[PAYANT] Comment Biden va spolier les épargnants européens… et comment s’en prémunir

Dans cet article, je décrypte les conséquences (conscientes) de la stratégie économique (aux USA) et militaire (en Ukraine) de Biden sur le patrimoine des épargnants européens. J'y ajoute quelques conséquences patrimoniaux "stratégiques" pour limiter les dégâts importants qui se profilent. Attention, cet article ne donne pas de conseils "tactiques" de placement, mais évoque l'évolution prévisible de votre mix patrimonial. Il ne se limite pas à des conseils boursiers et concerne surtout les personnes disposant d'un patrimoine de 250.000 à 1,5 million €.

Il y a deux façons principales de lire notre époque chahutée : la première consiste à croire qu’elle est le terrain d’un affrontement entre le bien et le mal, la morale et la diablerie (où qu’on la place, d’ailleurs). La deuxième consiste à croire qu’elle est dominée par des luttes d’intérêt sans scrupule et sans considération autre que le profit, indépendamment des pertes humaines qui pourraient en résulter. 

Le lecteur trouvera ici une lecture de l’époque contemporaine à travers le second prisme. 

Un primat américain contesté

Il me semble que l’histoire contemporaine ne peut pas être comprise si l’on n’a pas à l’esprit la contestation du primat américain, notamment économique et énergétique, par la Chine, depuis une vingtaine d’années. 

Pour conserver leur leadership, les Américains ont tenté plusieurs options, dont le protectionnisme agressif avec la Chine sous Trump, et la mondialisation “contrôlée” et revisitée par le Great Reset

Vers un monde bipolaire

Comme l’a très bien suggéré “en creux” le Great Reset de Schwab, et comme l’a plus explicitement montré la couverture du premier numéro de The Economist en 2022 (que nous reproduisons en tête de cet article), le paradigme qui guide la politique américaine depuis deux ans est celui d’une division du monde en deux entités autonomes : le monde atlantiste, aux ordres de Washington, et le “nouveau monde”, sous influence chinoise. 

Cette vision bipolaire se dessine de façon limpide dans l’affaire ukrainienne, où la partie tend à se jouer bloc contre bloc. 

Biden et la théorie monétaire moderne (MMT)

J’ai abordé ce sujet plusieurs fois depuis la parution de mon livre sur le Great Reset, et depuis l’arrivée de Biden au pouvoir. Dans la pratique, le Président américain est un excellent élève du Great Reset, puisqu’il a fidèlement mis en place la politique de l’helicopter money en assumant parfaitement l’inflation qui en découle. 

Tout ceci s’appuie sur la théorie monétaire moderne, ou modern monetary theory (MMT), qui inspire aussi la Banque Centrale Européenne. 

Selon cette théorie, l’argent n’a pas de valeur intrinsèque, il est une création des Etats tout puissants qui peuvent en décréter le cours comme ils le souhaitent. 

L’inflation, objectif fétiche de la MMT

Sans surprise, l’helicopter money pratiquée par Joe Biden, ainsi que sa politique d’investissement public massif dans les infrastructures, a provoqué une décharge d’adrénaline dans la demande américaine, et donc une importante inflation. 

Selon les chiffres qui circulent, celle-ci serait de 8,5% aux Etats-Unis. Elle s’est déclenchée lorsque les ménages américains ont voulu dépenser le chèque de 2.000 dollars par personne versé par Biden en mars 2021… dans un marché bridé par la désorganisation logistique consécutive au COVID. 

Pour la MMT, cette inflation n’est pas un problème : il suffit d’augmenter la pression fiscale sur les ménages moyens (ceux qui consomment le plus) pour calmer la surchauffe des prix. 

Faites bien attention à ce point, car il prévaut aussi dans la pensée économique française. De longue date, de nombreux hauts fonctionnaires français préconisent de “relancer l’inflation” pour diminuer la charge de la dette.

L’inflation, la dette et l’épargne

L’inflation est apparue parce que la demande américaine a explosé alors que l’offre de bien était compliquée, contrariée, par les pénuries en tous genres.

L’inflation est gênante pour les consommateurs, qui doivent payer plus cher les mêmes biens. Mais elle est une bénédiction (apparente) pour les personnes endettées, dont le capital à rembourser diminue en valeur proportionnelle au fur et à mesure que les prix augmentent. Supposez que vous empruntez 200.000€ pour acheter un appartement : si l’inflation augmente de 10% chaque année, en moins de dix ans, votre capital a perdu la moitié de sa valeur. 

Si votre salaire augmente en même temps que l’inflation, votre emprunt vous coûte donc, dix ans plus tard, deux fois moins cher que lorsque vous l’avez contracté. Et, pendant ce temps, la valeur nominale de votre appartement a doublé. 

Inversement, si vous conservez 200.000€ d’épargne en liquide (ou sur un livret A), sa  valeur diminue quand les prix augmentent. 

L’inflation favorise les cigales et pénalise les fourmis. 

L’Ukraine et l’hyper-inflation

Sur ces entrefaits, le Deep State américain a poussé le président ukrainien Zelensky a revendiqué la nucléarisation de son pays sous les auspices de l’OTAN. 

Il n’en fallait pas plus pour pousser la Russie dans ses retranchements, et amener l’Europe au bord du chaos. 

De façon constante depuis l’entrée des troupes russes sur le sol ukrainien, le Deep State américain pousse à la “fermeté” et envenime le conflit, notamment par une stratégie de sanctions contre la Russie qui pénalisent essentiellement l’Europe. 

On en connaît la liste : embargo sur des produits que les Européens seront obligés d’acheter aux Américains au prix fort, désorganisation des récoltes en Ukraine qui provoquent un renchérissement des biens alimentaires et une crise agricole mondiale, et autres folies qui sont le produit de la stratégie américaine de domination. 

Globalement, la guerre en Ukraine accélère encore l’inflation et met l’épargnant européen dans une position critique. 

La question des taux d’intérêts

Parallèlement aux opérations militaires, des opérations monétaires devraient fortement inquiéter les épargnants européens. 

En particulier, la hausse rapide des taux directeurs de la Réserve Fédérale américaine, destinée à juguler l’hyperinflation naissante, risque de provoquer une importante gîte sur le Titanic européen. 

Comment, quand on est investisseur européen ou autre, résister à la tentation de placer désormais ses actifs outre-Atlantique, où l’argent est rémunéré, alors qu’il ne l’est pratiquement pas ailleurs ?

La stratégie monétaire américaine est une bombe à retardement : elle risque de vider les places européennes de leurs actifs, et elle va contraindre la Banque Centrale Européenne à suivre sa concurrente américaine. Cela signifie moins d’argent facile en Europe à un moment où les Etats risquent d’en avoir de plus en plus besoin. 

Les effets de cette politique américaine se feront sentir à l’automne prochain. 

Les épargnants, premières victimes de ce corner

Bref, on comprend à peu près ce qui est en train de se passer.

D’abord, les prix augmentent, et vont donc éroder les patrimoines financiers. 

Ensuite, la hausse des taux va renchérir le coût de l’emprunt et surtout déstabiliser les places financières, qui étaient devenues l’ultime refuge des épargnants. On se souvient ici des simagrées de Bruno Le Maire sur l’assurance-vie en “euro-croissance”. 

Enfin, le désordre mondial, pour ne pas dire la guerre mondiale qui vient, va mettre à dure épreuve les placements spéculatifis traditionnels. 

Comment se préparer à ce grand chambardement ?

La stratégie à adopter face à ce désordre naissant, mais durable, et sans doute dévastateur, doit s’appuyer sur quelques solides certitudes. 

La première est que, sauf à devenir un “accapareur”, comme on disait sous la Révolution, l’épargne et le patrimoine vont souffrir. Il faut donc se préparer à une stratégie défensive plutôt qu’offensive. 

La deuxième certitude est que le placement financier habituel risque de devenir cauchemardesque. Mieux vaudra donc, dans les années futures, privilégier les valeurs-refuges et les valeurs d’usage, plutôt que les valeurs spéculatives. 

La troisième certitude est que le temps de l’agilité intellectuelle où l’on fait bouger les lignes est venu. Je sais qu’il existe des accrocs du placement financier qui n’en démordent pas et qui n’ont que cette doctrine pour religion. Je crains fort que les mois qui viennent ne les conduisent à changer progressivement de point de vue. 

Le poids grandissant des valeurs refuge

Bien entendu, l’ère qui s’ouvre fera le bonheur des valeurs refuge, or en tête. 

Certaines “excursions” du côté des cryptomonnaies sont aussi possibles, mais c’est un marché complexe qui suppose de bonnes connaissances, qu’on ne s’offre pas forcément quand on a peu de liquidités à préserver. 

Je n’ignore pas que beaucoup parient sur les marchés de matières premières mais, là encore, ces marchés supposent un tempérament de spéculateur qui n’est pas donné à tout le monde.

Penser aux valeurs d’usage

Les lignes qui suivent font ulcérer les intégristes du placement spéculatif, mais il est un fait que, si vous disposez d’un patrimoine essentiellement assis sur de l’immobilier (par exemple votre maison et un ou deux appartements, avec un dixième de votre patrimoine en actifs financiers), votre intérêt sera surtout d’aménager votre vie quotidienne en privilégiant les valeurs d’usage, c’est-à-dire des biens dont vous profiterez de votre vivant et que vous léguerez à vos enfants. 

Il peut s’agir de vendre vos deux appartements achetés dans une banlieue en déclin, à Paris, à Marseille ou à Lyon, pour vous acheter une jolie de maison de campagne avec du terrain où vous pourrez cultiver vos légumes et nourrir vos poules. 

Il peut aussi s’agir d’acheter (avec tact) des oeuvres d’art dont vous profiterez en attendant des jours meilleurs. 

Mais ces choix épicuriens ne peuvent être conçus comme de la spéculation pure. 

18 Shares:
2 commentaires
  1. Voilà enfin une bonne idée pour protéger QUE les possédants , les GROS bien sûr ! Les sans dents doivent chercher d’autres moyens car cela ne les concerne pas ! De plus ils n’ont pas les moyens ! Fallait quand même les prévenir ! MERCI à vous…. (allez les critiques des riches !!)

    Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer