Ce que nous dit le ratio tués/blessés du côté des Ukrainiens sur les opérations militaires en cours

On peut discuter sur les chiffres donnés par le Général Choïgou en ce qui concerne les pertes respectives des Russes et des Ukrainiens. Mais il y a un point frappant dans les chiffres sonnés: le ratio tués/blessés chez les Ukrainiens est atypique (supérieur à un). Même si l'on suppose que Choïgou minore les pertes russes et majore les pertes ukrainiennes, c'est un professionnel, il n'a aucune raison d'inventer un ratio atypique concernant l'armée ukrainienne. Du coup, il en révèle beaucoup sur les opérations militaires en cours.

Les généraux en guerre ne disent pas toujours la vérité sur les pertes que subissent leur armée et sur celles de l’adversaire. Il est courant de minorer ses propres pertes et de majorer celles de l’adversaires. Et ce matin le Général Choïgou a donné des chiffres étonnants pour les pertes des deux camps. 

Je me contenterai ici de faire remarquer que la BBC a donné, il y a quelques jours, un chiffre de pertes militaires  russes (environ 6000 morts) très proche de celui de Choïgou – en précisant qu’il s’agissait des pertes officiellement recensées par le commandement militaire russe.  Beaucoup d’observateurs ont ajouté, à juste titre que ce chiffre ne comprend ni les morts des armées républicaines du Donbass. ni celles des bataillons Wagner. 

En ce qui concerne les Ukrainiens, on remarquera que Choïgou donne un chiffre dix fois plus important: 60 000 tués. Même si l’on admettait que le nombre de tués du côté russe soit le double en incluant les troupes républicaines de Donetsk et de Lougansk, on arriverait encore à un ratio d’un pour cinq entre le nombre de tués des troupes alliées et celui des troupes kiéviennes. 

 

Un ratio ukrainien tués/blessés qui est atypique

En réalité, c’est un autre chiffre qui est plus étonnant. Le général Choïgou parle d’environ 50 000 blessés ukrainiens. Ce qui porte le chiffre des soldats mis hors de combat à 110 000. Ce chiffre va dans la même direction que des révélations faites depuis juin, faites entre autres celles d’un conseiller de Zelensky. 

Cependant, un chiffre devait attirer l’attention: le ratio tués/blessés est atypîque. Je ne crois pas que les historiens de la guerre ni les militaires de métier me contrediront si je dis qu’on trouve fréquemment un ration d’un tué pour trois blessés dans une guerre moderne. Or les chiffres donnés par Choïgou donne un ratio supérieur à un! Là encore, je ne crois pas me tromper en disant qu’un ratio de ce type est anormal dans une guerre contemporaine. 

Le Général Choïgou peut avoir intérêt à minorer les pertes russes et majorer les pertes ukrainiennes. Mais s’il avait totalement fabriqué les chiffres, il aurait proposé un ratio de toute façon inférieur à 1, voire à 0,5.  On peut ne pas aimer le Ministre de la Défense russe, mais personne ne lui contestera son professionnalisme. Il y a donc un constat: l’armée ukrainienne a plus de tués que de blessés. 

Comment l’expliquer? 

Dans les chroniques de la Guerre d’Ukraine que je propose plusieurs fois par semaine pour le Courrier des Stratèges, j’ai plusieurs fois attiré l’attention sur deux réalités: 

+ depuis le début du printemps, Kiev a envoyé vague après vague de recrues insuffisamment formées, qui ont été des cibles immobiles pour l’artillerie russe. On a affaire, en réalité, à un véritable carnage! 

++ l’armée ukrainienne prend peu soin de ses blessés. De nombreux blessés ukrainiens sont morts faute d’être récupérés et transportés dans des hôpitaux. 

 

Ce que nous révèlent les chiffres

Les conclusions que je tire de ces constats, sont les suivantes: 

– l’Etat ukrainien mène encore une guerre du XXè siècle, où l’on n’a aucun souci de protéger la vie des soldats. On a affaire à une sorte de répétition folle, un siècle après, de l’envoi au front des armées de 1914-1918. 

– Au contraire, la Russie, qui a tiré les leçons des grandes hécatombes communistes et des guerres mondiales, a un souci premier: limiter les pertes. La stratégie russe moderne est, de ce point de vue, complètement différente de celle de l’armée tsariste ou de l’armée soviétique. 

– On pourrait s’étonner que l’Ukraine, qui a connu les guerres mondiales et le communisme et en a autant souffert que la Russie, n’en tire pas les mêmes conclusions. En réalité, les chiffres des pertes ukrainiennes nous révèlent que l’Ukraine n’est pas – contrairement à ce dont les opinions occidentales veulent se persuader – une communauté nationale solidaire, dont les chefs et la population agiraient solidairement. A Kiev, on se moque des pertes militaires pourvu que l’on puisse conserver les privilèges issus de trente ans d’affairisme et du coup d’Etat de Maïdan. 

– Que les USA se fichent d’une guerre entre Européens n’est pas surprenant. En revanche que les responsables des Etats-membres et des institutions de l’UE aient détourné Zelensky de chercher un accord avec la Russie, c’est non seulement impardonnable mais cela signe l’arrêt de mort de l’Union Européenne. L’UE a trahi sa mission. Elle encourage, depuis des mois, la mort quotidienne de centaines de soldats ukrainiens, qui se battent pour prolonger une guerre dont on avait vu, dès la fin mars, que l’armée ukrainienne ne pouvait pas la gagner. 

Prenons les chiffres donnés par Choïgou et corroborés par d’autres sources au sérieux. Ils nous disent l’immense souffrance du peuple ukrainien et l’indigne comportement de dirigeants européens qui envoient se faire tuer des dizaines de milliers d’Ukrainiens sans avoir un remords. Par comparaison, nos chefs en 1914, avaient des scrupules qui les honorent. 

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

8 Shares:
23 commentaires
  1. Interroger un russe !
    Il vous dira que tous les chiffres du gouvernement sont bidons et qu’il ne faut pas leurs faire confiance…
    Moi je note qu’il y a un douzaine de généraux russes tués.
    La Russie en confirmait une bonne partie soit directement en annonçant leurs morts soit indirectement en organisant leurs funérailles.
    De fait si les généraux russes tombent il y a forcément beaucoup de soldats qui sont tombés avant lui.
    Et encore il n’y a plus de généraux morts depuis juin, sûrement qu’ils sont replacés sur l’arriere pour les protéger.

    Répondre moderated
    1. J’ai longtemps vécu en Russie. Les russes ont une très forte tendance à dénigrer tout ce qui est russe (à part la culture, les gens, ce qui touche à l’âme). Donc chiffres bidons, peut-être. En ce qui concerne les généraux morts, des généraux j’en ai rencontré une dizaine au moins, et je ne suis pas du tout militaire. Il doit y en avoir un paquet. À la différence des nôtres, généraux de salon à la discussion pointue et à la langue fourchue, mais à la queue basse, les généraux Russes vont au front. Et ce n’est pas leur première guerre. Pour finir, connaissant également un peu comment fonctionne notre propagande otanienne, je ne serais pas surpris que des fakes tout à fait plausibles soient placés sans aucune possibilité de réellement vérifier l’info. Je me souviens au début du conflit de toutes ces soi-disant vidéos de soldats russes qui faisaient des unes. J’en discutais avec un militaire russe, il me confiait son étonnement. Ses soldats n’emmènent pas de téléphone sur les zones de combat et en mission. Juste un petit exemple.

      Répondre moderated
      1. Alors il vrai que le système russe n’est pas tout à fait pareil que chez nous, ils n’ont pas de sous-officier et du coup c’est le Major Général qui joue ce rôle.
        Donc plus proche du front que nos généraux à nous.
        Et c’est un problème car le fait de mettre les généraux sur l’arrière il n’y a pas plus de contact avec les hommes de troupe qui sont moins organisé et plus sujette au désertion ou la reddition à l’ennemie même si c’est pas justifier sur le terrain.
        Ça n’empêche pas que le nombre de généraux tombés est trop important.
        Ce n’est pas leur première guerre ok, mais il n’y en a pas autant qui tombent dans les autres guerre…
        Les fakes sont plus important chez les russes que chez nous.
        Pour les téléphones c’est confirmer car les systèmes de communication russe sont totalement en panne depuis le début du conflit donc c’est leur seul moyen de communication avec leur commandement.

      1. Pas ceux où il y a eu des funérailles officielles…
        En fait sur la douzaine de généraux annoncés morts, il y a qu’un seul qui est réapparus sur les images de Marioupol, avec Kadyrov si je ne me trompe pas quand il fait une vidéo disant avoir la pris la mairie.

          1. « Pas ceux où… »
            C’est un où avec accent qui indique un lieu. En l’occurrence le lieu des funérailles.
            Ma phrase est parfaitement française, désolé si tu ne comprends pas.

          1. Edouard Husson si vous permettez j’aimerais partager les sources.
            Vous dites en avoir compté au moins 4 généraux annoncés morts et réapparus.
            Moi je dis qu’il y en a eu qu’un.
            Andreï Mordvitchev qui est apparu sur une vidéo avec Kadyrov en avril a Mariupol alors qu’il est annoncé mort depuis le 28 mars.
            Cependant cette vidéo n’est pas datée et a pu être filmer antérieurement.
            De plus depuis cette vidéo Andreï Mordvitchev n’est plus jamais réapparu nulle part…

            Plusieurs généraux russes ont la mort reconnu par le côté russe:
            -Andreï Soukhovetski annoncé mort a la télévision russe.
            -Vladimir Frolov des funérailles ont été organisées à Saint Perterbourg
            -Kanamat Botachev annoncé par les médias russes
            -Roman Koutouzov TV russe

            J’ai pas trouvé pour les autres mais pour certains les ukrainiens ont montré les photos de leurs cadavres donc peut de doute pour eux.

  2. L’Ukraine en est à mobiliser les garçons à partir de 16 ans, les filles à partir de 18 ans, et des retraités jusqu’à 70 ans. Si c’est pas de la chair à canon, ça.
    ça sent un peu la fin de la Wehrmacht. D’ailleurs Zelinsky a publié une photo de lui avec un coupe vent où était cousu l’emblème des SS qui gardaient les camps. Va t-il finir comme son modèle ?

    Répondre moderated
  3. La conclusion est terrible :”Par comparaison, nos chefs en 1914, avaient des scrupules qui les honorent. ”
    Quand on a entendu parler du Général Nivelle et de l’offensive du Chemin des dames, cela révèle que les dirigeants ukrainiens sont de sacrés sal@#$%ds.

  4. Plusieurs indices nous ont montré que le commandement ukrainien ne fait pas grand cas de la vie de ses hommes.
    Les récriminations d’un certain nombre de soldats ukrainiens postées sur les réseaux sociaux dénoncent un comportement totalement irresponsable du commandement, qui les envoie au front quasiment sans arme et sans protection, et de leurs officiers qui les ont abandonnés au combat !
    La reddition est inenvisageable. A l’exception de Lysichansk, les Ukrainiens n’ont jamais retraité. Pour eux c’est vaincre ou mourir… Et plus souvent mourir…
    La récente offensive vers Izium a été l’occasion de mettre en scène un impressionnant ballet d’ambulances, d’hôpitaux surchargés, jamais vu auparavant. C’est comme si les méthodes otaniennes appliquées lors de cette offensive avaient obligé les Ukrainiens à secourir leurs blessés !
    Enfin le commandement ukrainien a bien souvent refusé de ramasser les corps après la bataille. Cela traduit une absence de respect pour le soldat que les Russes comme les Occidentaux ont trouvé choquante.

  5. Je lis riafan.ru qui publie chaque jour sinistrement le compte des morts ukrainiens. L’envoi à abattoir de jeunes hommes m’attriste profondément et pourtant je suis prorusse depuis longtemps.
    Je suis persuadé qu’il en va de même pour beaucoup de soldats russes.
    C’est à cette inhumanité que l’on comprend que l’Occident qui pousse à la roue est totalement sous la férule mortifère de Klaus Schwab et de ses maîtres.
    Cette caste est porteuse de mort, en conséquence de sa propre mort, elle va au Néant.

    Répondre moderated
    1. Si on laisse faire Poutine, après l’Ukraine c’est la Moldavie, puis la Pologne, puis l’Allemagne.
      J’invente rien, Poutine à dit lui même qu’il veut refaire l’empire de l’URSS.
      Alors tu penses qu’on doit attendre d’avoir les chars russes à Strasbourg pour se dire qu’il faut réagir ?

      1. Cher lecteur, Poutine n’a jamais dit qu’il voulait refaire l’empire soviétique. Il veut préserver les intérêts nationaux russes. C’est très différents. Surtout, ce que beaucoup ne comprennent pas, c’est que la Russie s’est beaucoup plus débarrassée du “soviétisme” que l’Ukraine. Le pays le plus soviétique des deux n’est pas celui qu’on pense. Cordialement. EH

        1. Cher Edouard Husson,
          Poutine a eu dit de nombreuses fois sa nostalgie de l’URSS et son empire, que c’était une erreur de l’avoir démantelé …
          Et en définitive il fait quoi ? Une guerre de conquête !
          Si sont problème c’est les nazis ou une risque d’invasion de la Russie (qui croit sérieusement que l’Ukraine voulait envahir la Russie ??? ) alors il doit rendre les territoires pris après le problème réglé.
          Quand l’Occident est engagé contre différents pays dans le monde jamais on ne plante notre drapeau. On peut renverser les régimes et en mettre un autre comme en Irak ou perdre comme en Afghanistan mais jamais on fait une guerre de conquête.
          La Russie a clairement le but de grignoter petit à petit le territoire ukrainien.
          C’est tout il n’y a pas à chercher plus.
          Sauf regardez la carte de l’ancienne URSS que Poutine souhaite réformer et sont empire avec le pacte de Varsovie… ça comprend l’Allemagne de l’Est…

          Face à cette menace soit on applique la paix de Daladier.
          C’est à dire fermer les yeux quand un pays en envahi un autre et espérer que ce soit pas nous le suivant…
          Soit on applique la méthode romaine qui est: Si vis pacem, para bellum
          Qui veut la paix prépare la guerre
          Attention ça veut pas dire provoquer la guerre mais s’y préparer.

          1. David, soyez gentil, quittez ce site si vous n’êtes pas d’accord avec et allez vous reposez. Vos reflexions sont fatigantes et si vous n’êtes pas d’accord allez avec vos amis !!!
            Ce n’est pas notre armée de nuls qui empêchera Poutine de rentrer en France.
            Juste un détail David, quand on voit le pourri Zelensky avec un uniforme nazi, on peut dire sans hésitation qu’il faut mieux soutenir Poutine : nous avons combattu les nazis et ils faut les voir revenir avec le soutien des Macron et autres Scholtz : c’est vraiment scandaleux et effrayant !!!

          2. @bertrand vous êtes tous ici à demander de ne pas suivre TF1 ou BFM et d’écouter un avis différent.
            Moi je donne avis tu me dis de dégager…
            Elle est où l’ouverture d’esprit ???
            Moi à chaque je des arguments, des éléments concret et je participe aux débats.
            Je ne suis pas quelqu’un qui gobe tout ce qu’on me dit parce que ça va dans le sens de mes pré-juger…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer