Vaccins Covid : comment les nanoréseaux intracorporels sont-ils alimentés en énergie ?

C’est une question qui a été posée plusieurs fois par nos lecteurs et je me la suis également posée. Comment un nanoréseau intracorporel sans fil peut-il fonctionner plusieurs semaines, mois ou années et à partir de quelle source d’énergie ? Quelle est sa consommation énergétique et un tel dispositif peut-il fonctionner de manière autonome et indépendante de manière durable ? Réponses et explications.

Pour répondre à ces questions, nous proposons également de publier ici quelques extraits de notre dernier dossier sur la présence de nanoréseaux dans les sérums vaccinaux contre Covid. Il ne s’agit que d’extraits et nous renvoyons donc le lecteur à la consultation du dossier pour avoir une vue d’ensemble concernant le fonctionnement de ces dispositifs inoculés dans les vaccins que sont les Wireless Body Area Network (WBAN).

Beaucoup se demandent comment un tel réseau – aussi miniaturisé soit-il – peut-il être alimenté par une source d’énergie, suffisante, fiable et durable ?

Des nanobatteries économes en énergie

Pour son fonctionnement, le WBAN doit être économe en énergie, c’est l’un des principaux défis et chaque nœud de capteur fonctionne avec une nanobatterie. Une quantité excessive de communication consomme trop d’énergie, c’est ce que rapporte Ullah et al. dans une étude datée de 2022 et intitulée : Energy Efficiency and Reliability Considerations in Wireless Body Area Networks: A Survey. Les auteurs passent en revue et présentent un aperçu critique des “solutions de routage économes en énergie et fiables” pour les WBAN.

Mais l’une des publications de référence sur les nanobatteries est certainement celle de Song H et al. publié en 2021 qui propose une introduction très exhaustive sur le sujet. Au chapitre 19 d’un ouvrage sur les nanotechnologies qui compte 650 pages, on trouve une section sur les nanobatteries au graphène.

Les nanobatteries utilisent une technologie à l’échelle nanométrique, des particules qui mesurent moins de 100 nanomètres et fonctionnement en utilisant des ions. Il existe plusieurs types de nanobatteries mais le fonctionnement le plus classique s’appuie sur la conversion de l’énergie chimique en énergie électrique.

Le principe d’une nanobatterie est proche de ce que nous connaissons d’une batterie (anode, cathode, électrolyte) mais utilise le flux des ions (nano échelle).

L’anode et la cathode ont deux potentiels chimiques différents, qui dépendent des réactions qui se produisent à l’une ou l’autre extrémité. L’électrolyte peut être un solide ou un liquide, se référant respectivement à une cellule sèche ou à une cellule humide, il est ioniquement conducteur […] Les nanobatteries injectées dans le corps évoluent dans les fluides corporels et utilisent les ions disponibles dans le corps humain.

Les nanobatteries au graphène

Les nanobatteries au graphène peuvent fonctionner de manière différente notamment grâce aux ondes électromagnétiques que l’on retrouve partout dans notre environnement, particulièrement celles produites par les réseaux téléphoniques sans fil. Un corps biologique situé dans un environnement électromagnétique va voir apparaître en son sein des courants induits correspondants aux fréquences de cet environnement. Certaines personnes y sont par ailleurs très sensibles, nous le savons.

Si l’oxyde de graphène offre une bonne capacité d’absorption des ondes 5G, comme l’affirme Mik Andersen, il s’appuie sur les travaux de Ameer et Gul (2016) intitulés Influence of Reduced Graphene Oxide on Effective Absorption Bandwidth Shift of Hybrid Absorbers pour conclure également d’une bonne absorption des ondes 2G, 3G et 4G (cf. schéma)

Schéma : spectre radio selon les niveaux de fréquence (source article de Mike Andersen).

L’article de Ammer et Gul conclut que le nanocomposite NiFe2O4-rGO peut fonctionner sur le spectre 1MHz-3GHz, s’adaptant parfaitement au spectre électromagnétique 5G, mais aussi aux autres bandes 2G, 3G et 4G. Les auteurs s’y réfèrent ainsi : « la spectroscopie a été réalisée dans la région des basses fréquences sur la bande 1MHz-3GHz. Les nanoparticules vierges synthétisées et les hybrides se sont avérés hautement absorbantes pour les micro-ondes dans toutes les bandes radar L et S (<−10 dB de 1 MHz à 3 GHz). Cette excellente propriété d’absorption des micro-ondes induite par les feuilles de graphène montre l’intérêt d’une application de ces matériaux avec une absorption adaptée pour une utilisation en basses fréquences “.

Donc, la question de l’alimentation énergétique d’un nano réseau intracorporel ne semble pas être une difficulté technique même si comme pour toutes les technologies, elle reste améliorable.

En réponse à certains lecteurs qui s’inquiètent parce que nos articles sont anxiogènes, je réponds qu’il s’agit de fournir des informations et des explications sur ce que certaines équipes découvrent et continueront de découvrir dans les sérums vaccinaux. Il s’agit ici d’expliquer ce qui a été observé dans les vaccins contre Covid et ce que ces technologies permettent de réaliser. L’idée n’est pas d’effrayer les lecteurs, mais de les aider à prendre des décisions lorsque la prochaine épidémie et la prochaine campagne de vaccination seront proposées ou quasi imposées. Il faudra alors faire des choix difficiles s’ils décident de couper les aides sociales ou l’accès aux soins aux non vaccinés.

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
83 Shares:
25 commentaires
  1. “En réponse à certains lecteurs qui s’inquiètent parce que nos articles sont anxiogènes, je réponds …”

    il est bien là le problème c’est que je vous parie mon billet que ceux qui “s’inquiètent ” sont surtout et principalement ceux qui se sont fait injectés ce produit de merde!..et la meilleure dans tout ça c’est que ces derniers ont le toupet de nous reprocher à nous (qu’avons un peu plus de neurones en fonctionnement) de leur faire peur! Ils se foutent de notre gueule ou quoi? désolé mais faut arrêter de vivre au pays de panda et de la fée clochette….ça commence à bien faire…avec leur DISSONANCE COGNITIVE !

  2. ps: j’ai voulu commander l’ouvrage à 7 € mais bon apparemment faut être abonner au courrier des stratèges non?

    Répondre moderated
  3. Supposons que des dizaines de millions de personnes ont ces nanoréseaux dans le corps.

    Comment un individu “ordinaire” –cad qui n’a pas un labo suréquipé à sa disposition, ni des dizaines de “cobayes” volontaires pour cette détection–, comment je peux faire pour tester cet état de fait, j’ai un smartphone, un ordi portable, une clé USB 5G, je peux concevoir d’acquérir un détecteur XYZ pour 100 ou 200 euros … je fais comment ?

    Si je ne peux faire de détection moi-même, il faut croire sur parole … comme pour les médias mainstream … pas terrible.

    A quoi bon ces nanoréseaux je ne constate aucune différence chez mes concitoyens … ils sont déjà en majorité téléguidés à distance par la télé, moutonniers, en attente de la Xième dose, donc qu’apporterait ces nanoréseaux ?

    Répondre moderated
    1. Moi j’ai remarqué un très gros changement de comportement avant et après vaccination!! Dans la très grande majorité des cas (mais pas tous!) ….
      Pour vous convaincre :
      Essayez de montrer les résultats de l’étude anglais sur la mortalité des 10 à 14 ans selon le statut vaccinal… J’ai essayé , la réaction est stupéfiante : RIEN, rien ne ce passe et vous avez beau attendre rien ne ce passe si ce n’est : je ne veux pas le voir !!! parlons d’autres choses !!!
      Ce n’est pas un comportement normal, je vous l’assure!!! Il y a bien quelque chose d’extérieure pour qu’une maman ne s’offusque pas de ces résultats!!!! C’est sûr…. Faites l’essais

      PS à M. Aventin : j’ai acheté un dossier à 9,9 € mais je me suis trompé dans l’adresse mail… Pouvez vous me le renvoyer svp.
      PAr avance merci

      Répondre moderated
      1. Effectivement, … mais je ne me base pas sur le “psychologique” pour valider l’existence des nanoréseaux dans le corps humain via la vaxx, ma question reste entière. Comment je fais
        pour pouvoir au moins approcher une vérification de la présence de ces nanoréseaux ?

        Bien sur les médias mainstream nous mènent en barque, mais ce n’est pas une raison valable pour accepter sans vérifier tout ce qui vient des circuits d’informations alternatifs.

    2. Bonjour,
      c’est très simple j’ai déjà fait l’expérience. Je me suis procuré un téléphone portable ancien, type Sony agé de 6/7 ans. J’ai activé le réseau bluetooth, je me suis approché à moins de 2 mètres de 2 personnes de la famille dont j’étais sur qu’elles étaient vaccinées, et je vois bien apparaître des codes aléatoires bluetooth qui ne correspondent à aucun appareil. Il y a un code par personne du type 66:A7:CB:OA:E2:00
      si la personne s’éloigne, le code disparaît et il réapparaît des qu’elle se rapproche du téléphone portable. C’est effrayant !

      1. je précise que ces personnes n’avaient pas leur téléphone portable sur eux et que j’ai pu constater le même phénomène sur la chienne qui venait de se faire vacciner une semaine auparavant !

        Répondre moderated
      2. Ben oui…je me tue à le dire…tu peux les capter les injectés à environ 30 mètres ! Je l’ai fait plusieurs fois en campagne en me baladant..mais bon les injectés refusent l’évidence..tant pis pour eux qui viennent pas dire: ” ben je savais pas…” qu’ils se demerdent..

        1. alors apparement les portables Apples et Samsung ne permettent pas d’afficher ces codes (quelles que soient leurs générations), il ne faut pas nécessairement un portable ancien, mais un portable d’une autre marque que celle citées. Dans mon cas c’était un ancien Sony Wperia

  4. Bonjour, il est bien sur très intéressant de prendre connaissance de toutes ces données techniques. Plus particulièrement, il est nécessaire de savoir si les injections à répétition sont destinées à assurer le fonctionnement de ces nano réseau ou ont d’autres fonctions . En revanche, une erreur d’interprétation importante concerne les laboratoires pharmaceutiques. Ce sont les gouvernements qui ont commandé aux laboratoires pharmaceutiques cette technologie et non l’inverse. La preuve en est que, quelque soit le laboratoire, cette technologie semble présente. Il serait aussi utile de connaître un moyen pour éliminer si c’est possible, ces nano particules.

    Répondre moderated
    1. Vous avez raison! Cependant parfois il est difficile de faire la différence entre labo pharma et gouvernement, Mackinsey en est la preuve!
      La question de la purification est cruciale…. Espérons qu’elle existe ou qu’elle va exister!

  5. Les articles de M. Laurent Aventin sont terriblement intéressants !
    Sans avoir aucune connaissance particulière en vaccinologie, il y a un fait ANORMAL que l’on peut constater depuis février 2020 : les 4 vaccins découverts (en une semaine !)/proposés en Occident sont tout à coup TOUS à technologie ARNmessager – alors que les premiers travaux à leur sujet ont plus de 30 ans, que Moderna a travaillé de 2010 à 2020 sur 9 “vaccins” sans jamais réussir à en commercialiser un seul et que JAMAIS personne n’en a réussi ne serait-ce qu’UN seul dans l’Histoire !!! – alors qu’AUCUNE grande entreprise de Pharmaceutique ne propose le seul vaccin qu’on connaisse depuis plus de 100 ans : celui à virus inactivé (!?!). Un “faux” concurrent, Valneva, nain qui n’appartient pas au gotha de big Pharma (et probablement pas au Dolder ?) sert à masquer cette SUPERCHERIE par un feuilleton à répétition où il se voit refusé par le RU, puis par l’UE, etc.
    De ce fait, j’aimerais beaucoup savoir pour quelle(s) raison(s), selon Laurent Aventin, le vaccin proposé en Occident est SYSTEMATIQUEMENT à ARNmessager et non à virus inactivé ? Dit autrement, au regard de ce que Laurent Aventin sait de ces nanotechnologies, s’avèrent-elles impossibles à injecter via un vaccin “classique” ? Ou bien, est-ce que ces vaccins à ARN messager sont simplement une COUVERTURE qui permet de cacher/justifier les dégâts/problèmes occasionnés par ces nanotechnologies (à but de contrôle du cheptel humain) sous le vernis d’une erreur scientifique commise par l’industrie (“oh mince, on ne pensait pas que c’était si dangereux de produire en volume de la Spike toxique”) ? Pourrait il traiter ce sujet dans un futur article ?

    Répondre moderated
  6. Aucune des personnes que j’ai réussi à “tester” (sans le dire évidemment) dans un environnement isolé n’émettait de signal / adresse Mac “corporel”. Faut parfois faire preuve de diplomatie et trouver un argumentaire adapté pour faire éteindre les smartphones ect.

    Ensuite, j’ai réalisé que les Ipad / Iphone émettent un nouveau code MAC à chaque démarrage de l’appareil, ce qui n’est pas le cas des Android qui ont une adresse MAC fixe, cela peut induire en erreur puisque on ne va pas retrouver le code MAC de l’Ipad / Iphone dans la base de données mondiale des fabricants de composants réseaux. Je ne connais pas le détail de ces choix industriels.

    Le test dont j’ai vu une vidéo de maître Brusa qui prétend démontrer l’émission d’un code MAC corporel … un signal WIFI 5G peut émettre un code Mac sur 200m voire au delà tout dépend des composants réseaux utilisés, pour du 4G on est quelques dizaines de mètres en général, donc le signal n’est pas forcément “local”.

    Pour ma part, pour l’instant je ne conclus rien tant que je n’ai pas réussi à démontrer l’existence de ce “code Mac corporel”, évidemment en environnement urbain c’est impossible de tester vu la prolifération des signaux.

    Si quelqu’un a déjà pu valider lui-même l’hypothèse de ce code Mac corporel de manière indubitable (contexte précis), je suis intéressé.

    1. Bonjour, oui je l’ai fait et de raison certaine. Voir ma réponse un peu plus haut. Je peux même ajouter que la chienne de la famille récemment vaccinée émettait le même code Imac. J’ai fait le test dans un maison individuelle éloignée avec 2 personnes vaccinées sur 4, et j’avais bien 2 codes imac qui apparaissaient ou disparaissaient en fonction de l’éloignement des 2 personnes. En fait j’avais 3 codes imac et je ne comprenais pas d’où venait ce troisième code jusqu’à ce que l’on m’informe que la chienne avait été vaccinée il y a 1 semaine. J’ai donc pu constater en éloignant la chienne que le troisième code disparaissaient !

      Répondre moderated
      1. Merci pour votre témoignage. Cependant ce qui est sur, tous les vaccinés n’émettent pas de code Mac, ceux que j’ai testé n’en émettaient pas. Alors pourquoi certains et pas d’autres … mystère. J’ai testé tout type de profil social, … personnes en activé, retraités, ect

        Pour info, énormément d’objets connectés émettent un code Mac, … il faut être sur que ces personnes n’avaient pas de montres sur elle, de casques, ect

        J’ignorais que l’on vaccine également les animaux contre le covid …

        1. non ce n’était pas un vaccin contre la covid, mais le vaccin réglementaire pour les chiens.
          Se pose alors la question : y a t’il aussi des nanos particules dans ces vaccins et pourquoi le cas échéant ?

  7. Cher Olivier,
    Félicitations pour ce que vous faites j’ai lu la totalité de votre dossier, et immédiatement après votre conclusion il me vient la question suivante : puisque c’est une lutte contre la montre, ne devons nous pas partager de manière large ces informations avec nos proches, et nous y encouragez-vous?

    Répondre moderated
  8. Vous pouvez pas dire plutôt INJECTION que “VACCIN”? non? ça serait plus juste…je ne vous apprendrais pas qu’agir ainsi vous participez à la novlangue et rendez service aux psychopathes qui nous gouverne!

    Une bataille, un combat se gagne d’abord par la communication par les mots qu’on emploi! vous devriez le savoir ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer