Comment la caste a obtenu le consentement aveugle de la majorité au vaccin

Dimanche, l'un de nos lectrices, qui est aussi la grand-mère (94 ans...) de ma femme, m'a expliqué qu'elle aimait beaucoup le Courrier, mais qu'elle ne partageait pas mon point de vue sur le vaccin. Je lui ai promis de récapituler au calme aujourd'hui les raisons pour lesquelles, dès le mois de février 2020, le Courrier (dont j'étais alors le seul rédacteur attitré) a dénoncé l'utilisation du COVID à des fins politiques, y compris l'utilisation du vaccin. L'occasion était offerte de rappeler, avec un peu de recul historique, l'enchaînement irrationnel des événements.

J’ai voulu citer ce tweet de Tristan Mendès-France, délateur stipendié par la caste pour ficher tous les résistants, car il me semble résumer en une phrase lumineuse le problème qui se pose avec le vaccin : selon ce triste sire, ceux qui refusent le vaccin ont un jour commencé à éprouver de la “défiance vis-à-vis du “système”. Cette défiance les amènerait à refuser la vaccination. 

On ne pouvait mieux résumer la différence éthique qui sépare les propagateurs ou adeptes de la propagande officielle, et les résistants au vaccin. D’un côté, il est question de pathos comme la confiance ou la défiance vis-à-vis du pouvoir. D’un autre côté, il est question de rationalité, de principe de précaution, et d’analyse bénéfice-risque. 

Avant de montrer la profonde médiocrité intellectuelle de tous ceux qui tentent de nous faire passer des vessies pour des lanternes, et la propagande officielle pour une vérité infaillible digne de Pie X, je voudrais ici rappeler les grands piliers de ce qui a fondé le scepticisme vis-à-vis des injections à l’ARN Messager qui ont été pratiquées à coups d’obligation vaccinale et de passes bannissant les hésitants. 

La rationalité combattue par la caste

Premier point, essentiel, fondamental, capital : refuser l’injection à l’ARN Messager pour tous (y compris dès 6 mois) est, de mon point de vue, un choix qui s’impose par la simple raison.

Je précise bien les termes : je ne condamne pas ici les vaccins éprouvés par des années d’observation et d’études, fonctionnant avec des principes actifs “sous contrôle”. Je ne condamne pas non plus l’ARN Messager pour les personnes vulnérables. Je ne condamne pas non plus l’ARN Messager pour ceux qui souhaitaient absolument être injectés. Je suis un adepte du libre choix en matière de santé. 

Je condamne l’idéologie aveugle du vaccin qui a conduit à discriminer socialement et à violer les libertés naturelles et fondamentales de tous ceux qui ne donnaient pas leur consentement rationnel, c’est-à-dire libre et éclairé, à une injection dont il n’était plus possible de discuter les fondements sans être mis au ban de la société, et ce quel que soit l’âge, quels que soient les pathologies, les antécédents ou les co-morbidités. 

De mon point de vue, le seul fait que ce droit au consentement libre et éclairé ait été bafoué à coup de passes vaccinaux et d’interdiction diverses et variées est une bonne indication de l’irrationalité qui a guidé la stratégie vaccinale. Il ne s’est pas agi de prévenir la maladie, ni de la soigner, mais simplement d’appliquer une doctrine politique aveugle et sourde à tous les avertissements. 

D’où le poids de la propagande, qui n’a jamais cherché à convaincre, mais simplement à “inspirer confiance” par des techniques de manipulation puisée dans les manuels de psychologie sociale. D’où le poids donné à des Mendès-France qui ont joué le rôle de commissaires politiques bannissant, désignant à la vindicte, diffamant au besoin, sans jamais examiner le fonds des arguments. 

Et le principe de précaution, bordel ?

Or, du point de vue de la simple raison, il était évident qu’il fallait appliquer au vaccin à ARN Messager un principe de précaution au moins égal à celui appliqué à tous les autres vaccins utilisés dans le monde. 

J’ai rappelé dans le Courrier que le BCG a mis plus de 70 ans à être commercialisé et généralisé. D’une manière générale, l’autorisation de mise sur le marché d’un produit pharmaceutique prend plusieurs années. 

Ce n’est pas pour rien : c’est pour se donner le temps de vérifier que ses effets secondaires ne sont pas pires que ses avantages !

Dans le cas des vaccins à ARN Messager, Pfizer en tête, la procédure d’autorisation conditionnelle n’a pas seulement été dangereusement accélérée, mais elle a été rendue anecdotique par les campagnes de vaccination massive quasiment obligatoire. Voilà donc un produit sous autorisation conditionnelle que les gouvernements occidentaux ont imposé avec des techniques à la chinoise de crédit social, comme le passe vaccinal, tout en déliant les laboratoires de leur responsabilité contractuelle en cas d’effet secondaire. 

Cette précipitation est d’autant plus intrigante que nous savons aujourd’hui que l’achat des vaccins Pfizer dans l’Union a été réalisé dans des conditions irrégulières. Le Parquet européen s’est d’ailleurs saisi de ce dossier de plus en plus louche. 

En outre, les déclarations d’effets secondaires devant les organes de pharmacovigilance, à commencer par les effets secondaires graves, ont battu des records historiques (et de très loin) comme la directrice de l’ANSM l’a elle-même reconnu devant le Sénat

Ces éléments rappellent que le simple bon sens imposait et impose encore d’appliquer à l’ARN Messager le principe de précaution. Il ne s’agit pas de défiance vis-à-vis du pouvoir, mais de simple prudence comme pour tous les produits pharmaceutiques nouveaux. 

L’analyse bénéfice-risque

Comme pour tous les produits pharmaceutiques, pour tous les vaccins, pour tous les traitements, l’analyse bénéfice-risque doit être au coeur du choix thérapeutique : statistiquement, le patient court-il plus de risques en ingérant ou en recevant un traitement qu’en ne le recevant pas ?

Là encore, les adeptes de la vaccinolatrie ont systématiquement refusé que cette question soit posée rationnellement, au profit d’une doctrine autoritaire dont les déterminants seront un jour éclairés par l’histoire, tant cette doctrine est suspecte. 

Ainsi, les chiffres de la mortalité connus dès la fin de 2020 ont montré que la mortalité des moins de 40 ans a diminué cette année-là, malgré les pics de COVID. Les chiffres de l’INSEE que nous citons montrent que la mortalité des moins de 40 ans a augmenté depuis les campagnes de vaccination, atteignant des niveaux jamais atteint auparavant. 

Début 2021, lorsque la campagne de vaccination a commencé, le bon sens rationnel aurait voulu que les pouvoirs publics limitent la vaccination aux personnes vulnérables, le bénéfice-risque pour les autres catégories de la population étant discutable et difficile à établir. 

Une chappe de plomb pèse aujourd’hui sur l’ampleur des désastres : ces sportifs de haut niveau qui s’effondrent en plein match ou en pleine compétition, ces AVC, ces thromboses, ces myocardites qui frappent des jeunes gens sans antécédent et en pleine forme, ces cancers virulents et atypiques qui apparaissent soudain, sont tus le plus possible par le cartel des médias subventionnés. Là aussi l’histoire condamnera tôt ou tard ceux qui nient les évidences. 

Mais, par une étrangeté qui reste encore difficile à expliquer, tous ces débats rationnels ont été condamnés avec une virulence inouïe, sous le prétexte qu’ils étaient le fait des “complotistes”. Et des miliciens de cette propagande moderne comme Tristan Mendès-France ont méticuleusement fiché, dénoncé et envoyé dans les camps de la mort sociale ceux qui revendiquaient simplement l’usage de leur propre raison. 

Propagande sectaire et conflits d’intérêt

Les raisons pour lesquelles l’irrationalité en blouses blanches a d’emblée pris le pouvoir, nous en connaissons l’essentiel. 

Après la pandémie ratée de H1N1 en 2009, brillamment analysée par le Sénat à l’époque, nous savons que Bill Gates s’est donné les moyens de ne pas manquer la pandémie suivante. Il a mené campagne pour la fabrication de vaccins en 300 jours, pour la vaccination mondiale, puis a créé le GAVI, l’Alliance Mondiale pour le Vaccin, grâce à laquelle il a infiltré la plupart des pouvoirs publics. Sa Fondation est devenue la principale financeuse de l’OMS, et sa collaboration étroite avec le Forum Economique Mondiale, notamment pour créer le CEPI, chargé de fabriquer des vaccins contre les SRAS. Rappelons que la CEPI fut créé à Davos avec le soutien du prince héritier de Norvège, Young Global Leader…

Nous sommes ici au coeur des liens d’intérêt entre les laboratoires pharmaceutiques et les pouvoirs publics, tels que le capitalisme financier de connivence les a industrialisés. Tout cela est public, et largement documenté pour peu que l’on s’y intéresse. 

La déclinaison de ces liens d’intérêt est elle aussi parfaitement évidente. 

D’abord, les laboratoires pharmaceutiques ont largement soudoyé les fameux médecins de plateau que les chaînes d’information ont passé en boucle pour défendre les préceptes de la nouvelle religion vaccinale. Jamais une propagande aussi intense n’avait eu lieu, avec des médecins désormais bien connus pour avoir reçu de l’argent des laboratoires qu’ils défendaient devant les caméras au nom d’une médecine désintéressée.  

Ensuite, le cartel des médias subventionnés a fait son oeuvre. On a brutalement compris pourquoi des milliardaires comme Bernard Arnault avaient concentré la presse entre quelques mains. Rappelons ici qu’Arnault a soutenu Biden en même temps que la patron de Johnson & Johnson, à qui Biden a commandé des centaines de millions de vaccins après son élection… Comme par hasard, c’est le Parisien d’Arnault qui publiera la déclaration de Macron annonçant qu’il voulait “emmerder” les non-vaccinés. 

Psychologie sociale

Mais tout cela n’aurait probablement pas suffi à faire admettre un vaccin incertain à une majorité, si les pouvoirs publics ne s’étaient pas appuyé sur une industrialisation de la psychologie sociale, à grand renforts de manipulation des masses. 

Trois techniques essentielles ont été mobilisées pour hypnotiser l’esprit critique et la rationalité dans notre société. 

La première technique a consisté à recourir à la “social proof”, la preuve sociale, devenue levier majeur de la culture Internet. La preuve sociale consiste à faire recommander un produit par une personnalité de confiance. C’est la fameuse histoire des publicités pour les dentifrices vendues par des acteurs portant une blouse blanche, qui vous expliquent que grâce à ce dentifrice, vous n’aurez pas de caries. La blouse blanche inspire confiance. Ce système enfantin et connu de longue date a bénéficié d’une industrialisation intense durant toute la crise du COVID (pour céder la place, quelques mois plus tard, à des généraux en costume qui dénoncent la Russie selon les mêmes ficelles). 

La deuxième technique est le pendant de la première : elle a consisté à discréditer tous les opposants. On se souvient ici de la virulente campagne menée contre Didier Raoult, accusé d’être un imposteur, un harceleur, moral et sexuel, un menteur. La création du camp virtuel pour complotistes a permis de réserver un traitement de ce type à tous ceux qui résistaient. Les fact-checkers ont largement servi à ces campagnes de discrédit systématique. 

La troisième technique a reposé sur le principe de cohérence : au lieu de rendre le vaccin obligatoire (ce qui aurait posé des problèmes de responsabilité pénale s’agissant d’un produit sous autorisation conditionnelle), le recours à la responsabilité individuelle (je me vaccine librement pour sauver le groupe, faisait croire la propagande) a permis de piéger de nombreux personnes qui avaient peur de mourir. Le pouvoir leur a fait dire publiquement : j’aime le vaccin, rendant difficile tout retour en arrière. 

C’est le principe de cohérence très bien décrit par Cialdini

Bien entendu, de nombreuses autres techniques de psychologie sociale ont été mobilisées dans la gestion de la crise sanitaire, mais il me paraît important d’en décrire les trois piliers essentiels. 

Mendès-France et populisme

Dans la pratique, il faut souligner un point essentiel qui domine tous les autres : les Mendès-France et autres ont utilisé la peur, principe de base du populisme, pour faire admettre la violation systématique des libertés. 

La peur de mourir d’abord : que n’a-t-on fait avaler aux Français en leur expliquant à tout bout de champ que la mort les guettait s’ils n’obéissaient pas aux injonctions, souvent fluctuantes dans le temps, en matière de COVID ?

La peur d’être diffamé ensuite : l’accusation de complotisme a été utilisée de manière systématique pour faire taire tous ceux qui doutaient. 

Au final, ces commissaires politiques ont transformé le débat sur le vaccin en un débat sur le régime politique. Voulez-vous vivre dans la peur permanente (de mourir, d’être dénoncé, de subir une guerre nucléaire, etc.) ou voulez-vous vivre libre ?

About Post Author

196 Shares:
31 commentaires
  1. Le peuple gobe tout – surtout les guerres – à n’importe quelle époque de Céline à Périclès. La caste obtiendra aussi le consentement de la majorité aux frappes nucléaires contre la Russie. Bonne réception des sarmates à Paris.
    https://nicolasbonnal.wordpress.com/2022/10/25/armageddon-nucleaire-les-democrates-enfin-une-partie-prennent-peur-et-demandent-a-biden-et-a-sa-folle-administration-de-faire-demi-tour-pour-eviter-une-guerre-nucleaire-contre-la-chine-et-la-russ/

    Répondre moderated
  2. Dans toute cette histoire, il est tout de même essentiel de rappeler que la Commission européenne, avec l’appui de Gavi et le parrainage de la reine de Belgique (une Young Leader? Allez savoir!) suit, depuis 2018, un plan de route qui démontre entre autres, que les états-membres sont tenus de mobiliser la presse pour manipuler la population dans le sens désiré, c’est-à-dire de la faire vibrer pour une vaccination inconditionnelle…

    https://health.ec.europa.eu/system/files/2022-07/2019-2022_roadmap_en.pdf

  3. Il n’y a pas à répondre au Triste Mendes-France : les réponses (aux vraies questions qu’il pourrait se poser, mais qu’il ne parvient même pas à formuler correctement), il les a déjà eues des milliers de fois depuis deux ans, par des gens mille fois plus compétents que lui sur ces questions, et mille fois plus désintéressés et moins idéologisés, mais il n’en a pas voulu ; pire, il a impityablement pourchassé et persécuté ceux qui les lui apportaient.
    Ce twitt n’est qu’une pierre de plus au monument d’hypocrisie qu’il bâtit depuis deux ans. Il ne mérite que le mépris.

    1. Au contraire il faut lui répondre par la question suivante : quand accepter a-t-il l’invitation de France soir pour expliquer les techniques de Fact Checkers ? C’est la seule chose à faire à mon sens

      Répondre moderated
  4. Perso je suis passé d’une perception d’incompétence crasse de nos dirigeants à une défiance systématique suite à deux faits personnels :
    – Mon fils ainé a passé les 6 premiers mois de 2021 en Suède pour ses études. Stockholm, – métropole d’un million d’habitants -, n’a jamais été confinée. Et on ne meurt pas dans les rues de Stockholm …. Les Suédois ont fait mieux que les Français. Point barre !
    – Dans ma carrière d’ingénieur, la question la plus délicate à répondre a toujours été : “Comment prouvez-vous que le sous-ensemble développé et implémenté sous le capot moteur tiendra 300 000 km (automobile) respectivement 1 000 000 km (poids lourd) sans problème ?” Lorsque le “Start of Production” est donné, les véhicules d’essais ne sont pas encore à 300 000 km …. La question se reformule aussi de la manière suivante : comment prouver un bon fonctionnement sur 20 ans alors que le développement n’a duré que 2 ans ? Comment fait-on ? Bien souvent, on s’appuie sur l’expérience passée. Si l’innovation est incrémentale entre l’ancienne génération produit et la nouvelle, cela fonctionne bien en général. Si l’innovation est “en rupture”, …. hum hum plus difficile. Il manque le recul et la prise de risque est forcément plus élevée. Si on l’applique aux vaccins ARNm : comment prouve-t-on l’efficacité du vaccin sur le corps humain sans effet secondaire sur de longues périodes sachant que cette technologie n’a jamais été appliquée jusqu’à présent ?? Réponse : trés simple, fabriquants et autorités de régulation n’ont jamais traités cette question …. !
    Etre “rationnel” se cultive.

  5. ” le bon sens rationnel aurait voulu que les pouvoirs publics limitent la vaccination aux personnes vulnérables… “Même pas: les produits n’avaient pas été testés sur de telles personnes. A l’expérience, combien de cancéreux en rémission ont vu leur état s’aggraver brutalement?
    Jouer avec l’immunité de personnes fragiles est un exercice hautement risqué…
    A propos des peurs qui ont été exploitées, plus largement que la peur d’être diffamé, l’instinct grégaire et la culture du consensus ont beaucoup joué il me semble.
    La peur d’être différent du groupe a suffi, d’autant plus que le groupe était volontairement rendu malveillant vis-à-vis de ceux qui désobéissaient à un pouvoir politique qui se présentait, lui, comme bienveillant.
    On voit ici les dégâts que peut faire un pouvoir qui veut agir sur le plan de la morale au lieu d’être juste selon les lois fondamentales.
    La confusion entre la loi (juste/injuste) et la morale (bien/mal) est une caractéristique fondamentale des pouvoirs totalitaires.

    1. ” le bon sens rationnel aurait voulu que les pouvoirs publics limitent la vaccination aux personnes vulnérables… “Même pas: les produits n’avaient pas été testés sur de telles personnes.
      MAIS SI, ILS ONT TESTE LES PRODUITS !! MAC-rond a imposé, par deux fois, les LOIS “RIVOTRIL” ?
      En avez-vous entendu parlé ? Avez-vous constaté des oppositions à ces LOIS ?
      Néanmoins, à présent, on nous prépare à une relance de ces vaxxins, qui n’ont que le nom mais sont des poisons avérés ! Demandez à Schwab, informez vous sur ce site ! PUIS réfléchissez, si possible !!

      Répondre moderated
  6. Aujourd’hui à Bordeaux avait lieu une manifestation des éleveurs de volaille demandant la mise à disposition anticipée de la vaccination contre la grippe aviaire. Celle ci est toujours en cours d’expérimentation et ne devrait pas être généralisée avant fin 2023.
    Qu’est ce qui a pu faire “basculer” ces éleveurs et les inciter à ne pas respecter les élémentaires délais de précaution, jouer la vie de leurs volailles avec des substances non stabilisées aux propriétés inconnues, au risque de tomber dans l’anti système ?
    2 ans de précautions pour les volailles, nous n’avons pas eu droit à autant d’égards…

    Répondre moderated
  7. Je vous cite : “Voilà donc un produit sous autorisation conditionnelle que les gouvernements occidentaux ont imposé […] tout en déliant les laboratoires de leur responsabilité contractuelle en cas d’effet secondaire.” De là à penser que ce sont les gouvernants, très aidés en cela par les bons conseils de Gates et consorts, qui ont commandé la fabrication de ces “injections”, il n’y a qu’un pas. Ce, afin de limiter, voire réduire la population, voire encore faire de ceux qui ont survécu une masse d’esclaves. Personnellement, je ne vois pas d’autre explication. Les laboratoires se sont exécutés, engrangeant pour l’occasion des milliards de profit. Gagnant gagnant pour tout le monde en somme, sauf pour les naïfs croyant encore que leurs gouvernants leur veulent du bien…

    Répondre moderated
  8. Le principe rationnel est très simple : la preuve de l’innocuité de ces vaccins sur un long terme n’est pas faite, donc le principe de précaution s’impose tout naturellement. Le bon sens l’emporte. Point barre.
    Après la peur, le désir (pas le besoin) de confort, de sécurité, d’être intégré et l’abrutissement médiatique ont fait le reste. Pour ma part j’avais annoncé dès février 2020 qu’une campagne d’asservissement des populations était lancé. Les faits ont prouvé que j’avais vu juste. Et ce n’est que le début.

    Répondre moderated
  9. « une vérité infaillible digne de Pie X » — Pouvez-vous m’en citez une ? Sinon, ne mettez pas ce saint pape en relation avec cette histoire du « Covid », svp.

    Répondre moderated
  10. Le populisme s’appuie sur la peur? Première nouvelle. Il va falloir un peu mieux vous renseigner sur le populisme. Et à ce propos, je trouve votre article très “populiste”. Si les gens ont si bien marché dans la combine, ce n’est pas uniquement à cause de la peur. C’est aussi parce-que nous vivons dans une société qui a perdu tout repère moral, voir intellectuel. Quand on est prêt à céder nos libertés pour lutter contre un virus, c’est que nous sommes devenus des esclaves de l’Etat. Je rappellerai que la liberté est une valeur qui a façonné notre civilisation.

    Répondre moderated
  11. Comme quoi, même les abrutis pas finis sentent bien que le vent est en train de tourner, puisqu’il brandit son drapeau blanc en postant – m’étonnerait que les mis en cause lui pardonnent quoi que ce soit.

  12. le BCG a mis 70 ans à être généralisé puis un long temps avant d’être “supprimé” de la liste obligatoire avec discrétion à cause de sa dangerosité et de son inutilité.

    moi je dis cela….

    Répondre moderated
  13. Je suis étonnée que manque à l’appel le ressort essentiel de cette campagne vaccinale: le prétendu CIVISME. Beaucoup se sont faits injecter “pour autrui”, au nom du Bien qu’on leur a présenté comme indiscutable. Tout le registre moral de “l’altruisme”, de la “solidarité”, de la “responsabilité” et, partant, de la culpabilité, a été sollicité. Non pas la terreur (qui, certes, a aussi joué), mais la douceur, le fameux “care”. Un piège d’un genre nouveau, redoutable, comme son succès l’a montré.

    1. Je nommerais cela ” ESPRIT MACHIAVELIQUE “, la douceur , mensongère, de notre poudré ou giflé 1°
      Ils se font passer pour des “anges”, priant tous les soirs, avant de se coucher, pour le pape !! Ils sont bien des êtres machiavéliques ! Des êtres plein de douceur !!!!

      1. Du bon machiavélisme, en effet. Mais l’aspect “douceur” doit être bien mis en valeur auprès de ceux qui se sont faits flouer et, ne se reconnaissant pas parmi les terrorisés, n’ont toujours pas compris la manipulation dont ils ont faits l’objet.

  14. Pour moi cela a été de la coercition pure et simple sinon le chômage. Je n’avais pas peur du covid, qu’on peut soigner et au moins surveiller très précocément je n’avais que des risques à prendre avec cette injection génique et de nanoparticules inconnues, m’obliger à le subir au risque de ma santé s’assimilait à un viol.

  15. Pour reprendre les termes de Tristan: lorsque le “Système” s’appelle IIIème Reich: faudrait-il suivre ses directives sans questionnement ?

    Il y a deux sortes de citoyens:
    1. les followers (ou kollabos), qui ont compris qu’ils ont beaucoup à gagner à suivre les directives du “Système” (et beaucoup à perdre à ne pas le faire).
    2. les dissidents (ou résistants) qui préfèrent perdre beaucoup dans ce monde plutôt que perdre leur âme (= conscience).
    C’est une question de choix hautement spirituelle: le choix entre la vie en ce monde et la vie éternelle (qui doit se mériter).

    Dit autrement, il y a des gens qui se posent des questions, et des gens qui ne s’en posent pas.

  16. Au début de cette plandemie en janvier 2020, j’étais comme tout le monde assez choqué par tout ce qu’on entendait dans les médias qui relayaient les affirmations du gouvernement.
    Mais lorsque j’ai appris en mai 2020 que Agnès BUZIN alors ministre de la santé avait interdit l’hydroxyclhoroquine le 19 janvier 2020, j’ai compris qu’il y avait un loup. Car ce médicament fait partie des 20 médocs les plus sûrs et moins dangereux de la planète (source OMS). Et en juin 2020, le protocole développé par le Pf Raoult donnait de très bons résultats (0,5% de mortalité au lieu des 20% avec les méthodes recommandées par le nouveau ministre de la santé O.VÉRAN). Il y avait donc matière à s’interroger non ?
    Et à attirer de là il est devenu évident qu’on nous mentait ouvertement sur plein d’affirmations. Je suis donc devenu un « complotiste » qui a trouvé sur Internet toutes les raisons de se méfier de la doxa. Et donc du vaccin miracle que j’ai refusé.
    Maintenant la vérité se fait jour et les mensonges sont révélés. Les preuves scientifiques des malversations sont là. Les effets secondaires sont là. Etc
    Je doute que la santé fut une préoccupation des gouvernements complices de cette manipulation médiatique mondiale en vue d’objectifs financiers malsains et d’une finalité mortifère sur les populations.

    Répondre moderated
  17. “le bon sens rationnel aurait voulu que les pouvoirs publics limitent la vaccination aux personnes vulnérables…” Je fais partie de ces “personnes vulnérables” lutant contre un cancer. Qu’est-ce qui vous donne le droit d’affirmer que je dois faire partie des cobayes pour cette injection. Bien sûr que les médecins hospitaliers ont fait pression pour que je l’accepte mais je l’ai refusée sachant la dangerosité pour moi et le risque de décès plus rapide. Ce n’est pas parce que nous sommes déjà malades que nous devons en plus subir ce genre de “diktat”…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer