savons par la demande de la Vierge à sœur Lucie, le Pape doit inviter tous les évêques à s’unir à lui pour faire cette consécration ». Avec un respect filial, je me permettrai de dire à Monseigneur Schneider, dont j’admire beaucoup la lucidité en règle générale, que cela n’a pas de sens. Les propos de la Vierge et les demandes de Sœur Lucie concernaient une Russie communiste. Ils annonçaient sa conversion. Or n’est-ce pas ce qui s’est passé sous nos yeux ? N’avons-nous pas vu ce miracle d’une Russie quittant pacifiquement le communisme, renonçant à son empire sans tirer un coup de feu ? Et revenant à la foi de ses pères ? La Russie n’est-elle pas aujourd’hui une nation bien plus chrétienne que la plupart des sociétés qui s’indignent à son sujet et la confondent encore avec l’URSS ?

La Vierge avait dit que la Russie se convertirait et qu’il y aurait une brève période de paix. N’est-ce pas ce que nous avons vécu, entre 1985 et 1989 ? Et qui a mis fin à la période de paix ? Les Occidentaux ! Qui ont fait la guerre en Irak dès 1991 ! Alors qu’à l’époque, Mikhaïl Gorbatchev proposait un retrait négocié de l’Irak hors du Koweït. Et le Pape Jean-Paul II adjurait la communauté internationale de ne pas déclencher une guerre qui se retournerait d’abord contre les chrétiens d’Irak.

Ce 25 mars 2022, prier pour cet Occident qui "répand ses erreurs sur le monde"?

Contrairement à ce que pensent les tenants d’une lecture “littérale” des messages de Fatima, il est normal et heureux que le pape François, demain 25 mars, ne se focalise pas sur “la Russie”. Ce serait se laisser manipuler par ces néo-conservateurs américains qui ont instrumentalisé les différends entre orthodoxes en Ukraine et fait triompher l’esprit de division puisqu’il existe aujourd’hui une Eglise autocéphale ukrainienne distincte de l’Eglise russe. Le catholicisme américain est bien entendu vulnérable à une instrumentalisation de Fatima parce que la culture politique américaine, avec son penchant manichéen, a du mal à comprendre que les Russes ne sont plus communistes.  

Cependant, il faut se rendre compte qu’il ne s’agit pas seulement d’une question de perception passive. Les néoconservateurs se trouvent au Parti républicain autant qu’au parti démocrate. Et ils sont actifs pour répandre l’instrumentalisation de Fatima. La demande de double consécration de l’Ukraine et de la Russie au Coeur de Marie est venue officiellement de l’Eglise catholique ukrainienne de rite latin, adressée au Pape. L’évêque de Rome est aussi pasteur de l’Eglise universelle et il a suffisamment d’autorité pour élargir la perspective. Mais ne nous faisons pas d’illusions. Les pressions politiques sont très fortes. Le premier communiqué du Vatican parlait de Notre-Dame de Fatima et, ce 25 mars, la Consécration sera plus particulièrement prononcée à Fatima. En bon Jésuite, François préfère chevaucher la vague plutôt que s’y opposer. Mais il existe un vrai risque de dérapage. 

Faut-il rappeler, en outre, que la spiritualité orthodoxe ne s’exprime pas dans les termes du “Coeur de Marie”, une spiritualité typiquement catholique née en France au XVIIè siècle, sous l’impulsion de saint Jean Eudes? Il aurait été plus judicieux, de mon point de vue, de réciter ensemble, catholiques des différents rites et orthodoxes, l’hymne acathiste à la Mère de Dieu, ce gigantesque poème de l’Annonciation que l’on chante dans les Eglises de rite oriental.  

S’il s’agit de penser que Fatima ayant déjà été une fois un lieu de résistance spirituelle efficace au totalitarisme, il peut le redevenir, cela se comprend. Mais il ne faut pas se faire d’illusions: l’objectif des réseaux d’influence qui ont poussé le thème de Fatima est de ramener à bord des les conservateurs américains qui ont été mis à distance par une politique sanitaire trop ouvertement attentatoire aux libertés. 

Je le dis sans prendre de gants. Je trouve un certain nombre de mes frères catholiques imprudents. Il est essentiel pour les néoconservateurs de remettre en branle le “choc des civilisations” selon Huntington. On a rarement fait attention au fait que, dans les “civilisations” qu’il définissait, l’auteur américain séparait le monde orthodoxe du monde catholique latin et protestant. C’est déjà la logique qui avait présidé aux guerres de Yougloslavie. Or, comme aimait le dire Saint Jean-Paul II, l’Europe doit respirer avec ses deux poumons ! L’Europe ne sera pas guérie des maux qui l’accablent tant que nous n’aurons pas définitivement renoué avec TOUS nos frères orthodoxes. Il faut absolument refuser des manipulations venues de l’extérieur de l’Europe, qui nous amèneraient à coopérer avec les « bons Orthodoxes » – les Grecs, les Ukrainiens – contre d’autres Orthodoxes – naguère les Serbes, aujourd’hui les Russes.

Le scandale des scandales de l’histoire européenne, c’est le sac de Constantinople, en 1204. Une première occasion manquée fut la non-application du Concile de Florence de 1439, où les bases de la réunification entre Eglises séparées d’Occident et d’Orient avaient été posées une première fois. Une deuxième occasion manquée, du point de vue de l’Eglise catholique, ce fut la priorité œcuménique donnée au dialogue avec les protestants au lieu de mettre les orthodoxes au centre de notre dialogue et de notre action après le Concile Vatican II. C’est pourquoi on doit se réjouir du dialogue entre le Pape François et le Patriarche Cyrille, amorcé dès 2016. Il doit être au centre de nos prières.   

Et je n’ai pas peur d’exprimer un refus viscéral, à l’inverse, quand je vois le journal La Croix se passionner soudain pour la cause ukrainienne en se faisant totalement instrumentaliser.  Le journal  tombe dans le panneau de la crise ukrainienne en faisant toute sa place au point de vue d’Antoine Arjakovsky, qui fait, au nom de l’Eglise autocéphale ukrainienne, l’apologie du schisme intra-orthodoxe;; et donne une image totalement caricaturale de l’orthodoxie russe. 

Nous sommes devant un réel danger. Notre Dame de Fatima pourrait être instrumentalisée au service du Grand Reset – dont la destruction de la Russie fait partie – alors que Fatima a signifié jusqu’à maintenant la lutte contre le totalitarisme ! 

L'héritage de Fatima

En fait, une fois que l’on a exprimé son refus du « choc des civilisations », on peut commencer à méditer en profondeur sur Fatima.

Que signifie la Consécration au Cœur Immaculé de Marie ? Elle signifie que l’on confie plus spécialement à la Vierge le soin de porter sur l’autel céleste les souffrances, les blessures, les insuffisances mais aussi les aspirations d’une personne ou, en l’occurrence, d’une nation. Si, comme individu, dans la tradition catholique, je prononce une formule de consécration au Cœur du Christ ou au Cœur de Marie, cela signifie que je veux m’associer plus intensément à l’œuvre de rédemption du Christ, et plus particulièrement, à l’offrande répétée à chaque seconde sur tous les autels du monde, à chaque fois qu’un prêtre selon l’Ordre de Melchisédech prononce les paroles de la Consécration eucharistique.

Le Concile Vatican II a remis à l’honneur le sacerdoce royal des baptisés qui sont unis au sacrifice eucharistique (« Priez pour que mon sacrifice qui est aussi le vôtre soit aceepté…. » dit le prêtre à l’assistance dans la liturgie romaine). Et si l’Eglise autorise et même encourage des formules de Consécration au Cœur de Jésus, à celui de Sa Mère – ou à leurs deux cœurs unis – c’est une façon de renforcer le sacerdoce royal. Nous consacrer, c’est dire que nous voulons nous unir plus intimement au grand œuvre d’Offrande, d’Expiation et de Louange qui est celui du sacrifice quotidiennement célébré par tous les prêtres du monde – catholiques et orthodoxes –. Nous pouvons dire comme Saint Paul : « J’achève dans ma chair ce qui manque aux souffrances du Christ pour son corps qui est l’Eglise ». (Colossiens, I,24).

Il n’est pas possible d’entrer ici dans une analyse approfondie de la légitimité de transposer à une nation entière ce type de réflexions. Je fais confiance ici à l’Eglise qui nous dit que les messages de la Vierge à Fatima peuvent être considérés comme authentiques. Mais cela signifie alors que la Vierge a confié la Russie à la prière des hommes du XXè siècle précisément à cause des souffrances qu’elle allait endurer ! Quand on réfléchit bien, c’est un message d’une portée inouïe. Marie est venue dire aux petits bergers de Fatima que le Christ et Son Père aimaient la Russie d’une prédilection particulière. Et que la Russie allait souffrir plus particulièrement pour les péchés du monde ! Elle allait se voir imposer un régime qui était le condensé de toutes les erreurs de l’humanité moderne révoltée contre Dieu. Il fallait prier pour que les persécutions que subiraient les Russes restés fidèles (et les peuples voisins asservis) ne soient pas en vain.

Au passage, et ce n’est pas neutre, on remarquera cette chose inouïe : Notre Dame met au centre de son message de 1917 la Russie pourtant séparée de Rome, religieusement parlant

Le communisme soviétique ne fut pas, malheureusement le seul régime criminel au XXè siècle. Mais Marie n’est pas apparue en 1917 au Portugal pour demander aux petits bergers de transmettre la demande que soit prononcée une formule magique qui allait délivrer – abracadabra- les Russes si elle était faite dans les formes. (Telle est malheureusement l’interprétation trop souvent faite). Non, Marie est venue dire : la Russie va connaître, comme corps social, des souffrances inouïes. Confiez les à mon Cœur Immaculé (1) pour que les Russes qui resteront fidèles aient le courage de témoigner. (2) pour que ces immenses souffrances contribuent au salut de la Russie et du monde entier. (3) pour que ces souffrances inouïes soient abrégées. Marie n’a-t-elle pas prié intensément, au pied de la Croix, pour que les souffrances de son Fils soient abrégées ?  

Quand on comprend cela, on peut donner un sens profond à la double consécration qui sera prononcée par le Pape François le 25 mars. Nous devons offrir les souffrances des deux peuples en guerre pour la paix et pour le salut du monde. La présence d’une statue de Notre-Dame de Fatima qui vient d’arriver à Lvov en Ukraine nous incite en particulier à regarder en face les terribles souffrances du peuple ukrainien, dont les chefs religieux sont divisés – scandale des scandales ; dont les dirigeants politiques détournent depuis trente ans une partie de la richesse nationale aux dépens d’une population qui a le niveau de vie le plus bas d’Europe ; dont les femmes sont poussées à la prostitution pour sortir de la misère ; ou bien se voient proposer par des femmes occidentales de faire une GPA. Nous devons prier pour l’Ukraine parce qu’elle porte une partie des maux de nos sociétés. Nous demanderons à la Vierge de porter en son cœur plein de compassion les souffrances de tant de ses enfants pour qu’elles servent au salut du monde. Au nôtre, plus particulièrement, Occidentaux pleins de suffisance et d’indifférence envers les souffrances de tant de peuples qui doivent subir les conséquences de nos choix politiques, économiques, sociaux, culturels, spirituels erronés.

La Russie a tant souffert au XXè siècle, pour le reste de l’Europe et du monde ! Mais visiblement, nous autres Occidentaux n’avons pas su en recueillir les fruits spirituels. Le geste du pape François est prophétique car il nous rappelle que la Russie a une place privilégiée dans le cœur de Marie ; mais aussi l’Ukraine – et ce sont les deux nations sœurs qui supportent aujourd’hui une partie des crimes de l’Europe et du monde. Puisque nous n’avions pas su interpréter complètement le message de Fatima, la Vierge nous redit, à nous catholiques, qu’il faut urgemment travailler à la réconciliation spirituelle entre Ukrainiens et Russes, entre catholiques et orthodoxes – pour le bien de l’humanité

39 Shares:
8 commentaires
  1. C’est certain, car Benoit XVI ne veut pas avouer qu’il a menti contre les saints, qu’il a trahi les plus grandes prophéties donc qu’il a pris tous les chrétiens de la terre pour des cons en les mettant sur une faux chemin que les excités s’empressent de suivre. Benoit XVI est devenu le Caïphe des Chrétiens et ceux qui sont sciemment fidèles à la trahison ne comptent pas pour Dieu, ils sont comme les girouettes qui suivent le hasard du vent, voire des boussoles indiquant le sud pour les comploteurs. Quand au Pape François, il sera comme le rabbin Yoḥanan ben Zakkaï s’il cautionne son prédécesseur dont voici la description par les hommes et par la révélation pour comparer :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Yo%E1%B8%A5anan_ben_Zakka%C3%AF
    http://www.maria-valtorta.org/Personnages/GiocanaBenZacchai.htm

    Voici le véritable Saint Pape de plus de cent prophéties :
    https://www.madredelleucaristia.it/root/fra/vesmar/vesmar.php
    Voici le complot :
    https://www.madredelleucaristia.it/root/fra/sto/page/ST_18_10_02.php
    Voici le vrai 3ème secret de Fatima :
    https://www.madredelleucaristia.it/root/fra/jou/page/ART_FATIMA_BIS.php

  2. Merci pour vos analyses très pertinentes et intéressantes.
    Concernant la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, la question est de savoir à quoi se convertira la Russie, en effet. Consacrée par un pape et une hiérarchie imbus de droits de l’homme, d’œcuménisme et d’ouverture au monde, on peut effectivement se demander si les Russes se convertiront à une Église devenue le mouvement d’animation spirituelle de la démocratie universelle, le MASDU, selon l’expression géniale inventée par l’abbé de Nantes au moment du concile Vatican 2.
    Nous verrons bien, mais ce pourrait être précisément le départ d’une remise en question des options prises par l’église au Concile, lors qu’en sa tête, elle réalisera que la démocratie est une arme de combat entre les mains de gens qui veulent détruire la Chrétienté…Mais pour cela, il faudra sans doute encore souffrir… Pour l’instant, tout cela est le secret de Dieu. Ce qui semble sûr, c’est que la Très sainte Vierge, elle, n’est pas anti-russe, ni non plus ceux qui prient avec ferveur depuis des années pour que le Saint Père consacre la Russie à son Cœur immaculé. Les fervents du Concile ne sont pas des “fatimistes” convaincus et on beau jeu de rappeler que la consécration a déjà été faite… d’après eux. Pas de danger de tomber dans le nihilisme ambiant !

  3. Merci pour vos si intéressants papiers tant pour les élections françaises que pour vos topos sur la guerre actuelle et j’en passe… C’est toujours précieux de voir des esprits futés et affûtés qui nous montent l’envers du décor. En ce qui concerne Fatima je crois que ce qui est demandé ce n’est pas seulement cette consécration La T.S Vierge à émis un certain nombres de conditions pour que cette consécration soit validé or jusqu’ici il y a toujours eu des conditions non remplies. Enfin cette consécration n’est pas un acte magique qui efface tout le négatif…Il est demandé aux catholiques mais c’est vrai aussi pour toute l’humanité un changement du comportement et ça c’est notre boulot de tous les jours. Il y a plusieurs papiers sur Fatima fait par le blog Benoît et moi peut-être pourrons t-il nourrir votre réflexions. En tout cas longue vie au Courrier des Stratèges qui fait un super boulot dans cette époque de désinformation absolue. Pour finir si les anglo-saxons se convertissent à la suite de cette consécration Alléluia !!!

  4. Merci à Edouard du courage de discerner le divin des devins.

    Bien que croyant en un Dieu personnel, et de tradition catholique, le folklore Jésus-Joseph-Marie me paraît trop important chez les catholiques, où ce qu’il en reste ; un surinvestissement affectif dans une famille archétypale au détriment de Jésus lui-même, voix de Dieu.
    Famille archétypique qui devient un refuge ; or le refuge dans le surnaturel n’est pas la même chose que la spiritualité religieuse.
    Les catholiques sont beaucoup plus actifs depuis des siècles dans la légitimation du surnaturel que dans l’approfondissement spirituel chrétien proprement dit.
    C’est ainsi que le vide théologique dans l’articulation nation-dévotion permet à des pitres pro-migrations de masse, détruisant le troupeau chrétien existant, de se prendre pour des étoiles de la foi.
    La résurgence actuelle de l’affaire Fatima relève des mêmes esprits approximatifs, accrochés au merveilleux plus qu’à Dieu.

    Répondre moderated
  5. Ces que l humain n’a pas encore compris c’est que notre dame de Fatima demande c’est la paix dans le coeur de chaqu’un. Faire la paix dans sont coeur c’est être responsable de ses actes.
    Or une bonne partie de nos concitoyens ne sont pas en paix avec eux eux-mêmes .
    Nos gouvernants sont très loin aussi car aujourd’hui même leurs fautes ils veulent nous faire croire que toute responsabilité revient aux russes.
    Et a mon humble avis le pape essaye de surfer sur la vague pour donner un peut de crédibilité à l’église catholique.
    Depuis des années les églises ce sont vidées et encore une fois il va faire fuir plus d’un….

  6. Merci pour cette belle réflexion qui nous porte à aimer la Russie et l’Ukraine pour ce qu’elles sont vraiment. La paix entre ces deux peuples paraît tellement naturelle que la rectification des frontières ne devrait pas soulever d’objection autres que celles des ingérences étrangères.

  7. Sans ce nom de Fatima, qui évoque l’islam avant toute autre chose, et surtout avant tout contexte historique, il n’y aurait pas ce battage papal gaucho-catholique.
    C’est le pendant symbolique (représentation évoquée par un nom) d’une image : celle de l’entrisme musulman dans certaines églises, évènements ambigus et questionnants organisés par cet homme là :
    https://www.fdesouche.com/2022/03/26/le-cofondateur-de-la-primaire-populaire-samuel-grzybowski-rejoint-melenchon/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer