Husson : pourquoi le bombardement de Belgrade par l’OTAN pèse lourd dans la stratégie russe

Le bombardement de Belgrade par l'OTAN en 1999 fut l'aboutissement de la lente désagrégation de la Yougoslavie, et de l'intervention occidentale en faveur des minorités de ce pays. 23 ans après, cette action militaire laisse une rancoeur profonde dans l'esprit serbe... et dans la compréhension que les Russes ont du rôle de l'OTAN. Edouard Husson nous dresse une rétrospective de ce tournant dans la recomposition européenne consécutive à la chute du communisme.

On a probablement un peu trop vite oublié, en Occident, le bombardement de Belgrade par l’OTAN en 1999, qui reste un point de bascule dans l’approche que les Serbes et les Russes peuvent avoir de notre alliance militaire. Or cette agression aérienne a beaucoup marqué les esprits, au point que les Serbes continuent à commémorer ce moment douloureux chaque année. 

Bien entendu, en Occident, ce moment est oublié. Mais il est fondamental pour comprendre la méfiance et l’hostilité que le monde serbo-russe nourrit pour l’OTAN. Comme l’explique Edouard Husson, ce bombardement pèse lourd dans la stratégie russe vis-à-vis de l’OTAN aujourd’hui. 

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
47 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer