Cette salutaire crise de régime que le docteur Jean-Luc, Mister Mélenchon, prépare

À deux jours des élections législatives, la majorité présidentielle, qui a cumulé les ennuis depuis la réélection de Macron, fait preuve d'une véritable anxiété. Alors qu'Emmanuel Macron n'a pas fait campagne, trop sûr de sa victoire, la dynamique Mélenchon pourrait le priver d'une majorité absolue, voire pire : imposer immédiatement une cohabitation. Ce scénario inédit, mais d'autant plus plausible qu'il était prévisible, causerait une crise de régime. Enfin !

Une victoire de la NUPES aux législatives est désormais plausible. Elle contraindrait le Président de la République à subir une cohabitation, ou à dissoudre l’Assemblée Nationale pour obtenir une majorité nouvelle, sans garantie d’y réussir. 

Ce scénario inédit dans la Vè République annoncerait probablement la mort de celle-ci, au terme d’une agonie probablement assez longue, et dans une douleur certaine, car il est vrai que le programme de Jean-Luc Mélenchon plongerait le pays dans une crise cataclysmique et constituerait une importante rupture dans le bloc occidental. 

Le suicidaire programme de Jean-Luc Mélenchon

Pour tous ceux qui n’auraient pas lu le programme de La NUPES, je recommande de faire un tour sur le site de cet étrange attelage

On y lit toutes sortes d’énormités qui relèvent toutes de l’économie administrée de type soviétique. Ces propositions complètement déconnectées des réalités proposent par exemple de doubler les effectifs de l’inspection du travail. Voilà qui est bien sympathique, mais les gens de la NUPES, qui sont majoritairement des fonctionnaires et des élus, méconnaissent complètement la crise de la main-d’oeuvre qui frappe l’Occident (la fameuse Grande Démission), et qui rend cette proposition totalement farfelue. 

D’une manière générale, une phrase me semble parfaitement résumer ce programme :

Réaffirmer le contrat à durée indéterminée (CDI) comme la forme normale et générale de travail

Il fut un temps où Marx dénonçait l’aliénation par le salariat. Mélenchon adore l’idée d’aliéner toute la société en considérant qu’il est “normal” d’être salarié, et qu’il est donc “anormal” de ne pas l’être. 

Les deux ans d’autoritarisme covidien pourraient donc être prolongés par cinq ans d’autoritarisme social : tous ceux qui ne tirent pas leur pitance d’une soumission à un ordre étatisé et jacobinisé seront sur la sellette. On se prépare de belles heures…

Dans la pratique, ce programme fera exploser tous les compteurs de la dépense publique et du déficit, et instaurera une pression fiscale insupportable. Comme dans toutes les préparations aux réouvertures de goulag, les sbires mélenchoniens expliquent que les impôts n’augmenteront que pour 10% des Français. On sait tous à quoi s’en tenir avec ce genre de mensonges, François Hollande les avait testés en son temps. Dans la pratique, les impôts augmenteront pour tous ceux qui travaillent et plongeront un peu plus le pays dans le dangereux éloge de la paresse qui le ronge depuis l’invention des trente-cinq heures. 

Quand la face cachée du mélenchonisme se dévoilera

Personne n’a anticipé, ni dans la majorité, ni à gauche, ni à droite, un phénomène politique que les initiés connaissent. Une victoire de Mélenchon ne tarderait pas à dévoiler la face obscure du mélenchonisme, que des gens comme Thomas Guénolé ont découvert de l’intérieur

En réalité, la France Insoumise est tenue par une clique de gens cupides qui mettront le pays en coupe réglée pour satisfaire leur amour de l’argent et du pouvoir. Les affaires concernant Alexis Corbière et Raquel Garrido, ou encore Danièle Simonnet, ont montré avec quelle facilité ces donneurs de leçons confondent l’intérêt général et leur intérêt personnel. 

Bref, on se réjouit par avance des innombrables révélations qui fleuriront sur ce futur gouvernement qui joue au défenseur de la veuve et de l’orphelin. La déception risque d’être intense pour tous ceux qui sont dupes de la rhétorique mélenchonienne, et, dans tous les cas, la crise de régime interviendra par un rejet massif de l’opinion face à la corruption généralisée qui se prépare. 

Je pourrais en tartiner des kilomètres, sur le sujet, mais quand, comme dans l’affaire Bouhafs, les Français découvriront le caractère très variable de la géométrie morale de leurs nouveaux gouvernants, le boomerang sera terrible. 

Certains en viendront même à regretter Macron. 

On peut donc se réjouir d’une victoire de la NUPES, car elle balaiera définitivement la classe politique issue de la Vé République. 

Des reniements si prévisibles…

Le parcours d’Alexis Tsipras en Grèce devrait donner aux Français un avant-goût de ce qui les attend avec la NUPES. 

Car, sur les estrades, Mélenchon joue aux fanfarons et aux Cyrano de Bergerac, exactement comme Tsipras en son temps. Mais très vite, les Allemands auront les moyens de le calmer, et même de le faire parler. Car l’épargnant allemand a déjà senti sa douleur avec l’aberrante propension de Macron à augmenter les dépenses publiques en creusant la dette française, puis en créant une dette européenne, avec l’argent de la BCE, qui est essentiellement apporté par l’Allemagne. Mais Macron avait le bon goût de faire des mamours aux Teutons et de les caresser dans le sens de la moustache, ce qui calmait leur colère tudesque. 

J’ai un vrai doute sur le caractère reproductible de la manoeuvre avec un Mélenchon qui tonitrue sur la dureté des semaines à 35 heures et sur l’inhumanité qu’il y a à demander aux gens de travailler en contrepartie du salaire qui leur est versé. Si l’on ajoute que Mélenchon ne cache guère sa germanophobie, j’ai comme le sentiment que l’ours prussien, qui est en plein réveil psychique après soixante-quinze ans de castration post-nurembergienne, risque de couper les robinets de la monnaie face aux écarts de notre leader maximo.

Comme Tsipras, Mélenchon subira donc la pression allemande (et celles des “radins” comme la Hollande) pour rester dans un cadre budgétaire raisonnable ou, en tout cas, moins délirant que celui qu’il propose. 

Si l’on en juge par la psychologie connue du docteur Jean-Luc, Mister Mélenchon devrait continuer à brasser de l’air comme Tartarin, et rapidement rentrer dans le droit chemin de l’orthodoxie budgétaire. Exactement comme Tsipras. 

Les Français comprendront alors que leur Premier Ministre les a bernés et qu’il y a souvent loin de la coupe aux lèvres. J’ajouterais même que, assez rapidement, Mélenchon devrait mettre en place cette fameuse vaccination obligatoire dont rêve la gauche, pour le plus grand plaisir de l’industrie pharmaceutique. 

Ces reniements en cascade,joints aux affaires qui ne tarderont pas à éclater, devrait faire le lit de cette République nécrosée dont nous ne parvenons pas à sortir. 

Et si Mélenchon ne se reniait pas ?

Certains me diront, à juste titre, que j’ai mauvais esprit et qu’après tout, Mélenchon n’obtempérera pas forcément aux injonctions prussiennes. 

Peut-être, effectivement. Et, à ce moment-là, commencera l’aventure. D’une part, les tensions européennes susciteront une intense spéculation sur l’euro, et sur les taux français, qui rendront le financement du déficit insupportable. Dans ce cas-là, Mélenchon devra prendre des mesures d’exception.

Dans la pratique, la France sera dans une situation proche de celle de 1794, au moment où l’hyperinflation a sévi, créant un monumental désordre politique et social. Là encore, le régime ne devrait guère y survivre et, comme en 1789, les tensions avec l’Allemagne devraient rapidement croître, plongeant le continent dans un fabuleux chaos. 

Bref, que Mélenchon se renie ou pas, la situation politique sera explosive et désagrégera un peu plus des institutions à bout de souffle. 

Le scénario idéal serait évidemment que Mélenchon entame un bras de fer avec l’Europe et la fasse exploser. Ce sera économiquement et socialement coûteux pour les Français… mais cette rude épreuve remettra de nombreuses pendules à l’heure. Il faut savoir souffrir pour être heureux. 

Si, comme je le pense, Mélenchon ne va pas au bout de sa logique et plie pour jouir des ors de la République, nous vivrons une redoutable implosion fondée sur la désespérance des masses qui imaginent qu’il existe encore une issue démocratique à nos problèmes. 

Nous entamons l’épreuve de vérité, en réalité. Et l’histoire jugera de notre courage dans l’épreuve. 

Rejoignez la sécession !

Vous en avez assez de subir cette mascarade ? Vous voulez entrer sereinement en résistance contre cette dictature ? Déjà plus de 5.000 membres...

Encore + de confidentiels et d'impertinence ?

Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça
40 Shares:
28 commentaires
  1. Et l’État de grâce des illusions mitterrandiennes de 1981 à 1983 devraient durer encore moins de temps vu qu’à l’époque, la France était la Reine incontestée des 30 Glorieuses, avec des reins hyper solides chez les entreprises et les fortunes, pouvait se permettre un aventurisme budgétaire et économique sans risque vital. Avec de ce régime comme préparations apéritives, le mélenchonisme serait condamné au pragmatisme avant Noël. De toutes manières, Mélenchon est un vieux con qu’il faut jarreter de la politique française, autant qu’on solde son inconséquence crasse pour toujours par une élection législative favorable à NUPES. De là à dire que je vais voter pour lui, non! un Venezuela soviétiforme n’est pas ma tasse de thé politique. La phase terminale du socialisme est – TOUJOURS – la tyrannie.

    1. Même si la NUPES ne réalise que 10% de son programme le jeu en vaut la chandelle.
      Puisque vous rappelez les années Mitterrand, la retraite à 60 ans fut une belle avancée.
      Ce n’est pas tous les jours que la gauche est donnée à son avantage dans des sondages, il faut en profiter, ça risque de ne pas se reproduire avant longtemps.

      1. 👈👈 Bien vu. Pour les anciens comme nous qui étions là avant Verhaeghe tout ceci est du Déjà vu comme le titre de cet album fameux de CSN&Y en 1970. Ah ces harmonies vocales! On ne trouve ça qu’à l’ouest des Rocheuses (*). Je m’empresse d’ajouter que j’apprécie énormément les facultés prospectives de Monsieur Verhaeghe étant moi même du type imaginatif. Je suis de son avis, nous sommes au bord d’un effondrement on n’y échappera pas. La cause de cet effondrement n’est pas mémé-lanchois, vous avez raison. mémé-lanchois est le même en pire depuis des décennies et c’est à lui que revient l’honneur de fermer le banc.

        La vraie cause de l’effondrement à venir ce sont les électeurs, nous tous. Petits bourgeois formatés par l’EdNat socialo depuis 40 ans, et francmac depuis 150. Ils ont senti confusément la fin du bon vieux temps des escrocs socialo. Que ce soit larem, Les ripoux, ou même Marine qui voudrait raccrocher son wagon au pire des moments. Les parasites sont immensément majoritaires. En gros tout le monde hors Zemmour 7% et les souverainistes qui font 3% depuis 20 ans. Ça veut dire que l’effondrement sera une mauvaise surprise pour 90% des votants quoi qu’ils en disent. Il n’y aura pas de sortie par le haut, il y aura du chacun pour soi.

        Tout le reste est tactique des uns et des autres sachant que mémé-lanchois fini toujours battu.

    2. 👈👈 Bien vu. Pour les anciens comme nous qui étions là avant Verhaeghe tout ceci est du Déjà vu comme le titre de cet album fameux de CSN&Y en 1970. Ah ces harmonies vocales! On ne trouve ça qu’à l’ouest des Rocheuses (*). Je m’empresse d’ajouter que j’apprécie énormément les facultés prospectives de Monsieur Verhaeghe étant moi même du type imaginatif. Je suis de son avis, nous sommes au bord d’un effondrement on n’y échappera pas.

      La cause de cet effondrement n’est pas mémé-lanchois, vous avez raison. mémé-lanchois est le même en pire depuis des décennies et c’est à lui que revient l’honneur de fermer le banc.

      La vraie cause de l’effondrement à venir ce sont les électeurs, nous tous. Petits bourgeois formatés par l’EdNat socialo depuis 40 ans, et francmac depuis 150. Ils ont senti confusément la fin du bon vieux temps des escrocs socialo. Que ce soit larem, Les ripoux, ou même Marine qui voudrait raccrocher son wagon au pire des moments. Les parasites sont immensément majoritaires. En gros tout le monde hors Zemmour 7% et les souverainistes qui font 3% depuis 20 ans. Ça veut dire que l’effondrement sera une mauvaise surprise pour 90% des votants quoi qu’ils en disent. Il n’y aura pas de sortie par le haut, il y aura du chacun pour soi.

      Tout le reste est tactique des uns et des autres sachant que mémé-lanchois fini toujours battu

      (*) ici live https://youtu%2Ebe/2vnYKRacKQc
      sur l’album l’immense Jerry Garcia joue la pedal steel guitar. https://youtu%2Ebe/dQOaUnSmJr8

      Répondre moderated
  2. Autoritarisme, dépense publique, Mélenchon peut-il vraiment faire pire que Macron ?
    Il sera de toutes façons ramené aux réalités et calmera les ardeurs dictatoriales de Macron. D’autant qu’il a montré qu’il pouvait avoir de vieux réf’exes concernant le droit des personnes durant la crise sanitaire…
    Reste à prouver qu’il n’est pas qu’une opposition contrôlée qui assure aux mondialistes l’avancée de leur plan diabolique…

      1. Les idéologues sont au pouvoir, au cas où cela vous aurait échappé. En France comme à Bruxelles. La “science économique” est le dogme dominant. Il serait grand temps de restaurer “l’économie politique”.

  3. Pour Mélenchon la dette n’est pas un problème puisqu’il n’y a qu’à pas la rembourser. On verra comment il fera durant l’été puisque on paye la fonction publique avec de la dette à partir de septembre je crois. Qui filera du pognon à un type qui répète depuis des années qu’il n’y a pas besoin de rembourser.

    1. Justement, l’objectif de la caste n’est il pas d’instaurer le communisme pour tous (qui n’auront plus rien), tandis qu’une poignée d’oligarques au sommet possédera tout ? Ah bah, à partir de maintenant j’arrête de voter. J’ai vu cette vidéo d’une ex-députée La Régression En Marche, qui expliquait comment notre démocratie n’est devenue qu’une farce grotesque (le gouvernement décide de tout sans aucun contre pouvoir). C’est fini, nous sommes en dictature.

  4. L’euro ne nous protège de rien à part de quelques débilités de ce tribun de fête foraine.
    Moi je vois bien une Tsipras et un bal des cocus version « on achève bien les cocos »
    Bref, on va rire.

  5. Ce sera Mélanchon, quoiqu’il en coûte ! Un bon chaos politique et sociétal nous fera le plus grand bien.
    Le pays doit se débarrasser une fois pour toutes de cette 5ème République – qui n’en est pas une – et il faut que le pays mette en place une 6ème République. Une vraie.
    Quoiqu’il en coûte.
    Ras le bol cette fois !
    Sans blaguer.

    Répondre moderated
  6. L’économie occidentale est en train de se planter. Il ne s’agit pas de choisir le moins pire candidat pour redresser le pays, mais le moins pire pour que nous subissions la crise totale qui vient.

    Difficile de faire pire que Macron et ces ministres en terme de violence sociale, corruption et dépenses inconséquentes.

    Il faut sortir ce gouvernement et il n’y a pas d’autre option que voter Nupes.
    On s’en tape de leur programme : plus aucun programme ne sera réalisable.

    Répondre moderated
  7. De toutes façon, si vous ne votez pas Mélenchon, c’est pleins pouvoirs pour Macron!
    Mélenchon, c’est pas la gloire, mais ça nous permet de rentrer dans un jeu politique plus classique, avec de vrais débats à l’Assemblée.
    Macron, c’est le fait du “prince”, enfin de Mackinsay ou un autre. Il n’a aucun programme. Chaque promesse faite est démentie un peu plus tard. Ce n’est plus de la politique, c’est un problème psychiatrique.
    C’est vous qui voyez!

    Répondre moderated
  8. Bonsoir.
    Facinant ! Un site d’un auteur se réclamant libertarien est squaté par une troupe de staliniens mélanchonistes ?? La dinguerie du temps est pitoresque. Mais, que font ils donc dans cette barque libertarienne les cocos de l’internationale ponctionnaire ?
    J’ai remarqué déjà l’omniprésence de ces gauchistes ponctionnaires sur tous les sites dédiés à une économie libérale libre anti étatique.

    1. Il ne s’agit pas d’être “Mélanchoniste” mais de ne pas laisser les pleins pouvoirs à un psychopathe pervers narcissique et sa bande de playmobiles. Si les libertariens aiment ce type, c’est votre affaire , votez pour lui. Moi je vote pour celui (ou celle) qui aune chance de le barrer. Et comme Marine Le Pen a déclaré qu’il fallait une majorité au président…

  9. De toute façon les élections sont truquées et tous les programmes, quelque soit les candidats des mensonges, alors inutile de discuter du sexe des anges ! C’est la fin de l’occident après 500 ans de guerres, de destructions.

    Répondre moderated
  10. “Mélenchon qui tonitrue sur la dureté des semaines à 35 heures et sur l’inhumanité qu’il y a à demander aux gens de travailler en contrepartie du salaire qui leur est versé”

    Verhaegue, allez travailler 8h dans une entreprise en france, avec les français comme “collègues” (peuple le plus soumis, obéissant et collaborateur) qui sont de véritables flics, à faire des tâches complètement stupides, débilitantes et à buts lucratifs ; le tout encadré par une prétendue “hiérarchie” qui use à satiété et au-delà des techniques de “développement personnel” ou de coups fourrés pour un salaire tricolore, avec un droit du travail qui vous met à terre pour ramper (légalisation du licenciement abusif par macron) et vous pourrez l’ouvrir votre grande bouche.

    J’ai vu votre parcours sur wikipédia et vous n’avez aucune légitimité morale pour vous exprimer sur le travail. Alors sur ce thème, je ne veux plus vous entendre. Gardez le silence. Fermez-la.

    Répondre moderated
    1. @ Loic MEIGNEN – 12 juin 2022 à 12 h 59 min
      Débloquons le gel du taux de cotisation, supprimons les exonérations de cotisations, imposons dans les faits l’égalité salariale homme femme à qualification égales, réduisons le temps de travail sans perte de salaire, toutes mesures qui assureront l’équilibre des comptes sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer