[PAYANT] Comment survivre aux radiations en cas de guerre ou d’accident nucléaire ?

La question des "manoeuvres" de survie en cas d'accident ou de guerre nucléaire est dans beaucoup d'esprit, mais personne n'ose vraiment la poser. Nous vous proposons aujourd'hui une fiche de réponse pratique à ces questions, rédigée par le docteur Cailloux. Elle apporte de nombreuses réponses pratiques aux questions que vous vous posez sans doute.

Nous avons pris l’habitude de classifier les risques suivant leur probabilité de survenance et leurs impacts potentiels.

Chers amis, je voudrais vous parler d’un risque ayant une probabilité de survenance faible et pouvant avoir des impacts dramatiques. Dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine, comment se protéger contre ce risque nucléaire ? Dans les paragraphes suivants, je vous propose une démarche pouvant vous permettre de survivre. Comme vous le verrez plus loin, des approches simples tels que l’utilisation d’iode, la sélection d’un endroit où se protéger, la constitution d’un stock d’eau, de nourriture et de médicaments.

Comment survivre aux radiations en cas d’accident ou de guerre nucléaire ?

La vie ordinaire nous impose de nous concentrer sur une infinité de petites activités qui créent notre vie quotidienne, elles donnent un cadre rassurant dont la stabilité est illusoire. Cette dispersion de la pensée nous fait oublier qu’il peut y avoir des crises graves et qu’on ne peut pas déléguer sa propre survie à d’autres.

Comme tous les animaux qui veulent survivre, il faut toujours rester vigilant et faire face. Savoir penser en dehors de la routine et du conformisme, quand les signes de guerre proche se précisent est une attitude saine. Il faut savoir se préparer à des événements extraordinaires.

1° EXPLOSION LOINTAINE dans un autre pays

On ne peut envisager en détails tous les cas de figures selon les multiples conditions extérieures possibles. Mais si une armée commence à utiliser l’arme nucléaire, l’escalade sera inévitable et très rapide. Il faut donc savoir s’adapter rapidement en ayant compris le principe de comment bien se protéger.

L’essentiel est de surtout ne rien ingérer de radio actif en soi par la bouche ou en respirant.

La possession d’un compteur Geiger est très importante pour se préserver car ce sont les mesures effectuées avec lui, qui permettront de savoir si un lieu est plus sûr ou plus dangereux qu’un autre.

En pratique, il permettra de choisir dans une maison la pièce qui est la moins exposée et de s’y confiner, le temps que la radioactivité extérieure diminue.

La durée de vie d’une particule radioactive est très variable, certaines durent un millier d’années mais la plupart disparaissent en quelques jours. Beaucoup de gens ont survécu à Hiroshima, même après avoir été irradiés.

Il faut donc traverser une période de crise et la préparation permet de faire face sereinement à la succession des problèmes. Il faut se préparer au pire et espérer le meilleur.

Des comprimés d’iodure de potassium, vendus en pharmacie sans ordonnance, doivent être pris immédiatement, s’il y a une explosion nucléaire quelque part en Europe avant que le nuage radioactif arrive jusqu’à soi. L’iode du comprimé se fixera sur la thyroïde qui devient saturée en iode stable.

L’iode radioactif dû à la réaction nucléaire en suspension dans l’atmosphère sera donc absorbé en respirant, mais pas fixé sur la glande thyroïde.

Sinon, diverses maladies se développent avec le temps dont le cancer de la thyroïde.

On peut aussi acheter une solution de « Lugol » qui contient de l’iode stable assimilable par l’organisme et en prendre 80 gouttes diluées dans de l’eau pour un adulte ce qui correspond à 100 -130mg d’iode équivalent aux comprimés.

Demander au pharmacien la posologie à suivre selon le poids si on veut protéger des enfants.

Selon la CRIIRAD, normalement c’est:

  • de 12 à 18 ans, 100-130 mg soit 80 gouttes,
  • de 3 à 12 ans, 50-65 mg soit 40 gouttes,
  • en dessous de 36 mois, 12 – 16mg, 20 gouttes,

Cependant, la prise d’iode n’est pas suffisante pour résoudre tout le problème des radiations, car l’explosion propulse beaucoup d’autres particules radioactives elles aussi en suspension dans l’air et qui émettent des rayonnements alpha, bêta et gamma.

Il y a des effets rapides et des effets à plus long terme, si vous les respirez ou les mangez dans l’eau ou la nourriture, elles se fixent partout dans l’organisme donnant diarrhée, vomissements, perte de cheveux.

Elles se fixent dans les muscles et le cœur et le détruisent, mais aussi plus rapidement elles peuvent toucher la moelle des os et donc la fabrication des différents composants du sang.

C’est l’aplasie médullaire (destruction de la moelle) et l’organisme ne peut donc plus se défendre contre les infections courantes.

Le rayonnement alpha et bêta n’est pas trop dangereux, s’il reste en dehors du corps parce
qu’il est arrêté par la peau ou un matériau léger mais si la particule radioactive est absorbée dans le corps alors ce type de rayonnement détruit les cellules de l’intérieur. Il faut donc faire très attention à ce que l’on mange ou boit même longtemps après l’explosion car la radioactivité dure longtemps.

D’où l’intérêt de faire des provisions de nourriture saine en avance en cas de crise, accident nucléaire ou attaque militaire.

Les rayonnements gamma sont puissants et traversent presque tous les matériaux et ne peuvent pas être évités, sauf si on se met derrière des murs de 60, 80 cm d’épaisseur. Dans une maison aux murs épais ou dans une cave.

On peut se protéger, si on ne respire pas directement l’air de l’extérieur.

Et pour le rayonnement qui vient du toit, comment fait-on dans une maison particulière? On peut se faire un abri dans la maison comme une grotte avec une table qu’on consolide par en dessous avec des poteaux en bois ou autres choses sur les côtés puis en accumulant des matériaux lourds dessus et sur les côtés.

Par exemple, on accumule devant un point de vulnérabilité, la porte-fenêtre qui donne sur le jardin, beaucoup de matériaux divers avec ce qu’on a (parpaing, sac de sable et gravier, terre, plaque de métal d’une armoire métallique, d’un réfrigérateur) sur une hauteur d’un mètre pour construire un mur qui sécurise la partie basse de la pièce.

L’idée est de se représenter le rayonnement comme une lumière qui vient des endroits où se sont déposées les poussières et il faut rester dans l’ombre. On passera le maximum de temps durant la phase aiguë de la radioactivité à lire allongé derrière l’abri qu’on a construit de bric et de broc, un mur ou le dessous d’une table couverte de sable enveloppé dans des sacs, quelque de chose de pratique, rapide et temporaire.

Selon l’architecture de la maison on peut se tenir aussi sous un escalier en béton lui aussi couvert du maximum d’objets denses pour épaissir la couche qui arrête les
radiations.

En fait, c’est le compteur Geiger qui indiquera quel matériau est efficace pour fabriquer le mur ou pas et où est l’endroit le moins radioactif dans la maison car le moins exposé aux radiations venues de l’extérieur.

Il faut éviter de recevoir une forte irradiation en un temps très court, ce qui est mortel.

Ce n’est pas la même chose de la recevoir par exemple sur cent jours.

Il ne faut pas se dire : «Ce n’est pas grave si je sors dehors, juste pour cinq minutes». Alors qu’en attendant quelques jours, le pic rapidement dangereux sera descendu.

2°UNE EXPLOSION PROCHE (supposons 100 km)

L’essentiel est de comprendre qu’en cas de crise, un danger peut venir de loin et peut frapper
brutalement à n’importe quel moment du jour ou de la nuit.

Il y pourrait y avoir dans le monde une période intensive de frappe nucléaire durant quelques jours et puis cela se calmerait.

Ceux qui auront le plus de chance de survivre seront ceux qui se seront le mieux préparés. Prévoir, cela permet d’éviter des erreurs et d’être résilient en cas de crise.

Règles à suivre :

1) Fermer les volets la nuit pour limiter les effets du souffle et de la chaleur. Ne pas stationner devant la fenêtre le jour à regarder ce qui se passe dehors car un effet de souffle peut faire éclater les vitres et blesser.

Ne pas sortir pour ne pas se faire brûler ou contaminer.

2) Préparer des réserves de nourriture pour trois mois. La chaîne des magasins de distributions alimentaires sera sans doute interrompue pendant longtemps, parce que les voitures et les machines avec de l’électronique seront sans doute aussi hors d’usage.

Pour les mêmes raisons, il faut prévoir des moyens autres que la voiture pour se déplacer et faire les courses (vélos).

3) Prévoir un stock d’eau potable et acheter un purificateur d’eau marque « Berkey » qui, en temps ordinaire, élimine tous les pesticides de l’eau du robinet et permettra en temps difficiles de purifier de l’eau non potable.

Il ne faut pas souiller le Berkey donc si l’eau est trop sale, il faudra d’abord fabriquer un pré-filtre avec une bouteille en plastique dont le fond aura été découpé pour devenir un entonnoir filtre. On met un linge avec du sable dedans qui va filtrer les plus grosses
saletés. Ensuite cette eau relativement purifiée peut être mise dans le Berkey.

Ceci est d’autant plus important qu’une explosion nucléaire détruit toute l’infrastructure, et le réseau électrique du pays pour des mois.

Il n’est pas sûr que les stations de pompage de l’eau et de filtration fonctionneront même avec des générateurs et le problème de l’eau sera pourtant immédiat pour
soigner et survivre.

4) Faire des réserves de médicaments, personnels et pour se soigner, et soigner brûlures,
traumatismes divers, désinfectants, cicatrisant, (Tulgras), de la pectine de pomme qui permet d’évacuer les métaux lourds absorbés dont le Césium et nombreuses vitamines.

Il y aura descarences alimentaires car pendant longtemps il n’y aura plus de fruits ni de légumes frais.

Si on n’a rien, pour soigner les brûlures, on peut faire des compresses avec les feuilles de la plante consoude.

5) Se tenir informé

Mettre tout son matériel électronique à l’abri dans une cage de Faraday, une boite en métal recouverte de papier aluminium raccordée à la terre. Une explosion déclenche un flash magnétique qui «brûle» les composants électroniques. Donc, tous les postes de radio , téléphone, et en particulier le compteur Geiger doivent être dans cette boite à l’abri et on pourra les ressortir quand la période aiguë sera passée.

Un réfrigérateur à l’arrêt mais branché à la terre fait une très bonne cage de Faraday. Il faut avoir un important stock de piles et garder les piles à côté du matériel. Avoir un poste à ondes courtes et/ou une CB (Cibi ou Citizen Band) peut être intéressant. Mais il faut des piles ou un générateur de courant (solaire ou à carburant) car le système électrique du pays sera entièrement hors d’usage pendant longtemps, des mois pour le moins.

6) Faire du feu, s’éclairer (bougies), et préparer la nourriture.

Il faut des allumettes et des briquets (ZIPPO, avec recharge et pierre) et prendre la plaque d’un four de cuisinière comme support pour faire cuire quelque chose dans un appartement.

Il faut pouvoir faire du feu.

La nourriture de réserve peut être choisie en conserve ou en bocaux précuite. Il y a juste juste à la réchauffer.

En période de crise, le papier toilette est quelque chose de précieux.

7) Animaux domestiques : ne pas les faire rentrer une fois qu’ils ont été exposés (ils sont déjà condamnés et ils risquent de nous contaminer en transportant des particules dans leur pelage).

Quel type de guerre ?

Le combat nucléaire dans une zone durera peu longtemps, mais sera de forte intensité. Selon un militaire français, trois jours de combat nucléaire dans le monde sont suffisants pour faire un maximum de destructions.

La guerre peut s’étendre dans le monde entier à cause d’alliance entre pays.

Hiroshima c’est 200.000 morts immédiats par brûlures et traumatisme et 700.000 morts dans les six mois qui suivent parce que les gens étaient inconscients du danger. Ils venaient sur les lieux de l’explosion chercher des parents ou des amis pour les aider.

Après les destructions des infrastructures, la population doit faire face à la famine, au manque d’eau et il reste toujours des particules radioactives sur le sol et dans l’atmosphère.

L’expérience du Japon relate bien le désarroi des humains ne sachant pas quoi faire devant cette situation de chaos, sans hôpitaux , sans médecins formés à soigner de nombreuses brûlures et blessures terribles, ni médicaments pour le faire.

Après le début d’une guerre nucléaire, il ne faut donc pas se faire trop d’illusions, il n’y a souvent plus grand chose à faire pour sauver des vies et des corps brûlés.

Pour cette raison, le mieux est de rester confiné chez soi au moins pendant trois semaines pour laisser toutes les particules radioactives retomber sur le sol et la radioactivité décroître ou se disperser dans la nature. Le maximum de la radioactivité disparaîtra en quelques mois.

Gouverner, c’est prévoir

Mais alors quoi manger, quoi boire pendant tout ce temps?

C’est pourquoi il faut faire maintenant des grandes réserves de nourriture et d’eau en prévision d’une guerre de ce type.

En général, les lieux près de grandes villes ou des bases militaires sont susceptibles d’être des objectifs intéressants pour une destruction globale de ce type.

Il existe maintenant des petites bombes nucléaires qui ont été fabriquées par les Américains en Italie, utilisables sur des champs de bataille, et les Russes ont des torpilles qui explosent dans l’eau pour détruire les bases de sous-marins.

L’usage de ces armes paraît possible.

C’est pourquoi si un conflit commence réellement avec l’OTAN (Anglais, Français, Américains) d’un côté et de l’autre la Russie, il n’y a plus de temps à perdre.

Les Ukrainiens l’ont tout de suite compris quand ils sont partis en masse de leur pays. Il ne faut pas rester en ville mais faire ses bagages rapidement, avoir des grosses provisions de nourriture non putrescible, des boites de conserves et de l’eau, puis partir à la campagne chez des amis, de la famille, le plus loin possible des villes.

Il faut acheter aussi de la pectine de pomme en pharmacie qui permet aux enfants et aux adultes d’évacuer le césium radioactif qui pourrait être ingéré.


Références :
Livres
Yves Lenoir, La comédie atomique, 2016, La découverte. Kate Brown,Tchernobyl par la preuve, 2019, Actes sud. Nassim Nicholas Taleb, Le cygne noir, 2007, Les Belles Lettres.

Compteur Geiger
http://www.criirad.org/
(contacter la Criirad située à Valence qui en vend et qui donne sur son site des informations sur son utilisation.)

Sur la pectine
https://isias.lautre.net/IMG/pdf/la_pectine_de_pomme_est_utilisable_comme_moyen_de_radioprotection.pdf

https://www.natureetprogres.org/wp-content/uploads/articles/article80.pdf

Sur la filtration Berkey
https://www.berkey.fr/

Films dessins animés
Concernant la réalité des problèmes alimentaires, voir d’après une expérience vécue :

Gen d’Hiroshima, réal. Moro Masaki, 1983.
Le tombeau des lucioles, Izao Takahata, 1988.

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
3 Shares:
5 commentaires
  1. De mon côté, et en complément, j’ai fait un tutoriel en cas d’effondrement de la Terre sur elle-même, appelé BIG CRUSH, processus imminent initié depuis le CERN de Genève à la suite d’un accident de laboratoire occasionnant un emballement neutronique. Dont on sait théoriquement qu’il doit manger tous les atomes terrestres un par un.

    En contact étroit avec Elon Musk, nous avons encore quelques places disponibles pour être envoyés sur la cité de l’espace en orbite autour de Titan, édifiée en secret par et pour les Eloïms de Davos depuis 25 ans.

    Si certains sont intéressés, le ticket d’entrée est à 25 BITCOIN. Ce n’est pas cher, et la monnaie virtuelle est en baisse constante actuellement. C’est le moment d’en profiter, il n’y aura pas de place pour tout le monde…

    Veuillez me contacter par le site qui transmettra.

  2. Vous oubliez tout ce qui est électronique. une explosion nucléaire a de très fortes chances de détruire ou de perturber tout ce qui est basé sur des transistors, et a fortiori des microprocesseurs. Un cage de Faraday ne protège en rien du bombardement par neutrons, qui est le résultat (dans une mesure variable) de toute explosion nucléaire. Au départ, la bombe à neutrons (une bombe nucléaire orientée vers la production de neutrons) était spécifiquement destinée à détruire l’électronique et plus spécifiquement les systèmes de guidage et de commande des missiles nucléaires adverses, avant de trouver un nouvel usage contre le personnel et les blindés. Les neutrons traversent sans problème les blindages d’acier les plus épais. Ils sont freinés ou arrêtés par ce qui contient de l’humidité.
    Il y a peu de chances que vous soyez prévenus d’une explosion nucléaire. L’attaque se fera par surprise et les délais se comptent en minutes et non en heures. Oubliez les systèmes d’alerte par sirène. Donc vous verrez un flash (éclair) de lumière intense. Ce flash peut durer plusieurs secondes: il brûle tout. Il s’agit notamment des rayons gamma, rayons X et bombardement de neutrons. Ne regardez surtout pas: cécité temporaire ou définitive garantie. Il faut se mettre immédiatement à l’abri. Le temps dont vous disposez dépend de la distance. Les explosions au sol sont bien plus dangereuses que les explosions aériennes.
    Si vous êtes à l’extérieur, se jeter immédiatement au sol. Pieds vers l’explosion, tête dans le sens opposé. Face et bras croisés (protégez vos mains) contre terre. Attendre le souffle qui arrive à peu près à la vitesse du son. Une fois le souffle et le bruit passés, allez vous mettre dans un abri où vous pouvez rester plusieurs jours, mouchoir sur la face pour filtrer l’air que vous respirez. Jetez définitivement le mouchoir une fois à l’abri. Changez et jetez vous vêtements dès que possible. Lavez-vous complètement pour éliminer la poussière probablement radioactive (rayons alpha at bêta).
    Si vous êtes à l’intérieur. Les meilleurs abris sont les caves. Ou les couloirs entre murs en dur (béton ou briques). Sinon les coins de pièces et sous une table solide. Il faut se mettre à l’abri: a. des rayonnements directs, b. des effondrements, c. des incendies, d. de la poussière.
    Après l’explosion. Crachez tout ce que vous pouvez, changer de vêtements, se laver complètement. Nettoyez et soignez plaies et blessures. Rester à l’abri, ouvertures fermées, le plus longtemps possible. Au moins trois jours, si possible 10 jours. Jetez les vêtements qui pourraient avoir été contaminés.
    Evitez de manger tout ce qui a été irradié ou qui pourrait avoir été contaminé par des poussières radioactives. Outre l’irradiation directe (gamma, X et neutrons) qui cesse avec l’explosion, le plus dangereux est l’absorber des poussières radio-actives (Alpha et Bêta), soit avec la nourriture, soit dans les poumons. Ces poussières absorbées vont détruire petit à petit votre organisme.
    Après plusieurs jours, vous pouvez éventuellement chercher à quitter la zone. Direction opposée à l’explosion et/ou direction d’où vient le vent (échapper le plus possible aux retombées de poussières radioactives). Le pire est d’absorber des poussières contaminées. Toujours manger de la nourriture non contaminée et surtout filtrer l’air respiré.
    Il est faux de croire que vous n’avez aucune chance d’en sortir. Ceux qui ont survécu quelques semaines aux explosions ont toutes les chances d’en sortir. Il n’y a même pas une augmentation très significative des cancers à long terme parmi ceux-ci (études japonaises).

  3. Vous oubliez que parmi les survivants certains organiseront des pillages et des meurtres pour survivre à leur tour et bien entendu ils ne préviendront pas non plus de leur arrivée.

    1. Votre conclusion est étonnante puisque les bombes lancées contre le Japon ne dépassaient pas quelques kilotonnes d’équivalent TNT. Aujourd’hui la moindre mini-nuke aura une intensité destructrice bien plus importante avec des conséquences non comparables à celles observées au Japon.

  4. sérieusement yen a qui croient pouvoir survivre en cas de guerre nucléaire ?!? avec 12K d’ogives pretes a etre lancées tout azimut +++ toutes les centrales an activité dans le monde qui peteront assez vite je vois mal meme dans un bunker ultra souterrain en antartique commet survivre ? et surtout combien de temps ? et dans quelles conditions pitoyables ? 👹

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer