[PAYANT] – Urbi et Orbi n°20 – Le pape François a-t-il abandonné le Cardinal Zen entre les mains des autorités chinoises?

Saint-Pierre fuyant la persécution de Néron croise le Christ sur la Via Appia: “Seigneur, où vas-tu? (Quo vadis?) – A Rome pour être crucifié une seconde fois!” Annibale Carracci, 1602.

Cette semaine, trois évêques, trois destins. (1) Le Cardinal Zen solidaire de l'Eglise martyre de Chine. (2) Monseigneur Dieser, évêque d'Aix-La-Chapelle soucieux d'adopter la dernière idéologie à la mode. (3) Le Cardinal Sarah, lutteur de Dieu, qui combat la crise de la foi.

Le Pape juge que la Chine “n’est pas adémocratique” et critique ouvertement le combat du Cardinal Zen

S’adressant aux journalistes à bord de l’avion qui le ramenait du Kazakhstan, le pape François a déclaré: “Pour comprendre la Chine, il faut un siècle, et nous ne vivons pas pour un siècle”. Selon lui,  la mentalité chinoise est “une mentalité riche, et quand elle devient un peu malade, elle perd sa richesse ; elle est capable de faire des erreurs. Pour comprendre, nous avons choisi la voie du dialogue, ouverte au dialogue.”

Faisant référence à l’accord controversé du Vatican avec la Chine (signé en 2018 et renouvelé en 2020), François a déclaré qu’il “se déroule bien, lentement, parce que le rythme chinois est lent, ils ont une éternité pour avancer : c’est un peuple d’une patience infinie.”

Sans mentionner les détails de l’accord, resté secret, le pape a ajouté qu'” il n’est pas facile de comprendre la mentalité chinoise, mais il faut la respecter, je respecte toujours cela. “

François a fait l’éloge du secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, pour son rôle dans la présidence de la “commission de dialogue” avec les autorités chinoises – un processus qui “se déroule bien”, a-t-il dit. 

Et lorsqu’on lui a demandé s’il considérait le procès contre le cardinal Zen comme une “violation de la liberté religieuse”, François a répondu que le procès n’était “pas inattendu“.  Les propos qui ont suivi contiennent même une véritable critique du Cardinal, qui s’est dressé courageusement pour défendre la liberté des consciences et des personnes. 

Qualifier la Chine d’antidémocratique, je ne m’identifie pas à cela, car c’est un pays tellement complexe… oui, il est vrai qu’il y a des choses qui nous semblent antidémocratiques, c’est vrai. Le cardinal Zen est en procès ces jours-ci, je crois. Et il dit ce qu’il ressent, et vous pouvez voir qu’il y a des limites là.”

Le cardinal Zen, évêque émérite de Hong Kong, a été arrêté en mai en vertu de la loi de  2020 sur la sécurité nationale. Il a été placé en garde à vue avec quatre autres administrateurs du 612 Humanitarian Relief Fund. Ce fonds a été créé pour offrir une “aide juridique, médicale, psychologique et financière d’urgence” aux personnes impliquées dans les manifestations de 2019 contre le projet de loi d’amendement de la loi sur l’extradition du gouvernement, qui permettrait de transférer des prisonniers en Chine pour y être jugés. On reproche aux accusés, dont le procès s’est ouvert le 26 septembre, de ne pas avoir déclaré l’ouverture de ce fonds. 

Le Cardinal Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, avait déclaré début septembre au journal italien Il Messaggero

Il y a évidemment des raisons politiques de la part du Saint-Siège qui empêchent de telles initiatives. Je fais référence à l’accord pour le renouvellement des évêques signé récemment avec le gouvernement Xi. (…)  Peut-être l’Église devrait-elle être plus libre et moins liée à la logique du pouvoir, de ce monde, et par conséquent plus libre d’intervenir et, si nécessaire, de critiquer les hommes politiques qui finissent par supprimer les droits de l’homme. Dans ce cas, je me demande pourquoi ne pas critiquer Pékin. Zen est un symbole et a été arrêté sous un prétexte, il n’a rien fait, c’est un personnage doté d’une grande autorité, courageux et très craint par le gouvernement de Hong Kong. Il a plus de 80 ans et nous l’avons abandonné!”

Monseigneur Dieser êvêque d'Aix-La-Chapelle se fait applaudir par les médias en prônant la bénédiction des couples homosexuels par l'Eglise

Monseigneur Dieser, évêque d’Aix-La-Chapelle, a donné un entretien au journal Die Zeit. Le prélat y affirme sans complexe qu’il n’entend en aucune manière suivre l’enseignement traditionnel de l’Eglise sur la question de la loi naturelle et des moeurs: 

la doctrine de l’Eglise changerait avec les époques

Dans un jargon sociologique bien éloigné de ce qu’on attend d’un prédicateur (qui plus est diplômé dans le domaine de la prédication!), l’évêque originaire de Trêves explique: “Les commandements constituent un garde-fou à la manière dont le chemin de Jésus peut être parcouru. Leur interprétation et leur application dépendent toujours de l’époque. C’est pourquoi ils doivent toujours être appliqués à de nouveaux thèmes posés par la vie.” 

L’homosexualité ne serait pas un choix de vie mais un déterminisme biologique

Traduction:  sur l’homosexualité, l’évêque Dieser répond par cette phrase : “Ce que nous trouvons dans la création est bon. L’homosexualité n’est pas une panne de Dieu, elle est voulue par Dieu dans la même mesure que la création elle-même“. Conséquence: l’évêque plaide pour la reconnaissance des couples homosexuels. 

 

On ne baptise pas forcément “un garçon” ou “une fille”

La théorie du genre ne le désarçonne pas. “Il n’existe pas de binarité à cent pour cent, que tous les êtres humains ressentent de la même manière le fait d’être un homme ou une femme“. Conséquence: “Par exemple, l’inscription au baptême ne doit pas être obligatoirement masculine ou féminine. Si le sexe n’est pas clair à la naissance, cela doit pouvoir être inscrit dans l’acte de baptême. Nous voulons aider les gens à se forger leur propre identité au cours de leur vie.”

 

Rome n’a pas à s’opposer aux majorités qualifiées du “Chemin Synodal”

Et quand on lui demande comment il a pris le rappel à l’ordre de Rome, au mois de juillet, par lequel le “Chemin Syndodal” allemand se voyait signifié qu’il ne pouvait pas changer la doctrine de l’Eglise, l’évêque répond sans se démonter: “Nous avons besoin d’une majorité des deux tiers pour les décisions de la voie synodale. Ensuite, chaque évêque est toujours entièrement libre d’appliquer les résultats dans son diocèse. Nous ne pouvons pas ignorer le fait que des majorités des deux tiers des évêques allemands et de tous les laïcs qui ont participé aux décisions conféreraient une énorme autorité aux textes du Chemin synodal. Il ne s’agit alors pas de n’importe quels petits papiers.”

En somme, Monseigneur Dieser rompt ouvertement avec l’enseignement de l’Eglise et le revendique.

+ l’Eglise estime l’être humain, ne croit pas qu’elle soit uniquement déterminée par des pulsions sexuelles et considère l’homosexualité comme un choix de vie – non souhaitable, du point de vue du catholicisme pour qui, la sexualité doit être orienté vers la fécondité et l’éducation d’un enfant être réalisée de manière complémentaire par un père et une mère. 

+ L’Eglise considère depuis toujours la différence des sexes comme une bénédiction et elle condamne la théorie du genre comme la n-ème version de la démesure d’une humanité sans Dieu. 

+ L’Eglise ne croit pas que l’on puisse altérer le dépôt de la Révélation clos avec l’enseignement du Christ ni aller contre ce qu’enseigne la Tradition de génération en génération. 

Personne n’est obligé d’adhérer à la vision que l’Eglise a d’elle-même. En revanche, on ne voit pas pourquoi l’Eglise devrait s’adapter aux lubies éphémères de minorités actives qui organisent un “synode” avec une mentalité de “soviet” et prétendre parler au nom de tous les fidèles. 

Or quand on fait remarquer à Monseigneur Dieser que Rome pourrait tout de même rejeter les résolutions du “Chemin synodal”, il devient menaçant: “Nous souhaitons la confiance de Rome. Nous proposons une nouvelle manière de penser. Si les réformes sont refusées, le risque de division est plus grand.”

Le Cardinal Sarah: "L'Eglise en est au moment où tout semble perdu. Le Christ vient d'être mis au tombeau. Mais ne perdons pas espoir: Il est ressuscité!"

.

Le Cardinal Sarah, ancien archevêque de Coanakry et Préfet de la Congrégation du Culte divin,  s’est rendu, le 11 septembre dernier au prieuré Notre-Dame de Beauchesne, à Cerizay en Vendée, où est installée une communauté de chanoines réguliers de Saint Jean de Latran. Il venait consacrer un nouvel maître-autel dans l’église de l’abbaye. La veille de  la cérémonie, j’ai eu l’occasion de recueillir les propos suivants du Cardinal, consacrés à  la crise de l’Eglise. 

+ “La crise de l’Eglise est largement une crise de l’Eucharistie. Trop souvent, nous avons transformé la messe en un événement social. Alors que l’Eucharistie est d’abord le sacrifice du Christ. Nous avons perdu le sens du sacrifice.  Nous devons le retrouver. Il faut rendre de la solennité à nos cérémonies. Il y a souvent trop de bruit: comme si les prêtres et les fidèles oubliaient qu’ils sont au Calvaire, au pied de la Croix, où le Christ, qui est vraiment là, devant nous, s’offre entièrement, donne Sa vie pour nous. Tout ceci est essentiel à redécouvrir. Car sans l’Eucharistie, il n’y aurait plus d’Eglise“.  

+”L’Eglise tient sur trois réalités. Permettez-moi de le dire en latin: Crux – Hostia – Virgo. Crux: la Croix. Nous devons porter notre croix, porter la Croix du Christ avec Lui. Hostia: l’hostie, l’offrande, le Saint Sacrifice. L’Eglise, je le redis n’est rien sans la Messe, qui renouvelle de manière non sanglante mais totale le Sacrifice de Jésus sur la Croix. Et puis la Vierge: Marie est là, au pied de la Croix. Elle prie pour son Fils. Elle prie pour nous. Elle prie avec nous. “. 

+ “On ne parle plus assez de l’âme. On parle surtout du corps. Regardez pendant le Covid, ce fut terrible. On a fermé les églises sous prétexte de prendre soin du corps. Mais on n’a plus pris soin des âmes. Il y a des tas de personnes qui sont mortes sans recevoir les sacrements“. 

+ “Souvent ces jours-ci je rencontre des chrétiens qui sont désespérés. Je leur explique que nous sommes le soir du Vendredi Saint ou le Samedi Saint. Le Christ est au tombeau. Apparemment tout est perdu. Les Apôtres sont dispersés. Ils ont peur.  Et puis il y a Marie qui prie pour eux, pour nous. Elle nous montre la voie de l’Espérance. Nous devons cultiver l’Espérance. Nous sommes comme les disciples d’Emmaüs. Le Christ est ressuscité, Il s’approche de nous, mais nous ne Le  reconnaissons pas. Pourtant il nous explique lkes Ecritures. Et notre coeur est tout brûlant. Mais nous ne Le reconnaîtrons qu’à la fraction du pain. Jésus se fait reconnaître par l’Eucharistie. Plus encore que de la Parole, l’Eglise a besoin de l’Eucharistie. Elle n’a pas besoin de réformes. On ne réforme pas l’Eglise comme si c’était une institution humaine. L’Eglise a besoin de la fraction du pain par le Christ lui-même. C’est comme cela qu’elle reste vivante.”

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

2 Shares:
2 commentaires
  1. J’étais présent à la messe de minuit à AACHEN il y a trois ans. Homélie de 30 minutes remplie de ‘willkommen’ et de politique anti-fasciste progouvernementale. Horizontalisme international-socialiste dépourvu d’élévation verticale. Je pense à Benoît XVI qui connaît bien l’immense problème de la quasi simonie de la Kirchensteuer et ses conséquences. Il faudrait décrire le statut social de ces fonctionnaires de Dieu à la Dreuwermann. Il faudrait décrire le doigt sur la couture du pantalon de ces allemands qui attendent devant le feu rouge piéton et qui s’agenouillent devant ce qui est ‘institutionnel’ avec en plus du Herr Doctor à la pelle. L’AfD a un bel avenir quand le cordon ombilical Nord Stream se coupe. C’est un coup terrible à l’assurance des Germains made in Germany en face de cet hiver anti-écolobobodingo.

    Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer