🎖AprĂšs sa campagne pour la destitution de Macron, Asselineau rattrapĂ© par sa propre patrouille

RĂ©union publique du parti “Union Populaire RĂ©publicaine” Ă  la maison du peuple de Belfort, dans le cadre de l’Ă©lection lĂ©gislative partielle des 28 janvier et 4 fĂ©vrier 2018, en prĂ©sence de François Asselineau (prĂ©sident-fondateur de l’UPR), Vincent Brousseau et Charles-Henri Gallois, Jonathan Vallart (candidat) et Aurore MacĂ© (supplĂ©ante).

François Asselineau, prĂ©sident de l’Union Populaire RĂ©publicaine (UPR) a menĂ© une campagne virale pour la destitution d’Emmanuel Macron, Ă  qui il reprochait de nombreux manquements. Mais, visiblement mis en minoritĂ© par son propre bureau politique, il semble moins enclin Ă  la destitution. Ou comment jouer aux chevaliers blancs peut ĂȘtre un piĂšge douloureux. 

Il Ă©tait difficile de passer Ă  cotĂ© de la campagne virale menĂ©e par François Asselineau pour demander la destitution d’Emmanuel Macron. Celle-ci, largement relayĂ©e par ses partisans (de notre point de vue trĂšs fanatisĂ©s) sur les rĂ©seaux sociaux, a donnĂ© lieu Ă  une communication forcenĂ©e. On retiendra par exemple ce communiquĂ© de presse :

Bien diffĂ©rente d’une banale motion de censure est la procĂ©dure de destitution de Macron, qui peut ĂȘtre enclenchĂ©e par seulement 58 dĂ©putĂ©s ou 35 sĂ©nateurs en application de l’article 68 de la Constitution, et qui permettra :

 » de faire connaĂźtre aux Français et au monde les violations multiples de notre loi fondamentale auxquelles Macron, et plus largement l’exĂ©cutif, se livrent sans vergogne,
 » d’obliger la macronie, ainsi mise en accusation, de s’expliquer sur ces violations,
 » d’installer durablement un dĂ©bat dans l’opinion sur l’inaptitude de Macron Ă  exercer sa fonction de PrĂ©sident de la RĂ©publique,
 » d’ouvrir la voie Ă  la satisfaction de l’une des revendications fondamentales des « Gilets jaunes » qui est le dĂ©part de Macron,
 » de mettre un coup d’arrĂȘt Ă  la dĂ©sinvolture, dĂ©sormais Ă©vidente aux yeux des Français, avec laquelle leur Constitution est traitĂ©e par la classe politique française, et en particulier par le PrĂ©sident de la RĂ©publique, garant en thĂ©orie de nos institutions.

Il avait la dent dure contre le PrĂ©sident, notre François Asselineau national, grand adepte du Frexit et, au passage, ancien collaborateur de cabinet sous la droite, notamment de Charles Pasqua. L’essentiel de sa croisade, l’intĂ©ressĂ© l’a menĂ©e le thĂšme des valeurs et de la morale souverainiste… Un parti pris qui peut jouer de vilains tours quand on n’est pas soi-mĂȘme irrĂ©prochable. 

Asselineau mis en difficultĂ© dans son parti…

Et paf ! il semblerait que ledit Asselineau se soit pris les pieds dans le tapis en interne, comme le fait remarquer le Figaro avec malice. Une regrettable indiscrĂ©tion a portĂ© sur un bureau du Figaro la lettre qu’une “Ă©crasante” majoritĂ© de cadres du parti lui a Ă©crite pour demander sa dĂ©mission. Le courrier en question n’est effectivement pas tendre. 

En cause, la fuite le 10 avril dernier sur les rĂ©seaux sociaux Facebook et Pinterest d’un ensemble de documents, supprimĂ©s depuis, intitulĂ©s «Asselineauleaks». Des mails privĂ©s, des lettres de dĂ©missions, ainsi que des clichĂ©s censĂ©s dĂ©montrer des tentatives de sĂ©duction, appuyĂ©es et rĂ©pĂ©tĂ©es, de François Asselineau envers deux collaborateurs, dont les embauches, selon les tĂ©moignages produits, n’auraient Ă©tĂ© dictĂ©es que par ce seul objectif. Le premier, employĂ© de juillet Ă  dĂ©cembre 2018, aurait alarmĂ© plusieurs cadres en interne des agissements du prĂ©sident de l’UPR, Ă  la fin de son contrat, sans que le bureau national ne s’en saisisse.

Du harcĂšlement homosexuel Ă  l’UPR ? Si cela est vrai, l’affaire, ou plutĂŽt ces affaires, devraient constituer un vrai handicap pour le PrĂ©sident et lui coĂ»ter cher Ă  deux ans des prĂ©sidentielles. Si cela est faux, Asselineau a tout intĂ©rĂȘt Ă  rapidement porter plainte pour diffamation et Ă  faire valoir ses arguments. 

La rĂ©ponse qu’Asselineau a fournie tiendrait sur 5 pages qui ne semblent guĂšre avoir convaincu ceux qui l’ont lue. De la difficultĂ© de gĂ©rer les crises morales quand on est un chevalier blanc. 

Dans tous les cas, l’opĂ©ration risque de torpiller en beautĂ© une candidature atypique classĂ©e Ă  droite, et que nous avons toujours considĂ©rĂ©e comme, au contraire, trĂšs Ă  gauche par son Ă©tatisme. 

La newsletter du jour

Tous les jours, le récapitulatif des articles du Courrier des StratÚges

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialitĂ© pour plus d’informations.

1 Shares:
3 commentaires
  1. fanatisĂ©s? si ĂȘtre fanatisĂ© c’est de retrouver une France souveraine afin que plus aucun français ne crĂšve de faim ou ne meurt Ă  cause de notre appartenance Ă  l’Europe qui nous rend pauvre et Ă  L’OTAN qui tue des innocents ? alors j’accepte d’ĂȘtre traitĂ© de fanatisĂ©.

      1. Et l’auteur de cet article l’a manifestement Ă©crit bien confortablement installĂ© dans son bureau… Quant on a un media qui prĂ©tend avoir un temps d’avance sur tous les autres, on prend la peine de faire des investigations de terrain. Il y a eu un putsch Ă  l’UPR oĂč certains se voyaient dĂ©jĂ  calife Ă  la place du calife… Un classique en politique qui semble vous avoir Ă©chappĂ©.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer
Lire la suite

Les patrons allemands expliquent leur stratégie pour tirer profit de la France et des Français

Edouard Husson s’interroge aujourd’hui sur l’avenir du couple franco-allemand, et sur l’instrumentalisation consciente de cette relation au service de l’industrie et de l’Ă©conomie d’Outre-Rhin. Ces Ă©lĂ©ments cyniques sont dĂ©voilĂ©s par les documents stratĂ©giques du patronat industriel allemand, qui ne cache pas son intention d’utiliser la relation avec la France pour augmenter ses profits et son emprise sur l’Europe. Le patronat allemand cadre, sept mois avant les Ă©lections, la politique Ă©conomique
Lire la suite

Affaire Kohler : comment, jour aprĂšs jour, Macron affaiblit dangereusement la justice et l’État

Mediapart vient de rĂ©vĂ©ler qu’Alexis Kohler, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral, a Ă©tĂ© mystĂ©rieusement blanchi l’Ă©tĂ© dernier par le Parquet GĂ©nĂ©ral Financier, crĂ©Ă© par François Hollande aprĂšs l’affaire Cahuzac. Ses apparents conflits d’intĂ©rĂȘt ont finalement fait l’objet d’un classement sans suite. DĂ©cidĂ©ment, Macron sera allĂ© trĂšs loin dans la violation des principes de la dĂ©mocratie libĂ©rale et dans l’affaiblissement de nos institutions. Avec l’affaire Kohler, la VĂš RĂ©publique atteint probablement un point de
Lire la suite

Olivier Galland : L’écologie politique nous amĂšne-t-elle sur la route de la servitude?

( Nous remercions L’auteur et le site Telos-eu de nous permettre de republier cet article ) Friedrich Hayek fit paraĂźtre La Route de la servitude en 1944 alors que la Seconde Guerre mondiale n’était pas encore arrivĂ©e Ă  son terme. Cet ouvrage soutenait la thĂšse iconoclaste que, malgrĂ© leurs divergences sur d’autres points, le nazisme et le communisme avaient une racine commune dans leur haine du libĂ©ralisme et de l’individualisme. Il
Lire la suite

Sur l’auto-amnistie, le gouvernement a reculĂ© face au risque de polĂ©mique

Le gouvernement avait esquissĂ© une manoeuvre pour faire adopter au Parlement une disposition d’auto-amnistie sur les questions liĂ©es au dĂ©confinement. Finalement, il a fait marche arriĂšre, face aux habiles manoeuvres de la droite au SĂ©nat, et face au tollĂ© qui menaçait. Finalement, la loi d’amnistie qu’on craignait n’a pas eu lieu. Le gouvernement a fait machine arriĂšre et a renoncĂ© Ă  faire voter une loi d’impunitĂ© pour les opĂ©rations menĂ©es

Programme LREM aux europĂ©ennes: la technostructure est Ă  l’oeuvre en coulisses

Le programme LREM aux europĂ©ennes est en cours de confection. Le travail d’Ă©laboration est discret. Il fait la part belle Ă  la technostructure, qui compte bien s’appuyer sur la majoritĂ© prĂ©sidentielle pour dĂ©fendre ses intĂ©rĂȘts. Le Parisien a le bon goĂ»t d’en dĂ©tailler quelques arcanes. Il faut absolument lire l’article de ce dimanche que le Parisien consacre Ă  la prĂ©paration des Ă©lections europĂ©ennes et surtout du programme au sein de

85 mĂ©decins dĂ©noncent la bureaucratie de l’AP-HP

L’AP-HP, dirigĂ©e par l’ancien membre du gouvernement Martin Hirsch, grand dĂ©fenseur du “tout sĂ©curitĂ© sociale”, est-elle victime de sa complexitĂ© administrative et de sa bureaucratie? C’est ce que soutiennent 85 praticiens hospitaliers de l’Ă©tablissement parisien dans une tribune parue dans le Journal du Dimanche. La tribune du Journal du Dimanche signĂ©e par 85 praticiens hospitaliers a un mĂ©rite: elle rappelle que les dĂ©fenseurs, comme Martin Hirsch, du “tout sĂ©curitĂ© sociale”, sont d’abord