Guerre d’Ukraine – Jours 112-116: La défaite ukrainienne est inéluctable (Première partie – aspects militaires))

L'Ukraine est en train de perdre la guerre du Donbass. Et les Etats-Unis ont perdu la bataille géopolitique puisque la plus grande partie du monde ne soutient pas les sanctions contre la Russie. La guerre d'Ukraine entre donc à nouveau dans une phase dangereuse. L'Ukraine a ciblé des plateformes de forage russes en Mer Noire. La Lituanie entrave les échanges avec Kaliningrad. Les Etats-Unis dénoncent l'hostilité à leur égard de la Russie en Syrie. Et ils continuent à faire pression sur le Kazakhstan, malgré le coup d'Etat manqué du début de l'année, dans l'espoir de créer un nouvel abcès de fixation pour la Russie. A vrai dire, l'intérêt des Américains serait à présent de conseiller à l'Ukraine d'arrêter rapidement la guerre pour que l'armée russe ne puisse pas conquérir Odessa. Mais l'actuelle classe dirigeante américaine ne semble plus capable d'agir selon ses intérêts. Elle continue à espérer, contre tout bon sens, qu'il soit possible d'attirer la Russie dans une guerre d'attrition. A vrai dire, ce sont les Etats-Unis qui bientôt devront choisir s'ils s'obstinent à se battre par procuration en Ukraine alors que le Moyen-Orient leur échappe et les tensions avec se multiplient.

La bataille d’Ukraine – 

17-18 juin

La position des forces de Kiev qui sont déployées dans la région de Severodonetsk et de Lisitchansk est devenue critique après le début de l’avancée russe autour de Popasnaïa, située au sud de la région. Le 15 juin, les troupes russes ont libéré la ville de Vroubovka et depuis lors, elles ont développé une dynamique en direction de Lisitchansk depuis la direction sud.

Des affrontements sont également en cours, à la date du 19 juin, le long de la ligne Soledar-Belgorovka-Berestovoïe. Pour résumer les développements tactiques à cet endroit, les troupes russes ont atteint la route Bakhmout/Artiemovsk-Soledar-Lisitchansk et étendent maintenant leur contrôle le long de celle-ci. L’avancée russe sur Soledar sape encore davantage les positions des troupes de Kiev dans le secteur autour de Lisitchansk. Dans le même temps, le retrait potentiel des troupes de Kiev de Soledar permettra aux Russes de déborder la ville clé de Bakhmout/Artiemovsk par l’est et le nord-est.

Pendant ce temps, des combats ont été signalés à Zolotoïe, situé au nord-est de Popasnaya. Le sort des troupes de Kiev y est déjà prédéterminé, car elles se trouvent en fait dans un encerclement tactique par les forces russes.

Les Russes ont stabilisé leurs positions au sud d’Izioum et progressent lentement vers Slaviansk depuis cette direction.

Le groupement russe déployé à Liman a actuellement pour mission d’étendre la zone de contrôle qui l’entoure et de bloquer ainsi Slaviansk par l’est, le nord-est et le nord. 

Ces derniers jours, les forces russes ont intensifié les frappes ponctuelles sur les infrastructures des formations de Kiev autour de la ville de Kharkov. Le 17 juin, l’armée russe a signalé que des frappes avaient détruit un QG du bataillon Azov près de Pesotchine, dans la région de Kharkov.

L’armée russe a ajouté que son aviation “avait frappé 58 zones de concentration de main-d’œuvre et d’équipements militaires de l’armée ukrainienne.”

La ligne de front dans la région de Zaporizhia reste stable, la ligne de contact passant par Lioubimivka, Orikhov et Malïinka. Des combats positionnels de faible intensité s’y déroulent sans que Kiev ne tente de manière significative d’organiser des attaques contre les positions russes dans le secteur.

Dans les régions de Kherson et Nikolaïev, la situation s’est stabilisée après que les Russes ont éliminé les tentatives de Kyiv de lancer des contre-attaques autour de Kherson et Snihurivka. Au 17 juin, ces régions restent le troisième grand point de tension le long de la ligne de contact après le secteur d’opérations de Lisitchansk-Severodonetsk et Kharkov.

19 juin au soir:

Bataille pour Severodonetsk : 

 Les forces armées russes continuent de resserrer le cercle  autour de la zone industrielle au sud-ouest de Severodonetsk. Des combats ont lieu sur la zone des entreprises de camionnage adjacente à la station d’épuration depuis le sud-est. L’occupation de cette zone permettra d’atteindre la périphérie sud de l’usine Azot et de la centrale thermique de Severodonetsk et de compléter l’encerclement.

 Les unités mercenaires étrangères impliquées dans la défense de l’usine d’Azot subissent des pertes et tendent, par petits groupes, à quitter la rive orientale du Severski Donets.

 

Chute de moral dans l’armée ukrainienne

A Lisitchansk, des unités individuelles de l’armée ukrainienne perdent courage et désertent. Par exemple, un peloton de la 1ère compagnie du 1er bataillon de la 57ème brigade d’infanterie motorisée a complètement abandonné ses positions. Les raisons sont toujours les mêmes depuis quelques semaines : bombardements incessants, manque de munitions et moral bas.

Les unités de la République de Lougansk s’approchent de la périphérie sud de Lisitchansk. Les forces armées ukrainiennes acheminent en toute hâte des renforts vers la zone de Tochkivka. 

Les unités russes qui avancent en direction de Soledar percent vers la raffinerie de Lisitchansk au prix de violents combats. La veille, des frappes ont été lancées contre cette installation d’importance stratégique. L’occupation de la raffinerie de Lisitchansk permettra de fermer l’anneau extérieur d’encerclement autour du groupement Severodonetsk-Lisitchansk

20 juin: 

Ce 20 juin, les forces russes ont achevé l’élimination de la garnison de Kiev dans la zone industrielle de Severodonetsk, autour de l’usine Azot et la libération de Zolotoïe. Le groupe de combattants kiéviens encore dans l’usine Azot de Severodonetsk sont de facto coupés du reste de l’armée et est au bord de l’effondrement. La situation s’est encore aggravée pour eux avec la libération de Metelkino par les Russes. On entend de plus en plus parler de reddition des combattants d’Azot.

 

Intensification des frappes de missiles russes contre des objectifs militaires à travers l’Ukraine

Ces derniers jours, nous avions moins parlé des frappes ciblées de l’armée russe sur des objectifs militaires à travers l’Ukraine. Voici un récapitulatif entre le 13 et le 19 juin en suivant les compte-rendus biquotidiens du Ministère russe de la Défense. Très clairement, les frappes russes s’intensifient encore: 

+ 13 juin. Les frappes russes dans la République  ont détruit des cargaisons d’armes et d’équipements militaires, y compris ceux provenant des États-Unis et des pays européens. En outre, un point de déploiement temporaire de mercenaires étrangers en République de Lougansk a été détruit, ainsi que deux batteries de lance-roquettes multiples dans les régions de Kharkov et de Lougansk. L’aviation russe a détruit un poste de commandement, une station radar du système de missiles sol-air Buk-M1 dans la régions de Lougansk, ainsi que 63 zones de concentration d’entrepôts militaires de l’armée ukrainienne. Les frappes aériennes ont détruit plus de 120 soldats de l’armée ukrainienne, deux chars, sept canons d’artillerie de campagne et 11 véhicules spéciaux. Les forces de roquettes et d’artillerie ont frappé 247 zones de concentration d’hommes et d’équipements militaires de l’armée kiévienne, 13 postes de commandement, 63 positions de tir d’unités d’artillerie, dont 7 lance-roquettes multiples, ainsi qu’une station électronique dans la République de Donetsk

A écouter un tel compte-rendu, les chiffres de 200 soldats ukrainiens tués et 300 blessés par jour – avancés par l’armée ukrainienne elle-même – ne semblent pas être seulement un argument pour obtenir des armes occidentales.

14 juin. Un lanceur de missiles Kalibr a détruit 1 arsenal d’artillerie et de munitions de l’armée ukrainienne. En outre, des missiles aériens de haute précision ont frappé 11 zones de concentration de main-d’œuvre et d’équipements militaires ukrainiens, 8 positions de tir d’unités d’artillerie de l’armée kiévienne, dont 3 sections de systèmes de roquettes à lancement multiple Grad, ainsi que 2 dépôts de munitions dans la banlieue sud de Kharkov et dans la République de Lougansk. L’aviation a frappé 101 zones où étaient concentrés des effectifs et des équipements militaires de l’armée ukrainienne. Les frappes aériennes ont touché une zone de concentration de 350 soldats ukrainiens, 3 postes de commandement, 13 chars et autres véhicules de combat blindés, 6 lance-roquettes multiples Grad, 14 canons d’artillerie de campagne et 22 véhicules spéciaux. Les moyens de défense aérienne russes ont abattu un hélicoptère MiG-29 et un Mi-24 au cours de la journée. Neuf drones ukrainiens ont également été abattus. Les forces de roquettes et d’artillerie ont frappé 280 zones où sont concentrés les effectifs et les équipements militaires kiéviens, 18 postes de commandement, 59 positions de tir d’unités d’artillerie et de mortier, et un dépôt de carburant

Le 15 juin. Des missiles Kalibr ont visé la région de Lvov et détruit un dépôt de munitions pour les armes étrangères transférées en Ukraine par les pays de l’OTAN. En outre, des missiles aéroportés de haute précision ont frappé 11 zones où étaient concentrés la main-d’œuvre et le matériel militaire ukrainiens et huit positions de tir d’unités d’artillerie, dont trois pelotons de systèmes de roquettes à lancement multiple Grad. Les frappes ont détruit une station radar de contrôle aérien situé en République de Lougansk, un système de missiles sol-air Buk-M1, deux dépôts de munitions et un centre de transmission en République de Donetsk, ainsi que deux postes de commandement de l’armée kiévienne. L’aviation a frappé 24 zones où étaient concentrés des hommes et des équipements militaires de l’armée ukrainienne. Les frappes aériennes ont touché des lieux où se trouvaient près de 300 combattants ukrainiens, une station de guerre électronique, 10 chars et autres véhicules de combat blindés, trois lance-roquettes multiples Grad, 18 véhicules spéciaux, trois mortiers, ainsi que 11 canons d’artillerie de campagne et un avion. En outre, six drones ukrainiens ont été abattus près de Donetsk. Les roquettes et l’artillerie ont frappé 313 zones de concentration de main-d’œuvre et d’équipements militaires, 43 points de contrôle d’unités, ainsi que 62 positions de tir d’unités d’artillerie de l’armée ukrainienne au cours de la journée

Pour arriver à de tels résultats, il faut que plusieurs conditions soient réunies: 

  • l’absence d’une capacité de riposte aérienne ou anti-aérienne de l’adversaire. 
  • une flotte de drones abondante
  • enfin, un renseignement humain au sol. Quand on se demande de quel côté penche la population ukrainienne….

Le 16 juin. Suite à des frappes de missiles aéroportés de haute précision, deux postes de commandement de l’armée ukrainienne, une station de guerre électronique près de la région de Kharkov, un lanceur Tochka-U et un véhicule de combat Uragan ont été détruits. Des drones ont frappé 57 zones où étaient concentrés les effectifs et les équipements militaires de l’armée ukrainienne. Trois points de contrôle et un système de missiles sol-air Buk-M1 dans la région de Soumy, ainsi qu’un point de réparation et de récupération des véhicules blindés de l’armée ukrainienne près de Kharkov ont été détruits. Les frappes aériennes ont également touché des cibles où se trouvaient plus de 280 combattants ukrainiens, 2 dépôts de munitions près de Donetsk, 5 chars et autres véhicules blindés de combat, 6 canons d’artillerie de campagne et 11 véhicules spéciaux, 1 avion et 7 drones. Les troupes de roquettes et l’artillerie ont frappé 34 points de contrôle. Les frappes des troupes à roquettes et de l’artillerie ont tué ou blessé plus de 200 Ukrainiens, 1 station de guerre radio-électronique, 3 dépôts de munitions, 6 chars et autres véhicules de combat blindés, 1 lance-roquettes multiple Grad, 4 canons d’artillerie de campagne, 18 véhicules spéciaux et 2 postes de contrôle de drones

Il n’y a pas de doute que les Etats-Unis sont prêts à “faire la guerre jusqu’au dernier Ukrainien”. Mais nous Européens? Nous prétendons aimer l’Ukraine et nous laissons 200 soldats ukrainiens ou plus se faire tuer dans une guerre qu’ils ne peuvent pas gagner?  

17 juin. Au cours de la journée, des missiles aéroportés de haute précision ont frappé 18 zones où étaient concentrés de la main-d’œuvre et du matériel militaire, ainsi que 10 positions de tir de batteries d’artillerie et de mortiers ukrainiens, dont six batteries de Grad MLRS. Suite aux frappes aériennes, plus de 200 soldats ukrainiens ont été tués ou blessés, 2 lanceurs de systèmes de missiles sol-air Buk-M1 et Osa-AKM, un dépôt de munitions près de Lisitchansk, 10 chars et autres véhicules de combat blindés, 6 canons d’artillerie de campagne, 4 lanceurs de roquettes multiples et 9 véhicules spéciaux, un avion et 15 drones ont été abattus. Des tirs d’artillerie ont tué ou blessé 350 Ukrainiens, détruit un poste de contrôle de drones de l’armée ukrainienne dans la région de Nikolaïev, 8 chars et autres véhicules de combat blindés, 3 véhicules de combat Grad, 3 canons d’artillerie de campagne et 11 véhicules spéciaux

Le Ministère ukrainien de la Défense lui-même a déclaré avoir perdu la moitié de ses équipements militaires depuis le début de l’offensive russe. 

 Si l’on additionne les pertes de l’armée ukrainienne selon la version russe, il apparaît que 1 800 combattants kiéviens ont été tués ou blessés, 291 pièces d’équipement militaire et 69 objets d’infrastructure militaire ont été détruits en cinq jours.

19 juin – 

Toujours selon le Ministère de la Défense russe, qui deviendrait presque prolixe: 

+ A 12h30, des missiles de haute précision à longue distance basés en mer Kalibr ont été lancés sur un poste de commandement des troupes ukrainiennes près du village de Chirokaïa Datcha (région de Dniepropetrovsk) au moment où se tenait une réunion de travail des commandants du groupe opérationnel-stratégique Aleksandriya. L’attaque a permis d’éliminer plus de 50 généraux et officiers de l’AFU, dont ceux de l’état-major général, du groupe de Kakhovka, des troupes d’assaut aéroportées et des unités qui opèrent vers Nikolaïev et Zaporojie.

+A 08h20, des missiles longue distance de haute précision Kalibr ont détruit 10 obusiers M777 de 155 mm et jusqu’à 20 véhicules blindés de combat livrés par l’Occident au régime de Kiev au cours des 10 derniers jours qui se trouvaient dans une usine de transformation à Nikolaïev.

+ A 07h20, des missiles aériens de haute précision ont “neutralisé” un échelon de personnel, d’armement et d’équipement militaire du 1er bataillon de la 14e brigade mécanisée indépendante qui est arrivé de Vladimir-Volinskïi à la zone d’opération dans le Donbass. L’attaque au point de débarquement près de la gare de Gubinikha (région de Dniepropetrovsk) a permis “d’éliminer” plus de 100 militaires de l’armée ukrainienne, 30 chars et véhicules blindés de combat.

▫️A 2h05 du matin, les effectifs et les équipements militaires de la 56e brigade d’infanterie mécanisée de l’armée ukrainienne ont été neutralisés près de Selidovo (République populaire de Donetsk). L’attaque a permis de mettre hors de combat jusqu’à 20 combattants, dont des mercenaires étrangers qui faisaient partie de la brigade susmentionnée, ainsi que 2 véhicules de combat équipés d’un système de lancement de roquettes multiples Grad, 10 véhicules de combat d’infanterie et des véhicules blindés de transport de troupes.

+ L’aviation a détruit 4 dépôts de missiles d’artillerie et de munitions près de Maksimilyanovka, Avdeyevka, Zelyonoye Pole et Georgiyevka (République populaire de Donetsk), ainsi qu’une rampe de lancement du système de missiles de défense aérienne Buk-M1 près de Seversk (République populaire de Lougansk).

+Les troupes de missiles et l’artillerie ont neutralisé 22 postes de commandement, 48 unités d’artillerie sur leurs positions de tir, les effectifs et les équipements militaires de l’AFU dans 123 zones.

▫️Une attaque lancée par le système de missiles opérationnels-tactiques Iskander contre l’usine de réparation de chars de Kharkov a permis de détruire 2 rampes de lancement du système de lancement de roquettes multiples Uragan.

 

Un peu moins de 7000 mercenaires engagés depuis février aux côtés des forces kiéviennes

Chiffres reconstitués par le renseignement russe. On remarque que certains chiffres avancés jusqu’ici sont à revoir à la baisse. Par exemple on avait donné, début avril, dans la presse occidentale, plusieurs centaines de mercenaires turcs.Ils ne seriant en fait qu’une soixantaine, dont vingt seraient déjà hors de combat.  

L'univers parallèle du dialogue entre le gouvernement ukrainien et le complexe militaro-industriel occidental

Extraits d’un article publié par National Defense Magazine

“PARIS – L’Ukraine a un message qu’elle souhaite transmettre à la base industrielle de défense et au gouvernement des États-Unis.
La nation déchirée par la guerre a désespérément besoin d’artillerie et de munitions d’artillerie, mais ce qui peut vraiment lui donner l’avantage sur ses envahisseurs russes, ce sont les armes de précision à longue portée telles que les drones Predator armés, les munitions de rôdeur et le système de roquettes à lancement multiple.
Denys Charapov, vice-ministre ukrainien de la défense chargé de l’approvisionnement, du soutien aux armes et des équipements, et le général de brigade Vladimir Karpenko, commandant de la logistique du commandement des forces terrestres, se sont entretenus avec le rédacteur en chef de National Defense, Stew Magnuson (…) sur le stand du ministère ukrainien de la défense à la conférence Eurosatory à Paris le 15 juin.
À Washington, les politiciens et les experts ont débattu cette semaine de l’opportunité d’envoyer à l’Ukraine des drones Predator armés dans le cadre d’un programme d’aide de 40 milliards de dollars. Charapov et Karpenko ont déclaré que cette technologie pourrait donner à l’Ukraine ce dont elle a besoin pour prendre le dessus dans la guerre.

NDM: Nos lecteurs sont environ 1 800 entreprises membres de la base industrielle de la défense aux États-Unis. Quel message avez-vous pour eux ? Et qu’attendez-vous d’eux de manière urgente ?

Charapov : Le [ministère de la Défense] se concentre actuellement sur la satisfaction de tous les besoins des forces armées. Vous avez posé une question sur les besoins. Tout d’abord, vous devez comprendre que la ligne de front est longue de 2 500 kilomètres. La ligne de front où il y a des combats actifs fait plus de 1 000 kilomètres. C’est comme de Kiev à Berlin. … À ce jour, l’ensemble des effectifs de nos forces armées et du secteur de la défense et de la sécurité s’élève à un million de personnes. Et nous devons les soutenir tous. Nous devons leur fournir des armes légères, des équipements de protection individuelle et des moyens de communication.
Et bien sûr, pour mener une guerre à notre époque, nous avons besoin d’armes lourdes, c’est-à-dire essentiellement de systèmes d’artillerie. À l’heure actuelle, nos besoins en systèmes d’artillerie lourde se comptent par centaines. C’est pourquoi nous avons également besoin d’un grand nombre de munitions pour ces systèmes d’artillerie.
Je ne vais pas vous donner le nombre exact dont nous avons besoin. C’est une information à usage interne. Je vais simplement vous dire que je pense que pour répondre à ces besoins, nous devons faire appel à l’ensemble du complexe militaro-industriel du monde entier.
Nous avons reçu un grand nombre de systèmes d’armes, mais malheureusement, avec une ressource aussi massivement consommable, elle ne couvre que 10 à 15 % de nos besoins. Nous avons besoin d’artillerie, nous avons besoin de munitions d’artillerie, de véhicules de combat d’infanterie, de véhicules de combat, de chars. Nous avons vraiment besoin de systèmes de défense anti-aérienne et du système de fusées à lancement multiple.
Nous avons également besoin de systèmes d’armes de haute précision, car nous pensons que les systèmes d’armes de haute précision nous donneront un avantage sur l’ennemi, le dessus dans cette guerre.

Il y a un débat aux États-Unis sur l’opportunité d’envoyer en Ukraine des drones Predator armés. Quelle importance ont-ils dans votre combat ?

Charapov : Le parti qui gagnera dans cette guerre sera celui qui commencera le premier à utiliser des équipements et des systèmes d’armes contemporains de haute précision. Et ces drones que vous avez mentionnés, ils font partie de l’équipement moderne, hautement précis, très précis, moderne. Cela nous donne un avantage qui nous permet de frapper l’ennemi avec précision.

Général Karpenko : En ce qui concerne la première question, je veux ajouter quelque chose à ce que le vice-ministre a dit en termes de besoins en équipements et en armements. Je veux simplement que vous compreniez l’intensité du conflit. Pendant que le ministre adjoint parlait, j’ai rédigé quelques chiffres pour vous montrer l’intensité du combat le long de ces… kilomètres où le combat est le plus actif.
Pensez-y : une brigade occupe environ 40 kilomètres de la ligne de front. Cela signifie que pour couvrir le conflit de combat actif, nous avons besoin de 40 brigades. Chaque brigade représente 100 véhicules de combat d’infanterie, 30 chars, 54 systèmes d’artillerie – juste pour une brigade, et nous en avons 40.
Je ne vais pas parler des missiles guidés antichars ou des armes guidées antichars pour l’instant. Je ne parle que des armes lourdes. Au jour d’aujourd’hui, nous avons environ 30 à 40, parfois jusqu’à 50 pour cent de pertes d’équipement à la suite de combats actifs. Donc, nous avons perdu environ 50 % de notre équipement. … Environ 1 300 véhicules de combat d’infanterie ont été perdus, 400 chars, 700 systèmes d’artillerie.
C’est une estimation mathématique que nous pouvons faire en fonction de la longueur de la ligne de front et de l’intensité du conflit. Je vous donne donc cette estimation pour que vous compreniez l’importance des besoins en fonction de l’intensité du conflit.
Alors, pensez-y. Si le besoin actuel en systèmes d’artillerie est de 700 véhicules, il faut les reconstituer parce qu’ils ont été détruits. Et nous n’avons reçu que 100 véhicules par exemple de l’aide [étrangère]. … Ensuite, il y a les besoins médicaux, les troupes de l’armée de l’air, les forces spéciales et toutes les autres branches et services qui combattent également dans cette guerre.
En ce qui concerne les armements lourds et les drones, comme vous l’avez demandé, la guerre se résume à l’utilisation de systèmes d’artillerie lourde. C’est une guerre de contact. Cela entraîne donc de nombreuses pertes.
La guerre à laquelle nous assistons actuellement en Ukraine a eu lieu la dernière fois en 1945, lorsque le monde a vaincu le mal.
Malheureusement, aujourd’hui, nous ne disposons pas des technologies qui nous permettraient de limiter les pertes humaines. Nous avons des contacts humains étroits dans le cadre de la guerre. C’est pourquoi le sous-ministre a dit à juste titre que le camp victorieux sera celui qui disposera de ces technologies [de précision et à longue portée].
Vous devez comprendre que tous les [véhicules aériens sans pilote], les drones armés nécessaires, les drones kamikazes, sont les armes qui nous permettront d’étendre la ligne de contact. Ainsi, l’espace [accru] entre nous et l’ennemi limitera les pertes humaines tout en augmentant l’efficacité de la destruction des véhicules ennemis.
Nous avons besoin à la fois des systèmes de roquettes à lancement multiple et des drones kamikazes [munitions de rôdeur].
Si nous pouvons utiliser des articles à longue portée comme les drones – comme les MLRS – qui nous permettront d’étendre la portée effective jusqu’à 60 kilomètres, cela nous donnera le dessus et nous permettra d’obtenir des succès significatifs.
Et si nous pouvons augmenter le nombre de systèmes de roquettes à lancement multiple et de drones kamikazes, cela diminuera le taux de consommation des systèmes d’artillerie.
Pourquoi pensez-vous que la livraison des systèmes d’armes prend autant de temps ?
Sharapov : Vous devez comprendre que tout transfert d’armes est toujours une décision politique. Et très souvent, ce n’est pas le gouvernement d’un pays qui décide. Il existe différentes alliances.
Très souvent, une arme de haute technologie et de haute précision contient des sous-systèmes provenant de plusieurs pays. Et s’ils devaient transférer cette technologie, ils devraient obtenir les autorisations de tous ces pays.
Et l’autre composante est que, malheureusement, tous les politiciens ne comprennent pas la gravité de ce qui se passe en Ukraine. Certaines personnes pensent que ce n’est pas leur guerre. Cette guerre est si lointaine qu’elle ne les concerne pas. Mais en réalité, c’est une guerre pour le monde entier. Malheureusement, nous nous trouvons sur la ligne de front de cette guerre.
Oui, nous recevons beaucoup de soutien, en particulier le soutien de nombreuses nations présentes à cette exposition à Eurosatory. Nous avons entendu beaucoup de mots aimables. Nous avons entendu beaucoup de gens exprimer leur sympathie pour notre situation. Cependant, malheureusement, il faut beaucoup de temps pour que de nombreuses personnes comprennent le type de menace que représente la Russie pour le monde entier aujourd’hui.
C’est pourquoi nous aimerions profiter de cette occasion pour attirer une fois de plus l’attention du monde entier sur le fait qu’il ne s’agit pas seulement d’une guerre en Ukraine, mais d’une guerre qui touche le monde entier.
La distance entre Kiev et Paris est la même que la longueur de notre ligne de front, soit 2 500 kilomètres. C’est pourquoi notre objectif commun est d’arrêter la progression de la Russie dans cette guerre.
Nos forces armées ont été contraintes d’apprendre à utiliser de nombreuses armes du monde entier plus efficacement que beaucoup d’autres armées. Vous en avez vu la preuve tout autour de notre stand et dans nos vidéos. Mais en raison des taux de consommation, nous avons besoin de beaucoup d’armes et de systèmes d’armes.

NDM: Les fournisseurs vous ont-ils fait part d’une quelconque inquiétude quant au fait qu’ils pourraient ne pas suivre vos taux de consommation ?

Charapov : Je dois vous dire qu’il n’y a pas un seul fabricant ou fournisseur capable de suivre le rythme – ce n’est que tous ensemble [qu’ils peuvent suivre]. Il faut un effort commun car aucun fournisseur ne peut le faire seul.
Au cours de ces trois derniers jours, nous avons demandé à tout le monde de se joindre à cet effort commun, car une fois de plus, malheureusement pour nous, nous sommes devenus le plus grand consommateur d’armes et de munitions au monde. Et nous espérons recevoir le soutien de l’Europe entière et du monde entier.

NDM : Faites-vous appel à des sous-traitants pour vous aider à tout entretenir ?

Charapov : C’est la première fois que les forces armées ukrainiennes reçoivent autant de véhicules étrangers et c’est pourquoi nos spécialistes, nos experts en maintenance… font des miracles pour être honnête, mais nous avons encore besoin de soutien.

Général Karpenko : Vous devez comprendre pourquoi la maintenance est très importante aujourd’hui. La plupart des équipements lourds que nous utilisons sont utilisés dans des conditions très difficiles en raison des tirs d’artillerie et des feux violents. L’équipement ne cesse pas d’être opérationnel parce qu’il est usé. Il cesse d’être opérationnel à cause des tirs d’artillerie constants.
Malheureusement, nous n’avons pas l’occasion aujourd’hui de faire renvoyer du matériel fourni par l’étranger vers une installation de restauration, simplement en raison de contraintes de temps. C’est pourquoi nous discutons ici des pièces de rechange afin de pouvoir entretenir et réparer cet équipement sur le terrain.
Par exemple, les systèmes d’artillerie M777 sont vraiment susceptibles d’être endommagés par l’artillerie ennemie. Pour chaque batterie de M777, il y a six pièces.
Après chaque contact avec l’artillerie, nous devons prendre deux pièces d’artillerie et les ramener à l’arrière pour les entretenir car certains sous-systèmes sont endommagés par des éclats d’obus. Cela arrive tous les jours.
Les équipements qui sont partis à l’arrière de la ligne de front sont entretenus uniquement par des spécialistes ukrainiens qui ont été formés par différentes sociétés étrangères dans ce but précis.

NDM: À Eurosatory cette semaine, vous rencontrez de nombreuses entreprises de défense. Quelles sont vos attentes puisqu’elles vendent normalement par l’intermédiaire de leur propre pays ? Quel est l’intérêt de parler avec des entreprises et non avec des pays ?

Charapov : Il s’agit donc de processus parallèles. Il y a des négociations gouvernementales constantes à tous les niveaux, diplomatiques, militaires, de ministère à ministère – tant les ministres des affaires étrangères que les ministres de la défense – je pense qu’il ne s’agit pas seulement d’un dialogue permanent, mais d’un dialogue sans précédent.
Peu importe que nous travaillions avec des entreprises privées ou des entreprises gouvernementales, tout transfert d’armes se fait sur décision du gouvernement. C’est pourquoi nous espérons vraiment le soutien de ces gouvernements.
C’est la première fois de ma vie que je rencontre de telles communications entre différents gouvernements. Je sais que je peux appeler mes homologues d’autres gouvernements partout dans le monde, à tout moment.
Les entreprises que j’ai rencontrées étaient très ouvertes d’esprit, très inquiètes de ce qui se passe en Ukraine. Mais nous coopérons déjà avec la plupart d’entre elles. Et tous ceux que j’ai rencontrés sont prêts à coopérer avec nous à l’avenir.
Nous avons une tâche très difficile à accomplir. Nous demandons à ces entreprises de nous fournir des armes le plus rapidement et le plus efficacement possible. Nous attendons vraiment des gouvernements avec lesquels nous coopérons qu’ils soutiennent pleinement leurs usines d’armement en faveur de l’Ukraine.
Mon premier Eurosatory a eu lieu il y a 20 ans. Et pendant toutes ces années, l’Ukraine était un vendeur d’armes. Et c’est la première exposition où au lieu d’être un vendeur d’armes, nous sommes devenus le plus grand consommateur. C’est la première année d’Eurosatory où nous sommes représentés non pas par notre industrie, mais par notre ministère de la défense, qui est le consommateur, le client, l’acheteur de tous ces systèmes d’armes.
Et le message principal que nous avons pour l’Eurosatory de cette année est de montrer à quel point nos forces armées ukrainiennes utilisent exceptionnellement les équipements disponibles, comment nos militaires se battent mieux que quiconque.
Et nous voulons montrer aux autres pays que vous pouvez nous faire confiance. Vous pouvez nous faire confiance avec vos armes, vos technologies, pour les utiliser au mieux de nos capacités. Nous savons comment les utiliser. Nous savons comment mener une guerre avec elles.
Et c’est en grande partie grâce aux efforts des forces armées ukrainiennes que de nombreuses marques étrangères font actuellement la une des journaux. Les gens appellent leurs enfants Javelin….”

Cet entretien est passionnant parce qu’il confirme en creux le bilan militaire que nous avons dressé ci-dessus. 

Il montre aussi comment s’affrontent la logique impériale occidentale et la logique nationale russe. 

Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port

47 Shares:
5 commentaires
  1. Bonjour,

    Il me semble, mais j’avais ententu la remarque que les 200 et 300 était plutot le nom de code pour désigner les tués et les blessés et non leur nombre.

    Répondre moderated
  2. Vlad a un vrai sens du timing. 🕰️ L’Ukraine est un salon de l’armement vivant mais l’Ukraine n’est pas solvable et sa population doute (fuit). Il y a moins d’un an le Pentagone a laissé 80+ miyards de dols dans sa retraite d’Afghanistan. Le pouvoir Democrade est irrémédiablement discrédité, entre autres, par 20 ans de guerres néocon ruineuses à tout point de vue y compris sa crédibilité. La vaxxination & la wokisation des forces est une calamité pour le commandement. La Chine menace Taiwan en continu. L’otan dispose de matériels certes sophistiqués mais sûrement pas suffisants, fiables, décisifs.

    Si la guerre dure jusqu’en novembre Joe bidet sera renversé. Empêché, destitué, ça dégage! Qui pour remplacer le pilote dans l’avion de l’État profond à DC; kabala harris? obama Prix Nobel?

  3. Déployer des drones Predator, lents et peu manœuvriers, face à la puissance antiaérienne russe revient à les envoyer directement à la casse…
    Le discours du général Charapov est pathétique. On a de la peine pour lui. Mais malgré toute sa bonne volonté, l’industrie occidentale est incapable de suivre la cadence. Par exemple le colonel Goya rapporte que Nexter sort un canon Caesar tous les 40 jours : c’est de l’artisanat… et que le stock d’obus de l’armée française correspond à la consommation d’une semaine de combat de l’armée ukrainienne… Bref c’est perdu d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer