sam. Mai 30th, 2020

🎖Patrimoine : comment Ă©chapper lĂ©galement Ă  l’enfer fiscal français qui s’annonce ?

Le patrimoine devrait ĂȘtre lourdement taxĂ© pour financer les protections Ă©touffantes   Comment Ă©chapper Ă  la ruine, quand on dispose d'un patrimoine personnel ou professionnel et qu'on veut respecter la loi ? En rĂ©ponse Ă  vos nombreuses demandes, voici nos premiĂšres rĂ©ponses... Officiellement, les Français adorent leur patrimoine et autres balivernes qui nourrissent de belles carriĂšres mĂ©diatiques comme celle de StĂ©phane Bern. Dans la pratique, l'affirmation est Ă  nuancer trĂšs trĂšs fortement dĂšs lors qu'on pose la question sous un jour fiscal. Il est en effet, depuis plusieurs dĂ©cennies, trĂšs difficile de se constituer un patrimoine en France si l'on n'est pas hĂ©ritier. Le rabot fiscal passe avec suffisamment de rigueur pour que l'exercice patrimonial soit hasardeux et compliquĂ©. Ajoutons que la terrible doctrine illibĂ©rale (pour ne pas dire pire) de Bercy, de l'abus de droit fiscal, qui autorise n'importe quel inspecteur Ă  vous redresser sous les prĂ©textes qui lui passent par la tĂȘte, mĂȘme si vous respectez la loi, incite Ă  la mĂ©fiance et pousse Ă  l'exil prĂ©ventif tous ceux qui ne veulent pas finir leurs jours avec une Ă©pĂ©e de DamoclĂšs au-dessus de la tĂȘte. L'angoisse de la spoliation monte Or, nous l'avons annoncĂ©, la France ne manque pas de voix, et en manquera de moins en moins, pour expliquer que le rĂ©tablissement de la situation financiĂšre du pays passe par la confiscation des patrimoines, que cette confiscation
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.

3 thoughts on “🎖Patrimoine : comment Ă©chapper lĂ©galement Ă  l’enfer fiscal français qui s’annonce ?

  1. Il y a peu de temps, je me suis fait plaisir, en m’offrant un joli roadster anglais. Surprise, le vendeur s’appelle de Grouchy ! Quoi, un descendant de marĂ©chal et comte de l’Empire, grand aigle de la LĂ©gion d’honneur, rĂ©fugiĂ© chez les Britanniques ? Sacrebleu ! En rĂ©alitĂ©, quasiment toute la famille s’est installĂ©e en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en AmĂ©rique latine (Argentine et Chili) au fil du XIXe et au dĂ©but du XXe. Ici, dans le Devonshire, et partout autour, les responsables politiques sont ravis par les gĂ©nocides fiscaux français, car ça leur permet de rĂ©cupĂ©rer des entrepreneurs et des gens crĂ©atifs ou fortunĂ©s une ou deux fois par siĂšcle. En Ă©conomie, on dit que la mauvaise monnaie chasse la bonne ; il en va de mĂȘme pour les humains : les « profiteurs » et les « planquĂ©s » font toujours fuir les plus entreprenants et leur descendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous Ă  notre newsletter