De l’effondrement de la Russie comme clé de l’histoire universelle – par Nicolas Bonnal

L’expression est de Georges Nivat, le traducteur d’Alexandre Soljenitsyne, et elle date de 2016. Elle résume très bien notre histoire séculaire : Charles XII de Suède puis Napoléon puis Hitler puis les autres (le complexe Biden-BHL-Leyen) tentent d’abattre le monstre croquemitaine de cette bonne vieille Histoire universelle.

Elle résume très bien l’atmosphère du jour : la Russie seule contre tout le monde ou presque, avec l’empire américain et ses colonies, l’Europe apeurée et le reste du monde plus ou moins entraîné dans cette croisade antirusse, qui succède à la croisade antiallemande des dernières guerres mondiales orchestrées aussi par les maitres Anglo-Saxons. Car pour l’Occident Poutine est moins Staline qu’Hitler. Simplement c’est un Hitler qui n’a pas à se coltiner l’Armée rouge, qui dispose d’une terre riche et immense, d’une économie autarcique, des gisements de gaz et de pétrole et d’une armée sensationnelle. Snyder a rappelé que seuls 14% des soldats américains (oublions le F35, les Stinger de M. Cadbury et tout le reste) s’estiment opérationnels (et encore ? Contre les russes ou contre les irakiens ?). On sent en tout cas une haine gnostique, frémissante, et tout cela risque de mal finir pour nous surtout.

De Charles XII à Biden

La lutte contre l’empire russe sourd à travers toute notre histoire depuis le dix-neuvième siècle : voyez le livre de Lesur qui en 1812 dénonce la montée de la puissance russe au moment où les troupes napoléoniennes dévastent la Russie. On pense à la haine du tsarisme, à la Guerre de Crimée, au Grand Jeu britannique (voyez le Kim de Kipling qui lui donne au moins une aura ésotérique) ; puis on passe à l’homme au couteau entre les dents, au stalinisme et à Poutine.

J’ai évoqué la lutte occidentale contre la Russie dans mon livre sur Dostoïevski contre la modernité occidentale. Dans l’Idiot, le prince Muichkine attaque l’Église de Rome (que dirait-il aujourd’hui !) ; dans les Possédés Dostoïevski évoque l’adoration de l’Amérique et ces libéraux russes qui seront toujours les laquais de l’occident. Dans son Journal (traduction disponible sur Wikisource), Dostoïevski annonce la guerre germano-russe, les problèmes avec la minorité juive (qui s’adonnera, comme disait Poutine, au bolchévisme), l’effondrement de la France devenue républicaine, et le racisme ontologique antirusse.

Dostoïevski visionnaire pince-sans-rire

Dostoïevski est souvent drôle et pince-sans-rire (plus que Poutine) ; et cela donne :

« …Il y a en Russie des hommes très bizarres, constitués comme les autres hommes et pourtant ne ressemblant à personne. Ils tiennent à la fois de l’Européen et du Barbare. On sait que notre peuple est assez ingénieux, mais qu’il manque de génie propre ; qu’il est très beau ; qu’il vit dans des cabanes de bois nommées isbas, mais que son développement intellectuel est retardé par les paralysantes gelées hivernales. »

Dostoïevski reprend l’éprouvant pamphlet de Custine (les Russes sont des automates) avec humour :

« On n’ignore pas que la Russie encaserne une armée très nombreuse, mais on se figure que le soldat russe, simple mécanisme perfectionné, bois et ressort, ne pense pas, ne sent pas, ce qui explique son involontaire bravoure dans le combat ; que cet automate sans indépendance est à tous les points de vues à cent piques au-dessous du troupier français. »

Enfin les Russes ont trop de barbe :

« L’effet du rasoir surtout fut merveilleux : une fois glabres, les Russes devinrent très vite quelque chose comme des Européens. »

C’est d’ailleurs leur point commun avec les islamistes, aux russes : ils ont trop de barbe !

Le choc de civilisations

Mais la barbe revêt une dimension religieuse et culturelle. Et là on rentre dans le domaine de la guerre de civilisation, celle qui oppose les anglo-saxons aux russes depuis un siècle et demi.

Je cite un libéral dans les Possédés :

« Hélas ! nous sommes des pygmées comparativement aux citoyens des États-Unis ; la Russie est un jeu de la nature et non de l’esprit. »

Là-dessus les occidentaux sont tombés sur un os. Brzezinski avait parlé du scandaleux refus du monde LGBTQ et du reste à Moscou. Et Poutine a dit dans son discours à la nation :

« Mais non – un état d’euphorie né de leur supériorité absolue, une sorte d’absolutisme moderne, qui plus est, sur fond de faible niveau de culture générale et d’arrogance de ceux qui ont préparé, adopté et fait passer les décisions qui n’étaient profitables que pour eux-mêmes. La situation a commencé à évoluer d’une manière différente. »

Et il ajoute :

« En fait, jusqu’à récemment, les tentatives de nous utiliser dans leurs intérêts, de détruire nos valeurs traditionnelles et de nous imposer leurs pseudo-valeurs, qui nous rongeraient, nous, notre peuple, de l’intérieur n’ont pas cessé. Ces attitudes ils les imposent déjà agressivement dans leurs pays et elles mènent directement à la dégradation et à la dégénérescence, car elles sont contraires à la nature humaine elle-même. Cela n’arrivera pas [ici], cela n’a jamais marché pour personne. Cela ne marchera pas non plus maintenant. »

Là on est au cœur du problème : avec Poutine la Russie (plus tolérée du temps du communisme subversif par l’élite occidentale) est redevenue la bête noire de l’ordre libéral mondialiste. Revoyez d’ailleurs mon texte publié sur fr.sputniknews.com à ce sujet : Dostoïevski (visionnaire et théologien comme Flaubert ou Baudelaire à la même époque – tous nés en 1821) et la prophétie du nouvel ordre mondial auquel nous arrivons aujourd’hui, incarcérés et sous la coupe du totalitarisme libéral anglo-américain.

Poutine a compris qu’il faut frapper sans faire trop mal en ce moment, parce que l’Occident veut le détruire lui et sa terre. Hitler disait dans son Testament qu’il ne saurait jamais faire la paix à la Russie, qu’il faudrait toujours qu’il lui saute à la gorge. Blinken, Biden et leur clique n’ont pas évolué. Ils en sont au stade suprême du nihilisme impérial : détruire leur peuple, la culture, les sexes, la religion, la nature (comme dit justement Poutine), tout ce qui Est.

Il leur reste comme je l’ai dit à affronter la meilleure (la meilleure ou la dernière ?) armée du monde, ses armements et à éviter des contre-sanctions ruineuses. Pour parler comme mon ami Jean Parvulesco, auteur d’un beau livre traduit en russe par Alexandre Douguine, on ne pouvait rêver de meilleur Endkampf…

Sources principales :

La newsletter du jour

Tous les jours, le récapitulatif des articles du Courrier des Stratèges

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

39 Shares:
2 commentaires
  1. Excellent. J’ai goûté ✌️les Stinger de M. Cadbury et tout le reste✌️. J’aime chez Monsieur Bonnal ce côté alchimiste déterministe qui part de loin pour expliquer ce que les protagonistes eux mêmes ne soupçonnent pas de leurs actions. Je ne connais pas son parcours: Bonnal doit être sérieusement blacklisté, traqué —ou schizoïde à la K Dick?— pour que systématiquement sa signature apparaisse abritée par le bouclier 🛡️ d’une autre. 🤔

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer