🎖Premières inquiétudes sur la solidité des banques françaises

La solidité des banques françaises va-t-elle, comme à chaque crise majeure, devenir un sujet d’inquiétude et appeler à un sauvetage coordonné par l’État ? On n’en est pas encore là, mais les premiers signaux de préoccupation viennent d’être émis par l’agence de notation Standard and Poor’s. La mécanique ressemble à ce qu’on avait connu en 2008…

Dès le début de la crise, les banques françaises se sont empressées de communiquer sur leur solvabilité, leur solidité, leur bonne santé, etc. Comme toujours, en communication, on n’énonce que ce qui ne coule pas de source. 

Les banques françaises ont déjà obtenu des assouplissements réglementaires

Rappelons que, depuis plusieurs semaines (c’est-à-dire bien avant qu’on ne parle de confinement), les banques françaises n’ont pas dit non, et ont même vivement souhaité, un assouplissement des normes comptables dites IFRS qui les oblige à constituer des fonds propres en rapport avec leur prise de risque. 

Au passage, les assureurs-vie français ont obtenu de Bercy une mesure équivalente : l’intégration partielle dans leurs fonds propres des bénéfices appartenant aux clients Cette opération de passe-passe n’est pas très glorieuse, mais elle est passée inaperçue et a bien aidé des institutions épuisées par les taux négatifs. 

Les agences de notation dégradent la note des banques françaises

Ces choix réglementaires ont un effet pervers : ils encouragent à la prise de risque inconsidérée en rendant celle-ci moins coûteuse pour le banquier. Ce faisant, les bilans des banques devraient se dégrader mécaniquement, dans un contexte de crise mondiale et de risque accru. 

Sans surprise donc, Standard & Poor’s a pris une première mesure d’avertissement sur la situation des banques :

“Si nous nous attendons à ce que les banques en France restent résistantes face à ce choc économique de court terme, nous pensons qu’il aura un impact important sur la qualité des actifs, le chiffre d’affaires, la rentabilité, la liquidité et éventuellement, la capitalisation”, a indiqué l’agence.

“Nous pensons que très peu de ces tendances négatives devraient être visibles dans les résultats du premier trimestre des banques françaises mais nous envisageons qu’elles deviennent de plus en plus évidentes au cours de l’année 2020 et qu’elles persistent en 2021.”

Cette anticipation pousse Standard & Poor’s à dégrader de “stable” à “négative” la perspective des notes de crédit de BNP Paribas, Crédit Agricole, BPCE, Natixis et Crédit Mutuel. La perspective sur la note de Société générale reste à “stable”, l’agence l’ayant déjà abaissée au début du mois.

Premières pertes retentissantes des banques françaises

Si ces dégradations de note vers une perspective “négative” ne doivent pas inquiéter outre mesure (il s’agit d’un début de processus qui continuera tout au long de 2020), on ne peut ignorer que les premières pertes arrivent dans nos banques. 

Nous avons évoqué hier la déconvenue pour certaines banques françaises frappées par la faillite d’un courtier de Singapour qui avait emprunté 4 milliards $. Nous pouvons aussi citer les pertes subies par la Société Générale (tiens, tiens!) sur le marché des produits dérivés. 

Selon les informations récoltées par ‘Bloomberg’ auprès de personnes proches de la banque rouge et noire, la SocGen aurait perdu entre 150 et 200 ME sur ses dérivés actions au cours des trois premiers mois de l’année. L’établissement aurait notamment souffert de son exposition aux contrats à terme sur les dividendes. Ces derniers sont des produits dérivés que les investisseurs utilisent pour spéculer sur les dividendes que les entreprises versent à leurs actionnaires. La multiplication des annonces de report ou de suspension de paiements en raison de la crise du Covid-19 a logiquement pesé sur ces produits.

Une fois de plus, les opérations sur les marchés dérivés suscitent donc des inquiétudes et des pertes… Nous pronostiquons que nous ne sommes qu’au début des déconvenues. 

La newsletter du jour

Tous les jours, le récapitulatif des articles du Courrier des Stratèges

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

14 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer
Lire la suite

[PAYANT] La droite post-gaulliste est morte. Réinventons un gaullisme pour notre temps.

[Les Droites de Husson n°49] Nous le sentons bien, la droite post-gaulliste, dans toutes ses composantes, est morte. Une page est en train de se tourner. Le 19 juin 2022 marque un point bas dans l’histoire des droites. Mais plus le pays affirmera – dans un contexte d’abstention record – un tropisme de gauche, plus il apparaît nécessaire de reconstruire une force qui ramène le pays au réel. Car telle

Bruno Le Maire veut un “pacte de croissance” européen où l’Allemagne dépenserait plus

Bruno Le Maire est l’auteur d’une nouvelle idée baroque qui devrait nuire une fois de plus à la crédibilité française. Il souhaite un “pacte de croissance” européen où la France s’engagerait à se réformer, mais où elle demanderait aux pays à excédents budgétaires (comme l’Allemagne) de financer la relance économique du continent. Manifestement, Le Maire n’a toujours pas compris que l’excédent budgétaire permettait la croissance au lieu de l’empêcher. Bruno
Lire la suite

🎖Macron veut relancer le bonus des banquiers qui prennent des risques

Le bonus des banquiers est actuellement encadré par des dispositions contraignantes de l’Union Européenne pour éviter les dérives connues en 2008 : prise de risque inconsidérée qui rapportent des sommes colossales en cas de succès, et qui sont financées par le contribuable en cas d’échec. La France demande à ses partenaires d’assouplir cette réglementation… Tout un symbole. Le bonus des banquiers revient sur la table des revendications françaises dans l’Union.
Lire la suite

D’où vient l’argent du “quoi qu’il en coûte” ?

Le Trésor a jugé utile de justifier la provenance de l’argent du “quoi qu’il en coûte”, les mesures exceptionnelles de soutien à l’économie mises en place lors de la crise sanitaire. Sa lecture n’apporte aucune réponse utile mais permet d’anticiper que notre épargne est convoitée par Bercy. Agnès Bénassy-Quéré est chef économiste du Trésor depuis juin 2020, en congé de son poste d’enseignant à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle fait partie
Lire la suite

[PAYANT] La médecine du travail a-t-elle le droit de refuser un certificat médical de contre-indication à la vaccination?

Par JULIEN G. – Depuis des mois, tout est fait à Bruxelles pour harmoniser la prise en charge de la Covid : pass-sanitaire européen, vaccins approuvés par l’agence européenne du médicament, etc… Néanmoins, ces transpositions peinent à se mettre en pratique sur le sol français. Il est important de rappeler, ici, que l’application des lois n’est pas à géométrie variable suivant les humeurs et les interprétations de certains médecins. Une
Lire la suite

🎖À quelle sauce la Banque de France propose-t-elle de manger votre épargne ?

Le gouverneur de la Banque de France vient de donner une conférence pour la Revue de Stabilité Financière qui nous paraît tout à fait importante par la signification qu’elle revêt. En effet, il s’y prononce sur la question du Quantitative Easing et de son avenir en cas d’inflation et de remontée des taux. Il faut lire attentivement ce texte dense qui résume la doctrine économique qui devrait être suivie en