lun. Août 3rd, 2020

🎖Premières inquiétudes sur la solidité des banques françaises

La solidité des banques françaises va-t-elle, comme à chaque crise majeure, devenir un sujet d'inquiétude et appeler à un sauvetage coordonné par l'État ? On n'en est pas encore là, mais les premiers signaux de préoccupation viennent d'être émis par l'agence de notation Standard and Poor's. La mécanique ressemble à ce qu'on avait connu en 2008... Dès le début de la crise, les banques françaises se sont empressées de communiquer sur leur solvabilité, leur solidité, leur bonne santé, etc. Comme toujours, en communication, on n'énonce que ce qui ne coule pas de source. Les banques françaises ont déjà obtenu des assouplissements réglementaires Rappelons que, depuis plusieurs semaines (c'est-à-dire bien avant qu'on ne parle de confinement), les banques françaises n'ont pas dit non, et ont même vivement souhaité, un assouplissement des normes comptables dites IFRS qui les oblige à constituer des fonds propres en rapport avec leur prise de risque. Au passage, les assureurs-vie français ont obtenu de Bercy une mesure équivalente : l'intégration partielle dans leurs fonds propres des bénéfices appartenant aux clients Cette opération de passe-passe n'est pas très glorieuse, mais elle est passée inaperçue et a bien aidé des institutions épuisées par les taux négatifs. Les agences de notation dégradent la note des banques françaises Ces choix réglementaires ont un effet pervers : ils encouragent à la prise de risque inconsidér
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter