Guerre d’Ukraine – Jours 112-116 – La défaite ukrainienne est inéluctable (2è partie: …et la défaite géopolitique des Etats-Unis est programmée)

L'Ukraine est en train de perdre la guerre du Donbass. Et les Etats-Unis ont perdu la bataille géopolitique puisque la plus grande partie du monde ne soutient pas les sanctions contre la Russie. La guerre d'Ukraine entre donc à nouveau dans une phase dangereuse. L'Ukraine a ciblé des plateformes de forage russes en Mer Noire. La Lituanie entrave les échanges avec Kaliningrad. Les Etats-Unis dénoncent l'hostilité à leur égard de la Russie en Syrie. Et ils continuent à faire pression sur le Kazakhstan, malgré le coup d'Etat manqué du début de l'année, dans l'espoir de créer un nouvel abcès de fixation pour la Russie. A vrai dire, l'intérêt des Américains serait à présent de conseiller à l'Ukraine d'arrêter rapidement la guerre pour que l'armée russe ne puisse pas conquérir Odessa. Mais l'actuelle classe dirigeante américaine ne semble plus capable d'agir selon ses intérêts. Elle continue à espérer, contre tout bon sens, qu'il soit possible d'attirer la Russie dans une guerre d'attrition. A vrai dire, ce sont les Etats-Unis qui bientôt devront choisir s'ils s'obstinent à se battre par procuration en Ukraine alors que le Moyen-Orient leur échappe et les tensions avec la Chine se multiplient.

L’Inde ne pourrait pas rompre avec Moscou sans mettre en danger son appareil de défense

 

Utile rappel quand on se demande pourquoi l’Inde n’a pas rejoint le groupe des pays sanctionnant la Russie: 

Le fait que la [Russie] soit souvent accusée de fournir à l’Inde le savoir-faire nécessaire à la production d’armes nucléaires montre à quel point l’Inde est un partenaire stratégique de premier plan pour la Russie. Même si ce n’est pas vrai et s’il est très improbable que la Russie et l’Inde parlent ouvertement d’un sujet aussi sensible, il existe néanmoins des dizaines d’autres exemples de transferts de technologies militaires soviétiques et russes d’une importance capitale, sans lesquels il est pratiquement impossible d’imaginer l’Inde comme une grande puissance de notre époque.

Au départ, au lendemain de sa déclaration d’indépendance, l’Inde était tributaire de l’Occident politique, presque uniquement du Royaume-Uni, pour l’acquisition d’armes. Le pays n’a jamais été correctement industrialisé pendant le règne colonial britannique, ce qui a entraîné une dépendance plutôt dangereuse à l’égard de l’importation d’armes en provenance de l’Occident de plus en plus pro-pakistanais. Heureusement, cette dépendance s’est atténuée grâce à la Russie, car l’Inde a commencé à importer la plupart de ses armes de l’Union soviétique de l’époque à la fin des années 1960. La Russie est alors devenue le principal partenaire du géant asiatique en matière de défense, un état de fait qui prévaut encore aujourd’hui. En termes de systèmes d’armes de base et sophistiqués, la Russie a fourni certaines des plateformes d’armes les plus sensibles et les plus importantes dont l’Inde a eu besoin de temps à autre, notamment des fusils d’assaut avancés, des chars, des roquettes, des avions de chasse, des missiles avancés et même des sous-marins nucléaires et des porte-avions.

La flotte blindée et mécanisée de l’Inde est presque entièrement de fabrication russe, à l’exception de deux régiments de chars indigènes Arjun. Les nombreuses variantes des chars T-72/T-90 et les modifications des véhicules BMP APC/IFV sont toutes de fabrication ou de conception russe. Il en va de même pour les principaux systèmes de roquettes de l’Inde, le BM-30 “Smerch” et le BM-21 “Grad”. Sans parler des armes légères, où la Russie domine depuis des décennies. Alors que le fusil INSAS indien, bien intentionné mais malheureusement en difficulté, est progressivement abandonné, l’Inde et la Russie ont également signé un accord pour la fabrication conjointe en Inde de fusils AK-203 (version hautement modernisée de l’indémodable AK-47 russe).

Outre le fait que presque tous ses missiles navals sont d’origine russe, la marine indienne exploite également de nombreux navires de fabrication russe, en particulier des corvettes et des destroyers à missiles. Les destroyers de classe Rajput sont des destroyers modifiés de classe Kashin fabriqués à l’époque soviétique, tandis que le chantier naval russe Yantar a lancé les frégates avancées de classe Talwar en 2021. L’Inde continue d’exploiter huit sous-marins avancés de classe Kilo achetés à la Russie, qui constituent l’essentiel de la flotte de sous-marins conventionnels de l’Inde. Par ailleurs, les seuls chasseurs de la marine indienne sont 45 MiG-29K, qui sont exploités à partir de son unique porte-avions, INS Vikramaditya, également d’origine russe. L’Inde exploite également les hélicoptères russes Kamov de lutte anti-sous-marine. Depuis des années, le géant asiatique loue la série Chakra de sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire russes (SSN) pour former les équipages de sa propre flotte de sous-marins lanceurs d’engins (SSBN).

Si l’Indian Air Force (IAF) a acquis un certain nombre de systèmes français et israéliens, la majorité de ses équipements, y compris les chasseurs et les missiles, sont toujours d’origine russe. Cela inclut les avions de combat Sukhoi Su-30 MKI, les plus lourds de l’IAF, qui constituent près de la moitié de ses escadrons (14 sur 30). Il y a aussi les chasseurs MiG-29UPG et MiG-21, les avions de transport lourd IL-76 et les avions-citernes IL-78. L’Inde a également converti deux IL-76 en plateformes AWACS (Airborne Warning And Control Systems).

Naturellement, un tel pourcentage de jets russes signifie également que l’IAF utilise de nombreux missiles russes, notamment les missiles air-air R-77, R-37 et R-73, les missiles air-surface Kh-59, Kh-35 et Kh-31, ainsi que la série de bombes à guidage laser KAB. L’IAF exploite également des hélicoptères multirôles Mi-17, Mi-35 d’attaque et Mi-26 de transport lourd de fabrication russe. L’IAF utilise également le désormais légendaire S-400, dont les livraisons ont commencé en décembre de l’année dernière, en plus de nombreux autres systèmes de défense aérienne d’origine russe.

Selon diverses estimations, les systèmes d’origine russe représentent environ 85 % de l’imposante armée indienne. Bien que l’Inde ait commencé à diversifier ses achats d’armes, la Russie reste au premier plan. Cette coopération porte également sur les technologies hypersoniques. Ainsi, BrahMos Aerospace, une coentreprise indo-russe de production de missiles, a commencé les essais intensifs du très attendu missile hypersonique BrahMos II.

À Mach 6, le missile devrait être au moins deux fois plus rapide que le précédent missile de croisière supersonique BrahMos. Même si le missile est officiellement prévu pour avoir une portée de 600 km, les experts suggèrent que le BrahMos II atteindra Mach 8 et une portée de 1000 km. Principalement basé sur le missile hypersonique russe Zircon, le premier missile à statoréacteur (statoréacteur à combustion supersonique) réussi au monde, le BrahMos II devrait donner à l’Inde une capacité inégalée, non seulement dans le Sud, mais aussi par rapport à l’Occident politique, où d’éminents généraux américains admettent désormais que la Russie est loin devant en matière de technologie hypersonique.

D’une manière générale, je recommande le site infobrics où a été publié cet article

La Chine et la Russie renforcent leurs liens au moment où l'OTAN a invité le Japon et la Corée du Sud au sommet de l'Alliance Atlantique fin juin 2022

Voici le premier tiers du discours du président chinois, qui est intervenu par vidéo au sommet économique de Saint Pétersbourg

Je suis ravi d’avoir l’occasion de m’adresser à la session plénière du 25e Forum économique international de Saint-Pétersbourg, auquel j’ai assisté en personne il y a trois ans.

En février de cette année, le président Poutine s’est rendu en Chine et a assisté à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver à Pékin. Nous avons eu un échange de vues approfondi, à la suite duquel nous avons conclu un accord essentiel sur l’élargissement de notre coopération pratique globale et la mise en œuvre du concept de gouvernance mondiale fondé sur des consultations, une participation et une utilisation conjointes.

La coopération entre la Chine et la Russie progresse actuellement dans tous les domaines. Nos échanges bilatéraux ont atteint 65,8 milliards de dollars au cours des cinq premiers mois de cette année. Nous pouvons nous attendre à atteindre de nouveaux records d’ici la fin de l’année. C’est la preuve de la grande résilience et du potentiel ingénieux de la coopération sino-russe.

Le monde entre dans une nouvelle période de turbulence et de transformation dans le contexte des changements radicaux en cours et de la pandémie de coronavirus. On observe une tendance évidente à l’antimondialisme, une fracture croissante entre le Sud et le Nord et un affaiblissement des moteurs de coopération dans le domaine du développement, ce qui pourrait plonger l’économie mondiale, qui renaît de manière erratique, dans une profonde récession et créer des défis sans précédent pour la mise en œuvre du programme“. 

Pas un mot sur la guerre d’Ukraine! Ni dans la suite du discours. 

Xi Jinping s’était entretenu deux jours plus tôt avec Vladimir Poutine le 15 juin. C’était leur premier entretien depuis le 25 février. (On appréciera la différence de comportement entre Xi Jinping et Emmanuel Macron).

M.K. Bhadrakumar propose une analyse complète de la conversation entre les deux hommes, fondée, entre autres choses, sur le croisement entre le compte-rendu chinois et le compte-rendu russe de l’entretien (c’est nous qui soulignons certains passages): 

Le modèle le plus animé de la “guerre de l’information” menée ces derniers temps par l’Occident contre la Russie est peut-être sa projection déformée de la relation Chine-Russie dans le contexte de la crise ukrainienne. Cette entreprise douteuse a des implications pratiques pour la “fin de partie” en Ukraine, les efforts de l’Occident pour “effacer” la Russie et la lutte des États-Unis avec la Chine – et surtout, elle est lourde de conséquences pour l’ordre mondial émergent.

Henry Kissinger, qui est à l’origine de l’hypothèse du triangle États-Unis-Russie-Chine dans l’histoire de la guerre froide, a récemment lancé l’idée d’invoquer le spectre d’une “alliance permanente” entre la Russie et la Chine pour infliger une thérapie de choc au public occidental qui cherche à isoler la Russie de l’Europe. Kissinger a conseillé à Kiev de faire des concessions territoriales à Moscou. La pertinence de l’hypothèse de Kissinger est discutable aujourd’hui et, peut-être, faut-il trouver une raison bien plus importante pour expliquer le caractère d’époque de la relation Chine-Russie, qui est à un niveau historiquement élevé.

Il est clair que ni la Chine ni la Russie ne cherchent à s’allier et que leur relation n’est certainement pas de la nature d’une alliance classique mais, paradoxalement, elle va aussi bien au-delà de la portée définissable d’une alliance. C’est ce qui ressort clairement du document publié lors de la visite du président russe Vladimir Poutine à Pékin en février, intitulé “Déclaration conjointe de la Fédération de Russie et de la République populaire de Chine sur les relations internationales à l’aube d’une nouvelle ère et le développement durable mondial”.

Dans un tel contexte, la conversation entre Poutine et le président chinois Xi Jinping le 15 juin devrait disperser de manière concluante la guerre de l’information menée par l’Occident. Xi Jinping a choisi son anniversaire pour passer cet appel, témoignant ainsi de l’amitié profonde qui lie les deux dirigeants depuis plus d’une décennie et qui offre non seulement une base solide à la relation, mais aussi une grande stabilité, compte tenu de la nature des deux systèmes politiques et de l'”alchimie” de leur art politique. La centralité de ce facteur singulier est soit délibérément obscurcie, soit mal comprise dans les discours de l’Occident.

D’après les comptes rendus de la conversation téléphonique du 15 juin (ici et ici), les points saillants suivants sont à noter :

Au niveau le plus évident, les deux dirigeants ont souligné sans aucun doute que le partenariat stratégique Chine-Russie, caractérisé par un haut degré de confiance, n’est pas ébranlé par les événements actuels ou par les turbulences et l’incertitude de la situation internationale.
La Chine et la Russie restent déterminées à se soutenir mutuellement sur les questions concernant les intérêts fondamentaux de l’autre partie et les questions d’intérêt primordial, telles que la souveraineté et la sécurité. Le communiqué de presse chinois a souligné le soutien de M. Poutine à la Chine sur Taïwan, Hong Kong et le Xinjiang.
Les efforts déployés par l’Occident pour mettre de la distance dans le partenariat Chine-Russie restent vains.
En dépit des sanctions occidentales contre la Russie, la coopération commerciale et économique entre la Chine et la Russie a le vent en poupe et est prête à progresser régulièrement. La Chine est disposée à favoriser le développement régulier et à long terme de la coopération bilatérale pratique, malgré les sanctions occidentales contre la Russie.
En ce qui concerne la “question de l’Ukraine”, la Chine évalue la situation à la fois dans son contexte historique et en fonction des mérites de la question et cherche un règlement approprié de manière responsable. Dans un changement rhétorique significatif, il n’y a eu aucune référence aux questions de souveraineté et d’intégrité territoriale ou à la “guerre” ou au cessez-le-feu, etc.
De manière générale, plus de 100 jours après le début de la guerre en Ukraine, Xi s’est concentré sur son soutien à la Russie. Le grand message est que les événements en Ukraine n’ont pas entamé l’engagement fondamental de Xi envers le partenariat sino-russe.
En fin de compte, la Chine réaffirme sa vision de la Russie telle qu’elle est exposée dans la déclaration conjointe du 4 février. Il convient de noter que l‘appel de Xi a été lancé peu de temps avant un sommet européen destiné à faire preuve de solidarité avec l’Ukraine et, également, alors que le compte à rebours commence pour un sommet de l’OTAN à la fin de ce mois, qui devrait approuver un nouveau “concept stratégique” qui renforcera la vigilance à l’égard de la Russie et mentionnera également pour la première fois les défis potentiels de l’alliance provenant de la Chine. Les dirigeants du Japon et de la Corée du Sud participeront pour la première fois au sommet de l’OTAN.

Le message clé est que la Chine et la Russie n’ont pas d’autre choix que de résister ensemble à la tentative de l’OTAN de les affaiblir radicalement, et ceci par une coordination stratégique étroite, et de maintenir l’équilibre de la situation stratégique mondiale. En effet, la patrouille aérienne conjointe de 13 heures effectuée fin mai par une force opérationnelle de bombardiers stratégiques russes et chinois au-dessus de la mer du Japon et de la mer de Chine orientale, en plein conflit ukrainien, est éloquente.

Le fait que Tokyo ait, du jour au lendemain, insufflé de la vie au différend sur l'”occupation” russe des îles Kouriles, au moment même où Moscou est impliqué dans un conflit sur le front occidental, mettrait la Russie et la Chine sur la même longueur d’onde en ce qui concerne la montée en puissance du militarisme japonais, avec le soutien et les encouragements des États-Unis, en tant que nouveau facteur en Asie-Pacifique.

Dans l’ensemble, l’appel de Xi Jinping et l’expression et la démonstration véhémentes du soutien et de la compréhension de la Chine arrivent à un moment où Poutine en a le plus besoin. Le compte-rendu du Kremlin indique explicitement : “Il a été convenu d’élargir la coopération dans les domaines de l’énergie, de la finance, de l’industrie manufacturière, des transports et d’autres domaines, en tenant compte de la situation économique mondiale qui s’est compliquée en raison de la politique illégitime de sanctions menée par l’Occident. La poursuite du développement des liens militaires et de défense a également été évoquée.”

Pour emprunter les mots peu diplomatiques de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, Xi a peut-être infligé “un dommage majeur à la réputation de la Chine” en Occident. De toute évidence, Xi n’a pas tenu compte des avertissements répétés des responsables américains selon lesquels les “sanctions de l’enfer” destinées à affaiblir la Russie toucheraient également la Chine si Pékin apportait son soutien à Moscou. Curieusement, Xi a relancé le partenariat Chine-Russie alors que les responsables de l’administration Biden répandent ces derniers temps l’idée d’un “dégel” dans les relations entre les États-Unis et la Chine.

À la suite de la rencontre de lundi {13 juin] entre Yang Jiechi, membre du Politburo du PCC, et Jake Sullivan, conseiller de Biden pour la sécurité nationale, à Luxembourg, la Maison Blanche a qualifié la discussion de “franche, substantielle et productive”, tandis que le communiqué de presse chinois était sensiblement circonspect : ” Les États-Unis doivent placer la Chine dans la bonne perspective stratégique, faire le bon choix et traduire les remarques du président Biden en actions concrètes : les États-Unis ne cherchent pas à mener une nouvelle guerre froide avec la Chine ; ils ne visent pas à changer le système chinois ; la revitalisation de leurs alliances ne vise pas la Chine ; les États-Unis ne soutiennent pas ” l’indépendance de Taïwan ” ; et ils n’ont pas l’intention de chercher un conflit avec la Chine. Les États-Unis doivent travailler avec la Chine dans la même direction pour mettre en œuvre sérieusement l’important consensus atteint par les deux chefs d’État.”

M. Yang a averti que “la question de Taïwan concerne le fondement politique des relations entre la Chine et les États-Unis, et si elle n’est pas traitée correctement, elle aura un impact subversif. Non seulement ce risque existe, mais il va continuer à augmenter.” Le compte rendu chinois a décrit la discussion comme “une communication et des échanges francs, approfondis et constructifs.”

L’appel de Xi à Poutine a eu lieu deux jours plus tard.

Le célèbre journaliste Tucker Carlson ridiculise le "c'est la faute à la Russie" permanent de Joe Biden

Alors que les Etats-Unis se débattent avec le chaos diplomatique qu’ils ont créé, Tucker Carlson, le très respecté éditorialiste de Fox News, a donné le signal de la charge contre un président qui ne cesse de jouer l’air de “C’est la faute à Poutine”. Extraits de la transcription de son émission du 16 juin dernier. Un régal d’ironie: 

” (…) Eh bien, vous pourriez commencer à penser que Joe Biden a quelque chose à voir avec la hausse des prix de l’essence, car lorsque vous limitez l’offre de quelque chose, lorsque vous en avez moins, cela coûte plus cher, comme le pétrole, par exemple. Il s’agit d’un principe connu des économistes professionnels d’élite sous le nom d’offre et de demande. Moins de forage donne une essence plus chère.

Vous pourriez conclure cela, mais vous auriez tort. En fait, si vous croyez cela, vous êtes un idiot, vous pensez probablement encore qu’Hillary Clinton a perdu l’élection présidentielle de 2016. Vous êtes naïf, vous êtes crédule. Vous êtes une personne stupide. La vérité est bien plus évidente. Les prix de l’essence sont élevés en ce moment parce que Vladimir Poutine les a rendus élevés. Comment Poutine a-t-il fait ça ?

C’est simple. Depuis son repaire dans une chambre de torture au fond de la prison de Loubianka à Moscou, entouré de bouteilles de vodka vides et des têtes coupées de ses ennemis, Poutine a signé un décret augmentant le prix de l’essence sans plomb et du diesel aux États-Unis. Et aussi, pendant qu’il y était, le prix du chou-fleur, (…) des pièces de plomberie et des tacos de poisson ainsi qu’un tas d’autres choses que vous achetez, en fait, de tout ce que vous achetez. Vladimir Poutine a causé à lui seul l’inflation, les prix élevés de l’essence. Il l’a fait exprès, tout comme il a fait élire son complice orange à la présidence des États-Unis, il y a cinq ans. C’est Poutine qui a fait ça.

Pourquoi l’a-t-il fait ? Comme si vous aviez besoin de le demander. Poutine a fait ça parce qu’il déteste nos libertés. C’est pourquoi les libertés que Joe Biden nous a données, Poutine veut nous les enlever, comme Joe Biden lui-même l’a écrit dans une lettre aujourd’hui, en réprimandant les compagnies pétrolières pour ne pas avoir vendu plus de pétrole. “Nous vivons avec les défis économiques que les actions de Vladimir Poutine ont créés pour les familles américaines”, a-t-il déclaré. C’est encore ce satané Poutine.

Mais Biden a un plan pour lutter contre la pénurie de gaz en fût des Slaves. Il va imposer une nouvelle taxe sur l’énergie. Les prix de l’essence baisseront parce que lorsque vous faites en sorte qu’une chose coûte plus cher, elle est en fait moins chère à acheter. Est-ce que c’est clair ?

Oh, Jimmy Carter, un autre grand leader démocrate défait par les Russes dans son cas, Leonid Brejnev. En 1980. Il s’avère que Jimmy Carter a fait à peu près ce que Joe Biden veut faire. Il a imposé une taxe de 70% sur la valeur des ventes de pétrole dépassant 12,80$. Et que s’est-il passé ensuite ?

Eh bien, nous le savons, parce que (…)  le Service de la Recherche du Congrès des Etats-Unis a découvert que cette taxe a eu pour effet de paralyser la production pétrolière nationale (…). Notre dépendance au pétrole étranger, quant à elle, a augmenté de 13%. Cela n’a pas vraiment de sens si l’objectif de la taxe était uniquement d’empêcher les “prix abusifs”. Comment cela s’est-il produit ?

Eh bien, en 2018, un article publié dans la revue Economic Policy a répondu à cette question. Le Journal a constaté que l’augmentation des taxes sur le pétrole a pour effet de décourager les producteurs de pétrole de prendre des risques sur la production de pétrole. (…)

Et ne pensez pas à l’énergie nucléaire pour augmenter la production nationale d’énergie. C’est ce que Poutine veut que vous fassiez. Donc pour garder notre démocratie en sécurité, on ne peut rien faire qui aide Poutine. Nous devrions vous le dire. Je sais que les officiels de la Maison Blanche sont d’accord avec cela, aussi logique que cela puisse paraître, selon Bloomberg, “les officiels de Biden ont exprimé en privé leur inquiétude sur le fait que plutôt que de dissuader le Kremlin comme prévu, les sanctions ont au contraire exacerbé l’inflation, aggravé l’insécurité alimentaire, et poussé les Russes ordinaires, punis plus que Poutine ou ses alliés.” Maintenant, vous pourriez être tenté d’être d’accord avec ces fonctionnaires de Biden. Si vous regardez le graphique qui montre que la valeur du rouble, comme nous vous l’avons dit, mesurée par rapport au dollar, monte en flèche. Donc nous avons aidé Poutine avec les sanctions. Biden a promis que nous allions, je cite, “réduire le rouble en miettes” (ruble to rubble en anglais). Coupant la Russie du reste du monde. C’est peut-être pour ça que la nourriture est si chère.

Des camions remplis de nourriture sont refoulés à la frontière américano-canadienne pour que la viande n’arrive pas aux usines de transformation. Pourquoi cela se produit-il ? Eh bien, c’est à cause des mandats de vaccination COVID, qui sont toujours appliqués par l’administration Biden. Et ils exigent que les conducteurs non vaccinés soient mis en quarantaine pendant 14 jours parce que c’est très dangereux. Et beaucoup de conducteurs ne peuvent pas faire ça. Et d’ailleurs, s’ils le faisaient, le contenu de leurs camions se gâterait.

Vous pourriez donc penser que cela a quelque chose à voir avec les problèmes de la chaîne d’approvisionnement qui vous empêchent de remplir votre panier d’épicerie. Nous n’allons pas entendre cela dans les médias. Et vous savez pourquoi ? Parce que, comme Big Meat, comme Big Oil, comme Vladimir Poutine lui-même, selon Joe Biden, les médias ne lui donnent pas un traitement équitable.

Rien n’est de la faute de Joe Biden – ni le prix de l’essence, ni le prix des médias, ni le prix de la viande, ni la couverture de l’inflation par les médias. Rien de tout cela. Vous savez de qui c’est la faute ? C’est la faute de Vladimir Poutine. Selon Sandy Cortez, en fait, vous pouvez aussi blâmer les suprémacistes blancs, et c’est peut-être exactement la même chose que Poutine.

La seule chose que nous pouvons dire avec certitude à ce stade, c’est que les personnes qui ont tout fait foirer ne sont en aucun cas responsables de ce qu’elles ont fait légalement ou moralement. En fait, ils sont irréprochables. Nous pouvons donc vous dire cela avec confiance, car la seule chose dont nous sommes sûrs, c’est que Vladimir Poutine l’a fait.

Tais-toi, traître. Il l’a fait.”

L'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis tend la main aux Etats-Unis pour entamer des négociations sur l'ensemble des sujets stratégiques, y compris l'Ukraine

+ L’ambassadeur russe aux Etats-Unis a donné un entretien à Newsweek: 

L’ambassadeur de Moscou à Washington, Anatoly Antonov, a déclaré à Newsweek que “la situation en Ukraine est extrêmement tendue”, près de quatre mois après que le président russe Vladimir Poutine a déclenché une guerre contre le pays voisin à la suite de l’échec des négociations sur la sécurité entre le Kremlin et l’Occident.

Aujourd’hui, a averti M. Antonov, “de plus en plus de pays sont impliqués dans le cycle des événements en Europe de l’Est” et “les conséquences négatives de la crise de la sécurité européenne, sous diverses formes, se propagent rapidement dans le monde entier.”

Il a averti que la situation pourrait se transformer en un conflit impliquant les nations qui possèdent la grande majorité des armes nucléaires du monde.

“La myopie des États-Unis est également visible dans les circonstances actuelles”, a déclaré M. Antonov. “Poussées par le désir d’infliger une défaite stratégique à la Russie, les élites locales font monter les enchères dans l’escalade des tensions en abondant le régime de Kiev en armes. N’est-il pas clair que c’est la voie d’une confrontation militaire directe entre les grandes puissances nucléaires, lourde de conséquences imprévisibles ?”

Et sur le front économique, il a déclaré que les vulnérabilités de Washington apparaissaient déjà à un moment où l’inflation américaine a grimpé en flèche pour atteindre son plus haut niveau depuis quatre décennies et où le prix moyen national de l’essence a dépassé le chiffre sans précédent de 5 dollars le gallon.

“Les plans visant à étrangler notre pays avec des sanctions ne fonctionnent pas non plus”, a déclaré M. Antonov, “L’imposition irréfléchie de restrictions ne fait qu’aggraver la situation de l’économie américaine. Il s’avère donc que dans une fièvre anti-russe, Washington est prêt à se tirer une balle dans la jambe et à danser simultanément. Cela semble absurde”.

“En outre, a-t-il ajouté, les actions des Américains n’affecteront pas la détermination des forces armées russes à remplir les tâches fixées lors de l’opération militaire spéciale pour protéger la population du Donbass, ainsi que la dénazification et la démilitarisation de l’Ukraine.”

“La nature globale de ce qui se passe montre que les racines du conflit actuel ne sont pas en Ukraine”, a déclaré Antonov. “Il s’agit du déclin de l’ordre mondial américano-centré. Pour être plus précis, l’effondrement des tentatives des États-Unis de maintenir un rôle hégémonique et de s’autoproclamer ‘étoile directrice’ pour tous les pays.”

Il a fait valoir que cette approche remonte aux premiers jours de la Fédération de Russie déclarée sur les décombres de l’Union soviétique. Il a accusé “la classe dirigeante américaine” d’avoir “fait une série de graves erreurs de calcul” au lendemain de la guerre froide, qui “se résument à une seule chose : ignorer le rôle de notre pays en tant que pilier de l’ordre mondial”.

Et si M. Antonov a affirmé que la Russie ne s’est renforcée qu’après les crises qui ont suivi, il a déclaré que “les autorités américaines ont décidé de contester ce fait évident et ont commencé à nous imposer de manière agressive des valeurs “démocratiques”, même si ces idéaux sont souvent étrangers aux Russes”. Dans cette quête, il a déclaré que les dirigeants américains “ont commencé à s’immiscer dans la politique intérieure de la Russie et à poser des menaces pour notre sécurité nationale, en se rapprochant de plus en plus de nos frontières.”

Alors que l’Occident s’efforce d’infliger suffisamment de douleur à la Russie pour convaincre Poutine de faire marche arrière sur l’Ukraine, Antonov a déclaré qu'”il est temps de se faire à l’idée de l’impossibilité de construire un ordre mondial dans lequel tous les pays doivent suivre les instructions de Washington, et où les valeurs occidentales sont au-dessus des lois.”

Ce nouvel ordre, a-t-il dit, serait fondé sur le “polycentrisme”, avec des rôles croissants pour les pays d’Afrique, d’Amérique latine, du Moyen-Orient et d’autres parties de l’Asie. De nombreux pays de ces régions n’ont pas partagé l’appétit de l’Occident de s’attaquer à la Russie et ont plutôt adopté des positions plus neutres.

M. Antonov a également déclaré que le Conseil de sécurité de l’ONU jouerait un rôle central dans ce domaine, ses membres permanents étant de plus en plus divisés entre un camp occidental composé de la France, du Royaume-Uni et des États-Unis et un camp oriental composé de la Chine et de la Russie. Cette division a rendu impossible tout progrès sur les grandes questions internationales telles que l’Ukraine, en raison des pouvoirs de veto rivaux.

En ce qui concerne la politique américaine à l’égard de la Russie, M. Antonov a déclaré que Washington “devrait cesser de se faire des illusions sur la “défaite” de notre pays” et doit au contraire “reconnaître qu’il n’y a pas d’alternative à des relations pragmatiques avec la Russie”.

“Nous sommes de grandes puissances qui portent une responsabilité particulière pour la paix sur Terre. C’est de nous que dépend la stabilité stratégique”, a-t-il affirmé. “Sans les efforts coordonnés des deux États, il est impossible de résoudre les problèmes du terrorisme, de la prolifération des armes de destruction massive, du changement climatique, de la lutte contre les épidémies et de la sécurité alimentaire. Nous sommes condamnés à coopérer.”

Et l’Ukraine, a-t-il ajouté, sera “un test décisif qui montrera la volonté des États occidentaux de prendre en compte les préoccupations russes.” À cet égard, “la poursuite des progrès vers la stabilisation de la sécurité européenne dépendra de l’issue du processus de règlement de la crise en Ukraine”, selon Antonov.

“Aujourd’hui, en fait, a déclaré Antonov, la question est de savoir si nous pouvons construire ensemble un ordre mondial multipolaire fondé sur l’égalité et prenant en compte les intérêts de tous les États, indépendamment de leur puissance et de leur potentiel.”

Et bien qu’il ait averti que la menace d’une confrontation plus large restait réelle, il a déclaré que ce n’était dans l’intérêt d’aucune partie, en particulier compte tenu des effets de second ordre tentaculaires du conflit actuel“.

Les Occidentaux inventent des prétextes pour ne pas négocier - et jouent avec le feu

+ En Syrie, la Russie a prévenu à l’avance les Etats-Unis du bombardement qu’elle allait effectuer sur la base d’Al-Tahrif contre des rebelles ayant attaqué l’armée syrienne (rebelles soutenus par les Etats-Unis). Mais les médias américains ont présenté cette frappe comme une provocation de la Russie. De fait, on peut imaginer que la frappe était un avertissement aux Etats-Unis, mais dans un sens subtil: montrer à Washington que partout dans le monde la Russie est capable de frapper ceux à qui les Etats-Unis font faire la guerre; suggérer aux Américains, aussi qu’ils ne pourront pas continuer à se battre – par procuration ou non – à la fois en Europe, au Moyen-Orient et dans le détroit de Taïwan. 

+ De fait, la capacité américaine à maîtriser la situation au Proche et Moyen-Orient est de plus en plus remise en cause. Alors que Mohammed ben Salman se rendait au sommet économique de Saint Pétersbourg, le programme de la visite de Joe Biden en Arabie Saoudite, prévue pour le mois de juillet, n’a toujours pas fait l’objet d’un accord entre les deux Etats.  Ce qui n’empêche pas Joe Biden de mettre de l’huile sur le feu en accusant publiquement MBS d’avoir commandité l’assassinat de Jamal Kashoggi. Quant à la négociation sur le développement du nucléaire civil iranien, il piétine. 

+ Le nouveau Chef d’Etat-major des Armées britannique, le Général Patrick Sanders, écrit dans son premier courrier à la troupe qu’il entendait “accélérer la mobilisation et la modernisation de l’armée pour renforcer l’OTAN et priver la Russie de la possibilité d’occuper davantage l’Europe… nous sommes la génération qui doit préparer l’armée à combattre en Europe une fois de plus”. 

Un moyen de réclamer une augmentation du budget de la Défense tant que le russophobe hystérique nommé (quelle ironie!) Boris est à Downing Street.  

+ Boris Johnson s’est précipité à Kiev le vendredi 17 juin, au lendemain de la visite de Manu, Olaf et Mario à Zelenski, visite au cours de laquelle ils avaient conseillé au président ukrainien de reprendre les négociations avec la Russie. 

+ On voit très clairement se dessiner deux camps chez les Occidentaux: les pétochards (Macron, Scholz, Draghi), qui ont eu peur de s’opposer aux Etats-Unis et ont aujourd’hui encore plus peur des conséquences de la politique de sanction; les idéologues comme   Johnson ou les dirigeants polonais ou ceux des Pays Baltes, qui poussent à une guerre avec la Russie. 

+ La Lituanie bloque depuis samedi 19 juin le transit des marchandises entre Kaliningrad et le reste de la Russie.

L’opérateur ferroviaire national de la Lituanie a interdit la circulation des marchandises sanctionnées entre la région et le reste de la Russie, citant les instructions de la Commission européenne.

Moscou a déclaré que cette mesure était illégale au regard du droit international et a convoqué l’ambassadeur lituanien. Mardi, le ministère des affaires étrangères a convoqué l’envoyé de l’UE en Russie, Markus Ederer. “Nous avons exigé que le fonctionnement normal du transit de Kaliningrad soit rétabli immédiatement”, a déclaré le ministère dans un communiqué.

Josep Borrell, le représentant de l’UE pour la politique étrangère, a défendu Vilnius lundi 20 juin, affirmant qu’elle agissait conformément au mécanisme de sanctions de l’Union. “La Lituanie n’est pas coupable, elle n’applique pas de sanctions nationales”, a-t-il déclaré aux journalistes.

“Bien sûr, la Russie répondra aux actions hostiles. Des mesures appropriées sont en cours d’élaboration et seront adoptées dans un avenir proche”, a déclaré Nikolaï Patrouchev, président du Conseil National de Sécurité russe aux journalistes lors d’un voyage à Kaliningrad mardi.

Il a ajouté que les conséquences de la réponse de Moscou “auront un impact négatif sérieux sur le peuple lituanien.”

Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port

35 Shares:
5 commentaires
  1. Merci pour cette excellente et éclairante analyse.
    La situation est alarmante. Les américains et leurs états vassaux finiront-ils par attendre raison ?

    Répondre moderated
  2. Merci M. E. Husson pour cet article rempli d’informations pertinentes mises en perspectives. Je relève cette phrase en particulier, elle mérite un moment de réflexion. “”Josep Borrell, le représentant de l’UE pour la politique étrangère, a défendu Vilnius lundi 20 juin, affirmant qu’elle agissait conformément au mécanisme de sanctions de l’Union. “La Lituanie n’est pas coupable, elle n’applique pas de sanctions nationales”, a-t-il déclaré aux journalistes.”” Donc un fonctionnaire haut gardé de l’UE parle au nom de la Lituanie en la jugeant de haut comme si Vilnius était un enfant mineur irresponsable, ‘elle n’est pas coupable’. La Lituanie, sous-fifre, applique comme un bon petit soldat de l’UE des ordres venus d’en-haut. La nation lituanienne décide d’appliquer des ordres qu’elle est obligée de faire appliquer !!! Et si on remettait la Lituanie sous le joug soviétique au lieu du joug EUrratique si décadent, woke et lgbt déconstruit ? Il serait intéressant de savoir s’il existe en Lituanie des ‘catholiques éveillés, réveillés’ qui sont opposés à cette sujétion déplaisante et mortelle de leur nation à Bruxelles-Borell.

  3. Le discours officiel de Biden ici rapporté est absolument délirant. Il est hallucinant de voir la nation la plus développée du monde sombrer comme le Titanic, par orgueil et en niant la réalité. Le Titanic était insubmersible. Il ne possédait que des canots de sauvetage aux normes anciennes. Vive le progressisme woke! En avant sans retour possible!

  4. La Lituanie, et l’UE par la même occasion, font une belle boulette légale. Quand un pays A doit passer par un pays B pour aller à un pays C, B peut appliquer les sanctions (à ses risques). Par contre, aller de A à A (ce que sont la Russie et Kaliningrad) en passant par B, est un transit pur défini par des règles de vérification de continuité, sans plus. B ne peut appliquer des sanctions sur un trafic domestique bordé par des accords. Il me semble que la Russie va fortement réagir. Mais bon, comme disait l’autre, la Lituanie, combien de divisions? Et est-ce que l’OTAN ira sur place s’interposer?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer