Comment la caste a militarisé et industrialisé la propagande officielle, par Eric Verhaeghe

La propagande officielle a bien entendu toujours existé : le propre du pouvoir est de justifier son action et les désagréments qu'il cause par des raisons qu'il présente toujours de la manière la plus avantageuse. Mais nous assistons, avec l'émergence des réseaux sociaux, à une transformation radicale des méthodes propagandistes, sur laquelle je voudrais m'appesantir cet été. Dans la pratique, depuis les années 90, la propagande connaît un véritable tournant à la fois par sa militarisation et par son industrialisation. Ce phénomène explique largement la sidération dans laquelle nous sommes depuis la crise du COVID.

Lorsque l’affaire du COVID (la folle équipée, pourrions-nous dire aujourd’hui) a éclaté, nous n’avons pas vu clairement combien la propagande qui devait l’entourer, et surtout entourer les politiques publiques irrationnelles mises en oeuvre à ce moment, était prête, et pour ainsi dire rodée. Ce n’est qu’à l’occasion du dernier sommet du G7 que le rôle occulte, mais bien réel, de cette propagande est apparu

Nous l’avions souligné à l’époque : ce sommet a confirmé le rôle du Canada et de ses Rapid Response Mechanisms dans la riposte mondiale contre la propagande russe dans l’affaire ukrainienne. Autrement dit, la guerre de l’information menée contre la Russie (et la Chine) est officiellement coordonnée par le gouvernement canadien et tout spécialement par le Global Affairs Canada

Ce qu’on découvre peu à peu, c’est que les “démocraties” occidentales ont traité sur le même pied la question du COVID et la question de l’Ukraine : dans l’un et l’autre cas, les gouvernements ont considéré que ces affaires relevaient de la sécurité nationale et qu’elles faisaient l’objet de tentatives de déstabilisation de la part de la Russie et de la Chine. Donc qu’il fallait “debunker” et mener unn travail de contre-propagande mondialisée pour consolider les Etats occidentaux. 

Le fantasme complotiste officiel

Autrement dit, tous ceux qui ont mis en doute l’efficacité et la loyauté des politiques sanitaires déployées en Occident pour juguler l’épidémie de coronavirus ont été sommairement catalogués dans la sphère pro-russe, bien avant qu’on ne parle de l’invasion de l’Ukraine, et dans la sphère pro-chinoise.

Ce simplisme, pour ne pas dire ce complotisme de la caste, est difficile à croire, mais il est pourtant bien réel. 

Pour s’en assurer, il suffit de se reporter aux réponses que la directrice de l’époque du Global Engagement Center, une entité officielle américaine chargée de lutter contre la propagande étrangère, a fournies lors de son audition au Sénat en mars 2020 (c’est-à-dire avant les premiers confinements). Aux questions des sénateurs sur le rôle du GEC dans le “narratif du COVID”, Léa Gabrielle répond (page 66 du compte-rendu des débats, en anglais) :

Le GEC a traqué la propagande et la désinformation russe et chinoise sur le COVID, autant que l’impact d’ensemble sur les conversations dans le monde à propos de cette question. Les premières conclusions montrent une différence clé sur la propagande russe et chinoise. (…) L’analyse du GEC montre que la tactique russe première consiste à amplifier les narratifs mensongers disruptifs sans base factuelle. (…) Cela dit, il y a clairement des théories complotistes et des mensonges sur l’origine et la nature du coronavirus. 

On comprend ici comment les services officiels de propagande ont d’emblée traité toute contradiction sur le COVID : comme l’expression d’un complot russe (ou chinois) qu’il fallait combattre en imposant un autre narratif. 

Militarisation des réseaux sociaux

Si l’audition de ces responsables officiels américains par le Sénat, le 5 mars 2020, permet de faire le lien entre l’affaire du COVID et l’affaire ukrainienne, et surtout entre le traitement médiatique de l’une et de l’autre, c’est d’abord parce qu’elle permet de dégager un concept qui est devenu clé pour comprendre les circuits d’information aujourd’hui. Ce concept est celui de la “weaponization” de l’information, c’est-à-dire de l’utilisation de l’information comme une arme de guerre – sa militarisation en quelque sorte. 

L’audition au Sénat américain que nous avons évoquée ci-dessus en fait d’ailleurs un sujet en soi (page 4) :

we have a frank and serious discussion about the global weaponization of information and the U.S. government’s response.

(Nous avons une discussion franche et sérieuse sur la militarisation mondiale de l’information et sur la réponse du gouvernement américain). 

Plus largement, l’Occident considère que les réseaux sociaux ouvrent un espace colossal pour un nouveau type de guerre, la guerre par l’information et par l’influence sur les réseaux, notamment grâce au déploiement de “narratifs” contraires aux versions officielles. Face à ce nouveau type de guerre, les gouvernements occidentaux ont déployés de nouveaux types de ripostes, essentiellement rassemblées dans de nouvelles agences ad hoc. 

Du GEC à VIGNUM en passant par les RRM

En l’espace de quelques années, les pays membres du G7 (et quelques autres) ont confié la riposte à la guerre de l’information déclarée par la Russie et la Chine (selon la version officielle, bien entendu) à des agences spécifiques dotées de moyens divers, toutes placées dans l’entourage du renseignement militaire. 

Nous avons évoqué le GEC américain, créé en 2017 pour surveiller les interférences russes dans les opérations électorales en Occident. Mais on notera que les Etats-Unis ont confié une mission très internationale au GEC, qui est contestée (nous y reviendrons dans d’autres articles) tant sur la scène extérieure par des officines comme le Carnegie Endowment for International Peace ou par les “Centers” d’influence régionale, que par les services gouvernementaux sur la scène intérieure. 

Cette division propre à la “riposte” américaine explique que le Canada ait été choisi prioritairement comme le pays en charge de la coordination du G7. 

Mais tous les pays se sont équipés de ces agences, y compris la France, qui a confié la gestion de Viginum au secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN). 

Le rôle caché des agences de contre-propagande

Nous reviendrons longuement sur le rôle de ces agences. 

En l’état, il faut surtout soulever un point majeur les concernant. 

D’une manière générale, ces agences sont toutes officiellement chargées de surveiller les réseaux sociaux et de collecter les données personnelles qui y traînent pour dresser des graphes et identifier les connexions entre les internautes et des influences étrangères. Nous reviendrons sur cette surveillance généralisée de la population au nom de la lutte contre l’influence russe. 

Mais c’est surtout le rôle caché de ces agences qui pose problème, et que nous documenterons dans les jours à venir : celui de contester le “narratif” russe par un autre narratif, celui de la propagande officielle. Pour ce faire, les éléments dont nous disposons montrent que nos services secrets à la manoeuvre sur Internet ne reculent devant pas grand chose pour diffuser leur “vérité”. 

La directrice du GEC a refusé d’expliquer quels moyens les USA utilisaient pour parvenir à leurs fins. Viginum n’est pas plus bavard. Mais tout laisse à penser que tous les coups sont permis dans ce domaine, y compris des campagnes de dénigrement d’opposants, ou de “structuration” d’une opposition contrôlée.

Ne manquez pas notre série à suivre sur le sujet. 

Acheter de l'or...

Le nouveau dossier à télécharger de Florent Machabert

About Post Author

124 Shares:
14 commentaires
  1. Il ne faut pas non plus être naïf, les Russes et les Chinois ont aussi leurs agences pour faire de la propagande ou de la contre-propagande. Et ils n’ont rien à envier aux pays occidentaux. Qu’un gouvernement ait les moyens de contrer la propagande d’un pays rival ou ennemi n’a rien de choquant et cela ne date pas d’aujourd’hui. Ce qui est en revanche beaucoup plus choquant et même dangereux, et d’utiliser des moyens de propagande pour soi-disant lutter contre une épidémie afin de manipuler les citoyens. C’est digne de régime totalitaire, et pourtant cela se passe chez nous. Ce qui veut dire que nos gouvernements peuvent utiliser des moyens énormes de propagande sur n’importe quel sujet, et ils peuvent compter sur la complicité des médias. Autre problème: les parlements n’ont pas l’air de savoir grand-chose sur les moyens utilisés par les gouvernements pour cette propagande.

  2. G4G , c’est ceux à quoi nous avons assisté dès le début du Covid et ceux au niveau mondial . Image falsifiée d’homme s’effondrant dans la rue, interdiction d’assister au enterrement, hôpitaux saturés, etc …. Au bout d’un mois , j’avais bien compris ce concept qui me paraissait un peu flou avant.

    Répondre moderated
  3. Bonsoir Eric
    Je vous renvoie à ce rapport de 2012 que vous devez connaître suite à l’histoire du H1N1 et dont il est question de surveiller les réseaux contre narratifs de la caste : https://www.senat.fr/rap/r11-638/r11-638.html
    Immédiatement en 2020, c’est le premier rapport que je suis allée consulter et tout est clair; je vous renvoie aussi à cette vidéo de Claire Séverac de 2016, quelques mois avant sa mort, sa mise à mort au polonium : https://crowdbunker.com/v/3vr4neW1y5
    Bon, j’espère que les gens se sont inscrits pour Paray le Monial, j’espère bien pouvoir venir vous saluer parmi la foule
    Bien à vous

    Répondre moderated
  4. Quand je pense à ces petites put.s de militaires qui bossent dans des agences de renseignement comme de bons toutous pour des pseudo élites, qui les méprisent, qui n’ont rien d’autre à faire que d’écumer voire de gérer les commentaires de journaux mainstream pour empêcher la diffusion de l’information (c’est l’armée qui modéraient de nombreux forums de journaux mainstream lors des grands moments du Covid, forums qui sont gérées par les mêmes applis sous-traitantes, la gestion Covid est classée Secret défense et ces militaires ont empêché les français de connaitre la dangerosité des vaccins !) ou faire des notes pour leur hiérarchie en lisant ce commentaire sur le CourrierDesStratèges, j’ai envie de vomir… Comme ces flics qui collaient des amendes de 135 € à la grand mère qui voulait aller voir son époux enfermé en EPHAD ou encore ceux, encore, qui se prennent pour des héros en contrôlant la climatisation des petits commerces… Il n’y a pas à dire, ils sont la fange de notre pays, des collaborateurs à la Vichy, ils aident en petites mains la chienlit politique qui les vomit, qui détruit leurs familles, leurs parents; leurs enfants. Vivement qu’on envoie ces militaires gratte-papiers au front en Ukraine !

    1. bonjour LEBLET
      perso, je suis pro poutine à 100% depuis le 1er jour et très fière de l’être.
      perso, je ne voudrais pas que nos soldats, sortis des rangs dits “gueux, sans dent, ceux qui ne sont rien, les fonds de cuve, le MAGMA de la masse populace….. brefs des hommes sortis de la plèbe, n’aillent aux front de l’Est et y laissent leur vie, je suis contre cette guerre dans laquelle macron veut entrainer nos soldats…….
      CETTE GUERRE N’EST PAS LA NOTRE
      cette guerre est celle des USA/CIA qui veulent anéantir les russes et rien d’autre, la F n’a RIEN A VOIR DANS CE CONFLIT ! merde !

      mais, en fin de vos écrits, vous proposez que les militaires français HAUTS PLACES, ceux du renseignement sous toutes ses formes, les étoilés et autres gradés qui nous cachent LA REALITE DES INFORMATIONS et nous baignent dans les mensonges PROPAGANDISTES MACRONISTES, soient mis en première ligne sur le front de l’Est : là OUI, je suis OK ; qu’on les mettent en 1er ligne, ça sera une bonne EPURATION ETHNIQUE DE LA CASTE MILITAIRE POURRIE, là OUI, je suis d’accord que tous ces militaires et grands étoilés de plateaux TV chient dans leur froc sous le feu russe, là oui, je suis d’accord, qu’ils MONTRENT DONC L’EXEMPLE aux hommes de leurs régiments en allant au feu en premier

  5. Perso je pense qu’il y a un plan derrière toutes ces opérations de propagande. Les faits montrent clairement que les autorités de pharmaco vigilance et les politiques étaient au courant de la dangerosité des vaccins(les essais Pfizer qui ont été rendus publics aux USA montrent que cette firme était au courant du danger de cette injection, Fauci qui a financé indirectement le labo de wuhan pour créer des virus à gain de fonction savait également dans quoi il s’engageait puisqu’il est médecin rappelons le, le secret militaire de 75 ans concernant les contrats passés entre les états et les labos montrent aussi qu’ils ont de nombreuses choses à cacher : pourquoi un secret militaire aussi long pour un vaccin ?). Bref malgré qu’ils étaient au courant des risques courus, ils ont tout de même lancé une vaccination mondiale. Pourquoi ?. La corruption des politiques et des autoriés de santé n’explique pas tout.Je pense qu’une classe d’individus riches et influents au niveau mondial mettent en oeuvre un plan qui vise à asseoir leur pouvoir sur le monde. Cette ideologie a d’ailleurs été clairement exprimée en public ou par écrit par de nombreux personnages publics : Attali l’homme qui murmurre à l’oreille des présidents, Gates qui contrôle l’OMS et influence de nombreux journaux mainstream grâce à de généreuses subventions pour faire passer ses idées, Harari le protégé de Klaus schwab et bien d’autres. Tous ont déclaré qu’il fallait diminuer la population mondiale par tous les moyens : guerres, pandémies, crises économiques,famines etc. Et c’est bien ce qui est en train d’arriver actuellement. Ils ont en outre décrit la mise en place d’un gouvernement mondial autoritaire seul apte selon leurs dires à relever les défis posés par l’avenir de l’humanité !. Evidemment ce gouvernement sera dirigé par eux pour leur plus grand bénéfice. Les êtres humains (ou plutôt ceux qui auront survécu) ne seront plus que des esclaves juste bons à travailler pour régaler l’élite dirigeante.
    Enfin je rappelle à ceux qui croient en une opposition entre la russie et les USA que ce sont les mêmes financiers qui contrôlent l’économie mondiale et qui ont investi massivement en chine ou en russie il y a de celà des années lors du mouvement de mondialisation qui a été prôné par les mêmes entrepreneurs et financiers. Leur influence sur ces pays est donc énorme contrairement à ce que les médias principaux nous racontent. L’économie est mondialisée et ce sont ces mêmes individus qui tiennent les cordons de la bourse pour de nombreux pays même si c’est bien caché.
    Evidemment ce genre de scénario fait rire de nombreuses personnes parce qu’elles ont tellement été formatées par la propagande des médias et des gouvernements(c’est la même entité) qu’il leur parait impossible qu’un tel scénario puisse se dérouler.
    Je leur répondrais : regardez les faits et cherchez les informations cachées.
    Ainsi depuis le début du covid nous assistons de plus en plus en Europe mais aussi dans le monde à la mise en place de lois de plus en plus répréssives concernant la population ou qui promeuvent le contrôle des individus via des “Pass” par exemple. Ou encore la surveillance d’internet et des médias sociaux afin de débusquer ceux qui vont contre le narratif officiel pour les stigmatiser et les accuser de tous les maux. Ce sont les signes de la mise en place d’une société de contrôle des citoyens.

    1. Il est bien évident que mes supputations n’engagent que moi et que vous êtes libre de souscrire ou non à mes idées. Et je conçois parfaitement qu’un journaliste doive se baser sur des faits précis et circonstanciés si il ne veut pas passer pour un illuminé. Je précise tout celà suite à la remarque de monsieur Verhaeghe concernant Mildred et qui pourrait aussi s’appliquer à mon cas. Donc je ne cherche pas à faire des émules et mes supputations ne sont pas des preuves loin s’en faut : ce sont justes les reflexions que m’ont inspiré les faits s’étant déroulé ces deux dernières années.

    2. merci cocol256 pour ton exposé. Tu penses juste, beaucoup arrivent aux mêmes conclusions (intermédiaires et partielles) avec ces éléments et d’autres. Je retiens in fine ” plan , élites, influence, secrets, mondialisation, financiers, marchés, société de controle”.
      Mais il faut pousser plus avant, car s’il y a un plan d’individus riches et influents derrière la propagande active et les mécanismes de restrictions juridiques (idem après un attentat, “pour notre sécurité”…), alors les concernant : quel est-il, quels sont les détails, étapes, procédés, finalités, etc. ? Quels sont les leviers mis en œuvre : la manipulation psychologique est pour beaucoup. Les biais cognitifs, les trappes à réflexion et autres pièges rhétoriques sont nombreux sur le chemin de vérité. Aussi, tout n’est pas 100% faux ou 100% manipulés, il y a peut être 1 à 10% de vrai dans une “annonce informationnelle” de média mainstream -une fraction travestie, diluée pour donner le goût ou l’aspect voulu qui permettra d’accrocher pour mieux intoxiquer (et idem dans un faux authentique ex. Roswell, Evangile de Barnabé, manuscrit Mer Morte, protocole des sages de Sion, etc.).
      Nous concernant, quels caractères, quelles références, quel postulat, quel est le cadre intellectuel et/ou culturel de notre réflexion et compréhension des évènements ? Qu’est on pret à croire ou remettre en cause pour accepter une vérité dérangeante, qui nous ébranle ou nous dépasse ?
      Et par la suite, une fois qu’on sait, que fait on de cette vérité, rarement admise de manière unanime ? On dénonce à la Snowden, on résiste à la Simon Bolivar ? Et si leur plan = leurs actions, et volonté de générer nos réactions et orienter nos comportements, ne visait justement pas à ça ?? car une bonne propagande et un contrôle entier passe justement par ça, “(faire)penser dans le cadre décidé”.

      Répondre moderated
  6. Bien dit Leblet que de moyens employés par nos seigneurs pour corrompre le civisme des citoyens de ce pays. Ceci dit, qui sait, peut être en sortira t il un Edward Snowden. D’une part, et d’autre part je me dis que le narratif qu’ils cherchent à imposer est quand même extrêmement faible, Joe bidet faible, maqueron faible, Justine trudeau faible. Enrager parce que les puissants disposent d’énormes moyens (publics mais pas que) ne paie pas, on l’a vu avec le Covid, les soumis adorent qu’on dépense pour leurs gueules. Non, il faut voir ses pseudo succès de l’ennemi comme la phase où le président Poutine déplore les bombardements et les tortures ukronazi sur le Donbass pendant que les boches &leurs collabo s’assoient sur les accords de Minsk. Organisons la riposte dans l’ombre. Les neocon sont loin de contrôler les réseaux sosses et leur propagande s’adresse aux faibles.

  7. Comment vous exprimer la sidération dans laquelle je suis plongée quand je lis que vous avez dû attendre le G7 de juin 2022 pour subodorer “le rôle occulte mais bien réel” de la propagande liée à la pandémie du Covid-19 !
    Dussé-je le répéter cent fois, mille fois, dès ce jour de février 2020 qui a vu le Dr. Buzyn – en larmes – démissionner de son poste de ministre de la Santé, j’ai compris que nous étions victimes d’une arnaque, et je n’en ai jamais démordu.
    Il faut dire que je suis la veuve d’un médecin généraliste, et que des grippes j’en ai vu chaque année, si bien qu’elles se mélangeaient toutes pour moi sans que je puisse me souvenir d’aucune en particulier.
    Pourtant je finis par me souvenir de l’épidémie de grippe de l’hiver 1962-1963.
    Mon mari qui à l’époque était interne de porte à l’Hôtel-Dieu et à l’hôpital Edouard Herriot, devait partir pour le service militaire le 1er mars 1963, les Hospices Civils de Lyon, ne lui avaient donc pas renouvelé son contrat au 1er janvier.
    Or ce matin de fin janvier 1963, il m’annonce au lever : “Je te signale qu’il ne nous reste plus que 50 francs pour vivre !” Je m’en débarrasse en lui disant qu’il pourra pleurnicher le jour où on n’aura plus rien, et que pour l’instant il nous restait encore 50 francs.
    Le matin même, on frappe à notre porte. C’était un de ses collègues qui lui demandait s’il pouvait aller remplacer un médecin de la Croix-Rousse qui avait la grippe alors que tout le quartier était au lit avec la grippe.
    Nous voilà donc partis installer nos pénates chez le Dr. Roman, rue du Mail, pendant que lui, allait soigner sa grippe dans sa maison de campagne du Beaujolais.
    Mon mari passait tout son temps à faire des visites. A midi il passait prendre les nouvelles visites que j’avais prises au téléphone. Il rentrait vers minuit et déjà plus de 20 visites l’attendaient pour le lendemain. Avant d’aller se restaurer un peu, il allait dans la chambre et vidait ses poches sur le lit.
    Le lit était entièrement recouvert de billets de banque. Je n’avais jamais vu autant d’argent de ma vie et voilà pourquoi je me suis enfin souvenu de cette grippe en particulier.

    (Suite au prochain article puisque on nous annonce une suite)

    Répondre moderated
      1. Ne soyez pas si impatient, Monsieur Verhaeghe, l’histoire n’est pas terminée !
        J’avais peur de vous ennuyer avec un commentaire trop long mais si vous préférez connaître la fin de l’histoire tout de suite, je suis à votre disposition.
        Et puisque je vous tiens, pouvez-vous avoir l’amabilité de m’indiquer la méthode à suivre pour relire l’autre article de ce fil-ci.
        D’avance merci !

  8. Finalement, et si vous n’y voyez pas d’inconvénient, il me semble préférable de continuer mon histoire ici même.
    Quand en 2020 je me suis enfin souvenu de cette grippe de l’hiver 1962-1963 j’ai voulu confronter mon souvenir avec ce qu’en disait Wikipedia. A ma grande surprise je n’ai trouvé aucune entrée sur : “Épidémie de grippe hiver 1962-1963”. L’article qui m’était proposé s’intitulait : “Hiver 1962-1963 en Europe”. Il s’agissait d’un long article avec un paragraphe consacré à chaque pays d’Europe. Je dois dire que je me suis surtout concentrée sur celui consacré à la France où il était dit que de décembre 1962 à mars 1963 le FROID avait fait 50 000 morts en France ce qui en faisait LA PLUS GRANDE CATASTROPHE CLIMATIQUE du XXe siècle.
    Cela m’a paru très étrange car tous ces malades de la Croix-Rousse ne souffraient pas du FROID mais bien de la GRIPPE. Et d’autre part ces 50 000 morts en 3 mois, personne n’en avait jamais entendu parler. Les personnes qui devaient attraper la grippe, l’ont attrapée, ceux qui devaient en guérir, ont guéri, et ceux qui devaient en mourir, en sont morts. Point.
    Mais le plus étrange était que chaque fois que je suis retournée sur cet article, il avait été modifié. Les termes ont commencé à être édulcorés : il ne s’agissait plus d’une “catastrophe climatique” mais d’un “événement climatique”. Puis les paragraphes concernant les autres pays d’Europe ont disparu. Et pour finir le paragraphe consacré à la France a été réduit à sa plus simple expression, si bien qu’il n’y a que le mot “Europe” bizarrement conservé dans le titre, qui peut faire penser qu’il s’agissait d’un événement européen ayant entraîné la mort de 50 000 personnes en France.
    J’ajoute que lorsque j’ai essayé de me renseigner sur les épidémies de grippe en France, j’ai découvert que la France avait connu trois épidémies de grippe au XXème siècle :
    – la Grippe Espagnole de 1918 (20 à 50 millions de morts dans le monde) 240 000 à 400 000 morts en France selon les estimations.
    – la Grippe Asiatique de 1957 mais pendant les “Trente glorieuses” la grippe n’est pas un sujet !
    – la Grippe de Hong-Kong qui entre décembre 1969 et janvier 1970 aurait fait 31 000 morts en France
    Ainsi donc, pendant les dix années où le Général de Gaulle était au pouvoir, où j’avais vécu chaque année une grippe, tantôt forte, tantôt moins méchante, mais qui chaque année faisait ses malades et ses morts, il n’y avait officiellement pas eu de grippe en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer