Guerre d’Ukraine – Jours 95-96 -97 : ce que Kissinger a voulu dire à Davos

Sur RTS Info, Bernard Wicht, universitaire de Lausanne, expliquait lundi 30 mai: "Moscou, vise depuis le début de son invasion des objectifs bien différents de ceux perçus par les Occidentaux...C'est difficile à dire compte tenu de la situation humanitaire, mais du point de vue de la stratégie militaire, la manoeuvre entreprise par l'armée russe depuis le déclenchement de la guerre entrera probablement dans les annales de l'Histoire comme un modèle du genre....Le succès des opérations russes, c'est d'avoir réussi à mystifier tout le monde. D'abord en donnant l'impression qu'ils cherchaient à mener une opération rapide, comme ils avaient déjà pu le faire par le passé. Ensuite, en faisant croire qu'ils cherchaient à prendre la capitale Kiev. Puis, désormais, à rassembler et fixer les forces ukrainiennes près de la ville symbolique de Kharkov.Les Ukrainiens défendent la ville. Pendant ce temps les Russes ont les mains libres dans le Donbass...Les Russes pratiquent ce qu'on appelle l'art opératif. Ils ne cherchent pas à détruire l'adversaire, mais à le pousser à s'effondrer sans se laisser entraîner dans un combat d'usure".

La Bataille d’Ukraine 

En s’appuyant sur les informations vérifiées de Southfront.org

30 mai 2022 

Dans la région de Kharkov, les tentatives des forces armées ukrainiennes de poursuivre leur avancée vers la frontière russe ont échoué. Les unités ukrainiennes ont subi de grosses pertes. Une autre tentative ratée de contre-attaque par l’armée ukrainienne a été signalée près de la ville de Dergachi, au nord de Kharkov. De son côté, l’armée russe ne mène pas d’opérations offensives dans la région.

Dans la région d’Izioum, les lignes de front n’ont pas changé depuis plusieurs semaines. Les militaires russes se regrouperaient dans la zone afin de préparer une percée à travers les défenses ukrainiennes vers Slaviansk. Des tirs d’artillerie lourde sont signalés sur l’ensemble des lignes de front, de Velikaya Kamichevakha à Sviatogorsk. Le groupement de l’armée ukrainienne dans la région a été renforcé par des forces retirées de la direction de Kharkov et transférées de Dniepropetrovsk.

Les forces dirigées par la Russie encerclent la ville de Sviatogorsk. Des combats ont lieu dans la région de Bogorodichne.

Après que la ville de Krasni Liman est passée sous le contrôle de la République Populaire de Donetsk, les forces dirigées par les Russes poursuivent leur avancée vers Slaviansk depuis l’est. Les positions de l’armée ukrainienne dans le village de Raïgorodok situé à 10 kilomètres de Slaviansk sont déjà bombardées par l’artillerie russe. L’avancée russe menace le ravitaillement militaire des unités de l’armée ukrainienne déployées dans la région métropolitaine de Severodonetsk-Lisichansk depuis Slaviansk et Seversk.

Pendant le même temps, les forces russes ont contourné les positions de l’armée ukrainienne près de Svetlodarsk et poursuivent leur progression vers la ville de Bakhmut (Artemovsk), qui est l’un des principaux bastions de l’armée ukrainienne dans la région du Donbass.

Des frappes d’artillerie et de missiles sont effectuées sur les positions de l’armée ukrainienne dans la ville. L’autoroute Artemovsk-Lisichansk, qui est la principale ligne de communication avec les unités de l’armée ukrainienne à Severodonetsk, est constamment bombardée par l’artillerie russe. Les combats se sont approchés de l’autoroute et ont atteint les villages de Stryapovka et Novaya Kamenka.
De lourdes pertes de l’AFU sont signalées sur la route.

Au nord, la route entre Artemovsk et Soledar est également sous le feu de l’artillerie russe.

Dans la région de Zolotoïe, les forces dirigées par les Russes poursuivent l’encerclement des unités ukrainiennes. De violents affrontements se poursuivent dans la ville de Kamichevaha, ainsi que dans la ville de Zolotoïe elle-même. Les militaires ukrainiens ne retirent pas leurs soldats et continuent de défendre leurs positions dans la région. 

Dans la ville de Severodonetsk, les forces dirigées par les Russes avancent depuis les directions nord, est et sud vers le centre de la ville et remportent de nouvelles victoires.  Jusqu’à présent, les zones proches de l’hôtel local Mir (dans la partie nord de la ville) et de la gare routière (dans la partie est) sont passées sous le contrôle des forces russes. Les combats de rue se poursuivent dans les quartiers résidentiels. L’armée ukrainienne se replie vers la partie orientale de la ville où se trouve la grande zone industrielle.

Dans la région de Donetsk, les unités de la RPD élargissent lentement la zone qu’elles contrôlent autour de la ville lourdement fortifiée d’Avdeïevka. De lourdes batailles se poursuivent dans les villages de Krasnogorovka, Novoselka-2, ainsi que dans la banlieue sud de New York (Novgorodskie).

Les forces de Kiev ont récemment revendiqué une autre vaste opération de contre-offensive dans la région de Kherson. Plus récemment, une autre tentative de contre-attaque des positions de l’armée russe a eu lieu dans la région de Davidov Brod. Les groupes d’assaut ukrainiens ont essuyé des tirs d’artillerie et d’aviation et ont subi de lourdes pertes. Selon des sources pro-russes, l’opération ratée a entraîné la destruction de 20 pièces d’équipement militaire de l’armée ukrainienne, d’un hélicoptère Mi-8 et de plus de 200 soldats ukrainiens.
Alors que les unités kiéviennes battent en retraite et subissent de lourdes pertes sur les lignes de front, l’armée ukrainienne poursuit ses bombardements sur les zones civiles de la ville de Donetsk. 

31 mai 2022

Depuis le 31 mai, les forces dirigées par la Russie contrôlent environ la moitié de la ville de Severodonetsk. Avançant depuis les directions nord, nord-est et sud-est, elles ont repoussé les forces armées ukrainiennes des zones résidentielles de la périphérie de la ville ainsi que de certains quartiers centraux. Les unités ukrainiennes se replient vers la ville de Lisitchansk et renforcent leurs positions dans une nouvelle forteresse de la résistance ukrainienne, dans la grande zone industrielle de l’usine chimique Azot située dans la partie ouest de la ville.

Le 30 mai, les unités de l’armée ukrainienne en retraite ont fait exploser un conteneur contenant vraisemblablement de l’azote dans l’usine chimique Azot de Severodonetsk. Une grande colonne de fumée a été vue au-dessus de la zone industrielle de la ville.

Malgré les efforts de l’armée ukrainienne, les forces dirigées par la Russie ont déjà pris le contrôle de la moitié de la ville. Les vidéos partagées par les forces dirigées par la Russie depuis les zones résidentielles de Severodonetsk ont confirmé qu’il n’y avait plus d’unités ukrainiennes dans le centre de la ville.

Le palais de la culture et le parc Gogol, situés dans le quartier central, sont passés sous contrôle russe. Les forces armées de la Fédération de Russie se dirigent vers la zone industrielle le long de l’avenue Gimikov par le nord et de l’avenue Gvardeiski par l’est. Tant qu’elles le peuvent, les forces ukrainiennes continuent d’établir leurs fortifications près des bâtiments civils, en utilisant les résidents locaux comme boucliers humains.

Les responsables ukrainiens admettent que les troupes russes ont déjà occupé le centre de Severodonetsk.  Toutes les voies d’approvisionnement menant à la zone métropolitaine de Severodonetsk-Lisitchansk sont sous le contrôle du feu des Forces armées de la Fédération de Russie. L’évacuation de Severodonetsk et la livraison de marchandises y sont extrêmement difficiles en raison des dommages causés par le feu aux véhicules qui tentent de pénétrer dans la ville..

La plus grande partie des unités de l’armée kiévienne battent en retraite vers la ville de Lisitchansk, située sur la haute rive occidentale du fleuve Severski Donetsk. L’assaut des forces russes sur Lisitchansk est compliqué par la nécessité de traverser la rivière, car presque tous les ponts entre les deux villes ont été détruits par l’armée ukrainienne, ainsi que par le fait que Lisitchansk est située sur une colline par rapport à Severodonetsk. Par conséquent, Lisitchansk est susceptible de devenir la principale zone fortifiée de la résistance ukrainienne après la chute de la ville de Severodonetsk sans affrontements prolongés. Dans les prochains jours, les forces russes devraient encercler la ville de Lisitchansk ainsi que l’usine chimique Azot à Severodonetsk avant l’assaut majeur. La région est déjà coupée des approvisionnements militaires en provenance de l’ouest.

Aujourd’hui, le régime de Kiev a encore la possibilité de retirer des équipements lourds de la région de Severodonetsk. Les troupes russes refermeront la tenaille d’ici une semaine et la situation pour l’armée kiévienne sera critique. Le commandement militaire ukrainien devrait se hâter d’organiser un retrait planifié des équipements vers Kramatorsk et Slaviansk. Cependant, jusqu’à présent, il semble que le regroupement des Kiéviens à Lisichansk soit prévu uniquement pour défendre la forteresse assiégée.

1er juin 2022

Depuis le 1er juin, les actions offensives actives des forces russes se concentrent sur les zones situées au sud d’Izioum, autour de Liman ainsi qu’autour de Lisitchansk, Severodonetsk et Popasnaïa. Une offensive est également en cours à Avdeïevka, dans la campagne de Donetsk.

L’opération de prise de contrôle russe à Liman est presque terminée, les restes des unités vaincues de Kiev sont désarmées ou fuient vers la rive orientale de la rivière Severski Donets. Dans le même temps, le principal groupe de forces russes n’a pas encore traversé le fleuve. Il y a des chances que le front se stabilise pendant un certain temps le long de la ligne créée après la libération de Liman, au milieu d’actions offensives actives dans d’autres directions.

Dans la région de Severodonetsk, les troupes de Kiev se retirent lentement de la ville sous les frappes de l’artillerie et de l’aviation russes. Des combats urbains s’y déroulent. Des sources pro-russes affirment que la ville sera entièrement libérée dans les prochains jours.

Dans la région de Kherson, l’avancée ukrainienne qui avait pris le relais des annonces sur Kharkov a été un échec total et les troupes de Kiev ont subi des pertes importantes dans la “zone grise” le long de la ligne de contact. La situation dans la région reste stable.

Selon le Ministère russe de la Défense, les missiles aériens de haute précision des Forces aérospatiales russes ont touché 5 points de contrôle, ainsi que 29 zones de concentration de la main-d’œuvre et du matériel militaire de l’armée ukrainienne. Les frappes par avion, missile ou drones de positions et d’entrepôts ukrainiens ont continué ces derniers jours. 

Dans un avenir proche, les forces russes vont concentrer leur action offensive active dans la région de Lisitchansk, afin d’éliminer le regroupement des troupes de Kiev dans cette région. La maîtrise de Severodonetsk et de Lisitchansk permettra de sécuriser les gains importants réalisés autour de Popasnaïa et de créer les conditions d’une percée autour d’Izioum et donc d’une avancée réussie vers Slaviansk depuis ces directions.

Dans le même temps, la situation évoluera autour d’Avdeïevka, qui est un point fort important des forces de Kiev autour de Donetsk. La libération de cette zone est un élément clé des efforts plus larges visant à sécuriser enfin les zones résidentielles dans la campagne de Donetsk. En attendant, les troupes de Kiev poursuivent leurs frappes quotidiennes sur les cibles civiles.

Après les batailles de position prolongées dans la région de Kharkov, les Forces armées de la Fédération de Russie ont lancé une contre-offensive. Les unités russes repoussent les Kiéviens des villages que les Russes ont quittés il y a plusieurs semaines. 

Les troupes russes s’approchent des faubourgs de la ville de Sviatogorsk. Les Kiéviens équipent leurs positions d’artillerie dans la ville, y compris dans le monastère de Sviatogorsk, situé sur la rive opposée du fleuve.

La guerre d'Ukraine et la fin de l'Europe

Timofei Bordatchev, directeur des programmes du Club Valdaï, analyse longuement la récente intervention de Henry Kissinger à Davos, plaidant pour une négociation avec la Russie. Extraits: 

“Dans le cas où le conflit croissant en Ukraine et autour de l’Ukraine n’entraînerait pas dans un avenir proche des conséquences irréparables à l’échelle mondiale, son résultat le plus important sera une démarcation fondamentale entre la Russie et l’Europe, qui rendra impossible le maintien de zones neutres, même insignifiantes, et nécessitera une réduction significative des liens commerciaux et économiques.
(…)

Dans son discours aux participants du forum de Davos, Henry Kissinger, le patriarche de la politique internationale, a indiqué qu’une telle perspective était la moins souhaitable de son point de vue, car la Russie pourrait alors “s’aliéner complètement de l’Europe et chercher une alliance permanente ailleurs”, ce qui entraînerait l’apparition de distances diplomatiques de l’ampleur de la guerre froide. Selon lui, des pourparlers de paix entre les parties seraient le moyen le plus rapide d’éviter cela, car ils permettraient de prendre en compte les intérêts russes. Pour Kissinger, cela signifie qu’à certains égards, la participation de la Russie au “concert” européen est une valeur inconditionnelle, dont il faut empêcher la perte tant qu’il reste une chance.

Toutefois, avec toute l’appréciation des mérites et de la sagesse de cet homme d’État et de cet érudit, la logique impeccable d’Henry Kissinger ne rencontre qu’un seul obstacle : elle fonctionne lorsque l’équilibre des forces est déterminé et que les relations entre États ont déjà dépassé le stade du conflit militaire. En ce sens, il suit certainement les traces de ses grands prédécesseurs – le chancelier de l’Empire autrichien Klemens von Metternich et le ministre britannique des Affaires étrangères, le vicomte Castlereagh, dont les réalisations diplomatiques ont fait l’objet de la thèse de doctorat de Kissinger en 1956. Tous deux sont précisément entrés dans l’histoire comme les créateurs du nouvel ordre européen, établi après la fin de l’ère napoléonienne en France et qui a perduré, avec des ajustements mineurs, pendant près d’un siècle dans la politique internationale.

Comme ses grands prédécesseurs, Kissinger apparaît sur la scène mondiale à une époque où l’équilibre des forces entre les acteurs les plus importants est déjà déterminé par “le fer et le sang.” L’époque de sa plus grande réussite est la première moitié des années 1970 – une période de relative stabilité. Toutefois, on ne peut ignorer le fait que la capacité des États à se comporter de la sorte n’était pas due à leur sagesse ou à leur responsabilité envers les générations futures, mais à des facteurs beaucoup plus terre à terre. Le premier facteur a été l’achèvement du “rétrécissement” de l’ordre qui a obtenu ses caractéristiques approximatives à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Au cours des 25 années suivantes (1945 – 1970), cet ordre a été “finalisé” pendant la guerre de Corée, l’intervention américaine au Vietnam, les actions militaires de l’URSS en Hongrie et en Tchécoslovaquie, plusieurs guerres indirectes entre l’URSS et les États-Unis au Moyen-Orient, l’achèvement du processus de désintégration des empires coloniaux européens, ainsi qu’un nombre important d’événements plus petits, mais également dramatiques. Il serait donc difficile aujourd’hui de s’attendre à ce que la diplomatie puisse prendre la première place dans les affaires du monde au stade initial du processus, qui promet d’être très long et, très probablement, assez sanglant. (…)
La plupart des événements importants qui se déroulent actuellement, tant au niveau mondial que régional, sont liés au processus objectif de croissance de l’importance de la Chine et, à sa suite, d’autres grands pays asiatiques. La détermination dont la Russie a fait preuve ces dernières années, et surtout ces derniers mois, est également associée aux changements mondiaux. Le fait que Moscou se soit si résolument dressé pour protéger ses intérêts et ses valeurs n’est pas dû uniquement à des raisons intérieures russes, bien qu’elles soient d’une grande importance. Elles n’étaient pas non plus fondées sur l’attente d’une aide matérielle directe de la Chine, qui pourrait compenser les pertes subies pendant la phase aiguë du conflit avec l’Occident.

La principale source externe de la confiance russe en soi a été une évaluation objective de l’état de l’environnement politique et économique international, dans lequel même une rupture complète avec l’Occident ne serait pas mortellement dangereuse pour la Russie du point de vue de la résolution de ses principales tâches de développement. En outre, c’est précisément la nécessité d’un rapprochement plus actif avec d’autres partenaires, dont la Russie n’a pas fait l’expérience jusqu’à récemment, qui pourrait s’avérer être un moyen beaucoup plus fiable de survivre dans un environnement changeant.

C’est ce que l’on comprend avec la plus grande inquiétude aux États-Unis et en Europe. Dans le cas où la Russie, au cours des années de désengagement émergent de l’Europe, crée un système comparable de liens commerciaux, économiques, politiques, culturels et humains dans le Sud et l’Est, le retour de ce pays dans la zone occidentale deviendra techniquement difficile, si jamais il est réalisable. Jusqu’à présent, un tel développement des événements est entravé par un nombre colossal de facteurs, parmi lesquels en premier lieu l’inertie de l’interaction étroite avec l’Europe et la présence mutuelle active accumulée au cours des 300 dernières années. En outre, c’est l’Europe qui a été le seul partenaire constant de la Russie après l’apparition de cette puissance dans l’arène de la coopération internationale. Toutefois, si la phase aiguë du conflit en Ukraine s’avère réellement très longue, ce qui semble être le cas, alors les besoins élémentaires de survie obligeront la Russie à se débarrasser de ce qui la lie à l’Europe. C’est exactement ce qu’appellent de leurs vœux les universitaires et les personnalités russes qui soulignent par tous les moyens possibles le caractère existentiel de la confrontation qui se déroule à nos frontières occidentales.

C’est donc la compréhension par les États-Unis et leurs alliés que le mouvement vers un nouvel ordre mondial a des fondements objectifs qui constitue la source la plus importante de leur lutte avec la Russie.

L’inévitable redistribution des ressources et du pouvoir à l’échelle mondiale ne peut se faire de manière totalement pacifique, bien que l’irrationalité d’une guerre offensive entre les grandes puissances, compte tenu du facteur de dissuasion nucléaire, nous donne un certain espoir pour la préservation de l’humanité. Dans la lutte qui prend de l’ampleur, la Russie, comme l’Europe, est, malgré ses capacités militaires, un participant inférieur en force aux principaux belligérants – la Chine et les États-Unis. Par conséquent, il y a une lutte pour la Russie, et il y a une possibilité décroissante pour l’Occident de gagner, ce que Henry Kissinger essaie maintenant de dire”.

L'Occident perd lentement le contrôle de l'Eurasie

+ La Turquie a annulé ou reporté certains exercices de l’OTAN prévus en mer Noire en raison des exigences de la Convention de Montreux, dans un contexte de tensions entre la Russie et l’Ukraine, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu dans une interview accordée à l’agence Anadolu mardi.

“Si nous nous étions joints aux sanctions, nous n’aurions pas été en mesure de remplir le rôle de médiation que nous avons maintenant. Nous avons appliqué la convention de Montreux aux navires de guerre, mais l’espace aérien, ce corridor, nous devons le garder ouvert. En dehors de la convention, il y a eu des demandes de la part de la Russie, des Etats-Unis pour que les navires passent. Nous avons, conformément à la convention, annulé ou reporté des exercices de l’OTAN prévus. Nous jouons un rôle important, et nous remplissons nos obligations”, a-t-il déclaré.

Sergueï Lavrov rencontrera son homologue turc le 8 juin prochain pour discuter de l’acheminement de transports de céréales – le gouvernement turc a inisté le 31 mai sur la responsabilité de l’Ukraine dans l’installation de mines antinavires en Mer Noire. 

+ Qui se sera fait écho dans les médias français de l’entretien entre Nikolaï Patrouchev et l’Amiral Shamkani?  Si l’on en croit Nour News: 

“Nikolai Patrouchev, secrétaire du Conseil national de sécurité de la Fédération de Russie, qui s’est rendu au Tadjikistan pour participer au quatrième dialogue sur la sécurité régionale, a rencontré son homologue iranien, l’amiral Ali Shamkhani, pour expliquer les racines de la crise ukrainienne et de  l’intervention occidentale qui visait à transformer le pays (…) :

“L’opération spéciale de la Russie en Ukraine n’est qu’une excuse pour imposer des sanctions étendues à notre pays, et parce que l’Occident est déterminé à frapper la Russie, ces sanctions auraient été imposées même si la crise en Ukraine n’avait pas pris forme.” Il a insisté sur la clarification de faits très amers concernant l’établissement de laboratoires chimiques et biologiques par les États-Unis en Ukraine comme l’un des résultats de l’opérations spéciale de la Russie dans ce pays et a déclaré : pour prouver les activités illégales des États-Unis en Ukraine, des documents précis et indéniables sont disponibles. Nous devons les publier bientôt.

Face à la pression occidentale sans précédent sur l’Iran et la Russie, Patrouchev a déclaré : “L’Occident tente d’imposer sa volonté à d’autres pays en utilisant les outils des sanctions, mais nous devons activer de nouveaux mécanismes, notamment l’utilisation de la monnaie et d’un système d’échange financier indépendant pour surmonter la situation.” (…)

Soulignant la nécessité d’activer de vastes capacités de coopération entre la Russie et l’Iran, il a insisté sur la nécessité de finaliser un accord de coopération économique à long terme entre les deux pays, ajoutant : “La coopération en matière de transit et l’achèvement du corridor Nord-Sud sont l’une des étapes les plus importantes que les deux pays doivent franchir.” (…)

“Les sanctions occidentales généralisées contre la Russie ont créé une occasion pour notre peuple de prendre conscience de la futilité de l’approche des groupes politiques libéraux en Russie sur la nécessité d’un engagement et d’une coopération totale avec l’Occident, ce qui a frappé notre production nationale”, a déclaré Patrouchev.

Le secrétaire du Conseil national de sécurité de la Russie a appelé à la finalisation rapide des documents relatifs à l’adhésion pleine et entière de l’Iran à l’Organisation de coopération de Shanghai et a ajouté : “La présence active et complète de l’Iran au sein de l’Organisation de coopération de Shanghai apportera un large potentiel économique à cette organisation.”

Patrouchev a qualifié de “très dangereux et inquiétant” l’effort prévu par l’Occident pour étendre sa présence militaire dans la région.”

Faisant référence à la tenue du sixième sommet de la Caspienne au Turkménistan en juin de cette année, il a souligné la nécessité de finaliser le régime de la mer Caspienne pour développer la coopération entre les cinq pays de la région, ainsi que d’empêcher la présence militaire d’autres pays dans la région. (…) La tenue de manœuvres militaires avec la présence de pays tiers dans cette région n’est pas du tout acceptable.

Patrouchev a qualifié la situation actuelle en Afghanistan de défavorable et d’inquiétante, et se référant à l’initiative de la République islamique d’Iran d’établir une réunion de dialogue sur la sécurité régionale avec les voisins de l’Afghanistan, a ajouté : Et l’établissement d’un gouvernement de rassemblement dans ce pays devrait être maximisé“.

Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port

About Post Author

31 Shares:
4 commentaires
  1. Le vent est clairement en train de tourner en faveur des Russes.
    Il semble que la ligne de défense des Ukrainiens soit en train de céder à plusieurs endroits dans le Donbass, ce qui sans doute explique la mort du “journaliste” (?) français.
    Il est clair que toute la rhétorique sur l’effondrement de la Russie tape dans le vide.
    On voit mal comment l’OTAN et l’Europe vont se sortir du guêpier qu’elles ont créé, sans perdre lourdement la face aux yeux du monde entier.
    Et on ne sait pas jusqu’où iront les Russes. Personnellement, j’imagine les Russes en Serbie en 2023.

    Répondre moderated
  2. L’aveuglement des faucons est patent: qui ne voit pas que la Russie ne peut pas perdre cette guerre? Une majorité de nos concitoyens, malheureusement. Cela fait des années que je m’inquiète du rejet de la Russie par les occidentaux, rejet qui va jusqu’à oublier la fameuse formule “l’Europe de l’Atlantique à l’Oural”.
    Cette formule exprime une réalité: la Russie est un pays européen de langue européenne, une société européenne de culture européenne.
    Les demeurés du Pentagone, obsédés par l’idée de vaincre un bloc soviétique qui n’existe même plus, ne sont même pas capables de définir une politique de division stratégiquement pertinente: ce n’est pas l’Europe qu’il faut diviser, mais les systèmes politiques. D’un côté les démocraties où l’état de droit prévaut (enfin, encore), de l’autre les dictatures, ennemies mortelles de l’état de droit précisément.
    Au lieu de cela, la rage du profit et son expression idéologique, le libéralisme débridé, ont permis à la plus grande dictature de l’histoire de l’humanité d’éviter le sort de l’URSS précisément en servant sur un plateau aux libéraux la possibilité de réaliser un rêve: désintégrer les mouvement sociaux.
    Le résultat est en train de se dessiner: pour des nécessités de survie, la Russie ne peut que monnayer ses ressources à la fois naturelles et humaines – une des classe de savants les plus avancées au monde!- auprès de cette dictature, de sorte que le bloc anglo-saxon, qui a récemment pris le contrôle de presque toutes les démocraties du monde -sauf la plus grande!- va se trouver gros Jean comme devant, avec un ensemble qui ne peut que lui enlever le titre de plus forte hyper-puissance de l’histoire.
    Brilliant, comme en dit en.. anglais!

  3. Bernard Wicht est l’un des très rares observateurs à évoquer l’art opératif à propos de la guerre d’Ukraine. Pourtant la Russie est connue historiquement pour avoir brillamment mis en pratique ce savoir-faire : en particulier, avec l’opération Bagration menée en 1944 face à la Wehrmacht et l’opération de Mandchourie lancée en 1945 face à l’armée japonaise. Elle est aussi le pays qui a produit les premiers théoriciens dans ce domaine. Si les journalistes avaient le minimum de culture et de curiosité que requiert leur métier, ils auraient dû en tenir compte. Quant aux militaires commentateurs du conflit, ils ne peuvent ignorer l’art opératif et l’intérêt de la Russie pour cette approche de la guerre. Mais relayer la propagande de l’Otan impose bien des servitudes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer