Ulrike Reisner : la neutralité du XXIè siècle n’est plus celle du XXè siècle

Le comportement d’États neutres comme l’Autriche, la Suisse, la Suède ou la Finlande dans le conflit ukrainien montre clairement que le « concept classique de neutralité » n’est plus efficace. Aujourd'hui, le potentiel de conflit s’exprime de plus en plus dans des affrontements non militaires, comme les guerres commerciales, les sanctions économiques, les cyberattaques. Même la neutralité militaire ou le non-alignement ne protègent pas contre cette forme de guerre hybride. Elle n'est pas non plus une solution pour l'Ukraine.

Le concept de neutralité est mis à l’épreuve – militairement et politiquement. Dans le contexte de l’Ukraine, les experts et les politiciens n’ont cessé – depuis 2014 – d’évoquer le « modèle finlandais » comme mécanisme possible de résolution des conflits. Les discussions politiques autour d’un rapprochement d’États neutres comme la Suède ou la Finlande avec l’OTAN depuis le début de l’année 2022 montrent que la neutralité militaire ou le non-alignement ne sont plus perçus comme un mécanisme de résolution des conflits dans la même mesure qu’il y a 10 ou 20 ans.

Pour l’Ukraine elle-même, le statut de neutralité militaire est également discuté comme un moyen possible de désescalade. Dans un commentaire paru début avril dans Foreign Policy, Anatol Lieven estime qu’un traité de neutralité pour l’Ukraine devrait inclure certaines conditions essentielles garantissant la souveraineté et l’indépendance: « L’Ukraine devrait avoir la capacité totale de développer ses propres forces armées pour se défendre. Les bases et exercices de l’OTAN en Ukraine seraient exclus, mais l’Ukraine serait libre d’acheter tous les systèmes d’armes nécessaires, à l’exclusion peut-être des missiles à portée intermédiaire capables de frapper Moscou. » [1]

Mais les choses ne sont pas si simples, comme Noam Chomsky l’a récemment démontré dans une interview en prenant l’exemple du Mexique: « Le Mexique est donc un État souverain qui peut choisir sa propre voie dans le monde, sans aucune limite, mais il ne peut pas se joindre à des alliances militaires dirigées par la Chine pour placer des armes de pointe, des armes chinoises, à la frontière américaine, mener des opérations militaires conjointes avec l’Armée populaire de libération, recevoir une formation et des armes de pointe d’instructeurs chinois, etc. En fait, c’est tellement inconcevable que personne n’ose même en parler. »[2]

Le classique de la neutralité a fait son temps

Selon le principe de neutralité du droit international public, il est possible de tenir les conflits militaires à l’écart des espaces. Un État neutre ou une zone d’États neutres peuvent donc tenir à distance des concurrents militaires.

Mais les deux citations de Lieven et de Chomsky montrent pourquoi la neutralisation militaire de l’Ukraine ne peut pas être une solution durable au conflit. Il n’y aurait certes pas de bases militaires sur le territoire ukrainien, mais cela n’empêcherait pas les incursions de la technostructure[3], en particulier de l’industrie de l’armement, qui sont du domaine des Etats-Unis.

L’industrie de l’armement n’est qu’un des nombreux intérêts puissants qui agissent sur les États et leurs actions sans qu’ils apparaissent comme des participants officiels au conflit. Les grandes entreprises technologiques interviennent dans les conflits de manière déstabilisante, sans que l’on puisse facilement leur demander des comptes. Ce sont des acteurs non contrôlés par le droit international, sans subjectivité en matière de droit international, tout comme la haute finance ou les entreprises de biotechnologie. La pression de cette technostructure sur les États est très bien illustrée, dans le cas du conflit ukrainien, par les sanctions économiques imposées à la Russie.

Le comportement d’États neutres comme l’Autriche ou la Suisse montre clairement que le « classique » de la neutralité a fait son temps. Pourquoi la Suisse s’oriente-t-elle de plus en plus vers un exercice d’équilibre en politique étrangère et soutient-elle des sanctions contre la Russie? « Une mise en œuvre seulement partielle des sanctions contre la Russie aurait entraîné des réactions houleuses des États-Unis et de l’UE et, selon toute probabilité, des mesures de rétorsion contre la Suisse », résume laconiquement un commentateur de la Neue Zürcher Zeitung[4].

Les (ex-)neutres en zigzag

Lorsqu’il s’agit de livraisons d’armes, les Suisses se souviennent toutefois des droits et des devoirs d’un État neutre selon le droit international coutumier, selon lequel tous les belligérants doivent être traités de la même manière en ce qui concerne l’exportation de biens d’armement. Les dispositions suisses en matière de neutralité et d’exportation d’armes interdisent la livraison d’armes à des pays qui sont en proie à une guerre civile ou à un conflit international. Les ventes d’armes sont en outre soumises à une « déclaration de non-réexportation », qui empêche que des armes fabriquées en Suisse soient livrées à un autre pays sans autorisation préalable[5].

En Autriche, de vifs débats sur la neutralité ont eu lieu au Parlement dès 2014, lorsque l’UE a imposé – pour la première fois – des sanctions économiques à la Russie. En février 2022, les mesures restrictives ont été étendues. Dans une déclaration gouvernementale, il était notamment question « que l’Europe réagisse de la manière la plus durable possible avec des options civiles, telles que des sanctions ». L’Autriche ne peut toutefois pas se permettre d’adopter une telle attitude en ce qui concerne l’achat de gaz naturel russe, c’est pourquoi elle adopte depuis deux mois une impressionnante politique en zigzag vis-à-vis de la Russie et de l’Ukraine.

C’est ainsi que quatre diplomates russes ont été expulsés[6], après de longues hésitations, car, selon le chancelier, « nous sommes militairement neutres, mais nous ne sommes pas neutres lorsqu’il s’agit de nommer les crimes et aussi lorsqu’il est nécessaire de chercher sur place (…)… » [7]. C’est pourquoi il s’est rendu immédiatement après pour rencontrer d’abord le président ukrainien, puis le président russe. Le contenu de ces entretiens fait l’objet de nombreuses spéculations, tout comme la récente déclaration du ministre autrichien des Affaires étrangères selon laquelle il ne voit pas l’Ukraine adhérer à l’UE avant longtemps[8].

Alors que la Suède et la Finlande envisagent sérieusement d’adhérer à l’OTAN, d’autres, comme Anatol Lieven, déjà cité, s’en tiennent encore au classique de la neutralité: « Les politiciens ukrainiens pourraient souhaiter étudier les exemples de la Finlande, de la Suède et de l’Autriche pendant la guerre froide. Ces États n’ont rien perdu de leur neutralité et sont devenus des sociétés occidentales prospères, respectueuses des lois et démocratiques qui ont pu rejoindre l’UE après la fin de la guerre froide. »[9]

Les guerres hybrides provoquent des conflits armés

Le défaut, c’est que nous ne sommes plus au XXe siècle!

Aujourd’hui, le potentiel de conflit s’exprime de plus en plus dans des affrontements non militaires, comme les guerres commerciales, les sanctions économiques, les cyberattaques. Dans ce contexte, les nouvelles technologies permettent à des acteurs non contrôlés par le droit international et dépourvus de toute subjectivité en la matière, comme les groupes technologiques, de mener des guerres et de déstabiliser de grands États, sans qu’ils puissent être tenus pour responsables.

La neutralité militaire ou la liberté d’alliance ne protègent pas de cette forme de guerre hybride. Elle représente toutefois une menace supplémentaire pour les États neutres ou non alignés si cette guerre hybride conduit d’autres États à recourir à des moyens militaires.

Le débat actuel entre des États neutres ou non-alignés, tout comme la question des livraisons d’armes, n’a donc rien à voir avec le « respect des valeurs ». Ce débat concerne en tout cas la question de la protection militaire et de la capacité à pouvoir réagir à une agression militaire avec l’aide d’alliés.

En aucun cas, ces alliances défensives ne constituent une réponse adéquate à la menace potentielle que représentent les nouveaux colonisateurs du 21e siècle: les entreprises et la haute finance soumettent les États à leurs moyens de pouvoir et en font leurs colonies. Ces nouveaux colonisateurs décident quand et comment ils mènent des guerres hybrides à partir du territoire d’un État. Vous pourrez lire prochainement dans une autre analyse comment ils procèdent et pourquoi les États réagissent trop lentement et à moitié.

 

 

[1] https://foreignpolicy.com/2022/04/04/ukraine-neutrality-nato-west-europe-russia-peace-ceasefire/

[2] https://theintercept.com/2022/04/14/russia-ukraine-noam-chomsky-jeremy-scahill/

[3] Ce terme est utilisé dans le sens d´ouvrage“ Le Nouvel État Industriel“ par John Kenneth Galbraith

[4] https://www.nzz.ch/meinung/sanktionen-die-schweiz-und-ihre-aussenpolitischen-gratwanderungen-ld.1673860?reduced=true

[5]https://www.seco.admin.ch/seco/fr/home/Aussenwirtschaftspolitik_Wirtschaftliche_Zusammenarbeit/Wirtschaftsbeziehungen/exportkontrollen-und-sanktionen/ruestungskontrolle-und-ruestungskontrollpolitik–bwrp-/bewilligungswesen/euc.html

[6] https://www.lefigaro.fr/international/direct-guerre-en-ukraine-l-est-du-pays-se-prepare-a-de-violents-combats-20220407

[7] https://fr.euronews.com/2022/04/10/a-boutcha-le-chancelier-autrichien-reclame-une-enquete-de-l-onu-pour-les-crimes-de-guerre

[8] https://news-24.fr/lautriche-annonce-son-opposition-a-ladhesion-de-lukraine-a-lue-quelques-semaines-apres-la-rencontre-avec-poutine/

[9] https://www.thenation.com/article/world/ukraine-donbas-russia-conflict/

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
3 Shares:
2 commentaires
  1. Corruption, chantages, menaces, assassinats, guerres… cela a toujours existé. Mais aujourd’hui, une mafia concentre les pouvoirs et dirige le monde en utilisant tous ces moyens

  2. Le WEF rassemble et des chefs d’états et des chefs d’entreprises multinationales dont certain dispose d’une la puissance financière aussi grande que celle d’un état comme comme l’Ukraine (200 milliards de dollars). Cette caste a aussi ses apprentis, comme le furent Zélensky, Macron, Trudeau, Bourla, Zuckenberg, qui s’illustrent aujourd’hui à 45 ans sur la scène internationnale comme fauteurs de guerres liberticides. sans complexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer