Et si l’on parlait des profits d’AstraZeneca ?

Le groupe pharmaceutique suédo-britannique, AstraZeneca relève ses prévisions de revenus pour le traitement COVID. AstraZeneca estime que son chiffre d’affaires de l’année pourrait connaître une hausse de 20 %, au lieu de 10 %. Ce résultat serait lié au succès de son traitement préventif à base d’anticorps Evusheld.

Alors que Pfizer engrange des profits records avec son  traitement anti-Covid Paxlovid et son vaccin Cominarty élaboré avec BioNTech, largement utilisé aux États-Unis et en Europe. Pfizer, grand bénéficiaire de la crise sanitaire, prévoit des ventes de 32 milliards de dollars pour le vaccin Cominarty et de 22 milliards de dollars pour le Paxlovid. Malgré la désaffection de certains pays comme la France, le vaccin Vaxzeria développé avec l’Université d’Oxford , continue à se vendre. AstraZeneca voit son chiffre d’affaires augmenté de 48%, à 22.2 milliards de dollars au premier semestre 2022. Les prévisions pour l’exercice 2022 restent de 18-22%. Cette croissance serait issue de tous les domaines thérapeutiques et de l’ajout d’Alexion(rachat pour 39 milliards de dollars a été finalisé en juillet 2021).

Croissance des ventes de plus de 20%

Le laboratoire AstraZeneca a conçu le traitement par anticorps à actions prolongé nommé Evushel afin de protéger les personnes immunodéprimées contre le Covid-19. Actif contre BA.2, Evusheld est l’association du tixagévimab/cilgavimab. Sous forme d’injection, ce traitement par anticorps monoclonal offre une protection sur une durée de 6 mois au minimum.

Depuis le 9 décembre 2021, l’Evusheld est utilisé en France, la HAS (Haute Autorité de Santé) rappelle que l’Evusheld est « un traitement préventif efficace contre le variant Omicron ». Il est indiqué chez les patients faiblement ou non répondeurs à la vaccination et à risque de forme grave de la maladie.

Le fabricant a déjà enregistré un chiffre de ventes de 445 millions de dollars au cours du premier trimestre de l’année grâce à l’Evusheld,  légèrement en dessous des attentes qui tablaient sur 480 millions de dollars. La société cotée à Londres a revu à la hausse son chiffre d’affaires pour l’année 2022. Selon les prévisions initiales, il va augmenter de 10%. AstraZeneca s’attend désormais à une hausse des ventes de plus de 20%. Si les prévisions de chiffre d’affaires ont été relevées, celles de bénéfice par action restent inchangées.

Hausse des prescriptions au traitement Evusheld

La directrice financière, Aradhana Sarin a indiqué que “les données réelles ont montré que 30 à 40 % des hospitalisations liées au COVID concernent des patients immunodéprimés, il y a donc un réel besoin d’Evusheld à l’heure actuelle”.

AstraZeneca s’attend à ce que le succès d’Evusheld compense la chute des ventes de son vaccin anti-Covid Vaxzevria. Il faut dire que la concurrence est rude en matière de production de vaccins contre le Covid-19.

En effet, les pays développés optent davantage pour les vaccins à ARNm comme celui de Pfizer, le sérum d’AstraZeneca est aujourd’hui principalement redirigé vers le programme international Covax, sous l’égide de l’ONU, destiné aux pays pauvres. Son directeur général Pascal Soriot lors d’une conférence de presse en ligne a souligné que « nous avons fourni 2,9 milliards de doses de vaccin (anti-covid) dans le monde ». Pour lui, la menace du Covid-19 commence à reculer, et AstraZeneca commence à anticiper un déclin dans les revenus liés au vaccin.

AstraZeneca regrette également que les ventes sur le marché clé qu’est la Chine, qui a représenté près d’un cinquième des ventes l’année dernière, aient baissé de 6 % pour atteindre 1,44 milliard de dollars en raison de la baisse des prix, des suspensions de commandes, des mesures du zéro-Covid.

Côté prévisions, grâce à sa fusion avec Alexion, AstraZeneca souhaite booster les ventes liées aux traitements pour les maladies rares (spécialité d’Alexion), mais également les médicaments liés au cancer. Le Tagrisso, produit le plus vendu d’AstraZeneca contre le cancer du poumon, a vu ses revenus trimestriels augmenter de 7% à 1,4 milliard de dollars, tandis que les ventes de Farxiga, traitement contre le diabète et les maladies cardiovasculaires, ont bondi de 51% à 1,1 milliard de dollars au cours du trimestre, tous deux légèrement supérieurs aux attentes du marché.

About Post Author

52 Shares:
5 commentaires
  1. À force de vendre les médicaments comme de la lessive et de voir les médecins se transformer en représentant de commerce les gens ont perdu confiance dans la médecine et c’est catastrophique.
    Cela dit Ivermectine + doxycycline+zinc j’ai eu l’occasion d’expérimenter et c’est super efficace.

  2. Les anticorps monoclonaux peuvent s’avérer toxiques si mal utilisés…..Evidemment on ne se posera pas la question d’utiliser un médicament couteux et potentiellement toxique pour traiter le covid alors qu’il existe des médicaments pas chers , sans danger car largement utilisés depuis longtemps (dont on connait tous les effets secondaires peu nombreux ceci dit). C’est une question qu’il est interdit de poser sans être aussitôt traité de complotiste voire pire……

  3. Quand les “attentes du marché” sont plus importantes que la santé…
    La menace du Covid-19 commence à reculer, et AstraZeneca commence à anticiper un déclin dans les revenus liés au vaccin. C’est ballot, il faut faire quelque chose et si possible, refiler des médicaments à des gens non malades, ce qui est toujours plus lucratif que de soigner. Vaccin ou médicament préventif, le principe est le même.
    La question essentielle est de savoir pourquoi une industrie mafieuse faut à peu près ce qu’elle veut des gouvernements, malgré des essais bâclés ou frauduleux, de la publicité mensongère etc…
    https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/augusto-german-roux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer