Exclusif : une partie de la magistrature prête à se rebeller contre la dictature sanitaire ?

Selon nos informations, une partie de la magistrature se montrerait réceptive aux arguments des organisations non-vax qui contestent la dictature sanitaire mise en place à l'occasion du COVID. Des discussions entre organisations représentatives pourraient avoir lieu pour identifier des pistes communes de travail.

Selon nos informations, une partie de la magistrature se montre réceptive à certains arguments contestant la dictature sanitaire. Peut-être certains magistrats pourraient-ils même réhabiliter l’image de leur corps, si ternie par sa soumission aveugle aux injonctions gouvernementales, en ouvrant un dialogue constructif avec des organisations non-vax, et tout particulièrement une organisation représentative des soignants suspendus. 

Une demande discrète formulée par une organisation de soignants suspendus

Initialement, les contacts ont été pris par le mouvement “force syndicale hospitalière”, un nouveau syndicat dédié à la cause des non-vaccinés. Ce syndicat avait adressé une lettre ouverte aux magistrats récemment. 

Selon nos informations, le nouveau bureau de l’Union Syndicale de la Magistrature (USM) pourrait se montrer réceptive à ces appels. 

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

171 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer