Bruno Le Maire et l’inflation : l’histoire d’une remarquable incompétence

Bruno Le Maire constitue probablement la meilleure imposture politique du moment, et le plus bel exemple de l'incompétence de la très arrogante caste au pouvoir. Pour le prouver, je reprends ici les commentaires de comptoir auxquels ce brillant ministre s'est livré depuis plusieurs mois sur l'inflation. Et ça vaut vraiment son pesant de cacahuètes.

Depuis plus d’un an, le Courrier annonce le retour de l’inflation, comme phénomène durable et non temporaire. Les déterminants du phénomène sont en effet clairs, connus et prévisibles. 

D’une part, les politiques de quantative easing ont inondé la planète avec des liquidités qui constituent une sorte de terreau de prédilection pour des galops inflationnistes. La politique d’helicopter money menée par Joe Biden lors de son accession au pouvoir, avec des chèques de près de 2.000€ à 80% des Américains versés en mars 2021, a eu l’effet d’une allumette dans un dépôt d’essence : les prix n’attendaient que ce choc de consommation pour s’enflammer.

Inévitablement, la contagion devait gagner l’Europe. 

Nous avons expliqué, l’automne dernier, pour quelle raison la BCE pariait (et parie encore) sur l’inflation pour assainir partiellement la situation calamiteuse des finances publiques dans l’Union, et surtout pour confisquer l’épargne des classes moyennes avec la mise en place de l’euro numérique. Cette stratégie est celle de la théorie monétaire moderne qui a fortement infiltré la BCE lors du passage de Mario Draghi à sa tête. 

Toutes ces considérations qui expliquent pourquoi l’inflation est un phénomène durable et orchestré jusqu’à la mise en oeuvre de l’euro numérique devraient être connues du ministre de l’Economie. Mais la suite de ses déclarations sur le sujet depuis un an montre que le ministre en question semble complètement dépassé par la situation qu’il doit gérer. 

Août 2021 : quand Le Maire ne voyait rien venir

On rappellera que, en août 2021, l’inflation dépassait les 5% aux USA. Nous avions annoncé qu’elle contaminerait l’Europe. 

De façon miraculeuse, lors de son interview de rentrée, Bruno Le Maire n’avait absolument pas évoqué le sujet. Il avait pourtant confirmé que, durant le COVID, l’Etat avait injecté 240 milliards € d’argent frais au titre du “quoiqu’il en coûte” dans l’économie du pays, selon la même logique que Biden aux USA. 

Mais le principe des “mêmes causes, mêmes effets”, ne semble pas avoir effleuré l’esprit de notre ministre. Pourtant, le Monde, le 9 juillet 2021, avait titré :

La Banque centrale européenne prête à laisser l’inflation dépasser 2 %

Le sujet de l’inflation était donc clairement sur la table. 

Automne 2021 : Le Maire déjà dépassé

Quelques jours plus tard, Bruno Le Maire découvre brutalement l’inflation, et se rend l’auteur d’une phrase qui restera dans les annales :

“L’inflation résulte de la vigueur de la reprise économique, nous ne pensons pas que c’est une inflation structurelle”, juge-t-il.

Cette phrase est prononcée le 6 septembre. Elle laisse penser que l’inflation ne va pas durer, car elle n’est pas “structurelle” et dépend seulement de la “vigueur de la reprise”. On sait pourtant à ce moment que l’inflation est structurelle…

Fin octobre, Le Maire donne une autre version du même phénomène : l’inflation va durer !

On n’arrête pas de dire que l’augmentation des prix est transitoire. Tout dépend de ce qu’on entend par transitoire“, a expliqué le ministre, ajoutant qu’il ne voyait “pas d’amélioration avant la fin de l’année 2022, au mieux, parce que la reprise est très forte“.

Le ministre de l’Economie continue à faire vivre la théorie farfelue selon laquelle l’inflation est due à la reprise. Mais il abandonne l’idée qu’elle sera de courte durée et la prévoit vigoureuse jusqu’à la fin 2022…

Hiver 2021 : le grand délire

Avec l’arrivée de l’hiver, Bruno Le Maire entame une série d’embardées qui méritent d’être précieusement notées. 

Dès la mi-décembre, il se déclare “lucide” sur la question de l’inflation, affirmation téméraire qui ne présageait rien de bon. D’ailleurs, à cette date, le ministre évite soigneusement de donner le moindre chiffre sur la hausse du taux de rémunération du livret A, prévue en janvier pour “suivre l’inflation”. 

À cette occasion, il prononce une phrase impressionnante :

« J’ai la conviction que d’ici la fin de l’année 2022 l’inflation va diminuer. Nous sommes au pic »

Donc, en décembre 2021, l’inflation atteint les 2,8%, et Bruno Le Maire a la conviction qu’on est “au pic”. 

Quelle intuition, ce ministre de l’Economie, vraiment !

Certains soutiendront que avant l’invasion de l’Ukraine, ces prévisions pouvaient avoir un sens. Mais, comme nous l’avons vu, la relance de l’inflation n’est pas un hasard conjoncturel. Elle répond à un choix théorique de la BCE, exposé dès le mois de juillet 2021. 

La guerre en Ukraine vue par Bruno Le Maire

Dès le lendemain de l’invasion de l’Ukraine par Poutine, Bruno Le Maire parle à la presse. Annonçant que les sanctions européennes vont mettre la Russie à genoux dans un temps record, il prononce une nouvelle phrase d’anthologie :

 « les ménages français n’ont pas d’inquiétudes à avoir (quant aux prix du gaz). Ils ne verront pas cette augmentation sur le prix de leurs factures », a assuré le ministre de l’Économie, vantant le gel des tarifs du gaz en vigueur en France (…).

Là encore, on reste bouche bée devant cet étalage d’incompétence. 

Mais le pire est à venir…

Ainsi, le 7 mars, Bruno Le Maire annonce 22 milliards nouveaux pour soutenir le pouvoir d’achat. Un économiste raisonnable peut considérer que ce nouvel épisode d’helicopter money ne peut qu’aggraver l’inflation. 

Bruno Le Maire, qui ne comprend rien à l’économie, soutient l’inverse ! Lors d’un Grand Jury RTL, il déclare :

«Je ne crois pas à un choc inflationniste de plusieurs années dans l’Union européenne»

Les bras nous en tombent ! Il prédit alors une fin de l’inflation dans le courant de l’année 2023.

L’inflation à 2% pendant 10 ans…

Quelques jours avant l’élection présidentielle, Bruno Le Maire donne une autre interview surréaliste à la presse, où il parle à nouveau d’inflation

Il commet cette fois une phrase d’autant plus étonnante que l’inflation approche des 4% au moment où il la prononce :

“Auparavant, l’inflation tournait autour de 1%. Je pense que nous aurons, dans la décennie à venir, une inflation plus élevée pour des raisons structurelles, plus proche des 2%”

Là encore, ce genre d’aveuglement à ce niveau de pouvoir laisse perplexe. 

Cette fois, Bruno Le Maire abandonne la théorie selon laquelle l’inflation ne serait pas structurelle, et explique les raisons durables pour lesquelles les prix augmentent :

Pour l’expliquer, Bruno Le Maire cite trois facteurs: la transition énergétique, la relocalisation, et la hausse du coût de la main d’oeuvre.

Exit, en tout cas, la théorie selon laquelle l’inflation n’est pas structurelle. Elle l’est brutalement devenue (mais le ministre ne l’explique toujours pas par la politique monétaire de la banque centrale…), mais ne devrait pas causer une inflation de plus de 2%.

La fin de l’inflation pour 2024

Fin mai 2022, reconduit à Bercy, Bruno Le Maire change son discours sur l’inflation, dont on ne sortira plus en 2023, mais “à la fin de 2023”, c’est-à-dire en 2024. 

“nous devrions sortir du pic d’inflation fin 2023”

Malheureusement, les faits sont têtus. Malgré ses déclarations inconstantes et systématiquement à côté de la plaque, Bruno Le Maire doit se résoudre au constat du galop inflationniste, dont il avait pourtant répété qu’il n’aurait pas lieu. 

Pour limiter la casse face à la grogne montante, le ministre annonce alors un gel des loyers à +3,5%.

Quelques jours auparavant, le ministre avait pourtant répété que l’inflation devrait tourner autour de 2%

Nouveau délire en juillet

En juillet, Bruno Le Maire intervient à nouveau sur l’inflation, en piochant dans une petite fiche manifestement éculée. Foin de l’inflation qui disparaît fin 2023, on entend tout à coup un son de cloche beaucoup plus optimiste, alors que les chiffres se dégradent à vue d’oeil :

“Nous sommes dans le pic inflationniste et l’inflation restera à un niveau élevé jusqu’à fin 2022” a expliqué le ministre de l’Économie, ajoutant qu’une baisse est envisagée “dans le courant de l’année 2023”

Donc, l’inflation restera à un niveau élevé jusque fin 2022, et non plus en 2023… L’inflation devrait même baisser courant 2023. Allez comprendre !

Pourtant, Bruno Le Maire ne cache pas que l’inflation dépasse les 6% au moment où il fait cette annonce. Que se passe-t-il dans la tête d’un ministre de l’Economie qui voit l’inflation s’envoler depuis plusieurs mois, alors qu’il explique qu’elle devrait se stabiliser à 2% pour les dix années à venir ? Une lueur de lucidité s’allume-t-elle dans son esprit en constatant l’incohérence manifeste de ses propos avec la réalité observable par tous ? Pas chez Bruno Le Maire, en tout cas. 

En août, Bruno Le Maire part en vrille

Mais les informations distillées par le ministre en août atteignent une espèce de paroxysme dans l’incompétence. Même les petits lèche-culs stipendiés de BFM ne cachent plus leur gêne vis-à-vis de l’incompétence du ministre. 

On lira ainsi ce texte riche d’enseignement entre les lignes :

Au Royaume-uni, l’inflation atteint 10,1% et est attendue à plus de 18% en 2023, selon la banque Citi. En France, “dans les semaines et les mois qui viennent, jusqu’à la fin de l’année 2022, nous continuerons à avoir des prix très élevés. Ensuite début 2023, en tout cas c’est ce que nous prévoyons, dans le premier trimestre 2023, on devrait commencer à voir reculer les prix et l’inflation. Ca se fera progressivement”, a précisé Bruno Le Maire.

Même BFM, face aux chiffres de l’inflation aux USA et en Grande-Bretagne, ne cache pas sa défiance vis-à-vis des annonces aveuglées de Bruno Le Maire. Comment, en économie ouverte, le ministre peut-il affirmer que l’inflation va baisser en France alors qu’elle devrait doubler chez nos voisins anglais ?

Chacun comprend, bien entendu, que Bruno Le Maire, en matière d’économie, se contente de débiter les petites fiches de propagande rédigées par ses services, sans rien n’y comprendre. Le bonhomme présente bien, il est cultivé, il a le brio que la bourgeoisie parisienne adore. Mais enfin il ne comprend rien au film. 

Bruno Le Maire a l’intelligence d’une poupée Barbie (les gros seins en moins) : il dit ce qui lui permet d’attirer les spots. Pourquoi il dit ce qu’il dit plutôt qu’autre chose ? Il serait bien en peine de l’expliquer. Mais est-ce important ? 

L’essentiel, dans notre société, n’est ni de comprendre, ni de savoir, mais seulement de braire avec la masse des cuistres qui vous expliquent que la réalité est le contraire de ce que vous voyez. Le Maire excelle dans cet exercice. 

Encore + de confidentiels et d'impertinence ?

Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça

About Post Author

234 Shares:
14 commentaires
  1. Le renouveau c’est Bruno clamait il d’une voix de fausset lors d’une primaire qui lui a valu une déculottée mémorable.
    En fait de renouveau il réinterprète avec un talent naturel le rôle du solennel imbécile dans le théâtre de boulevard.
    Il faut cependant lui reconnaître une qualité il a un potentiel comique incontestable

  2. Cet article comme tous les commentateurs se méprennent complètement sur le cas BLM. Il ne fait que passer pour un idiot, voire même un débile complet alors qu’il ne fait que relayer la comm imposée par macron. Son seul et unique rôle est d’être un éternel optimiste toujours prêt à passer pour le dernier des abrutis ce qu’il n’est en aucun cas, histoire de ne pas déclencher de panique par des propos qui serait mal calibrés. Les dirigeants politiques sont là pour assurer la stabilité du système, pas pour vous dire la vérité.
    Si Bruno le Maire disait au 20 heures de TF1 avec sa légitimité de ministre ce que chacun de nous savons aujourd’hui ici, ce serait la panique.
    Être un homme ou une femme politique cela implique de mentir et de passer pour un imbécile.
    Ne soyez pas dupes de leur travail.
    Le monde fonctionne ainsi.

  3. “L’essentiel, dans notre société, n’est ni de comprendre, ni de savoir, mais seulement de braire avec la masse des cuistres qui vous expliquent que la réalité est le contraire de ce que vous voyez.”
    Superbe conclusion. Hélas.

  4. S’il y avait eu un seul soupçon d’intelligence chez Simplet, la fesse du monde en eût été changée ;-p)

    Il ne tient même pas la route de ses propres études, car j’ai entendu dans sa bouche des choses du genre : “j’ai été là-bas” (au lieu de “je suis allé”) et même bien pire – ça doit-être normale supérette qu’il a fait…

    Répondre moderated
  5. ” incohérence manifeste de ses propos avec la réalité observable par tous ”
    Mais est-ce que “tous” réalisent l’incohérence?
    Nous vivons depuis des années dans l’incohérence entre le réel et les paroles politiques, et pourtant beaucoup préfèrent voir la réalité virtuelle des médias parce qu’elle colle avec une illusoire litanie politique.
    Je comprends de mieux en mieux ce que veut dire Mark Zuckeberg quand il promet, avec son “metaverse”, de ” nous piéger dans la réalité virtuelle ”
    (“Meta”, en hébreu, signifie “mort”…)

  6. Dans cette secte macroniène c’est à celui qui sera le plus incompétent, il est vrai que le tocard le maire se situe dans le peloton de tête avec un incompétent pd porteur du maillot jaune.
    Néanmoins c’est le bonheur puisqu’au passage de la caravane des idiots français applaudissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer