Guerre d’Ukraine – Jour 52 – Mohammed Ben Salman défie ouvertement les Etats-Unis

Chronique de la destruction consentie de l'Europe. - Depuis trente ans, les Etats-Unis n'ont qu'une obsession sur notre continent: empêcher l'émergence de cette "Europe européenne", que le Général de Gaulle appelait de ses voeux, fondée sur une sécurité qui devait aller "de l'Atlantique à l'Oural". La guerre d'Ukraine est à la fois le sommet de la capacité de division américaine et le moment d'un potentiel retournement. Nous assistons non seulement à une révolution militaire russe (grâce aux armes hypersoniques) mais aussi à l'émergence d'un monde multipolaire dont le centre de gravité sera en Eurasie, au coeur du triangle constitué par la Russie, l'Inde et la Chine. La France a un énorme atout - elle est à la fois européenne et présente sur tous les océans du monde. Nous aurions toutes les raisons de jouer un rôle majeur dans le nouvel équilibre des puissances. Mais avant cela, il nous faut d'abord analyser et comprendre ce qui se passe sous nos yeux: le déclin inéluctable de la puissance américaine du fait de la dédollarisation du monde; l'auto-destruction de l'Union Européenne qui pousse les sanctions contre la Russie sur un mode "plus américain que les Américains"; le déclin de la puissance allemande qui a oublié la vieille sagesse de Bismarck, Willy Brandt et Gerhard Schröder - l'Europe va mal quand l'Allemagne et la Russie ne s'entendent pas ; mais aussi le réveil politique de l'Inde qui tient à distance le monde anglo-saxon; la remise en selle, malgré le COVID-19, que cela nous plaise ou non, de la Chine néo-léniniste; et, bien entendu, la résistance de la Russie aux sanctions. C'est à condition de comprendre le monde qui vient que la France saura y trouver sa place.

La bataille d’Ukraine

Selon Southfront.org: 

+ “Dans l’impossibilité de frapper des cibles militaires dans la profondeur du territoire russe, les forces de Kiev continuent de bombarder les zones frontalières russes”. 

+ “Le 15 avril, les forces armées russes ont repoussé une attaque de missiles contre la centrale hydroélectrique de Kakhovka (région de Kherson). Cette installation régule le débit du fleuve Dniepr, fournit de l’électricité à la région de Kherson et de l’eau aux régions agricoles du sud de l’Ukraine et aux régions du nord de la Crimée. La partie russe a indiqué qu’une frappe à l’aide de deux missiles Tochka-U était censée détruire le barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovskaya, ce qui entraînerait un déversement incontrôlé des eaux du Dniepr et provoquerait l’inondation de nombreuses localités de la région de Kherson, afin de paralyser les actions des forces armées russes. Les deux missiles ont été abattus par les défenses aériennes russes. Des fragments d’un des missiles Tochka sont tombés dans le village de Novaya Kakhovka, dans la région de Kherson. Le bâtiment du jardin d’enfants et des bâtiments résidentiels ont été endommagés, une femme et un enfant ont été blessés“. 

+ A Marioupol. il reste environ 2500 combattants ukrainiens dans l’usine d’Azovstal, selon l’armée russe. Mais ils sont retranchés dans ce complexe de l’ère soviétique, véritable ville sous la ville d’après les connaisseurs.  Yan Gaguine, conseiller du chef du gouvernement de la République Populaire de Donetsk, a déclaré à RIA Novosti : “Azovstal est un énorme bâtiment, une énorme usine de construction soviétique, sa superficie peut être comparée à une autre ville, à un autre Mariupol, avec ses propres communications, avec des routes et des donjons. C’est-à-dire que l’installation elle-même a été construite à l’époque soviétique, en tenant compte des possibilités, y compris les bombardements et les blocus, et même certaines structures sont conçues pour une frappe nucléaire”,

+ “Pendant ce temps, les unités d’artillerie de la République Populaire de Donetsk, avec le soutien de la Russie, poursuivent un travail constant de destruction des fortifications des forces de Kiev dans la campagne de Donetsk. Les principales zones de combat positionnel sont Mariinka et Avdiivka“.

+ Les forces des républiques populaires de Lougansk sont principalement impliquées dans les combats positionnels en cours près de l’agglomération de Severodonetsk-Lysichansk. La ville de Popasnaya reste contestée. Néanmoins, des sources locales rapportent que des unités de la LPR y ont récemment réalisé des gains tactiques.

+ Dans la nuit du 15 au 16 avril, la Russie a intensifié ses frappes balistiques: Selon le point de l’armée russe en début de soirée, le 16 avril, le bilan des frappes durant les 24h précédentes était le suivant: 

” (…) les missiles aéroportés de haute précision ont touché 15 cibles ennemies. Parmi elles : six lieux de concentration d’équipements militaires ukrainiens et sept points d’appui des troupes ukrainiennes ont été détruits dans les zones des localités de BARVENKOVO, RUBEJNOÏE, POPASNAÏA, NOVOZVANOVKA, KRASNOARMEÏSK, SELIDOVO et NOVOBAKHMOUTOVKA.

Les frappes ont fait plus de 320 morts et blessés parmi les militaires ukrainiens, et ont détruit 23 véhicules blindés et sept véhicules à usages divers. L’aviation opérationnelle-tactique a détruit 67 zones de concentration de personnel et d’équipements militaires ukrainiens au cours de la journée. Les forces de missiles ont touché 317 installations militaires, dont : 274 bastions et zones de concentration de la main-d’œuvre ennemie, 24 postes de commandement et deux installations de stockage de carburant de campagne des troupes ukrainiennes“.

OTAN contre le reste du monde

+ Chaque jour apporte son lot de questions sur les biolaboratoires américains en Ukraine: pas seulement américains, à vrai dire, puisque Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, affirme que plusieurs instituts de recherche allemands ont été très actifs en Ukraine depuis au moins 2014, pour mener des  recherches sur des virus extrêmement dangereux.  

+M.K.Bhadrakumar sur Twitter: “Il se passe quelque chose. Les États-Unis ne veulent pas que leur général apparaisse devant les caméras de télévision ! Sullivan a parlé jeudi de la levée des sanctions si l’accord russo-ukrainien est adopté ! Et les Russes prennent tout leur temps pour débusquer les gars de l’OTAN dans le labyrinthe souterrain d’Azovstal.”

C’est le Général Cloutier auquel il fait allusion. Soulignons en effet que nous n’avons pas eu de compte-rendu de la visite du Chancelier autrichien à Moscou. Et tous ces journalistes qui se contentent de faire du “copier-coller” des communiqués occidentaux et ukrainiens n’ont fait aucune recherche sur ce qui s’était dit entre le chef du gouvernement autrichein et le président russe. 

+ La journaliste Sophia Van Den Ende, qui est sur le terrain, se fait une autre opinion de ce qui se passe dans les territoires contrôlés par l’armée russe: “Je suis déjà venu dans cette ville [Volnovakha], il y a deux semaines, et c’était le désordre total, des débris traînaient partout, les enfants ne jouaient pas. Il y avait de l’aide humanitaire des Russes… mais maintenant, étonnamment, tout est propre, enfin, peut-être pas partout, mais ici dans le parc. C’est très, très bien.

Quant à mes impressions sur ce que j’ai vu : Je veux démentir les nouvelles hollandaises habituelles qui ne cessent de dire : partout où les Russes sont passés, ils ont laissé la destruction et la mort. Mais là où je viens, après l’arrivée des Russes, je vois ce que vous voyez : les gens sont heureux, ils ” reviennent à la vie “, les enfants jouent à nouveau, et les gens reçoivent de l’aide, de l’aide humanitaire, alors c’est très bien

+ Le journaliste Angelo D’Orsi: “Je considère Zelensky comme l’un des principaux obstacles à la réalisation de la paix”, a déclaré le journaliste italien sur la chaîne de télévision Rete 4. Il estime que les actions du président ukrainien entraînent d’énormes pertes au sein du peuple ukrainien. “Mais cela ne le dérange pas vraiment“, a-t-il ajouté. Le journaliste a ajouté que les États-Unis sont intéressés par la rupture des relations entre l’UE et la Russie, et à l’avenir avec la Chine. “Aujourd’hui, le monde est multipolaire. On peut dire ce qu’on veut sur Poutine. Mais il ne fait aucun doute qu’il a aidé la Russie à retrouver sa place initiale et sa dignité après avoir été évincée de la politique mondiale

Voilà deux exemples de journalistes qui sont attentifs au réel. Il ne faut jamais généraliser sur une profession. 

+ Boris Johnson désormais interdit d’entrée sue le territoire russe.  Johnson aura été l’homme d’un seul rôle – le plus grand il est vrai, pour son pays, la réalisation du Brexit. Mais au fond, il est atteint du mal actuel de l’Occident, nous avons des acteurs au pouvoir. Or, la Grande-Bretagne, c’est comme la France: la gouverner est une tâche trop sérieuse pour se permettre d’avoir des acteurs à leur tête. Depuis qu’il a réussi le Brexit, Johnson échoue – Covid, Ukraine – parce qu’à chaque fois il se cherche un rôle au lieu de traiter le réel. La décision russe est une invitation à revenir au réel.  

Il faut sauver le général Dollar

+ Les États-Unis lancent ouvertement un ultimatum à tous les pays qui ne sont pas prêts à sacrifier leurs propres intérêts et à cesser de coopérer avec la Russie.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a proféré des menaces à l’encontre des pays qui voient une occasion de tirer profit du maintien de leurs relations avec la Russie et de combler le vide laissé par les autres.

Soyons clairs, la coalition unie ne sera pas indifférente aux actions qui sapent les sanctions que nous avons imposées“. – a-t-elle affirmé.

+ Pendant ce temps, le princé héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Selman (“MBS”) a pris l’initiative d’une conversation téléphonique avec les présidents russe et chinois pour voir comment stabiliser les prix du pétrole face à la politique américaine. La rupture avec le système mondial américanocentré qui existait depuis les années 1970 continue!

+Lu sur Zero Hedge: “La fin du système basé sur la finance est accélérée par les développements géopolitiques. L’Occident tente désespérément de sanctionner la Russie pour la soumettre économiquement, mais il ne réussit qu’à faire monter les prix de l’énergie, des matières premières et des denrées alimentaires contre lui-même. Les banques centrales n’auront d’autre choix que de gonfler leurs monnaies pour payer tout cela. La Russie lie le rouble aux prix des matières premières par le biais d’une parité or mobile, et la Chine a déjà démontré qu’elle comprenait le jeu inflationniste de l’Occident en stockant des matières premières et des céréales essentielles au cours des deux dernières années et en permettant à sa monnaie de s’apprécier par rapport au dollar“.

+ L’opinion européenne et turque est majoritairement contre une extension des sanctions au pétrole et au gaz selon un sondage mené par Morning Consult. (Voir image ci-dessus). On remarquera les 28% en France qui souhaitent les sanctions même si cela fait monter les prix. Remarquable coïncidence avec le score d’Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle. On remarquera le chiffre de 43% de réponse à la même question en Allemagne. Les Allemands ont “décollé grave” du réel. 

+En avril, le transfert de fret ferroviaire entre la Russie et la Chine a augmenté de 27 % en glissement mensuel à Zabaykalsk, et de 10 % à Grodekovo”, a déclaré RZD, ajoutant que le transport de fret à l’exportation vers la Chine via le Kazakhstan et la Mongolie est également en augmentation.  

Odessa. Face au port se dresse encore le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1804 à 1815.

85 Shares:
10 commentaires
    1. Les Occidentaux sont dans une logique incontrôlable. Et je suppose que Poutine fera comme il avait fait concernant le Koursk (torpillé à l’époque par un sous-marin américain), ne pas réagir, alors que c’est certainement une attaque ukrainienne coordonnée avec les Britanniques. Du côté occidental on est dans une logique de “Tchernobyl stratégique”; Poutine conçoit son “opération spéciale” comme une barre de refroidissement du réacteur menaçant d’exploser.

    1. Les gouvernements ont jusqu’à la fin du mois pour ouvrir des comptes dans une banque russe (non sanctionnée) où ils déposeront leurs euros ou leurs dollars et l’argent sera changé en roubles puis versée directement par la banque à Gazprom. Le Saint-Siège, la Hongrie, la Slovaquie et un ou deux autres pays ont déjà fait le nécessaire. Les autres font l’autruche. Mais la pression sur le gouvernement allemand de la part des acteurs économiques devient de plus en plus forte.

  1. Il y une dizaine d’années, débarquait par hasard dans ma communauté facebook un couple allemand féru de littérature, mais pas seulement : le combat de leur vie était de dénoncer l’infiltration, à tous les niveaux de l’administration allemande, de la politique et des autorités en général, d’anciens nazis et de leur descendance. Ils faisaient de cette situation une description effrayante, très documentée à première vue. Vrai ou faux ? Je l’ignore, mais à la lecture du sondage, leurs affirmations me reviennent en mémoire.

    1. En France aussi, l’Etat profond n’est pas un mythe. Nazis ou pas, difficile à dire, mais quand on voit la politique d’EM …
      https://www.youtube.com/watch?v=hFAkghTFpwg

      Le nazisme est un fruit vénéneux de l’eugénisme d’entre-deux guerres qui avait l’évidence de la science acquise chez les élites. A partir du moment où l’on considère que certains ont le droit de vivre dans la société et d’autres pas, on est dans cette perspective.
      Il est connu que les anciens nazis ont été “recyclés”, on a juste fait quelques exemples.
      Voir l’opération Paperclip aux Etats-Unis
      Et aussi le livre de Daniele Ganser sur les armées de l’ombre de l’Otan et les réseaux stray-behind.
      Enfin l’ouvrage d’Anthony Sutton “Wall Street et l’ascension d’Hitler”.

  2. Le plus dangereux sera l’entrée en service des « Caesar » de fabrication française, conçus pour détruire les effectifs, les batteries d’artillerie et les bunkers, et permettre le passage des fantassins à travers les champs de mines et les barrières de terrain conquis par les Russes.A ce moment là les morts russes seront IMPUTABLES A LA FRANCE. Et tout sera possible pour notre pays par un pdt de la Rép qui fait la guerre sans soutien ni du Parlement non convoqué ni de la majeure partie de la population. Car nous nous trouvons de facto en cobelligérance avec la Russie. Celle-ci pourra riposter par des frappes sur notre pays à la mesure des dégâts que notre matériel aura causé à l’armée russe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer