Le macro-mélenchonisme : une nouvelle idéologie mondialiste est née

Nous assistons cette semaine au dévoilement d'une nouvelle idéologie mondialiste, dont nous soupçonnions l'existence depuis plusieurs années sans oser l'admettre : le macro-mélenchonisme. Derrière des différences apparentes, des divergences ou des antagonismes largement mis en scène, une alliance de moins en moins tacite se forme pour déployer un programme politique dont on découvre qu'il est ou sera très proche des propositions en gestation dans le Great Reset de Klaus Schwab. En y regardant de près, on comprend que ce bloc sera taillé sur mesure pour maintenir coûte-que-coûte la France dans une mondialisation destructrice, fondée sur une grande connivence entre l'Etat et les intérêts privés.

Depuis la réélection d’Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon fait campagne pour devenir Premier Ministre. Cette idée d’une “cohabitation” avec un Président qu’il aura contribué à faire élire pose tout de même de sérieuses questions sur la nature du bloc idéologique qui est en train de se dessiner : le macro-mélenchonisme. 

La gamelle, la maladie infantile du mélenchonisme

Certes, dans la stratégie mélenchonienne, il y a le désir d’obtenir des postes et d’accéder au pouvoir. On ne fait pas de la politique à plein temps pendant quarante ans sans aspirer à toujours plus de paillettes et plus de responsabilités. 

Dans son sillage, Mélenchon tire derrière lui une multitude de gens qui lui ressemblent : les Corbière et Garrido, les Autain et consorts, sont prêts à beaucoup, et à de nombreuses contorsions idéologiques pour justifier d’accepter un poste dans un gouvernement nommé par le Président le plus bourgeois, le plus technocrate, le plus méprisant socialement que nous ayons connu depuis longtemps. 

On ne comprendra pas autrement les concessions que l’ancien adepte du Grand Orient de France, le frère Mélenchon, accepte par ailleurs vis-à-vis de l’Islam, du voile, et de l’islamisme plus généralement. L’Assemblée Nationale vaut bien un hadith…

Aux origines trotskistes du mélenchonisme

Il y aurait à mon avis une erreur de sens à se contenter d’une lecture opportuniste de la stratégie qui se dessine, à gauche, autour de la France Insoumise, pour partager le pouvoir avec Emmanuel Macron. Une réalité plus profonde explique pour quoi un Mélenchon peut imaginer être le Premier Ministre d’un Macron, alors qu’il ne pourrait pas imaginer être le Premier Ministre d’une Le Pen. 

Cette réalité tient aux origines trostkistes de Mélenchon, et à sa profonde conviction que la révolution doit être mondiale et non se réaliser dans un seul pays. 

La presse a beaucoup rappelé ces derniers temps l’engagement initial de Mélenchon dans l’Organisation Communiste Internationale : ce n’est donc pas la peine que nous y revenions. 

Il faut surtout se souvenir ici que le désaccord entre Trotski et Staline portait sur l’ambition mondiale de la révolution bolchevique. Staline considérait qu’il fallait la réussir dans un seul pays avant de l’étendre. Trotski prônait la révolution permanente et le dépassement des frontières. 

La différence irréconciliable entre feu le Parti Communiste et le mélenchonisme tient à cette approche. Il ne faut jamais oublier que le mélenchonisme est par nature un mondialisme attaché à la révolution permanente, c’est-à-dire à une mise sous tension permanente des populations.

Une logique de chaos proche du Great Reset

Beaucoup d’admirateurs de l’incontestable talent rhétorique mélenchonien n’ont pas compris la dimension chaotique par nature du gourou. Dans le mélenchonisme, on trouve la vieille conviction que la révolution mondiale est créatrice d’un nouveau monde. Le chaos est créateur. 

En soi, cette stratégie n’est pas éloignée du Great Reset schwabien, selon qui il faut profiter des pandémies et des guerres pour réorganiser la planète autour de structures multilatérales fondées sur le Big Government. 

Nous reviendrons plus en détail un peu plus loin sur ces parentés idéologiques de circonstance. Mais il me paraît essentiel de noter qu’Emmanuel Macron, en bon praticien du Great Reset, a lui-même gouverné pendant cinq ans dans un univers de chaos, qu’il a souvent lui-même créé. 

Sur ce point, la ressemblance entre les deux hommes est troublante, et l’on peut penser que le macro-mélenchonisme est une idéologie de circonstance parfaitement adaptée à notre temps et aux désirs de la caste. 

Mondialisme et européisme sont les deux mamelles du macro-mélenchonisme

Mais les points de convergence entre le macronisme et le mélenchonisme ne s’arrêtent pas là. 

Dans la pratique, Mélenchon a repris à son compte, sans état d’âme, les totems momentanés de la mondialisation.

C’est par exemple le cas de la vaccination obligatoire, qu’il a déclaré, en février 2022, vouloir appliquer de façon rigoureuse

Sur la question européenne, les propositions de la NUPES, le rassemblement de la gauche lancé par Méluche, ne manquent pas non plus de piquant :

Certes, les deux formations « ont des histoires différentes avec la construction européenne », selon ce texte, « mais nous partageons un objectif commun : mettre fin au cours libéral et productiviste de l’Union et construire un nouveau projet au service de la bifurcation écologique et solidaire. » « Nous parlons de désobéir pour les uns, de déroger de manière transitoire pour les autres », distingue ce document, mais « nous le ferons dans le respect de l’Etat de droit », et « le gouvernement que nous formerons (…) ne pourra avoir pour politique la sortie de l’Union, ni sa désagrégation, ni la fin de la monnaie unique ».

L’union de la gauche en mode Mélenchon valide donc tout à la fois l’euro, l’Union, et les dérogations au principe de libre concurrence. 

C’est donc l’Europe du capitalisme de connivence qui est proposée, et, là encore, il n’y a pas un monde de différence entre le macronisme et le mélenchonisme. Tout au plus une différence de degré et de “franchise” sur le sujet. 

Mais à bien y regarder, la politique européenne de Macron est fondée sur la même logique : appartenance à l’Europe, mais dérogations en tous genres aux règles collectives, spécialement sur le marché unique et les dépenses publiques. 

Une stratégie du Big Government écologique 

En réalité, les deux hommes convergent sur le retour du Big Government préconisé par Klaus Schwab, ce qui leur donne une véritable proximité idéologique. 

Les justifications de cette conversion de Davos à l’intervention massive de l’Etat dans l’économie sont connues. Elles s’appuient sur la nécessité de financer la “transition écologique” qui doit rompre avec le productivisme. 

Tiens, encore un point commun entre mondialisme davossien et mélenchonisme !

On connaît la suite : l’Etat, selon Davos comme selon Mélenchon, doit massivement investir dans une planification écologique qui consistera, pour l’essentiel, à utiliser l’argent du contribuable pour enrichir les prestataires privés. 

Nous avons montré hier, avec l’exemple de Thierry Solère, comme des entreprises privées s’enrichissaient grâce à cette transition écologique. C’est précisément le programme de Mélenchon, comme celui de Macron, comme celui de Biden et de nombreux autres en Occident. 

L’erreur serait de croire que le macro-mélenchonisme serait l’alliance de la carpe et du lapin. C’est tout le contraire ! Ces deux courants de pensée convergent fortement dans la vision du Great Reset à laquelle la caste mondialisée est devenue accro. 

Une laïcité très islamophile

On se souvient ici de Macron déclarant son admiration à une femme voilée. C’est la conception macroniste de la laïcité. 

Sur ce point, sans surprise, l’accord devrait rapidement être trouvé avec l’équipe Mélenchon. 

Une logique sociale commune

On pourrait penser que le macronisme et le mélenchonisme divergent sur les questions sociales. On connaît l’hostilité de Mélenchon à la retraite à 65 ans proposée par Macron, et son hostilité à la loi El-Khomri, qui a ouvert la voie à des dérogations “in peius” au Code du travail par accord majoritaire d’entreprise. 

Derrière ces vraies divergences se cache, selon moi, un jeu plus complexe et plus subtile. 

D’abord, il ne faut pas oublier que la réforme des retraites est un engagement pris devant l’Union Européenne qui ne réjouit par personne. Macron pourrait ne pas être fâché de s’exonérer de sa promesse sous prétexte qu’il est contraint à une cohabitation compliquée. 

Sur la question des accords d’entreprise, il restera une vraie divergence… mais il n’est pas sûr qu’elle importe fortement à Emmanuel Macron, qui avait éludé le sujet en début de quinquennat par quelques ordonnances dont Mélenchon n’a pas revendiqué l’abrogation. 

Il y a donc là un espace pour une négocation entre les deux hommes, qui rendrait le programme acceptable. 

De l’aide sociale en veux-tu en voilà

Au-delà de ces désaccords ponctuels, les deux hommes devraient se retrouver sur la théorie monétaire moderne, que nous évoquons régulièrement dans nos colonnes

Selon cette théorie prisée par Klaus Schwab, l’Etat ne doit pas hésiter à s’endetter pour stimuler la consommation par une politique d’helicopter money. 

Macron l’a abondamment mise en oeuvre (sans l’assumer clairement en tant que telle) avec le quoi qu’il en coûte. Mélenchon n’aura aucun problème à la poursuivre, notamment avec le relèvement du SMIC. 

La tentation eurasienne ?

Reste un point apparent de divergence important entre les deux hommes : la stratégie atlantiste. 

Macron a, en son temps, déploré le poids du gouvernement profond dans la technostructure française, qui l’empêchait de nouer un dialogue constructif avec la Russie. Le Deep State américain a fait ce qu’il fallait, après le quinquennat Chirac, pour que l’alliée français ne lui échappe plus. 

Une cohabitation avec Mélenchon lui redonnerait, sur ce point, un peu d’oxygène pour mieux endosser la théorie de la défense européenne qu’il a plusieurs fois plaidée sans véritable succès. 

Incontestablement, Macron n’ira pas jusqu’à endosser le projet eurasien de Mélenchon, si tant est que celui-ci soit sincère. Mais il pourrait instrumentaliser son Premier Ministre pour revendiquer plus d’indépendance européenne. 

Bref, c’est bien un bloc mondialiste très Great Reset compatible que le macro-mélenchonisme commence à dessiner. Au moins, vous ne pourrez pas dire que vous ne le saviez pas.

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
47 Shares:
12 commentaires
  1. Excellent article…analyse pertinente et sans concession sur ses nouveaux affairistes bobo, écologo gauchistes qui ne remettront jamais en question l’UE et son oligarchie.

    Répondre moderated
    1. « Une nouvelle idéologie mondialiste est née » vraiment? Je ne crois pas non. 400 ans qu’elle existe cette idéologie malsaine. Ça s’appelle le progressisme francmac et avec un peu de chance il va bientôt crever, enfin.

  2. Le convoi improbable Extrême gauche, écolos, communistes et PS arrive bientôt en gare !
    Mais il bien possible que les électeurs leur demande de remonter dans le train car il est vraiment pathétique de voir tous ces guignols prêts à tout pour un siège de 5 années de pantouflage aux frais des contribuables et qui prennent leurs désirs pour des réalités.

    1. Tous est bon pour la gÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔche opportuniste; comme disait Lénine, « Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons ». Quand je pense 😮😮 que certains —suivez mon regard— ont appelé à voter mélenche pour empêcher maqueron. Sur ce coup je rends grâce aux boumeurs qui ont sauvé l’extrême centre contre le sociopathe petit bourgeois socialo. Pas que l’intéressé ait voulu être élu non plus, entre nous. Le rôle de bavard parasite lui sied parfaitement.

  3. Macron Mélenchon la main dans la main, avec giflette de temps en temps, c’est maintenant très clair. L’important n’est pas le développement de la France et la prospérité de tous les français mais l’intégration de l’Etat à l’ordre politique global (Europe et Monde) et : pour Mélenchon un nouveau projet au service de la bifurcation écologique et solidaire, pour Macron la planification de la transition écologique et solidaire à marche forcée. Les gourous de ces deux acteurs, Marx et Schwab, sont bien sûr idéologiquement compatibles. Il suffit de lire pas en pas le “the communist manifesto” (1908) et “the great reset” (2020) qui se posent la même question : comment établir un nouveau régime politique global et un état de droit qui éliminent la bourgeoisie forte de ses deux principes naturels : il faut semer (le capital) avant de récolter (les produits) et la liberté de marché permet une allocation optimale des capitaux pour le développement et la prospérité des hommes.
    Mais les lois du marché libre ne sont pas naturellement favorables au développement d’une humanité génétiquement modifiée.

  4. Bonsoir,
    Très parlant et vérifiable dans les discussions entre voisins !
    J’habite un coin très Mélenchon : contre la fascisme (impossible d’en tirer une définition de leur bouche), contre la propriété , pour le climat , pour l’automatisation, pour le revenu universel, pour les théories fumeuses égalitaires , contre les frontières …..et le dernier en date , totalement acquis à la Covid ( qui a changé de sexe pendant la pandémie….elle même ayant vu le seuil épidémiologique diminué par l’OMS pour qu’un tel mot effrayant puisse être employé….quelques mois avant “iel” covid évidemment)

    En somme , ils sont déjà globalistes capitalistes spéculateurs et génocidaires avant qu’on leur en donne l’ordre !

    La lie !

    Répondre moderated
  5. J’ai vu son petit jeu à ce parasite opportuniste lors de sa rencontre à Marseille avec l’autre psychopathe..un politicard de plus de ma pire espèce …bref…quand est ce que Poutine viendra mettre de l’ordre en France pour nous débarrasser de ces cancrelats? Ça urge sévère.. ! Dialoguer et argumenter ça ne suffit plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer