ven. Juil 10th, 2020

Dépendance, pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts…

Les assureurs traversent une bien mauvaise passe. La semaine dernière, deux mauvaises nouvelles sont tombées coup sur coup, sur des sujets stratégiques, qui annoncent de nombreux désagréments. Mercredi, la presse faisait état de la transmission aux partenaires sociaux d'un projet de loi créant une cinquième branche de la sécurité sociale, dédiée à l'assurance dépendance... sujet débattu depuis plus de 20 ans ! Vendredi, le tribunal de commerce de Paris condamnait Axa à indemniser les pertes d'exploitation d'un restaurateur... Sale semaine pour les assureurs, qui annoncent peut-être le pire. Les assureurs ont subi la loi de Murphy, la semaine dernière. De jour en jour, les mauvaises nouvelles se sont accumulées. Mais elles étaient tristement prévisibles et en annoncent probablement bien d'autres encore plus désagréables. Elles sont d'autant plus douloureuses qu'elles éperonnent sur le flanc un vaisseau professionnel bien mal manoeuvré par une fédération qui a multiplié les bourdes de communication. Les assureurs battus en brèche sur la dépendance Depuis la glorieuse époque où Denis Kesler présidait la Fédération, l'opportunité d'ouvrir le marché de la dépendance à l'assurance privée est débattue (de plus en plus loin en plus en plus loin, il est vrai, à force d'incertitudes actuarielles sur la rentabilité de l'opération). Mais il est notable que la mise en place de l'APA en 2002 ait acté, en son temps, que la prise en charge
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.

1 thought on “Dépendance, pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts…

  1. Mais l’ assureur est toujours vainqueur contre les victimes de médecins fautifs par le biais des commissions régionales de conciliation et d’indemnisation(CRCI)créées par la loi Kouchner 2002 et par le biais de l’institution judiciaire.Des dits médecins-experts sont nommés par les magistrats sur leur liste nationale et de cour d’appel alors que leurs antécédents sont rédhibitoires à la qualité d’experts (tel un radié pour ses incompétences, tel autre anti judiciarisation de la médecine notoire)et si peu malins et si peu inquiétés que l’expert judiciaire arrive à dévoiler le processus que l’expert et les médecins lambdas ont mis en place pour prendre contact quand ils ne se connaissent afin de falsifier leurs résultats d’examens cliniques. La corruption(escroquerie en bande organisée) de tous ces intervenants dont la juge ,à force de faux et d’usage de faux probants permet à l’assureur d’être dispensé de l’indemnisation des dommages de la victime causés par le fautif.Pas d’appel possible devant un tel système.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter