6 avril 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

Remaniement ministériel annoncé pour mercredi prochain

Comme nous l’indiquions courant février, le tournant du 15 mars annonce un remaniement ministériel. Il aurait finalement lieu le 26 mars, et serait d’une ampleur encore difficile à estimer.  

Mardi prochain, plusieurs postes de ministres seront à pourvoir: celui des Affaires Européennes, avec la démission de Nathalie Loiseau qui doit être investie tête de liste d’En Marche lundi soir prochain, et un secrétariat d’État à l’Écologie rendu vacant par le parachutage de Brune Poirson à l’ONU. Pour ces seules raisons, Emmanuel Macron devrait pourvoir à ces deux postes dès mercredi prochain. 

En profitera-t-il pour remplacer les candidats à la mairie de Paris, comme Benjamin Griveaux ou Mounir Mahjoubi? Nul ne le sait à ce stade, et selon nos informations, l’état d’épuisement et de nervosité du chef de l’État ne le pousse guère à la collégialité des décisions…

En profitera-t-il pour mener un remaniement politique de plus grande ampleur, permettant de mener le virage politique que les Français attendent? Même si nous n’approuvons guère l’orientation demandée par les Français, une accélération du calendrier serait salutaire pour le Président de la République, selon nous. Mais là encore, il n’est pas sûr qu’Emmanuel Macron soit encore en position de l’entendre.

Les deux grandes inconnues du remaniement ministériel

Deux inconnues restent particulièrement à trancher dans ce remaniement. 

La première concerne Christophe Castaner, désormais dans le collimateur de l’opposition et de la presse. Le bon sens plaide en faveur de son éviction surtout si le prochain samedi donne lieu à de nouveaux troubles (hypothèse que nous ne retenons pas). 

La seconde concerne Édouard Philippe, dont le départ pourrait être un symbole fort et un calcul politique judicieux. Mais, peu à peu, se dessine un président qui peine à trancher les têtes dans son entourage.