La « sagesse asiatique » pour insuffler de la stabilité à la gouvernance mondiale, par Zhu Feng (*)

Avec le sommet de l'ASEAN et les réunions des dirigeants sur la coopération en Asie de l'Est, le sommet du G20 et la réunion des dirigeants économiques de l'APEC qui se sont tenus successivement récemment, un « moment asiatique » pour la gouvernance mondiale est devenu le centre d'attention de la communauté internationale.

Cet article initialement publié en anglais sur Global Times n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier.

(*) L’auteur est professeur de relations internationales à l’Université de Nanjing.

Alors que le monde souffre d’un déficit croissant de paix, de gouvernance et de sécurité, le « moment asiatique » insufflera sans aucun doute l’espoir aux pays de renforcer leur coopération et de faire face ensemble aux difficultés et aux défis. Le fait que les pays asiatiques puissent maintenir l’amitié, l’unité, les avantages mutuels et des résultats gagnant-gagnant, comme toujours, est la garantie fondamentale pour que la région continue à jouer un rôle constructif et apporte une plus grande contribution à la gouvernance mondiale.

Trente années de paix dans la région qui ont permis la prospérité économique

Depuis la fin de la guerre froide, l’Asie de l’Est (y compris la Chine, le Japon, la Corée du Sud et les dix pays de l’ASEAN) est non seulement la région du monde qui connaît la croissance la plus rapide, mais aussi la région la plus sûre et la plus pacifique. 

De 1991 à aujourd’hui, l’Asie de l’Est n’a connu aucun conflit militaire ou de guerre régionale depuis 30 ans. Elle est devenue l’un des trois principaux centres économiques cruciaux du monde, aux côtés de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Au cours des trois dernières décennies, la coopération, l’ouverture et la solidarité entre les pays asiatiques sont devenues un moteur stratégique important pour la stabilité et la prospérité de l’Asie de l’Est.

En tant qu’organisation sous-régionale la plus représentative et la plus cohérente, l’ASEAN a joué un rôle constructif dans la politique régionale asiatique de l’« après-guerre froide ». Elle met l’accent sur la centralité asiatique. Toutefois, le « jeu politique » des grandes puissances ne changera pas fondamentalement. Les États-Unis tentent toujours de dominer l’ordre politique et sécuritaire régional. Dans ce contexte, l’ASEAN devrait jouer un rôle constructif dans le domaine diplomatique pour éviter les divisions géopolitiques et géoéconomiques.

Le Code de « bonne conduite pour la mer de Chine » : un mécanisme de dialogue constructif

La coopération en Asie est également un facteur clé pour la stabilité en mer de Chine méridionale. L’année 2022 marque le 20e anniversaire de la signature de la « Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale ». La Chine et l’ASEAN ont approuvé le cadre d’un code de conduite (COC) pour la mer de Chine méridionale en 2017 et sont parvenues, ensemble, à une ébauche unique d’un texte en 2018. En raison de la pandémie, le processus de négociation est au point mort. 

Mais le mécanisme sur les questions de la mer de Chine méridionale – y compris les dialogues et les négociations du COC – a renforcé la confiance politique mutuelle entre la Chine et les pays de l’ASEAN. Cela a promu le dialogue et la coopération de toutes les parties impliquées dans les eaux maritimes, et joué un rôle clé dans le maintien de la stabilité en mer de Chine méridionale. 

Il en est résulté un environnement politique favorable à l’enrichissement et à l’amélioration du partenariat stratégique global Chine-ASEAN. Aujourd’hui, la question de la mer de Chine méridionale n’est plus une simple question de maintien de la stabilité. Il s’agit davantage de promouvoir la gouvernance marine, la protection de l’environnement et de l’écologie, et de transformer les eaux maritimes en une mer de paix, d’amitié et de coopération entre toutes les parties. 

Les 20 années qui se sont écoulées depuis la signature de la Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale ont pleinement prouvé que la Chine et les pays de l’ASEAN ont toute la confiance et la sagesse nécessaires pour gérer la question de la mer de Chine méridionale. 

Gérer correctement des problèmes similaires et aller de l’avant tout en gardant l’unité sont les fondements pour garantir que la région asiatique joue un rôle plus important dans la gouvernance mondiale. Grâce aux efforts conjoints, la Chine et l’ASEAN ont maintenu des relations politiques, économiques et sociales diverses et solides. Elles ont partagé des points de vue communs sur la situation internationale. 

Ces relations, qui ont connu une profonde intégration dans les intérêts de la sécurité et du développement, sont devenues le facteur le plus actif derrière le « moment asiatique » pour la gouvernance mondiale. 

Le jeu perturbateur des Etats-Unis et des pays qui lui sont affiliés

Cependant, il convient de noter que lorsque la gouvernance mondiale a inauguré le « moment asiatique », les États-Unis intensifiaient encore leurs efforts pour réprimer et contenir la Chine. La diplomatie régionale du Japon, de la Corée du Sud et d’autres pays montre également une tendance négative en se joignant au « procès américain ». 

L’ordre régional en Asie est confronté à une situation grave dans laquelle un petit nombre de pays tentent de promouvoir la confrontation de blocs et de saper les règles économiques et commerciales régionales de coopération ouverte et libre. A cet égard, les pays asiatiques doivent rester très vigilants. Les changements et les bouleversements actuels dans le monde exigent en particulier la « sagesse asiatique » pour apporter la stabilité. Il est donc nécessaire que les pays asiatiques se donnent la main et apportent des « solutions asiatiques ».

Les pays de l’ASEAN accueillent successivement trois grands sommets régionaux et internationaux. Cela représente un « temps fort » des pays asiatiques, démontrant « l’esprit asiatique » de solidarité et d’entraide, la « sagesse asiatique » d’harmonie, de symbiose et d’apprentissage mutuel des civilisations, et le « chemin » vers un véritable multilatéralisme. 

Au cours de cette période, le partenariat stratégique global Chine-ASEAN et la solidarité des pays asiatiques au sens large rendront glorieux le « moment asiatique » de la gouvernance mondiale. 

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

4 Shares:
2 commentaires
  1. Dites, ça cogne dur en ce moment chez vous, c’est sans doute un exemple de la “sagesse asiatique”. Pendant un temps je ne serais cru au milieu des gilets jaunes., mais l’uniforme blanc des cogneurs m’a vite rassuré : je voyais tout simplement des infirmiers remettant à la raison des égarés mentaux pour leur plus grand bien. Ouf !

  2. Sagesse asiatique ! On croit rêver. Il faut vraiment ne jamais avoir vécu en Asie pour y croire et colporter cette légende. Hein Eric… La “sagesse” asiatique, ce n’est que des trahisons envers les occidentaux au fil du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer