Pourquoi le dirigeant chinois a-t-il humilié le Premier ministre canadien?, par Gevorg Mirzayan (*)

Flagellation morale publique et humiliation… En d'autres termes, il est difficile de décrire ce qui s'est passé entre le président chinois Xi Jinping et le Premier ministre canadien Justin Trudeau. Le dirigeant chinois a sévèrement réprimandé son collègue pour avoir violé des normes diplomatiques critiques. De quoi s'agit-il et pourquoi est-ce important pour la Russie également ?

Cet article initialement publié en russe sur Politika-ru n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier.

Jusqu’à récemment, l’événement principal du sommet du G20 qui se tenait à Bali était la rencontre entre le président chinois Xi Jinping et son homologue américain Joseph Biden. Un entretien au cours duquel les parties tentaient, en quelque sorte, de réduire l’intensité des contradictions entre leurs États. Cependant, on a le sentiment que le moment important du sommet ne sera pas un dialogue de trois heures et demie entre les deux plus grandes superpuissances, mais moins d’une minute de rencontre aux pieds du camarade Xi et du Premier ministre canadien Justin Trudeau, filmés.

« Tout ce dont nous avons parlé a été divulgué »

Au cours de cette rencontre, le camarade Xi a exprimé son mécontentement envers son interlocuteur canadien que les informations, dont lui et Trudeau ont discuté face à face, aient été publiées dans la presse. « Tout ce dont nous avons discuté a été divulgué au journal. C’est inadmissible. Ce n’est pas comme ça qu’on fait les choses. Si nous parlons de franchise, alors nous devons nous respecter », a déclaré le dirigeant chinois. À ce moment, Trudeau aurait dû s’excuser auprès du chef de la RPC ou assurer qu’il trouvera certainement d’où vient la fuite et punira les responsables. Cependant, Trudeau a dit le contraire. « Nous poursuivrons un dialogue direct, ouvert et honnête. Je poursuivrai notre travail commun et constructif, mais il y aura toujours des sujets sur lesquels nous avons des désaccords », a rétorqué le Premier ministre canadien.

Le journaliste international, Abbas Juma, commente ainsi ce comportement : « Le fait que les Canadiens croient au « dialogue libre, ouvert et honnête » est merveilleux. Mais cela ressemble à une tentative d’un homme politique inadapté et dépendant, qui ne s’attendait probablement pas à une telle pression, de la part d’un collègue fort et indépendant, de quitter un sujet inconfortable ». Cependant, il y a une autre explication : Trudeau a parlé consciemment. Il a en fait clairement indiqué qu’il ne considérait pas la fuite comme quelque chose de mauvais en soi, puisque c’était un « dialogue ouvert ». 

Apparemment, c’est dans ces circonstances que le camarade Xi a mal réagi aux paroles du responsable canadien. En effet, le visage du dirigeant chinois a changé lorsque le traducteur lui a transmis les paroles de Trudeau, un regard sur le côté, les lèvres pincées : il était clair que le camarade Xi était simplement agacé par la réponse reçue. Et sans écouter Trudeau, il lui a dit : « « Si vous parlez d’un dialogue ouvert, alors créez les conditions pour cela ». Et après quoi, il a de nouveau fait un sourire diplomatique, a serré la main de Trudeau, s’est retourné, puis il est parti.

Éthique occidentale et éthique de l’Est

S’il s’agissait d’un cas isolé, alors, probablement, il pourrait être toléré d’une manière ou d’une autre. Cependant, ce n’est pas un hasard si Trudeau ne s’est pas excusé. Un certain nombre de politiciens occidentaux considèrent qu’un tel comportement est désormais la norme. Il suffit de rappeler l’épisode au cours duquel le président français Emmanuel Macron a, volontairement et délibérément, divulgué à la presse le contenu des conversations téléphoniques avec Vladimir Poutine, et qui ont eu lieu peu de temps avant le début de l’opération spéciale russe en Ukraine.

D’où cette question : pourquoi cela arrive-t-il ? Il y a plusieurs raisons à cela. 

La première est la différence de « niveau » des politiciens. En effet, en Occident, nous voyons arriver au pouvoir de plus en plus de personnalités qui sont loin, à la fois, de l’étiquette diplomatique et de l’étiquette « ordinaire » en tant que telle. « Au cours des dernières décennies, le style de la diplomatie a globalement changé. À commencer par le fait que ce ne sont pas des diplomates professionnels qui traitent les sujets, mais des politiciens, ce qui en soi est très mauvais », explique Dmitry Ofitserov-Belsky, chercheur principal à IMEMO RAS. Le fait est qu’un diplomate est une personne capable de parvenir à un accord sur une longue période, de ressentir de l’empathie pour l’ennemi et de considérer le secret comme l’un des aspects les plus importants de sa profession. Les politiciens « populistes » n’ont rien de tel. Ainsi, dans le cas de Trudeau et de Macron, l’expérience est différente, car ils considèrent le processus politique comme une sorte de « procédure de notation » soumise aux électeurs.

Surtout, et c’est une seconde raison, ils ne violent aucune loi dans cette démarche. Pour Kira Sazonova, avocate internationale, et professeure associée au RANEPA, « sur les spécificités du processus de négociation, les normes de confidentialité sont établies par les parties d’un commun accord ; il n’y a pas de réglementation unique ».  Il ne s’agit pas tant d’une nouvelle norme, mais d’une nouvelle réalité de l’information dans laquelle vivent à la fois les gens ordinaires et les politiciens de haut rang. La vie privée devient de plus en plus difficile à maintenir, et la sphère politique ne fait pas exception.  En fait, tout dépend de la manière dont tel ou tel politicien définit lui-même l’étendue de ce qui est permis. Il ne s’agit pas tant d’une réglementation juridique que d’une réglementation éthique. L’éthique de Macron et de Trudeau le permet, contrairement à l’éthique de l’Est. « Dans les pays asiatiques, y compris au Moyen-Orient, certaines normes de comportement et d’étiquette sont adoptées lors des contacts avec les responsables gouvernementaux. Une partie de cette étiquette consiste à garder les informations secrètes. L’éthique de la négociation comprend la non-divulgation de son contenu et, en général, le laconisme. Bien sûr, chaque pays a ses propres caractéristiques : en Libye, les gens sont plus émotifs, et dans les monarchies du Golfe, ils sont plutôt retenus – mais la divulgation des négociations est inacceptable », souligne la politologue, experte du RIAC, Elena Suponina. 

Vladimir Avatkov, chef du département de l’Est proche et post-soviétique de l’INION RAS, professeur à l’Académie diplomatique du ministère russe des Affaires étrangères se range à cet avis. « À l’Est, un tel comportement est inacceptable. Il existe deux concepts idéologiques et de valeurs fondamentaux : le respect et la justice. Les opposants peuvent être en désaccord les uns avec les autres sur de nombreuses questions, entrer en opposition frontale dans des conflits et des guerres. Mais l’honneur et la dignité sont toujours au premier plan et ne sont jamais remis en question »… 

Sans visage, il n’y a pas de communication

Bien évidemment, cela ne signifie pas que l’Est ne commette pas de telles fuites. Mais elles sont effectuées de façon différente, en prenant soin que celui qui a organisé la fuite ne perde pas la face. Elena Suponina rappelle « qu’il y a eu des scandales majeurs liés à des fuites dans ce même Moyen-Orient. Mais elles se sont déroulées dans le cadre d’activités de services spéciaux, d’enquêtes journalistiques ou d’actions de pirates informatiques. On peut citer le scandale « Wikileaks », l’enquête d’un mystérieux groupe international de journalistes avec le soi-disant « dossier Pandora » ou encore le « dossier Panama », qui a révélé en détail les affaires financières de nombreux dirigeants, y compris ceux du Moyen-Orient. Mais tout cela n’était pas des fuites de négociateurs de haut rang ». 

Ce respect a sa logique, car perdre la face là-bas se traduit par une perte de communication, complète et absolue. Elena Suponiva poursuit : « Dans les monarchies du Golfe, la personne qui a commise une fuite est punie très simplement : elle est isolée et ignorée. Elle perd ses contacts, on ne lui répond plus au téléphone. Ceux qui interagissent avec l’Est le savent et essaient d’éviter de telles situations ». En effet, au Moyen-Orient, comme dans de nombreux pays asiatiques, beaucoup de négociations se construisent non pas sur l’interaction des institutions, mais sur les contacts personnels. Ainsi, selon Suponina, les actions du même Trudeau par rapport à Xi ou de Macron par rapport à Poutine, ne sont pas une nouvelle norme de la diplomatie, mais plutôt un manque d’éducation et de compréhension de la façon de faire des affaires.

Cependant, il existe une troisième version qui n’est ni la norme de la diplomatie, ni même le manque d’éducation : c’est la compréhension qu’il n’y aura de toute façon pas de secret, et donc que la confidentialité sera encore violée. Car Macron et Trudeau voudront rendre compte des négociations à leurs « supérieurs ». « Ils ont agi en tant que représentants et intermédiaires. Ils ne parlaient pas seulement en leur propre nom. Pratiquement rien ne dépend ni de la France ni du Canada, même en ce qui concerne les intérêts de ces pays. Par conséquent, le fait que le contenu des négociations soit tenu secret n’était pratiquement pas prévu », explique Dmitry Ofitserov-Belsky.

La remise en question des négociation secrètes

Quelle que soit la version correcte (et peut-être que les trois sont vraies), le comportement de Macron et Trudeau remet en cause l’opportunité de tenir des négociations secrètes avec des dirigeants occidentaux « populistes, dépendants et infantiles ». Au moins jusqu’à ce qu’ils mûrissent diplomatiquement. 

Pour le journaliste Abbas Juma, « si les parties (et plus encore les dirigeants des pays) conviennent à l’avance que la conversation est confidentielle, alors elle devrait être confidentielle. C’est le cas aussi bien à l’Ouest qu’à l’Est. Il y a des règles. La partie fermée est la partie fermée dans n’importe quelle langue. La partie ouverte – la conférence de presse – est réservée aux journalistes ».

(*) Professeur agrégé, Université financière.

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

22 Shares:
3 commentaires
  1. Des guignols. Moins un dirigeant de l’ouest a voix au chapitre et plus il la ramène en mode Bozo le clown. C’est ennuyeux pour nous Français. Enfin. Ça devrait nous peiner, nous conduire à sanctionner le dirigeant en question. Dans les faits pas vraiment, nous vivons dans la même fantaisie de bouffon.

  2. Je dis ce qui me plaît, je fais ce qui me plaît, est la devise de ces leaders incompétents. Bien sûr ils ne disent pas ce qu’ils font réellement pas plus qu’ils font ce qu’ils disent. Ils prônent la transparence partout et se mêlent de tout pour leur propre gloire. Pas de stratégie, pas d’objectifs, pas de résultat.

  3. Bientôt en France et sans doute au Canada, nous aurons des missiles vengeurs sur lesquels seront écrits les mots : “Malheur aux pays dont les princes sont des enfants”.
    50 000 parisiens du 7ème et 1 million d’habitants de la capitale canadienne, ne devront pas s’étonner quand messieurs Poutine et Xi Jinping annonceront que ce qu’ils disent, ils le font.
    Pauvres parisiens, pauvres canadiens, vous ne méritez pas de vous assoir aux tables de négociations du nouveau monde multipolaire. Game Over. Pour vous, le jeu est terminé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer