COVID: des actions de masse en perspective? par Ulrike Reisner

Une équipe de médecins et de scientifiques a évalué une centaine d'études sur la vaccination et les a mises à la disposition du grand public. Cela pourrait entraîner d'importantes demandes de dommages et intérêts, surtout en cas de plaintes concernant les dommages causés par les vaccins et en droit du travail.

« La vaccination n’empêche pas la propagation du virus et ne contribue pas non plus à l’émergence d’une immunité de groupe ».

Ce qui est indiqué ici en termes sobres dans un résumé pourrait avoir un effet boomerang dans des pays comme l’Autriche et l’Allemagne, qui ont envisagé ou même mis en œuvre une vaccination obligatoire contre le COVID[1]. La synthèse des principales connaissances pourrait devenir en très peu de temps l’état des connaissances médicales et constituer ainsi la référence pour les décisions judiciaires. Actuellement, on constate que le nombre de procédures civiles liées à la « responsabilité médicale » et aux « conflits du travail » augmente de manière exponentielle.

L’initiative scientifique indépendante « Wissenschaftliche Initiative Gesundheit für Österreich »[2] a publié, il y a quelques jours, un document de 45 pages qui rassemble les principales études et informations relatives aux vaccins COVID. Sous le titre « Indications, contre-indications et rapport bénéfice/dommage de la vaccination COVID – Un résumé des principales données probantes des études » [3], les auteurs autrichiens, allemands, suisses et britanniques ont évalué près de 100 études internationales. Leur conclusion est claire :

« Dans l’ensemble, les études, encore insuffisantes à l’heure actuelle, présentent un rapport bénéfices/dommages défavorable pour la majeure partie de la population et suggèrent en outre qu’aucune immunité stérile n’est obtenue, c’est-à-dire que la vaccination n’est pas adaptée pour protéger d’autres personnes non vaccinables. Pour ces raisons, une vaccination obligatoire n’est ni utile ni justifiée ».

 

Les risques l’emportent nettement sur les avantages

Au cours des deux dernières années, il est apparu clairement que l’échange d’informations spécialisées par-delà les frontières est incroyablement important. C’est pourquoi il convient de résumer ici, à l’intention de tous les lecteurs du Courrier des Stratèges et des autres personnes intéressées, les principales conclusions de cette étude. Ceci dans l’espoir que l’énorme travail qui se cache derrière de tels travaux sérieux nous aide tous dans notre lutte contre cette expérience médicale unique à ce jour.

Quelles sont donc les principales conclusions de l’évaluation complète des études ? Les auteurs écrivent à ce sujet:

 

Contagieux malgré la vaccination

Il est décevant, mais pas nouveau, de constater qu’aucun des vaccins COVID disponibles ne permet d’obtenir une immunité stérile. La variante alpha a tout juste permis de réduire le taux de contagion dans les premières semaines suivant la vaccination. Mais pour la variante delta, il n’y a plus de réduction significative des taux d’infection après trois mois déjà. Et pour la variante omicron, les taux de contamination seraient encore plus élevés chez les personnes vaccinées.

Protection contre une évolution grave et la mort

La vaccination peut-elle protéger contre une évolution grave ? Les études ne sont que très peu concluantes à ce sujet. On constate certes au départ une nette efficacité de la vaccination en termes de prévention de l’hospitalisation et du décès liés au COVID, mais l’hospitalisation totale et la mortalité totale ne sont pas indiquées. Les études à ce sujet étaient limitées à une courte période d’observation de deux à trois semaines. La durée de la protection vaccinale mesurée reste incertaine.

Vaccination de rappel

La vaccination de rappel « pourrait également entraîner une réduction des cas graves de COVID et des décès liés au COVID chez les personnes de plus de 60 ans ». Ce n’est que possible, car les études existantes sur le sujet présentent de graves erreurs méthodologiques et passent à nouveau sous silence l’hospitalisation totale et la mortalité totale.

Enfants et adolescents

Jusqu’à présent, il n’a pas été possible de démontrer si la vaccination avait un effet sur la fréquentation générale des hôpitaux et sur la mortalité globale. De même, l’efficacité de la vaccination chez les enfants et les adolescents n’est guère prouvée, elle est probablement inférieure à l’efficacité chez les adultes, de sorte que la vaccination ne peut définitivement pas être recommandée chez les enfants, compte tenu de leur faible risque d’évolution grave.

Long Covid

Il n’existe à ce jour aucun résultat d’étude solide sur les effets du vaccin sur Long COVID.

Effets secondaires

Les auteurs n’ont trouvé que peu d’études sur la sécurité et les effets secondaires des vaccins. Les données actuelles indiquent que les effets secondaires sont nettement plus nombreux et plus graves que ceux connus pour les vaccins traditionnels. De plus, les effets secondaires ne sont que rarement enregistrés : Une sous-déclaration d’au moins un facteur 10 est probable. Des études de qualité sont nécessaires de toute urgence pour permettre une évaluation fondée sur des preuves des avantages et des risques d’une vaccination pour la collectivité, mais aussi pour l’individu. Les données disponibles indiquent en tout cas que les vaccins COVID sont nettement moins bien tolérés que les vaccins traditionnels et qu’ils comportent également un risque de décès jusqu’à 20 fois plus élevé.

 

Conséquences : des actions en dommages et intérêts ?

Le fait que des preuves d’études comme celle-ci soient maintenant présentées n’est pas seulement important d’un point de vue médical. L’évaluation juridique de la pertinence de cette étude est que son contenu fera très rapidement partie de « l’état des connaissances médicales » et qu’il faudra donc s’en servir comme référence pour les futurs litiges juridiques.

Les juristes estiment qu’au fur et à mesure que les faits traités dans cette étude seront connus, il ne faudra pas attendre longtemps avant que les premières demandes de dommages et intérêts soient déposées par des personnes vaccinées, et ce peut-être même dans des cas où aucun dommage concret n’est encore survenu.

Malgré cela, les campagnes de vaccination financées par l’État battent leur plein en Allemagne et en Autriche[4][5]. Les responsables de ces campagnes ne se soucient visiblement pas du fait que leur argumentation soit contrefactuelle. Il reste à voir combien de millions de plaintes pour responsabilité de l’Etat vont encore toucher la République fédérale d’Allemagne et la République d’Autriche.

[1] https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/12/06/lautriche-et-lallemagne-en-pointe-du-nouvel-autoritarisme-europeen/

[2] https://gesundheit-österreich.at/

[3] https://gesundheit-österreich.at/evidenz/covid-impfung/

[4] https://www.zusammengegencorona.de/impfen/

[5] https://www.sozialministerium.at/Corona/Corona-Schutzimpfung/Corona-Schutzimpfung—Fachinformationen.html

115 Shares:
8 commentaires
    1. Ni les labos…
      En plus, sauf pour quelques professions, la non obligation formelle sera invoquée.
      Le crime parfait: il est nié, étouffé, le criminel est inconnu et s’il vient à être identifié, il n’est pas responsable.
      Sauf… en cas d’intention de nuire des labos. Encore faut-il le prouver. Il semble que ce dossier avance aux Etats-Unis.

    2. Aux USA il parait (selon un sondage) que seulement 16% des gens croient encore aux merdias. Qu’en est-il en France ?

      Répondre moderated
  1. Qu’en termes bien posés cela est dit.
    Pour résumer : A l’Ouest rien de nouveau….
    – Dés août 2021, Laurent Mucchielli (sociologue) a alerté sur la sur-représentation des effets secondaires avec ces vaccins.
    – Dés août 2021, Charles Sannat (banquier devenu entrepreneur) a indiqué que la vaccination serait un échec. Il suffisait d’observer la situation en Israël. Situation qui s’est répétée dans tous les pays ayant massivement vaccinés. Même constat de Dominique Dellawarde (général à la retraite).

    Toutes les professions ont des représentants qui ont compris que ces vaccins étaient du charlatanisme…. et les professions médicales continuent d’avancer sur des oeufs (Restons positifs : au moins 2 exceptions Alexandra Henrion-Caude et Salim Läibi) et de ne pas nommer un chat un chat !!! Les scientifiques tournent en rond ou pompent comme feu les Shadoks !

    “on constate que le nombre de procédures civiles liées à la « responsabilité médicale » et aux « conflits du travail » augmente de manière exponentielle” : peut-on avoir svp des données quantitatives ? L’exponentielle, cela va trés trés vite 😃

    1. N’oublions pas l’excellent D.Raoult ni le courageux Ch.Perronne, l’audacieux Louis Fouché et tous ces merveilleux pros des mouvements anti vaxx, y compris ceux qui y ont laissé leur carrière, voire plus encore. Il faudra envisager une action commune pour leur rendre l’hommage et les droits qui leur sont dus.

      Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer