António Guterres et les Cavaliers de l’Apocalypse, par Ulrike Reisner

La crise de l'approvisionnement sera l'accélérateur de troubles sociaux dans les mois à venir. Le discours du secrétaire général devant l'Assemblée générale a clairement montré que l'ONU faisait partie du problème et non de la solution.

Le discours du secrétaire général de l’ONU António Guterres devant l’Assemblée générale des Nations unies n’aurait pas pu commencer de manière plus cynique :

« Notre monde est au plus mal. Les clivages s’accentuent. Les inégalités se creusent. Les difficultés s’étendent. Pourtant, aujourd’hui réunis alors que le monde est en proie au tumulte, une image de promesse et d’espoir me vient à l’esprit. Voici le Brave Commander. Ce bateau a traversé la mer Noire battant fièrement le pavillon de l’ONU. D’une part, ce que vous voyez là est un navire des plus communs, sillonnant les mers. Mais regardez de plus près. Ce navire symbolise ce que nous pouvons accomplir lorsque nous agissons ensemble. Il est chargé de céréales ukrainiennes destinées à la Corne de l’Afrique, où des millions de gens sont au bord de la famine. » [1]

Tout comme la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dans son discours sur l’état de l’UE[2], Guterres utilise des métaphores et des stéréotypes qui visent davantage les sentiments des gens que leur raison. Le bateau, qui doit offrir soutien et espoir sur une mer agitée et dangereuse, semble presque religieux en tant que symbole. Mais ces métaphores ne peuvent pas dissimuler le fait que les causes des crises mondiales que déplore Guterres sont moins voulues par Dieu que créées par l’homme.

La crise de l’approvisionnement comme prochain coup

Le secrétaire général de l’ONU a parlé – de manière peu convaincante – de la pénurie d’approvisionnement en engrais et des difficultés de la chaîne d’approvisionnement. Il a évoqué le problème des prix élevés du gaz, qui se répercutent à leur tour sur la production d’engrais azotés, et il a déclaré que l’ammoniac devait être exporté de Russie, et ainsi de suite. Oui, António, c’est devenu compliqué dans ce monde ! On ne trouve pas d’idées pour s’en sortir à l’ONU, et encore moins chez son secrétaire général qui se plaint :

« Ne nous faisons pas d’illusions. Nous naviguons sur une mer agitée. Un hiver de mécontentement mondial se profile à l’horizon. Une crise du coût de la vie fait rage. La confiance s’effrite. Les inégalités explosent. La planète est en feu. Les gens souffrent – et les plus vulnérables sont les plus touchés. La Charte des Nations Unies et les idéaux qu’elle porte sont en péril. Nous avons le devoir d’agir. »

La crise de l’approvisionnement est l’accélérateur de troubles sociaux dans les mois à venir. Ce que Guterres doit, c’est une indication impitoyable et ouverte sur les causes de cette crise d’approvisionnement. Ce qu’il ne dit pas, c’est que cette crise de l’approvisionnement ne concerne pas seulement les pays du « Sud global » (Éthiopie, Sahel, Libye, Corne de l’Afrique, etc.) ou les régions en crise comme l’Afghanistan, la Syrie, le Yémen, le Myanmar, etc. mais aussi, de plus en plus, des pays que l’on appelait autrefois « pays industrialisés » ou « pays du premier monde ». Ce dont il ne parle pas, c’est de la coalition malheureuse entre la technostructure et une caste mondiale qui, après la crise financière et la crise de la dette, la crise des migrants, la crise climatique et la crise de la Corona, fait maintenant éclater une crise de l’approvisionnement pour parachever son œuvre de destruction.

Les crises sont faites maison

Pour toutes ces crises, il existe de nombreux moyens éprouvés permettant de les endiguer et de minimiser les dommages pour les citoyens. Il n’y a pas de pénurie d’énergie, il ne devrait donc pas y avoir de crise énergétique ! Il n’y a pas de pénurie de denrées alimentaires, il ne devrait donc pas y avoir de crise d’approvisionnement. A moins que l’on ne veuille à nouveau faire sortir un Cavalier Apocalyptique de son écurie. Cette fois-ci, c’est le cheval noire, si l’on veut s’inspirer de l’Apocalypse.

En effet, les prix des denrées alimentaires dans l’UE ont augmenté en moyenne d’environ 15 % l’année dernière, un niveau jamais atteint auparavant. Les prix des huiles et des graisses alimentaires ont particulièrement évolué, mais aussi ceux d’aliments de base importants comme le pain.[3] En août 2022, le taux d’inflation annuel de la zone euro était de 9,1 % et celui de l’Union européenne de 10,1 %. En tête des facteurs d’inflation incontestés, on trouve les coûts de l’énergie (+38,6%), suivis par les produits alimentaires transformés et non transformés (+10,5%).[4]

L’indice des prix de l’UE pour juillet 2022 montre que le prix du beurre a presque doublé en comparaison annuelle (+81,2%), la viande a augmenté en moyenne d’un bon quart, et pour les céréales, ce sont surtout les prix du blé qui ont explosé. Par rapport à l’année précédente, l’indice des prix à la consommation de l’UE pour le sous-indice alimentaire a augmenté de +13,2 % en juillet 2022.[5]

L’office statistique de l’UE Eurostat vient également de publier une estimation pour 2021 ( !), selon laquelle 21% de la population de l’UE est menacée de pauvreté. Les pays les plus touchés sont la Roumanie (34,4%), la Bulgarie (321,7%), la Grèce (28,3%), l’Espagne (27,8%) et l’Italie (25,2%). La France et l’Allemagne se situent juste en dessous de la moyenne européenne avec 19,3% et 20,7%.[6] Il s’agit toutefois d’estimations pour 2021 ! Si l’on met ces données en relation avec les taux d’inflation actuels, on peut compter sur les doigts qu’une partie critique de la population des États membres ne peut plus se permettre de vivre. En Allemagne également, une étude récente conclut que près de 60% des ménages privés doivent déjà consacrer la totalité de leurs revenus aux dépenses mensuelles.[7]

La crise de l’approvisionnement qui s’annonce en Europe est une crise maison. Elle est le résultat d’un système spéculatif mondial, tout comme la crise financière et la crise de la dette, la crise énergétique ou la crise pandémique. Ces crises sont très efficaces parce qu’elles sont imbriquées les unes dans les autres à de nombreuses interfaces et se renforcent donc mutuellement.

Ainsi, la crise énergétique alimente la crise de l’approvisionnement en denrées alimentaires et autres produits de première nécessité, car les coûts de transport sont répercutés sur les prix. La Commission européenne publie chaque jeudi les prix moyens journaliers du lundi précédent pour l’essence et le diesel dans les 27 pays de l’UE.[8] Des pays comme l’Allemagne, la Finlande ou la Suède enregistrent actuellement les prix les plus élevés pour le diesel, à plus de 2,00 euros le litre – le carburant avec lequel sont habituellement remplis les camions qui font habituellement circuler les marchandises, ce qui était, du moins jusqu’à récemment, moins cher que de stocker ces marchandises dans les pays concernés.

Le rêve d’un gouvernement mondial

Dans son livre « Why the West Rules – For Now » (2010), l’archéologue britannique Ian Morris cite ses Cinq Cavaliers de l’Apocalypse, qui défient sans cesse les sociétés humaines et les communautés depuis environ 10 000 ans : La famine, la peste, le changement climatique, la migration et l’effondrement de l’État.[9]

Pendant des siècles, les Cavaliers se sont succédé, par exemple la famine a succédé aux catastrophes climatiques ou les épidémies aux vagues de migration. Aujourd’hui, la technostructure et ses complices complaisants envoient les Cavaliers Apocalyptiques tous en même temps pour imposer leur agenda mondial.

António Guterres abuse de sa fonction, il argumente de manière contrefactuelle et ne recule pas devant l’idéologisation. Pire encore, son discours contient de nombreux indices montrant qu’il agit dans l’intérêt des groupes impliqués dans le conflit, et non dans celui des États et des sociétés réellement touchés par la famine et les crises d’approvisionnement.

Guterres est depuis longtemps un haut fonctionnaire des Nations unies. Il sait que le « Cavalier Apocalyptique nommé Corona » n’a pas été déclenché par les États mais par la technostructure. Il sait que la crise est partie d’une organisation de l’ONU, l’Organisation mondiale de la santé, qui ne défend plus depuis longtemps les intérêts des Etats et de leurs sociétés, mais ceux de bailleurs de fonds privés. Guterres est emblématique de la dérive absolue des Nations unies en tant qu’organisation internationale d’États souverains. Il est hypocrite et cynique qu’il déplore que la charte des Nations unies et ses idéaux soient en danger – et qu’il parle dans la foulée des conducteurs des Cavaliers de l’Apocalypse.

Quelle sera la prochaine étape ? Peut-être une « promesse de salut » du Secrétaire général, selon laquelle les Etats souverains pourraient à l’avenir remettre leur gestion entre les mains des Nations unies ? Le cinquième Cavalier de l’Apocalypse – l’effondrement des Etats – serait alors lâché et un « gouvernement mondial » subverti par la technostructure pourrait prendre le relais. Mais doucement…Souvenons-nous de l’Apprenti sorcier de Goethe: « Die ich rief, die Geister, werd ich nun nicht los! »[10]

 

[1] https://www.un.org/sg/en/content/sg/speeches/2022-09-20/secretary-generals-address-the-general-assembly

[2] https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/09/15/von-der-leyen-annonce-le-great-reset-la-guerre-totale-contre-la-russie-et-la-recession-economique/

[3] https://ec.europa.eu/eurostat/de/web/products-eurostat-news/-/ddn-20220919-1

[4] https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/14698150/2-16092022-AP-DE.pdf/943477eb-5d2e-f2e5-9b04-75af26b72f2c

[5] https://agriculture.ec.europa.eu/data-and-analysis/markets/price-data/price-monitoring-sector/eu-prices-selected-representative-products_fr

[6] https://ec.europa.eu/eurostat/databrowser/view/tipslc10/default/table?lang=de

[7] https://www.nordbayern.de/wirtschaft/neue-studie-haushalte-mit-3-600-euro-einkommen-leben-jetzt-an-der-armutsgrenze-1.12524857

[8] https://energy.ec.europa.eu/data-and-analysis/weekly-oil-bulletin_en

[9] https://www.youtube.com/watch?v=7xvQ_Tc0OOU

[10] « les Esprits que j’ai évoqués, je ne peux plus m’en débarrasser »

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin
Vous aimeriez plus d'infos brèves confidentielles et plus de décryptages hot toute la journée ?

Le fil Telegram Rester libre ! est pour vous

C'est gratuit, c'est rapide, c'est crypté, c'est confidentiel
Je m'abonne

About Post Author

52 Shares:
2 commentaires
  1. L’ONU n’a jamais servi à rien sauf pour une minorité qui veut avoir de plus en plus de pouvoir. Tous ces machins supra-nationaux qui ont été créés après la 2ème guerre mondiale, devraient disparaître. La dernière guerre a été le prétexte pour inventer tout un tas de machins bureaucratiques qui ont posé lentement les premières pierres du mondialisme.

  2. J’ai beau relire l’Apocalypse dans tous les sens, je ne compte que quatre cavaliers, et non pas cinq…
    http://www.bible-en-ligne.net/bible,66N-6,apocalypse.php

    Cela dit cette référence st particulièrement pertinente. Je ne résiste pas au plaisir de relayer le message donné par Saint Michel archange à Luz de Maria le 9 juillet 2022 (c’est tout récent…) :
    « L’humanité reçoit l’un et l’autre signal sans y prêter attention, elle continue dans ses plaisirs jusqu’à ce qu’elle fasse pleuvoir du feu du Ciel et comprenne que les Avertissements ne sont pas vains.
    Les cavaliers de l’Apocalypse (Apoc 6, 2-8) traversent le Ciel et leur tonnerre se fait entendre sur toute la Terre. Les créatures humaines ne savent pas ce que c’est, mais elles les écoutent sans savoir d’où viennent les sons de ces trompettes. »
    https://vincent-de-tarle.fr/2022/09/22/derniers-messages-sur-la-fin-des-temps-1/

    Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer