Le macronisme, l’autre nom d’une bourgeoisie hystérisée et intolérante

L'intérêt majeur de l'entre-deux-tours que nous vivons tient probablement au dévoilement progressif de ce qu'est devenu le macronisme, de ce dont il est à présent le synonyme. Car nous assistons à un formidable déferlement de haine réactionnaire contre le peuple sous la plume ou dans la bouche des macronistes au sens large, c'est-à-dire de tous ceux qui appellent aujourd'hui à "faire barrage au Rassemblement National". Ceux qui vivent du système donnent libre cours, pendant 15 jours, à un prurit sectaire, hystérisé, intolérant, contre tout ce qui ne pense pas comme eux.

Lire les informations Telegram

Pour lire ces informations, vous avez besoin d'être abonné à Telegram, dont le téléchargement est très simple. Nous diffusons des informations sensibles plusieurs fois par jour sur le fil Telegram Rester libre !
IMPORTANT

J’ai décidé de reproduire ci-dessus le tweet du “journaliste” Thierry de Cabarrus, que j’évoque dans la vidéo Telegram également reproduite, pour illustrer le propos de cet article : le macronisme ne se cache plus comme doctrine politique sectaire, portée par une bourgeoisie hystérisée et intolérante, qui ne s’appuie pas sur une conception politique rationnelle, mais sur une haine de l’autre. 

Le macronisme, l’autre nom du sectarisme bourgeois

Le tweet de Cabarrus me paraît intéressant parce qu’il est emblématique de ce qui caractérise le macronisme aujourd’hui. 

D’abord, il est produit par un journaliste détenteur d’une carte de presse, catégorie bien à part de la population qui se prétend éduquée, formée à une déontologie, avec un souci de vérification des sources et de sérieux. On découvre qu’un journaliste est capable de reprendre à son compte une phrase où un psychanalyste qui ne partage pas ses idées compare une adversaire politique à un animal, en l’espèce un “scorpion qui ne peut s’empêcher de piquer”. 

Une personne éduquée, un membre de la caste, qui animalise ses adversaires…

Ensuite, ce tweet ne place pas du tout le débat avec le Rassemblement National sur le plan de la délibération démocratique. Nous ne sommes pas ici projet contre projet. Nous sommes dans le manichéisme binaire des maîtres qui donnent des notes à des esclaves, des humains qui méprisent les animaux qu’ils ont face à eux, des donneurs de leçons qui diabolisent leurs adversaires. 

Et c’est probablement cela qui caractérise le mieux le macronisme aujourd’hui : un discours de caste où le débat d’idées est remplacé par le mépris de l’autre. 

Le macronisme, cette réaction bourgeoise contre le peuple

Insensiblement, nous l’avons déjà dit en parlant de fascisme bourgeois ordinaire, Emmanuel Macron a fait glisser la “République” dans autre chose que la République. 

Le macronisme exprime une réaction, il est tout entier la dynamique réactionnaire de la caste mondialisée qui exprime son exécration d’un peuple amoureux de sa souveraineté et hostile aux valeurs dominantes. 

Après des années de souffrance, où le suffrage universel a permis d’imposer Trump et le Brexit, le macronisme bouillonne du prurit bourgeois qui exècre ce refus de l’Europe, cette revendication au “localisme”, et cette affirmation identitaire traditionnelle. Enfin, on va claquer le beignet à tous ces cons qui la ramènent !

Du politique au religieux

L’un des signes les plus révélateurs de ce glissement franc et assumé de la politique vers le religieux, c’est la limitation des messages macronistes à une répétition de mantra. 

Ainsi, on fait barrage au Rassemblement National parce qu’il est contre (ou prétendument tel) l’Europe, l’immigration, la diversité, l’écologie. 

Aucun macroniste ne prend soin d’expliquer en quoi le projet lepénien est nocif. Il suffit de dire que Marine Le Pen est contre les grands points dogmatiques du macronisme pour résumer le débat. 

Au fond, le macronisme ne diffère pas, par nature, d’une récitation de chapelet. Il procède d’une sorte de révélation pharisienne : il y a le dogme, et il y a les hétérodoxes, les blasphémateurs, les hérétiques, qu’il faut dénoncer et combattre par la Grande Inquisition. 

Les amateurs d’histoire se rappelleront ici le combat de l’Ancien Régime contre les “libertins”… et se rappelleront la façon dont il a fini. 

Lire les informations Telegram

Pour lire ces informations, vous avez besoin d'être abonné à Telegram, dont le téléchargement est très simple. Nous diffusons des informations sensibles plusieurs fois par jour sur le fil Telegram Rester libre !
IMPORTANT

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
63 Shares:
5 commentaires
  1. Oui, cette incitation du macronisme à la haine de celui qui n’est pas avec eux est bien la signature de Macron. Proprement fasciste. “Qui n’est pas avec nous est contre nous”, la haine en plus. Alors que la règle de paix est simplement inclusive “qui n’est pas contre nous est pour nous”.

  2. Très clairement, le macronisme est la mise en place d’un parti unique de gouvernement. Il a absorbé, tel un buvard ou une serpillière, le PS et l’UMP, car il est parvenu à rassembler autour de sa doctrine atlantiste la bourgeoisie qui, artificiellement, s’était divisée en une bourgeoisie de gauche et une bourgeosie de droite. Que reste-t-il comme force d’opposition ? L.F.I ou E.E.L.V. ? Certainement pas car ils ne sont que des invités faussement turbulents à la table mondialisée où ils sont servis généreusement. Quand Mélenchon appelle à être “élu premier ministre”, il ne fait que demander aux électeurs de cautionner un système qui, par l’élection d’un nombre suffisant de députés, lui permettra de remplir les caisses de son parti.
    Alors, comme force d’opposition, le R.N. ou Reconquête ? Peut-être si Mme Le Pen avait constamment manifesté la volonté de gouverner, ce qui ne me semble pas être le cas. Quant à Reconquête, seul l’avenir nous dira ce qu’il peut devenir. Mais, avec notre système politico-médiatique totalement fermé, sectaire et malhonnête, qui n’a que pour but d’imposer ce parti unique de gouvernement derrière Macron, R.N. et Reconquête ne serviront qu’à rassembler la masse des électeurs pétochards, ces bourgeois urbains, derrière Macron, défenseur d’un ordre qui est celui de leurs intérêts particuliers mais certainement pas l’intérêt commun. L’anathème et le slogan remplacent le débat d’idées dans une démocratie dominée par un parti unique. C’est exactement ce que nous vivons actuellement : tous derrière Macron contre…ceux qui ne croient pas à la doxa mondialiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer