Les libertariens face à Poutine et à George Soros….

Plusieurs lecteurs nous ont interrogé sur le "sérieux" qu'il peut y avoir à se réclamer du libertarisme tout en étant "pro-Poutine" (ce que nous ne sommes pas). Il nous paraissait indispensable de répondre à ces interrogations légitimes en précisant, point par point, la ligne éditoriale du Courrier sur ces sujets d'actualité. Le lecteur trouvera ici une synthèse des analyses qui nous guident en arrière-fond pour dissiper tout malentendu.

Le libertarisme, et les libertariens, sont forcément interrogés par les récentes évolutions du monde, en particulier par la stratégie de découplage suivie secrètement par les USA depuis deux ans, et plus encore par la guerre en Ukraine. Avec une efficacité redoutable, la propagande occidentale est parvenue à “embarquer” une large partie de l’opinion dans le récit puéril selon lequel la guerre en Ukraine serait le résultat d’un combat entre le mal (le méchant Poutine) et les gentils Ukrainiens, victimes innocentes. 

Nous proposons, pour notre part, un récit moins puéril et surtout une autre analyse du monde contemporain. L’espace manque pour en donner une vision détaillée. Les lecteurs nous pardonneront, j’espère, le schématisme des lignes qui suivent, mais… c’est pour la bonne cause. 

Société ouverte et ordre spontané…

Une grande partie du paradigme libertarien repose sur le principe de la société ouverte telle que Karl Popper l’a décrite dans son ouvrage éponyme. Ce paradigme est indissociable du concept d’ordre spontané de la société défendu par Hayek dans la Route de la Servitude

Dans le principe, ces deux grandes figures autrichiennes de la pensée contemporaine, tous deux émigrés à Londres pour échapper au nazisme, prônaient une société débarrassée de ses vieux réflexes “verticaux” et autoritaires, dont la règle collective était le principal instrument de domination. Le retour à l’individu était la condition essentielle pour mettre en échec le totalitarisme quel que soit son degré de maturité ou d’intensité. 

Dans l’esprit de Popper, “l’ennemi” de la société ouverte, c’était la tradition. Il fallait débarrasser les sociétés occidentales de leurs vieux réflexes identitaires pour les rendre démocratiques. 

L’influence de Popper sur Soros et la caste

Soros fut l’élève de Popper à Londres, après qu’il avait fui la Hongrie en 1947 pour échapper au communisme. Cet intérêt universitaire de Soros pour la philosophie de Popper n’a pas duré longtemps, mais a conduit celui qui est devenu, par la suite, milliardaire, à créer une fondation désormais bien connue… l’Open Society Foundation. 

Le seul nom de la fondation suffit à souligner le lien étroit entre la pensée de Popper et les objectifs de Soros. La visée fondamentale de ce dernier est d’organiser “par le haut” l’instauration d’une société ouverte, en tuant les identités traditionnelles européennes. 

On connaît les opérations qu’il finance : vagues migratoires artificiellement provoquées, discours woke, décolonial, intersectionnel, et autres balivernes qui nous submergent aujourd’hui. Une étude de ces mouvements montrerait par ailleurs que Soros est loin d’être le seul milliardaire américain ou transnational à financer ces opérations de subversion. 

L’ordre spontané confisqué par la caste

Les raisons pour lesquelles l’hyper-capital américain finance ces mouvements ne relèvent évidemment pas de la seule spéculation philosophique. Les théories libertariennes ne sont ici que le prétexte à la création d’un grand marché mondial débarrassé des frontières, et même des gouvernements nationaux. 

On comprend peu à peu que la société ouverte est devenue le cheval de Troie de la mondialisation, de son idéologie, et des intérêts propres à la caste qui l’endosse. On n’ouvre pas une société pour la rendre libre, pour en faciliter l’ordre spontané. On l’ouvre pour qu’elle achète toujours plus de produits américains ou mondialisés (des hamburgers Mc Donald, des téléphones Apple, des voitures électriques Tesla, des vaccins cotés à New York), et pour qu’elle dispose toujours moins d’autonomie dans la production de ses propres biens. 

D’une certaine façon, la société ouverte est devenue le prétexte à une immense violence contre l’ordre spontané des sociétés occidentales, à commencer par les sociétés européennes, une violence très verticale exercée par les détenteurs de l’hyper-capital américain et de leurs obligés européens, pour changer de force notre mode de vie, nos valeurs, nos “mentalités”. 

Société ouverte contre ordre spontané

Pour formuler ces constats autrement, je dirais que l’hyper-capital financier a récupéré la théorie de la société ouverte pour combattre l’ordre spontané de l’Occident. Le grand thème libertarien d’une société sans ordre vertical est devenu le synonyme du contraire : une société où une caste sans identité, sans origine, sans culture, fait feu de tout bois pour exproprier par tous les moyens possibles les patrimoines qui lui échappent encore. 

Sur ce point, nous avons tous à nous positionner sur un seul choix : adhérons-nous, oui ou non, à ce projet oligarchique déployé par la caste, ou bien souhaitons-nous préserver nos ordres spontanés qui, il est vrai, sont un mélange intime de valeurs démocratiques et de traditions identitaires, si intime qu’on peine parfois à démêler les deux ? 

Voulons-nous vivre dans une grande famille universelle pilotée par quelques puissances financières auto-proclamées protectrices de la planète et de l’espèce humaine ? Ou bien voulons-nous préserver nos cultures et notre identité ?

Cette question simple. D’elle découle l’ensemble des choix politiques que nous pouvons opérer, et qui se ramènent tous à l’adhésion ou non à un schéma “vertical”, à un modèle de société fondé sur le gouvernement d’une élite richissime et désormais fâchée avec les Droits de l’Homme et les libertés.

Les libertariens face au “narratif” ukrainien

Cette remise dans le contexte de notre époque conduit à relire les événements en Ukraine.

Depuis la disparition du Rideau de fer, le Deep State américain et la caste qui le supporte (et en vit) ne cessent de vitupérer contre les Rogue States qui résistent à leur ambition de domination hégémonique grâce au multilatéralisme. Depuis quelques années, la résistance des Rogue States, à commencer par la Russie, a nourri l’option d’un nouveau découplage du monde : d’un côté, l’Occident, qui vivrait en autarcie sous la conduite étroite des Etats-Unis, de l’autre un bloc sino-soviétique qui disposerait à terme de son propre système monétaire et de son propre Internet. 

L’épisode du COVID a permis de mettre ce scénario sur les rails, en sidérant l’opinion occidentale, et tout particulièrement européenne, et en posant les bases d’une société de la surveillance. 

Mais une étape indispensable au découplage restait à franchir : le retour d’un rideau de fer en Europe, d’une sorte de nouveau Yalta, délimitant l’influence américaine et l’influence sino-russe. La guerre en Ukraine en donne l’occasion. 

L’origine de cette guerre n’est pas le sujet de ce papier. On saluera toutefois l’efficacité de la propagande occidentale qui est parvenue à crédibiliser l’histoire d’un conflit moral du bien contre le mal… ce qui relève de l’exploit quand on connaît le poids des oligarques mafieux sur l’économie ukrainienne. 

Dans la pratique, l’Ukraine pourrait constituer un nouvel Afghanistan pour la Russie. C’est en tout cas l’objectif de la CIA : affaiblir l’empire russe, comme les mouvements de guérilla ont, en leur temps, affaibli l’URSS. 

Peut-on encore être libertarien et pro-américain ?

Beaucoup de libertariens (et de libéraux au sens large) partent du principe que leur affiliation idéologique les condamne à aimer les Etats-Unis, et à défendre leur politique aveuglément, surtout lorsqu’elle concerne la lutte contre la Russie, encore assimilée à un temple du communisme par certains. Je peux comprendre ce point de vue, mais je voudrais expliquer pourquoi je ne le partage absolument pas. 

Premier point : ce que nous aimons aux Etats-Unis, ce qui fonde notre attachement à cette grande nation, c’est le contraire du visage qu’elle offre aujourd’hui. L’Amérique meurt de son capitalisme de connivence, qui rime avec grandes fortunes rapides mais éphémères, bâties dans l’ombre du gouvernement profond. Il me semble que les libertariens ont un vrai droit d’inventaire vis-à-vis des actions perpétrées par une puissance qui est devenue tout sauf libérale. 

Deuxième point : tout libertarien se doit de défendre l’ordre spontané de la société à laquelle il appartient. Et force est de constater aujourd’hui que le projet impérial américain constitue, pour lui, une menace bien plus grande que l’armée russe. 

Ne pas suivre les USA, est-ce aimer Poutine ?

La grande force de la propagande occidentale est d’avoir convaincu de nombreux libertariens ou libéraux que toute forme de scepticisme vis-à-vis des rodomontades américaines constituait une manifestation de soutien à la Russie. Cette habileté a déjà fonctionné à plein dans l’affaire du vaccin, où toute prévention contre les effets secondaires de ce produit prétendument miraculeux est accusée de soutien à l’obscurantisme anti-vaccinal. 

Pour ma part, je n’ai pas d’amitié pour Vladimir Poutine. Ses méthodes autoritaires ne me conviennent pas, et je ne rêve pas de vivre en Russie. Mais je n’ai pas plus d’amitié pour Zélensky, pas plus que je ne rêve de vivre en Ukraine. 

J’ai une conviction profonde : cette guerre ne concerne pas l’Europe, et l’Europe n’a rien à gagner à la faire. 

Je n’aime pas Poutine, mais je ne crois pas un seul instant qu’il rêve d’envahir l’Europe, ni qu’il imagine achever le travail commencé par Staline en 1945. 

Je n’ai sur ces questions aucun affect moral. Je fais les choix conformes à mes intérêts fondamentaux : ma liberté et ma survie. Cette liberté, cette survie, ne consistent certainement pas à mourir pour Zelensky. 

About Post Author

12 Shares:
13 commentaires
  1. Ce texte est très important car il donne de la lisibilité sur la position du Courrier des stratèges et en particulier sur le coté libertarien d’Eric Verhaeghe, fondateur de ce média. Les contradictions idéologiques apparentes sont ici démêlées pour apporter de la clarté. le libertarisme promeut l’ordre spontané hayekien ou les individus sont libres de s’organiser sans le recours à une forme publique étatiste par définition oppressante. Cet article revient alors sur les contradictions actuelles.
    La tentation totalitaire des élites occidentales et en particulier américaines vient précisément de pays traditionnellement libéraux voir libertariens (Thatcher, Reagan). Comment expliquer cette aporie ? Eric Verhaegue l’explique par la dérive du capitalisme de connivence américain “qui est tout sauf libéral” aujourd’hui. Cela me semble un peu court et je voudrais poursuivre sa réflexion. La tentation totalitaire actuelle est bien le fait du monde occidental mais qui s’appuie selon moi sur un excès d’individualisme lequel individualisme est un socle du libertarisme. Cela dit E.Verhaegue signale par ailleurs que “tout libertarien se doit de défendre l’ordre spontané de la société à laquelle il appartient”. L’auteur nous parle donc d’une liberté individuelle de s’organiser ensemble pour faire société, pour faire nation. C’est exactement ce que décrit Alexis de Tocqueville dans sa Démocratie en Amérique. Pour lui, la liberté individuelle ne peut pas se passer de la liberté politique. Il décrit alors le potentiel despotisme de l’individualisme (nous dirions aujourd’hui la potentielle dérive totalitaire). L’individualisme selon Tocqueville (c’est à dire des individus retranchés dans leur bien-être et leurs cercles restreints, mais aussi la conviction que l’Homme doit se donner à lui-même ses propres fins) poussé à son extrême laisse la place au pouvoir tutélaire que Tocqueville, Jouvenel, Arendt, ont si bien décrit. L’individualisme contemporain a permis la dérive du capitalisme de connivence, il a permis la tentation totalitaire actuelle.

    Répondre moderated
    1. Le positionnement d’Éric Verhaeghe ne m’a jamais semblé contradictoire, mais vous avez raison d’apporter quelques précisions. J’ajouterai que la différence entre l’individualisme féroce, égocentrique, et “l’individualisme social”, si j’ose dire, est la qualité de l’éducation, seule capable d’armer les esprits contre la tentation primaire de faire passer ses besoins personnels avant tout le reste. Aujourd’hui, la morale religieuse est marginalisée et la morale laïque, qui avait tenté de prendre le relais, a été torpillée à son tour. D’où la dérive que nous observons, hélas.

  2. L’Open Society de Soros est une utopie. La définition de Boukovsky sur les utopies et leurs effets boomerang suffira. Il y a du très bon chez Popper, surtout quand il évoque les ravages de la société libre qui meurt de tolérer et de protéger les intolérants.

    Bien entendu, cette analyse est parfaite, rien à dire. Je suis proche d’Hayek comme école de philosophie. Mais je ne suis pas toujours d’accord, loin de là, avec les causalités recherchées par Eric Verhaeghe, parce que son prisme d’énarque n’est jamais loin. Même dans son opposition farouche avec son ancien employeur à Bercy, et même avec la Haute Administration, on sent qu’il y a de la revanche à prendre…

    Pour a part, je crois en l’État, Gaullien. Mais ce sont les excès – très excessifs et quasi soviétiformes en France – de l’État qui sont dangereux. L’État socialiste actuel (tautologie), par exemple, par incapacité à gérer le budget comme le ferait un bon père de famille (le peut-il réellement ?), dilapide, dépense, consomme, communique sur sa bienveillance, vide les caisses, accuse ses opposants et ses critiques, et finit toujours en tyrannie quand la banque lui dit non, enfin ! Après moult dérives en quarante années de navigations inconséquentes qui auraient dû normalement, navire laissé à lui même en l’absence de capitaine sur le pont, faire de lui un cadavre rouillé sur une plage ou démantelé en mille sur une côte accore, ne sommes nous pas arrivés, enfin! ouf! à cette situation terminale qui va libérer les énergies et les consciences ? J’acquiesce à ce que conclue l’article ! On va respirer quand le monstre, le mammouth laineux muté récemment en Tyrannosaurus-rex va choir. Situation actuelle où plus que lutter contre le minotaure aveugle, il suffit de le laisser se jeter de toutes ses forces contre les murs de sa prison budgétaire et le laisser mourir de ses folies. Mais après ? L’incendie de Rome ? Les Barbares ? Byzance est située où ? Bien joli de casser du sucre sur l’État régalien qui va s’écrouler – je le souhaite depuis 40 ans la chute du socialisme dépravé et corrompu – quand les élites bureaucratiques et affairistes (socialistes) ont des pieds à terre ultra marins déjà abondés des luxes et conforts en prévision de…

    A ce propos, je réfute quelque peu le libertarianisme qui veut voir disparaître les structures de l’État, pour le réduire à sa simple expression. Et laquelle ? Police, diplomatie, armée, instruction, etc. que proposent les libertariens comme coupes budgétaires et de services publics ? Ne sont-ils pas à cet aulne des continuateurs de l’Open Society par leurs propres excès philosophiques et leur proposition programmatique ?

    Je reste un libéral tocquevillien, pas très éloigné finalement de la définition authentique et initiale de Keynes, qui disait que l’État devait se limiter au régalien – 30-40% d’interventionnisme étatique – un peu de relance mais Roosevelt va trop loin et trahit le keynesianisme… C’est documenté dans le débat Keynes-Hayek. En effet, ceux qui se réclament de Keynes en fin du XXème siècle en France et en Europe sont déjà dans les normes communistes – budgétairement parlant.

    On rit.

    J’ai fait ma licence de Sciences Eco entre autres sur le sujet de la comptabilité d’entreprise et nationale. Il m’en reste des précisions chiffrées qui n’ont rien de philosophique. Un État impactant l’économie à 60% n’a rien à voir avec un État qui le fait à 30%. Peu importe la philosophie d’origine. De là découlent des notions qui sont très précises sur le curseur de interventionnisme étatique : libéralisme, étatisme, socialisme, communisme.

    Nul besoin d’aller chercher plus loin !

    Dès lors, en effet, il faut revenir à l’essentiel, à la simplicité qui n’a rien à voir avec l’indigence du raisonnement, pour comprendre. Sinon, l’Université va nous perdre dans ses thèses, ses contre-thèses, ses sub-thèses, ses spoiler-thèses, ses pre-call, ses histoires parallèles, et va finir par nous avouer que, finalement, c’est le viol de la bonne de Freud (ou de Marx) qui constituent la première angulaire de la Crise de 1929…

    Je rigole à peine.

    1. Vous parlez de l’Etat gaullien, mais c’est déjà un Etat socialiste. D’ailleurs après le gaullisme la France s’est enfoncée un peu plus dans le socialisme. L’Etat doit se mêler essentiellement de la justice, la sécurité intérieure, la politique étrangère, la défense et le prélèvement de l’impôt. Tout le reste est optionnel. Cela s’appelle le régalien. Finalement, c’est un peu ce qui se passait à l’époque des rois. Certes, l’Etat peut parfois intervenir dans le financement d’infrastructures au niveau national afin de développer le pays. Les interventions ponctuelles de l’Etat peuvent êtres parfois bénéfiques. Mais tout cela doit être sous le contrôle des citoyens et en s’appuyant sur le droit.

      1. Non l’état Gaullien est colbertiste et ne dépasse pas 30% d’interventionnisme dans le PIB. Mais il pratique une politique industrielle et d’équipement volontariste tout en laissant le secteur privé faire son travail. Par ailleurs les dépenses somptuaires et de fonctionnement de l’Etat sont réduites au minimum pendant la période gaulliste. De Gaulle et Madame payaient leurs frais de bouche et d’électricité à l’Elysée…

          1. Ni l’immixtion intensive du communisme dans le gouvernement et les administrations, pour les raisons évoquées hier.

  3. Le problème n’est pas de dire si l’on aime Poutine ou Zelinsky.
    Le problème actuel est de choisir entre la Russie ou l’OTAN (CIA/LGBTQ+).
    Si on préfère la Russie on se retire immédiatement de l’OTAN et l’on n’endosse aucune sanction contre
    la Russie, sinon on annonce clairement que l’on se met aux ordres de la caste des mondialistes .

    Répondre moderated
  4. La société ouverte de Soros, avant d’être un slogan qui fustige toute souveraineté caricaturée en nationalisme, n’était-elle pas une stratégie qui vise à rendre l’Etat poreux à des influences extérieures qui finiraient par le détruire?

  5. “quelques puissances financières auto-proclamées protectrices de la planète et de l’espèce humaine”
    Protectrices de la planète et de l’espèce humaine : c’est tout le contraire, d’où le problème. Non seulement cette domination est immorale, mais elle est injustifiable, car elle fait l’inverse de ce qu’elle prétend vouloir.

  6. “quelques puissances financières auto-proclamées protectrices de la planète et de l’espèce humaine”
    Oula ! quel coup d’aiguillon! mais c’est voulu de la part de l’auteur .
    Au vu de tous les articles sur ce site on comprend bien que ces “gens là”, font la guerre pour s’approprier les terres ,les biens et les humains pour leur seul profit .Ils veulent réduire la population mondiale à sa portion congrue et que ceux qu’ils auront épargnés soient modifiés et obéissants ceci à des fins de servitude pires que lors des temps féodaux!
    Tous ces textes contribuent à la réflexion et aux échanges, mais il y a tous ceux qui ne lisent PAS et pour qui une vidéo postée sur youtube ou autre réseau ,favoriserait la circulation de ces informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer