Le combustible nucléaire russe divise l’Europe, par Politika

L'idée d'interdire l'approvisionnement en combustible nucléaire de la Russie, ainsi que l'interdiction du charbon, du pétrole et des produits pétroliers, a conduit à la formation de deux camps au sein de l'UE. La Pologne et l'Allemagne y sont fortement favorables, tandis que la Hongrie et la France y sont opposées. Dans le même temps, les États-Unis, qui dépendent également du combustible nucléaire russe, n'évoquent pas du tout ce sujet. Pourquoi l'Europe devance-t-elle la locomotive à vapeur et qu'est-ce qui la menace ?

Cet article de la rédaction de Politika a été publié en russe. Il n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier des Stratèges. 

L’Union européenne s’est scindée en deux camps opposés au sujet d’une discussion sur l’interdiction de l’approvisionnement en combustible nucléaire russe. L’agence américaine Hill rapporte que « la Pologne, l’Irlande, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et l’Allemagne ont recommandé à l’UE d’interdire l’importation de combustible nucléaire de Russie », afin d’éviter de financer notre pays. La Hongrie et la France ont violemment réagi et Bruxelles a fermé les yeux.

Pourquoi le combustible nucléaire est-il devenu une pomme de discorde en Europe ? Comment l’Allemagne s’est-elle retrouvée dans le même bateau que la Pologne, et la France avec la Hongrie ? Et que se passera-t-il si l’UE met en œuvre son idée et refuse vraiment d’acheter du combustible nucléaire russe ?

Pourquoi la Pologne, l’Irlande, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et l’Allemagne proposent-elles d’interdire le combustible nucléaire russe ? La réponse est : car ils se sont retrouvés sans énergie nucléaire de leur plein gré (l’Allemagne ferme les derniers réacteurs avant la fin de l’année). Ces États n’ont rien à perdre. « Il existe un groupe de pays – la Slovaquie, la Bulgarie, la République tchèque et la Hongrie – où sont installés des réacteurs de conception soviétique, ainsi que la Finlande avec des réacteurs construits selon des projets d’ingénierie soviétiques. Ils reçoivent non seulement du combustible nucléaire de Russie, mais également un produit technologiquement fini : des assemblages combustibles », explique Sergey Kondratiev, chef adjoint du département économique de l’Institut de l’Energie et des Finances (IEF).

La question des « assemblages combustibles »

Théoriquement, une alternative existe aux assemblages combustibles russes, poursuit l’expert : ceux produits par la société américaine Westinghouse, qui possède un site de production en Suède. C’est cette société qui a testé son combustible dans les centrales nucléaires ukrainiennes. En Europe de l’Est, la République tchèque a de l’expérience dans l’utilisation du combustible nucléaire américain, mais elle s’est avérée infructueuse. Après plusieurs incidents, la République tchèque a refusé le carburant américain. Après cela, de tels tests n’ont pas été effectués en Europe. « Nous ne savons pas exactement comment les assemblages combustibles américains se sont comportés dans les centrales nucléaires ukrainiennes. Plusieurs incidents ont été signalés. Mais au cours des deux ou trois dernières années, aucune information n’a été reçue de la société ukrainienne Energoatom. Nous ne savons pas si cela est dû au secret de ce type d’informations ou à l’absence d’incidents », explique Kondratiev.

Dans tous les cas, la transition vers un combustible nucléaire alternatif n’est pas un processus facile. Premièrement, il faudra obtenir la certification du nouveau carburant auprès du régulateur national, et ce n’est pas rapide. Deuxièmement, il s’agit d’un processus complexe d’un point de vue technologique, qui ne peut pas être réalisé instantanément.

Comment s’est déroulé le processus de remplacement en Ukraine ? « Au début, les centrales nucléaires ukrainiennes utilisaient un mode hybride, c’est-à-dire qu’elles chargeaient simultanément du combustible provenant de la production russe et américaine et surveillaient leur comportement. Ensuite, la part du carburant américain a été progressivement augmentée. Il y a des unités motrices qui sont complètement passées au travail avec le carburant Westinghouse », précise Sergey Kondratiev. Il doute que quiconque en Europe de l’Est ou en Finlande décide de passer du carburant russe au carburant américain du jour au lendemain par crainte d’incidents et d’accidents. «Par conséquent, si l’UE décide d’imposer une interdiction de sanctions sur l’approvisionnement en combustible nucléaire russe, cela signifiera la fermeture d’au moins une partie des réacteurs dans les 8 à 12 mois ».

Le risque d’un arrêt des réacteurs est un véritable défi

Le fait est que le ravitaillement en carburant a généralement lieu une fois tous les 18 à 24 mois. Dans ce cas, une partie du carburant est surchargée. Quand et combien de carburant a été chargé n’est pas une information publique. Mais si le combustible brûle, qu’il est déchargé et qu’il n’y a nulle part où trouver du nouveau combustible pour le chargement, cela signifiera un arrêt des réacteurs, par exemple, d’ici l’été prochain. 

L’arrêt peut être temporaire. Mais cela constituer un véritable défi. Même les autorités européennes admettent que la période des 18 mois à 24 mois à venir sera la plus difficile pour le système énergétique européen. Et la Hongrie, la République tchèque, la Finlande sont assez dépendantes de l’énergie nucléaire. « Elle représente plus de 30 à 40 % de toute la production d’électricité dans ces pays», explique l’expert de l’IEF.

Pourquoi la France était-elle du même côté que la République tchèque et la Hongrie ? Sergei Kondratiev l’explique ainsi : « En France, il n’existe pas de menace qu’il n’y ait pas de carburant technologiquement correct pour le rechargement, mais il y a une menace de hausse des prix. La Russie est un important fournisseur de combustible nucléaire pour l’Europe. Même si son carburant peut être remplacé par du français ou de l’américain, cela conduira tout de même à des prix plus élevés. Et les prix de l’uranium sont déjà à leur plus haut depuis quatre ou cinq ans. Pour la France, la hausse des prix est un problème. Plus de 75 % de sa production d’électricité vient de l’énergie nucléaire. Et une partie importante de celui-ci est vendue à des tarifs préférentiels – 35 euros par mégawattheure, soit cinq à huit fois moins que les prix du marché. Les autorités françaises se préoccupent beaucoup de la population et des entreprises. Pour l’EDF français, l’augmentation des coûts sera une mauvaise surprise».

Les Américains sont plus pragmatiques que les Européens…

De fait, les pays européens qui ont conservé le nucléaire, malgré les appels à l’abandonner après l’accident de Fukushima, sont désormais unis contre ceux qui n’en ont plus, mais qui peut être aimeraient en avoir désormais … Cependant, l’expert de l’IEF doute que l’UE décide d’imposer des sanctions contre le combustible nucléaire russe. Parce que Bruxelles est ici en avance sur les États-Unis et que l’UE répète généralement les restrictions imposées par son partenaire atlantique. Or, les États-Unis sont également assez fortement dépendants de l’approvisionnement en combustible nucléaire de la Russie (sa part est d’environ 15 %). Cependant, les Américains dans leurs sanctions semblent beaucoup plus pragmatiques : « Une interdiction de la fourniture de combustible nucléaire russe aux États-Unis n’est pas envisagée, même au niveau politique. Ni l’administration américaine, ni le Département américain de l’énergie n’en discutent. Parce qu’ils comprennent que cette interdiction les frappera plus durement que le fournisseur russe », déclare Kondratiev.

« La Russie entretient des liens étroits avec l’Ouzbékistan et le Kazakhstan, qui sont la base de matières premières. La Russie produit peu d’uranium par rapport au Kazakhstan, qui est le leader mondial. Cependant, les principales installations d’enrichissement et de production de combustible fini sont situées en Russie. Seuls quelques pays dans le monde disposent de telles technologies. Ce sont les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et la Russie », conclut le directeur adjoint de l’IEF.

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

9 Shares:
7 commentaires
  1. On achète du combustible russe pour faire plaisir à Poutine.
    Comme quand on lui a donné les JO ou la Coupe du Monde.
    Mais du moment qu’il a attaqué l’Ukraine on ne veut faire plaisir.
    Aucun problème d’approvisionnement.
    Au pire je rappelle qu’il y a des mines d’uranium en France qu’on garde en réserve stratégique.

    1. Vous avez quelque chose contre Poutine ?! A-t-il jamais agressé la France ou l’UE ? Ou bien vous n’aimez pas sa bouille ? C’est vrai qu’il est moins beau que Tom Cruise, raison pour laquelle la Russie mérite bien un boycott.

      Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer