Édouard Husson : “pourquoi la Russie a intérêt à faire durer la guerre pendant plusieurs mois”

Le retrait russe de Kherson est-il le signe d'une défaite russe ? Et, au-delà de ce retrait, comment se présente ce conflit ? Faut-il imaginer une défaite russe ou américaine ? Dans quel délai ? Édouard Husson fait le point pour nous.

Dans la pratique, plusieurs dimensions s’imposent aujourd’hui dans ce conflit. 

La première est qu’une issue rapide est peu probable, sauf à ce que des pourparlers de paix ne contribuent à clôturer rapidement les affrontements sur le terrain. Mais cette hypothèse semble peu vraisemblable. 

La deuxième est que la guerre reste la guerre : son issue est toujours incertaine. Personne ne peut aujourd’hui préjuger de l’issue des batailles. Selon le Deep State américain, l’Ukraine ne parviendra pas à “déloger” les troupes russes installées sur la rive orientale du Dniepr. En revanche, l’incertitude de la guerre rend tout possible…

La troisième est que, tôt ou tard, les Américains devront clôturer ce conflit encombrant, en négociant une issue satisfaisante, probablement au détriment du gouvernement ukrainien actuel. 

Dans cet ensemble, tout laisse à penser que la stratégie américaine consiste à découpler l’Allemagne et la Russie. 

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

6 Shares:
8 commentaires
  1. Vis à vis de l’opinion publique Russe, qui s’est sentie humiliée par les retraits de Izium et de Kherson, et qui consent un gros effort avec la mobilisation partielle, il faut que l’armée obtienne une victoire indiscutable. Cela va prendre du temps…

  2. Merci pour ces considérations sur le massacre des soldats ukrainiens (100 00 hommes…) qui laisse scandaleusement indifférents les hommes politiques occidentaux. Quant à nos médias, ils n’en parlent pas, tout à leur fable de la victoire ukrainienne inéluctable…

    1. La lecture des think tanks américains apporte un éclairage dont ne dispose pas le pékin moyen, qui du coup se contentera du couplet de moraline sensé justifier les envahisseurs de l’otan. Les think tanks, moins gènés, révèlent le pot aux roses: il s’agit de prise de contrôle de l’économie des pays prétendument libérés. Contrôle d’autant plus facile que les dollars ne coûtent rien à imprimer. Ça eut marché: 2022 marque la fin de ce manège interventionniste vieux d’un siècle et plus.

  3. L’armée n’a pas attaqué le repli des russes car les russes ont évacué les civils en même temps qui servaient de boucliers humains.
    De plus le retrait des russes a été commencé bien avant les 2 jours.

    L’avancer russe dans le Donbass est timide quand même.
    Les russes fortifient après le retrait de Kherson oui, mais ils fortifient au niveau de la Crimée donc loin derrière.
    Je doute fort que les drones iraniens impressionnent les américains.
    Les américains ont surtout peur que la guerre en Ukraine durent des années avec l’inflation qui va avec.
    Vous dites que la Russie veut faire durer la guerre et dans l’autre article que c’est l’OTAN qui fait durer.
    Actuellement les russes sont incapable d’une grande victoire militaire.
    Et l’évolution n’est pas favorable aux russes.
    Rien indique que les pertes russes sont moins importantes que les ukrainiennes.
    Il n’a été question avant de l’Ukraine dans l’OTAN.
    Le Donbass restera du côté ? Ça on verra quand la guerre sera fini.
    Pourquoi les USA négocieraient ? Ils cherchent la paix oui mais ils appellent l’Ukraine à négocier pas se substituer à l’Ukraine.
    Les allemands ont fait une erreur majeure de se mettre dépend du gaz russe, les américains ont raison de dire.

    La Russie c’est une nation bien veillante et protectrice pour vous ???

    Répondre moderated
      1. J’ai rien contre les russes dont la population qui subit aussi les conséquences de la guerre avec les sanctions, la mobilisation et la mort de soldat.
        Par contre commenter ce qui se passe sur le terrain, je ne vois pas la même chose moi.

  4. Quand l’Ukraine sera “cramée”, comme la caisse des LR en France, quand les états européens seront ruinés, à commencer par l’Allemagne, quand les anglais seront coulés et coupés d’internet, Et qu’il ne restera plus que la France et l’Italie pour sauver les derniers maffieux ukro-nazis riches comme Crésus, alors, Poutine pourra envoyer les millions de “mongols” des steppes orientales pour démilitariser l’occident russophobe.
    Quant à l’Amérique, elle fera comme en Afghanistan. L’aigle sera déplumé en plein vol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer