Guerre d’Ukraine: Vendredi 1er avril 2022 – Jour 37 – Fin de soirée

Le Courrier des Stratèges publie quotidiennement un bilan de l’évolution de la Guerre d’Ukraine. Avec une double perspective, croisée: la guerre sur le terrain; et le conflit stratégique global que les Etats-Unis essaient d’organiser contre la Russie – en prenant le risque très clair d’une escalade entre puissances nucléaires. Nous sommes dans une "crise des missiles de Cuba" au ralenti. L'instinct de survie et l'intelligence l'emporteront-ils sur le potentiel d'auto-destruction de l'humanité? Après un mois de conflit, il apparaît (1) que la Russie a initié une véritable révolution militaire, fondée sur la supériorité (pour l'instant) absolue que lui donnent les armes hypersoniques; (2) que la plus grande partie de la planète ne veut pas entrer dans une confrontation avec la Russie orchestrée par les Etats-Unis; (3) que l'on assiste à la fin du système monétaire mondial fondé sur le dollar et à la naissance d'un nouveau système "poly-monétaire".

La bataille d’Ukraine

 

+ Depuis la première Guerre d’Irak, nous devrions être habitués à identifier la propagande occidentale pour ce qu’elle est. 

Un bon florilège ces jours-ci: quand vous lisez qu’un responsable des services britanniques affirme que les Russes ont saboté leur propre matériel; ça devrait éveiller aussitôt un signal d’alarme. Les services britanniques se sont-ils distingués dans les vingt dernières années par leur professionnalisme quand il s’agissait d’évaluer un ennemi de l’Occident? Ou bien, toujours dans le Washington Post: fort taux de mortalité chez les généraux russes. Ou bien encore: son entourage cacherait à Poutine les mauvaises nouvelles; le milieu dirigeant russe serait divisé etc… La dernière trouvaille de CNN, c’est de faire croire que Poutine réquisitionne 134 000 conscrits pour la guerre en Ukraine; alors que le président russe a simplement signé le décret annuel sur le service militaire, avec précision des effectifs. 

En revanche, lorsqu’Arestovitch, conseiller de Zelinski, explique que la Russie a pratiquement détruit l’industrie militaire ukrainienne, ce n’est pas repris par les médias établis en Occident. A noter que, depuis le début de l’opération, outre les destructions d’aérodromes, d’infrastructures  militaires, de dépôts de carburants etc…, selon le dernier briefing du ministère russe de la Défense, l’armée russe a détruit 124 avions de guerre, 82 hélicoptères, 357 drones, 1854 chars et autres véhicules armés, 202 systèmes de défense aérienne, 777 pièces d’artillerie et mortiers, ainsi que 1722 unités de véhicules militaires spéciaux depuis le début de son opération spéciale en Ukraine.

On se dirige non seulement vers une victoire militaire incontestable de la Russie mais vers une défaite stratégique de l’OTAN. Les fake news occidentales sont des tentatives pathétiques de retarder l’inéluctable. 

+ On a rappelé la guerre du Kosovo ces jours-ci. Qui se rappelle qu’elle a duré 70 jours au printemps 1999? On ne se rappelle pas que les commentateurs occidentaux aient expliqué à l’époque aux environs du 15 avril (la guerre avait commencé un 10 mars) que les Etats-Unis perdaient la guerre.  

+ En fait, comme nous l’avons dit plusieurs fois, l’Occident ne sait plus ce qu’est la guerre. Dans nos compte-rendus quotidiens nous-mêmes avons été un peu impatients quelquefois. c’est aujourd’hui qu’Izioum est complètement prise.
Denis Pouchiline, président de la République sécessionniste de Donetsk annonce la bataille suivante: il a insisté aujourd’hui sur l’opportunité d’évacuer les civils de Slaviansk et Kramatorsk, où vont sans doute se dérouler des combats aussi durs qu’à Marioupol. 

+ On parle beaucoup des troupes russes qui ont quitté la région de Kiev. Mais, du coup, les troupes ukrainiennes aussi se déplacent vers l’Est. Entre 20 et 40 000 hommes stationnés dans la région de Kiev vont aller affronter les Russes dans la bataille du Donbass. 

+ A Marioupol, l’armée russe a recours à des frappes balistiques maintenant que les derniers combattants d’Azov sont regroupés loin des habitations. Le matériel militaire camouflé dans l’usine d’Azovstal peut ainsi être visé. 

+ Les frappes balistiques de précision par l’armée russe ont continué ce jour: Dniepropetrovsk

+ Les tentatives de contre-attaque des Ukrainiens contre Kherson à partir de Nikolaïev ont échoué. La ville de Nikolaïev devrait être définitivement sous contrôle russe dans les prochains jours. 

+Revenons au nord.  Deux hélicoptères ukrainiens ont franchi la frontière russe pour frapper un dépôt de carburant à Belgorod. C’est la deuxième frappe ukrainienne réussie à Belgorod (de l’autre côté de la frontière par rapport à Kharkov) Les Russes ont riposté par un certain nombre de frappes précises sur la région de Kharkov

Vers l'auto-destruction de l'économie européenne?

+ Le PDG de BASF a donné un entretien à la Frankfurter Allgemeine Zeitung.  Dès le début de la semaine, l’entreprise avait fait savoir qu’elle redoutait un arrêt des livraisons de gaz russe. Mais il semble que les résistances politiques restent nombreuses. demande à son gouvernement de faire preuve de réalisme: l’Allemagne ne peut pas, dans l’immédiat, se passer du gaz russe: “Si nous ne recevons plus de gaz russe pendant longtemps“, explique Martin Brudermüller, “alors nous avons vraiment un problème ici en Allemagne. Chez BASF, nous devrions réduire ou arrêter complètement la production sur notre plus grand site de Ludwigshafen si l’approvisionnement tombait de manière significative et permanente en dessous de 50 % de nos besoins maximums en gaz naturel”. Et il ajoute: “Pour dire les choses crûment : Cela pourrait entraîner l’économie allemande dans sa pire crise depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et détruire notre prospérité. Pour de nombreuses petites et moyennes entreprises en particulier, cela pourrait signifier la fin. Nous ne pouvons pas prendre ce risque !”. 

C’est une situation classique en Allemagne, où le respect religieux des principes établis affronte le pragmatisme économique. “Beaucoup ont des idées fausses. Je le remarque dans de nombreuses conversations que j’ai. Les gens ne font souvent aucun lien entre un boycott et leur propre emploi. Comme si notre économie et notre prospérité étaient gravées dans le marbre“.

+ En attendant, le nouveau mode de paiement est entré en vigueur aujourd’hui 1er avril, selon un décret signé hier par Vladimir Poutine, transformant en roubles les paiements en devises étrangères pour les livraisons de gaz à des pays “inamicaux”. 
Le document exige que les acheteurs étrangers (…)  créent des comptes dans les banques russes à partir du 1er avril afin de payer la livraison. Selon ce mécanisme, l’acheteur ouvre des comptes en devises et en roubles auprès de la Gazprombank (GPB), paie les fournitures de gaz par transfert sur un compte en devises, puis la banque échange ces devises en roubles à la Bourse de Moscou et les dépose sur le compte en roubles de l’acheteur.
“Le gaz est donc payé en roubles à partir du compte en roubles de l’acheteur.
Ce n’est pas le mécanisme qui conduira à la “création du rouble en tant que monnaie de règlement internationale”, a noté Sofya Donets, analyste de la Russie et de la CEI chez Renaissance Capital. Les acheteurs de gaz n’ont pas besoin de chercher des roubles. Le concept élimine toutefois les pénalités et le danger spéculatif, car les paiements pouvaient auparavant se retrouver bloqués dans une banque européenne.

Un mécanisme permettant un paiement formel, mais garantissant que la Russie ne le reçoit pas, est désormais impossible, a déclaré aux journalistes Vladimir Braguine, directeur de l’analyse des marchés financiers et de la macroéconomie à la société de gestion Alfa-Capital”

Les lecteurs intéressés pour approfondir  pourront lire cet article de Zero Hedge. 

+ Déplaçons-nous maintenant de l’autre côté de la Manche, où la russophobie de Boris Johnson et d’une partie de sa majorité est en train de tuer tous les bénéfices du Brexit: “Le syndicat national des agriculteurs (National Farmers’ Union) a averti que le Royaume-Uni s’enfonce dans une crise de sécurité alimentaire. La flambée des coûts de l’énergie et des engrais a conduit à une situation sans précédent où les marges des agriculteurs se sont effondrées, obligeant nombre d’entre eux à cesser leurs activités (…)

Les prix des engrais ont triplé depuis l’année dernière, de même que les prix des emballages, du diesel, du fret, de la main-d’œuvre et de tout ce qui est lié à la gestion d’une exploitation agricole.

“Nous sommes maintenant dans une situation sans précédent où les augmentations de coûts dépassent de loin la capacité d’un cultivateur à faire quoi que ce soit”, a déclaré Jack Ward, directeur de British Growers.

Avec de nombreuses serres hors service, cela va inévitablement faire baisser la production de produits pour les supermarchés et entraîner une inflation alimentaire persistante, voire plus élevée, alors que l’inflation globale atteint des niveaux historiques.

Pour donner une idée de l’ampleur de la situation, l’Association des producteurs de la vallée, dont les membres produisent environ 75 % de la récolte britannique de concombres et de poivrons, a déclaré que 90 % des agriculteurs n’ont pas planté en janvier. D’autres ont déclaré qu’ils ne feraient pas de culture avec les prix élevés de l’essence. “Il y aura certainement un manque de produits britanniques dans les supermarchés”, a déclaré Lee Stiles, secrétaire de l’association. “Le fait qu’il y ait un manque de produits dans l’ensemble dépend de l’endroit et de la distance à laquelle les détaillants sont prêts à s’approvisionner.” Le Royaume-Uni pourrait augmenter ses importations, mais les pays du monde entier mettent en œuvre des mesures protectionnistes pour conserver les produits agricoles sur le territoire national afin d’atténuer les pénuries dues au conflit en Ukraine qui perturbe l’approvisionnement alimentaire mondial. Comme beaucoup d’autres pays dans le monde, le Royaume-Uni est en train d’entrer comme un somnambule dans une crise alimentaire“.

+ Viktor Orban, lui, est plus réaliste et souligne que non seulement son pays mais l’Union Européenne ne peuvent pas se permettre de substituer du gaz américain ‘très cher” au gaz russe. Mais du coup, l’opposition, qui voudrait faire battre Viktor Orban et son parti Fidesz aux élections parlementaires dimanche 3 avril, a commencé une campagne très violente, y compris par voie d’affichage, traitant Orban de “Poutine hongrois”.  Ajoutez que le gouvernement conservateur polonais insulte aussi Orban. Et la nuit dernière la façade de l’ambassade de Hongrie en Pologne a été vandalisée. 

L'émergence rapide d'un monde multipolaire

+ La réception du Ministre des Affaires étrangères russes par le Premier ministre indien Modi en personne est un signe on ne peut plus clair du désir de l’Inde d’être associée à la révolution politique en cours, le passage à un monde multipolaire.

+ Il n’est pas sans ironie que Madame Truss, ministre britannique des Affaires étrangères se soit trouvée à New Delhi en même temps que Sergueï Lavrov arrivait; Madame Truss, si belliciste il y a quelques semaines, a dû concéder lors d’une conférence de presse que son pays n’avait pas à intervenir dans la politique d’un Etat souverain. 

+ Le ministre indien des affaires étrangères a profité de la visite de Madame truss pour transmettre l’agacement de l’Inde face aux pressions occidentales. La veille de la visite dont nous parlons, c’est Jens Plötner, le conseiller pour la politique extérieure d’Olaf Scholz, qui était venu pour essayer de remettre les Indiens dans le droit chemin.  

+ Lors d’une discussion entre l’UE et la Chine, Ursula von der Leyen et Charles Michel ont demandé à Xi Jinping de condamner la Russie et de ne rien faire pour que cette dernière puisse contourner les sanctions. Visiblement Xi Jinping n’a pas été impressionné par les menaces implcites forumulée du côté européen puisqu’il a juste qualifié le conflit de “profondément regrettable”.  

+”La crise ukrainienne révèle une fois de plus l’hypocrisie de l’Occident lorsqu’il s’agit de la valeur de la vie humaine, de la migration ou de la souveraineté des États-nations“, a récemment déclaré Mansour Almarzoqi, directeur du Center for Strategic Studies à l’Institut Prince Saud Al Faisal pour les études diplomatiques à Riyad, la capitale saoudienne ; il ne voit “absolument aucune différence entre l’invasion de l’Irak par George Bush en 2003 et l’invasion de l’Ukraine par Poutine”, et pourtant les deux sont traitées de manière totalement différente. Considérant que la guerre d’agression américaine contre l’Irak a été approuvée, mais que la guerre d’agression russe contre l’Ukraine doit maintenant être sévèrement punie, que l’Occident se ferme farouchement aux réfugiés arabes et africains, mais accueille les réfugiés européens d’Ukraine, Almarzoqi juge que “caché sous la mince façade du discours des droits de l’homme et de la démocratie“, se trouve toujours “l’héritage colonial de l’Occident“. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

50 Shares:
22 commentaires
  1. il y a des raccourcis dans cet article. Ma premiere remarque concerne l’illustre inconnu de Ryad qui met en avant l’hypocrise des occidentaux (différence de traitement entre IRak et Ukraine) mais si je me rappelle bien la France etait opposée à la guerre en Irak non? (sauf à considérer qu’occident = USA).
    Par ailleurs, il y a également bcp d’hypocrisie dans la position des pro-russes puisqu’ils soutiennent l’intervention de Poutine en Ukraine (il n’y a qu’à voir l’ensemble des articles de ce site). Je ne comprends donc pas. Soit on est opposé à la guerre en Irak et donc on est également opposé à la guerre en Ukraine, soit on soutient Poutine mais on ne vient pas parler d’Irak dans ce cas.

    1. Cher lecteur, concernant la guerre d’Ukraine, nous publions des analyses et puis cette chronique quotidienne. Au Courrier des Stratèges, nous ne sommes ni pro-Russes ni pro-Ukrainiens. Nous nous plaçons du point de vue des intérêts français, dans une perspective gaullienne authentique. Il nous semble très important de rapporter des propos tenus dans le monde entier. Les deux tiers de la planète sont “non alignés”, contrairement à ce que font croire ou croient les médias occidentaux. Cordialement. EH

    2. @Anonyme Campanella
      Comparaison captieuse.
      L’IRAK n’était pas une tête-de-pont russe anti-américaine ; son invasion était une pure mesure de rétorsion à titre d’exemple mondial en réponse au 11 Septembre ; même les fallacieuses “armes de destruction massive” n’étaient pas présentées comme destinées en particulier aux ETATS-UNIS, mais comme un danger mondial en soi, et c’est bien pourquoi les ETATS-UNIS ont d’abord fomenté une coalition internationale qui s’impliquerait dans l’invasion, coalition que la FRANCE a refusée.
      L’opération en cours en UKRAINE est justifiée d’abord par l’attaque imminente de populations russophones, sur fond d’agressions permanentes CIA-Soros en OCCIDENT-Est ( la dernière au KAZAKHSTAN) , et de refus depuis 2017 (au moins) d’accéder aux demandes russes de négociations sur la sécurité de l’EUROPE de l’est ( on ne voit pas bien les demandes de négociations de l’IRAK aux ETATS-UNIS en 2001 ) .
      L’UKRAINE est déclarée nécessaire tête-de -pont américaine pour la maîtrise de l’OCCIDENT-Est depuis Z.Brzezinski.
      En matière de “raccourcis et d’hypocrisie” vous semblez effectivement très forts, comme tous les anonymes dans votre genre.

      1. C’est votre opinion
        Ce que je trouve étrange c’est de ne pas avoir le même recul vis à vis des arguments russes que vis a vis des arguments américains .
        Les russes ont menti au monde entier en disant qu’ils n’envahiraient pas l’Ukraine . Pourquoi je devrais croire le reste de leurs arguments ?

        Quand on veut envahir un pays , on ne crie jamais à tue-tête les vrais raisons pour lesquelles on l’envahît , on va toujours inventer quelques prétextes fallacieux et ce depuis des siècles .

        1. Je crois qu’il ne s’agit pas tant de soutenir l’attaque russe que de ne pas se laisser manipuler par la propagande américaine, relayée par ses larbins que sont l’UE et la GB. Car oui, ce que l’on appelle bien improprement “l’Occident” est en fait les Etats-Unis et son impérialisme. Je me permets de vous rappeler ce que disait de Gaulle à Malraux : “Si les Etats-Unis deviennent consciemment maîtres du monde, vous verrez jusqu’où ira leur impérialisme”. Et bien, depuis la chute du mur de Berlin puis de l’URSS, nous assistons à cet impérialisme qui ne se contente pas de mener une guerre économique au monde entier, mais est une politique militaire particulièrement agressive et meurtrière. (Pour mémoire, le diplomate américain Félix Rohatyn disait : “La guerre militaire s’arrête un jour, la guerre économique jamais”. Quand nous traitons avec nos très chers allliés américains, nous devrions ne jamais oublier ce postulat.) Alors, les cris d’orfraie que poussent les dirigeants européens devant l’invasion de l’Ukraine sont d’une hypocrisie et d’une indécence sans nom. Tout comme les propos du comique du Ryad puisque, lorsque l’Irak se faisait envahir par les Américains, les Saoudiens se frottaient les mains et accueillaient des bases américaines.
          De plus, si vous ne voyez pas une différence entre un pays qui défend ses intérêts sur ses frontières et celui qui va porter la guerre à des milliers de km de son territoire, contre un pays avec lequel il a aucune frontière, il serait temps de vous acheter un atlas, au minimum. Mais si seule la propagande américaine vous convient, je vous invite à aller sur le site Atlantico lire cet article : “Voilà pourquoi l’Occident aurait tort de croire que la confrontation avec la Russie cessera avec une potentielle fin de la guerre en Ukraine”. C’est hallucinant de mauvaise foi et de malhonnêteté intellectuelle, ça devrait vous plaire.

          1. Sauf erreur de ma part les auteurs de ce blog étaient des auteurs d’Atlantico .

            Par ailleurs personne n’est capable d’infirmer les propos de l’article que vous citez .
            Je rappelle également que beaucoup ont dénoncé la fameuse hysterie américaine quand biden annonçait l’invasion imminente de l ukraine

          2. @ANONYME CAMPANELLA

            ” … annonçait l’invasion imminente … ”
            artifice éculé consistant à se servir d’un fait notoire en omettant la fraction irrésolue de sa signification :
            les annonces anglo-saxonnes (et pas seulement américaines) d’invasion russe se sont faites quand les troupes russes se positionnaient en vue d’une attaque ukrainienne sur les provinces ouest ; dans cette phase, les intentions russes étaient d’être prêt à tout, mais qu’elles fussent déjà d’envahir l’UKRAINE est une affirmation purement gratuite, du niveau des tabloïds pestilentiels anglo-saxons.
            Au même moment, les services de renseignements anglo-saxons étaient probablement (il n’y a pas de preuves pour l’instant à ma connaissance) au courant de la décision ukrainienne déjà prise d’attaquer les provinces ouest, ce qui leur a permis d’annoncer glorieusement que les Russes allaient intervenir !!!
            La manipulation anglo-saxonne des masses est la “meilleure” , et ça ne date pas d’hier.
            Peu après, les Russes ont appris ( là aussi la preuve absolue manque semble-t-il pour l’instant ) la décision ukrainienne d’agresser l’ouest dans les heures suivantes ; les troupes étant prêtes, ils sont intervenus immédiatement.
            Vos commentaires ne s’appuient que sur la propagande anglo-saxonne, et surtout se présentent comme une accumulation de preuves, alors qu’il n’y en a pas le commencement d’une seule.
            Comme d’habitude avec les anonymes, pas grand-chose de substantiel.

          3. @ANONYME CAMPANELLA

            RECTIFICATION

            ” … attaque ukrainienne sur les provinces est (Luhansk, Donetsk) … ” .

          4. campanella :” personne n’est capable d’infirmer les propos de l’article” que je cite. C’est bien ce que j’écrivais : vous êtes d’une mauvaise foi et d’une malhonnêteté intellectuelles à l’égal de Mme Thom et de M. Cervel. L’article de ces gens-là exonère les Etats-Unis de toute responsabilité dans la crise ukrainienne. Pour eux, Maïdan est une révolution démocratique ; tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes en Ukraine depuis cette date. Pour eux, les Etats-Unis sont le summum de la démocratie, de vrais colombes. Quand on lit le CV de M. Cervel, on dit : “Ok, on a affaire à un pur produit du système qui défend le système qui le fait vivre”. Pur Mme Thom, c’est plus gênant car cette dame est une historienne ; elle devrait être un peu plus rigoureuse dans son analyse et ses arguments.
            Il ne s’agit d’ailleurs même plus d’infirmer leurs propos ou pas, il s’agit de reconnaître que nous avons affaire à de la pure propagande. Quant à être “informé” par de la propagande, je demande à pouvoir lire la propagande russe pour tenter de comprendre, ce que nos grande et belles démocraties m’interdisent formellement puisqu’ils ont, illégalement, fermé l’accès aux médias russes. En revanche, des évènements qui se sont déroulés depuis la fin de la seconde guerre mondiale, j’ai assez connaissance pour pouvoir repérer que l’article que j’incrimine est de la pure propagande, c’est-à-dire essentiellement mensonger. (Il faut noter que dans un autre article, le sieur Cervel ose parler, pour les bombardements à missile supersonique de “Guernica de Poutine” alors que justement, ces missiles ciblent des objectifs militaires et non civils. D’ailleurs, tous les bombardements américains depuis 30 ans n’ont pas suscité une once d’émotion chez ce fumiste.)

    3. Et même si ce site était plutôt pro-russe, il est quand même extraordinaire de voir un lecteur s’offusquer de ce que certains experts s’efforcent au moyen d’informations tues par la quasi totalité des médias occidentaux, de relativiser la lecture officielle des évènements en Ukraine. Tout comme il est consternant de constater la mémoire sélective de l’ensemble des pourfendeurs de la Russie qui s’auto-censurent en feignant d’ignorer tous les témoignages relatifs aux exactions ukrainiennes de tous bords et aux agissements subversifs des différents gouvernements américains depuis bien avant 2014. Le fondement de vos convictions doit être , somme toute bien fragile, pour que vous ayez besoin de vous fendre d’un tel commentaire.

    4. Il suffit de se remémorer les motifs qui ont amené les américains à faire la guerre en Irak (une de plus) et les motifs qui ont poussé Poutine à lancer ces actions contre l’Ukraine.
      Il est inutile de chercher midi à quatorze heures pour comprendre cette différence ici décriée.

  2. On a abandonné la Russie alors qu’elle est européenne au détriment de l’empire du mensonge. Le but des USA étaient justement de briser l’axe Paris Berlin, Moscou, ils y ont réussi à merveille. Le Biden vient faire son dernier tour de piste pour nous vendre son Gaz de schiste.

  3. Si l’on cherche une reference historique il vaut mieux regarder en 1962 lors de l’affaire des missiles nucleaires de Cuba. Kroutchev , aide de Fidel Castro, dut faire machine arriere pour ne pas declencher alors la 3eme guerre nucleaire; Kennedy jugeant a l’epoque qu’il etait intolerable d’avoir une menace nucleaire a quelques encablures des cotes americaines.
    Et aujourd’hui le 19 fevrier, si je me souviens bien, Zelynsky declare a la nation ukrainienne qu’il souhaite developper une force nucleaire dans son pays, Quelle est alors la reaction de Poutine, la meme que celle de Kennedy en 1962.
    Que ce soit les US ou la Russie leur reaction est identique meme avec 60 ans d’ecart.

  4. Être gaullien est presque impossible.l Europe et surtout la France et l’ Allemagne sont entre le marteau et l enclume : les matières premières Russes et o accès à la Fédéral Réserve américaines.

    Le système bancaire français, qui fait plusieurs fois le PNB de la France, s est spécialisé dans les crédits en dollars dans le monde…Il a absolument besoin d avoir un accès direct avec la FED…si la FED nous le coupé, il est mort….

    C est pour cela que la BNP Paribas n a pas moufté lorsqu elle s est pris une amende de près de 9 milliards de $ de la justice américaine..

    Et je ne parle pas de l actionnariat américains (Black Rock, Vanguard etc…) qui tiennent plusieurs multinationales française, expliquant le départ de Total du plus grand champs gazier du monde sur une décision unilatérale américaine .

    De même que la Suisse (ex UBD ) aussi a besoin de cette accès direct avec la Fed…ce qui peut expliquer le revirement de la Suisse qui préférant le Rafale, choisi le F-35 inadapté juste après la visite de Biden a Genève…

    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/08/20/20002-20180820ARTFIG00101-iran-total-tire-officiellement-un-trait-sur-le-plus-grand-projet-gazier-du-monde.php

  5. N’oublions pas l action de la FED lors de la chute de Lehman Brothers : on parle de 7700 milliards de $ d accès crédit pour éviter un effondrement….Lors de la nationalisation d AIG par Obama, les américains ont été surpris que l argent du contribuable US a payé la Société Générale pour 12 milliards de $ sans oublier la Deutsche Bank , UBS et Goldman Sachs….Notre système bancaire est imbriquée avec les USA…

    Être gaullien lorsqu on voit comment la justice américaine a manoeuvré pour aider Général Electric d acheter Alsthom… entreprise que les français vont racheter mais dont GE a eu tout le loisirs d avoir accès aux brevets des turbines Méribel par exemple…

    Erratum : UBS et non UBD dans le précédent commentaire

    https://www.lemonde.fr/economie/article/2010/02/10/scandale-aig-le-role-de-goldman-sachs-et-de-la-societe-generale-en-question_1303753_3234.html

  6. Il y a deux conflits pesant sur l’Ukraine :
    1. le conflit intérieur avec des populations qui se haïssent au point que les unes oppriment et humilient les autres ouvertement et violemment. Qui doit partir ou être éliminé. Chaque population a des amis de l’autre côté de la frontière. Le pays le plus cité pour cette problématique sociale est le Liban. Il n’est pas prouvé qu’un régime démocratique puisse survivre dans un tel contexte. La Yougoslavie a montré, après 11 ans de guerre ignoble (1991-2001) que la partition en pays indépendants était la solution.
    2. le conflit géostratégique entre Russie et USA avec en toile de fond la croyance que celui qui domine l’Ukraine domine l’Europe de l’Est et l’Eurasie. Cette croyance est illustrée par la conquête de l’empire d’Attila dans les années 450. Aujourd’hui la violence exercée est celle du blocus, arme à double tranchant et plus, dans un monde économique globalisé.
    Il est regrettable que l’humanité ne sache pas résoudre par la négociation entre les belligérants ce type de problème classique sans lancer une propagande infernale et tenter d’obliger quiconque dans le monde à prendre parti, afin de se donner bonne conscience pour tuer l’ennemi.

  7. Bonsoir et merci pour ces points quotidiens éclairés.
    Que pensez vous des messages colportés par Alexandre Adler sur la maladie de Parkinson de Poutine et son renversement en cours ?

    1. Alexandre Adler ? Le cultureux ? Cultureux mais apatride ?
      Dans ce genre diffamation anti-Poutine ininterrompue, il y en a encore trois fois plus dans la presse grand tirage anglo-saxonne ( Daily Mail, … ) .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer