🎖Premières inquiétudes sur la solidité des banques françaises

La solidité des banques françaises va-t-elle, comme à chaque crise majeure, devenir un sujet d’inquiétude et appeler à un sauvetage coordonné par l’État ? On n’en est pas encore là, mais les premiers signaux de préoccupation viennent d’être émis par l’agence de notation Standard and Poor’s. La mécanique ressemble à ce qu’on avait connu en 2008…

Dès le début de la crise, les banques françaises se sont empressées de communiquer sur leur solvabilité, leur solidité, leur bonne santé, etc. Comme toujours, en communication, on n’énonce que ce qui ne coule pas de source. 

Les banques françaises ont déjà obtenu des assouplissements réglementaires

Rappelons que, depuis plusieurs semaines (c’est-à-dire bien avant qu’on ne parle de confinement), les banques françaises n’ont pas dit non, et ont même vivement souhaité, un assouplissement des normes comptables dites IFRS qui les oblige à constituer des fonds propres en rapport avec leur prise de risque. 

Au passage, les assureurs-vie français ont obtenu de Bercy une mesure équivalente : l’intégration partielle dans leurs fonds propres des bénéfices appartenant aux clients Cette opération de passe-passe n’est pas très glorieuse, mais elle est passée inaperçue et a bien aidé des institutions épuisées par les taux négatifs. 

Les agences de notation dégradent la note des banques françaises

Ces choix réglementaires ont un effet pervers : ils encouragent à la prise de risque inconsidérée en rendant celle-ci moins coûteuse pour le banquier. Ce faisant, les bilans des banques devraient se dégrader mécaniquement, dans un contexte de crise mondiale et de risque accru. 

Sans surprise donc, Standard & Poor’s a pris une première mesure d’avertissement sur la situation des banques :

“Si nous nous attendons à ce que les banques en France restent résistantes face à ce choc économique de court terme, nous pensons qu’il aura un impact important sur la qualité des actifs, le chiffre d’affaires, la rentabilité, la liquidité et éventuellement, la capitalisation”, a indiqué l’agence.

“Nous pensons que très peu de ces tendances négatives devraient être visibles dans les résultats du premier trimestre des banques françaises mais nous envisageons qu’elles deviennent de plus en plus évidentes au cours de l’année 2020 et qu’elles persistent en 2021.”

Cette anticipation pousse Standard & Poor’s à dégrader de “stable” à “négative” la perspective des notes de crédit de BNP Paribas, Crédit Agricole, BPCE, Natixis et Crédit Mutuel. La perspective sur la note de Société générale reste à “stable”, l’agence l’ayant déjà abaissée au début du mois.

Premières pertes retentissantes des banques françaises

Si ces dégradations de note vers une perspective “négative” ne doivent pas inquiéter outre mesure (il s’agit d’un début de processus qui continuera tout au long de 2020), on ne peut ignorer que les premières pertes arrivent dans nos banques. 

Nous avons évoqué hier la déconvenue pour certaines banques françaises frappées par la faillite d’un courtier de Singapour qui avait emprunté 4 milliards $. Nous pouvons aussi citer les pertes subies par la Société Générale (tiens, tiens!) sur le marché des produits dérivés. 

Selon les informations récoltées par ‘Bloomberg’ auprès de personnes proches de la banque rouge et noire, la SocGen aurait perdu entre 150 et 200 ME sur ses dérivés actions au cours des trois premiers mois de l’année. L’établissement aurait notamment souffert de son exposition aux contrats à terme sur les dividendes. Ces derniers sont des produits dérivés que les investisseurs utilisent pour spéculer sur les dividendes que les entreprises versent à leurs actionnaires. La multiplication des annonces de report ou de suspension de paiements en raison de la crise du Covid-19 a logiquement pesé sur ces produits.

Une fois de plus, les opérations sur les marchés dérivés suscitent donc des inquiétudes et des pertes… Nous pronostiquons que nous ne sommes qu’au début des déconvenues. 

La newsletter du jour

Tous les jours, le récapitulatif des articles du Courrier des Stratèges

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

14 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer
Lire la suite

[PAYANT] L’intérêt des droites est une Valérie Pécresse à moins de 10%

Les Droites de Husson n°42: (1) Les candidats déjà présents en 2017 seront-ils vraiment en tête; (2) Le syndrome du 21 avril 2002 – vingt ans après. (3) Valérie Pécresse: pourquoi il faut souhaiter son naufrage électoral. Les 3 candidats déjà présents en 2017 seront-ils vraiment en tête? A 9 jours du scrutin, petit point sur le top 5 : – Macron reste largement en tête, mais dynamique ↘️ –

Ismaël Émélien: le chaînon manquant entre strauss-kahniens, Sciences Potards, grandes moustaches et macronie

Ismaël Émélien, conseiller spécial de Macron, fuit les médias. Il joue pourtant un rôle essentiel auprès du président, dont la profondeur et l’intensité apparaissent au fil des affaires qui émaillent désormais la vie de la macronie. Voici un résumé de ce que nous savons de lui. Nous avons plusieurs fois évoqué le rôle essentiel d’Ismaël Émélien dans la macronie. Un portrait dressé par Le Monde permet d’enrichir le point de
Lire la suite

“Essayez la liberté dans les relations de travail, je suis certain que ça va vous plaire !“

Seul le mérite doit prévaloir dans les relations de travail. Un mauvais employé ne trouvera pas de boulot, pas plus que le mauvais boulanger ne vendra de pain. Il vaut mieux accompagner les projets individuels en favorisant l’initiative. La liberté d’entreprendre doit remplacer le travail salarié. Le modèle social français c’est le salariat avec un pacte social qui repose sur l’échange “protection contre subordination” couplé d’une législation protectrice (réglementation stricte

Bellamy est-il le souffre-douleur de Laurent Wauquiez?

Le décryptage des rapports entre François-Xavier Bellamy, tête de liste de LR aux Européennes, et Laurent Wauquiez, mériterait un bon colloque scientifique. Relativement inexistant dans les médias, Bellamy tient des propos d’une naïveté confondante qui en disent long sur ce qui se passe dans son propre camp. Manifestement, Laurent Wauquiez prend un malin plaisir à lui imposer des humiliations publiques, et Bellamy prend un malin plaisir à les recevoir… Laurent

Le nouveau préfet de police est-il déjà une erreur de casting?

Le nouveau préfet de police de Paris, Didier Lallement, n’a pas la réputation d’être un tendre. Il n’est pas un pur produit de la préfectorale, puisqu’il a notamment été secrétaire général du ministère de l’Écologie et a fait différents passages dans des cabinets ministériels de gauche. Surtout, selon Marianne, il se traîne une casserole qui pourrait gêner rapidement le Président de la République. Didier Lallement n’est pas un inconnu complet.
Lire la suite

🎖Abonnés : chez LREM, ça claque sévère à Paris

Chez LREM, les municipales parisiennes ne sont pas de tout repos. À peine Agnès Buzyn était-elle rembarquée dans le XVIIè arrondissement pour conduire une campagne abandonnée par Benjamin Griveaux peu de temps avant la bataille que deux nouvelles secousses perturbaient les plans jusque-là établis. LREM n’en finit pas de nager dans les troubles électoraux. Ainsi, à peine Agnès Buzyn était-elle désignée comme nouvelle tête de liste, que Gaspard Gantzer, l’ancien