ūüéĖMoscovici √† la Cour des Comptes : les zones d’ombre de sa nomination

La nomination de Pierre Moscovici √† la Cour des Comptes n’est pas une surprise. Elle √©tait attendue depuis longtemps. Ce qui intrigue, c’est m√™me qu’elle soit intervenue si tard. Nous tentons ici de d√©chiffrer les raisons qu’Emmanuel Macron a pu avoir de tarder √† officialiser cette nomination.¬†

La nomination de Pierre Moscovici √† la Cour des Comptes √©tait pr√©vue depuis pr√®s de deux ans. Nous l’avions d√©j√† √©voqu√© dans nos colonnes. D√®s cette √©poque, les h√©sitations de Macron √©taient √©videntes… Le Pr√©sident a finalement laiss√© le poste vacant 5 mois avant de proc√©der au remplacement de Didier Migaud, parti pr√©sider la Haute Autorit√© pour la transparence de la vie publique. M√™me si Emmanuel Macron a l’habitude de prolonger ses h√©sitations au-del√† du n√©cessaire (on l’a vu pour le poste de directeur g√©n√©ral de la tr√®s strat√©gique Caisse des D√©p√īts et Consignations), ce retard √† l’allumage intrigue et soul√®ve pas mal de questions.¬†

La nomination de Moscovici pr√©vue d√®s 2018…

Pour m√©moire, la presse rapportait en 2018 que Macron avait demand√© √† Richard Ferrand de proposer Didier Migaud (alors √† la t√™te de la Cour des Comptes) au Conseil Constitutionnel… pour laisser la place √† Pierre Moscovici, vraisemblablement appel√© alors √† quitter pr√©matur√©ment ses fonctions de commissaire europ√©en. Finalement, au titre de l’Assembl√©e Nationale, Ferrand avait choisi Alain Jupp√©, ce qui a mis le Pr√©sident dans l’embarras.

Mais une chose est s√Ľre, le jeu de chaises musicales √©tait d√©j√† dans les esprits depuis pr√®s de deux ans. Il faut dire que le faible entrain de Pierre Moscovici pour ses fonctions de commissaire √©tait devenu de notori√©t√© publique. Au point de discr√©diter un peu plus la France dans le concert europ√©en.

La nomination rat√©e d’√Čric Woerth

Selon la tradition ouverte par Nicolas Sarkozy, le Pr√©sident nomme √† la Cour une personnalit√© issue de l’opposition. Didier Migaud √©tait √† l’√©poque d√©put√© socialiste, et rapporteur de la commission des Finances, le poste de pr√©sident de la commission revenant √† la majorit√©. Le bon sens aurait voulu qu’Emmanuel Macron rende la pareille en nommant l’actuel rapporteur de la commission, √Čric Woerth, dont les comp√©tences en finances publiques sont reconnues.¬†

En choisissant Pierre Moscovici, le Pr√©sident revient donc √† un syst√®me o√Ļ la majorit√© truste tous les postes, et o√Ļ l’opposition est √©cart√©e de tout contre-pouvoir possible. C’est absurde dans le cas pr√©sent, puisque peu de personnes s’abusent sur les comp√©tences techniques et la motivation de Pierre Moscovici… Il se murmurait toutefois qu’Emmanuel Macron a s√©rieusement envisag√© de nommer, tout un temps, √Čric Woerth. Pourquoi ne pas l’avoir fait ? L’affaire m√©rite d’√™tre √©claircie.¬†

À lire aussi

[PAYANT} La campagne présidentielle commence avec 2,4 candidats de droite

Un officier de gendarmerie sanctionné pour avoir refusé de se faire vacciner

Plus Macron vaccine, mieux il (con)-fine

M√©decines naturelles : formez vos commerciaux gr√Ęce √† un Dictionnaire d√©di√©

Les R√©publicains ont plus √† craindre de leurs divisions internes que des manŇďuvres d’Emmanuel Macron

Urgent ! Raoult échappe à la radiation

Pourquoi nous maintenons notre pronostic d’un couvre-feu le 18 d√©cembre

[PAYANT] Attention au krach financier de l’Etat en France

[PAYANT] S√©curit√© Sociale: toujours plus d’Etat !

Vaccination obligatoire : cette tr√®s √©trange crise politique autrichienne qui pose question…

Quelle promesse faite à Moscovici ?

Assez naturellement, beaucoup d’analystes (dont l’auteur de ces lignes) ont toujours consid√©r√© que la Commission Europ√©enne se montrait indulgente vis-√†-vis de la France et de ses d√©rapages budg√©taires du seul fait de la pr√©sence de Pierre Moscovici au poste strat√©gique de commissaire charg√© de l’√Čconomie. Il est tout √† fait plausible, m√™me si cela n’est pas prouv√©, que Pierre Moscovici ait mis dans la balance son indulgence envers la France et son parachutage √† un poste prestigieux une fois son mandat de commissaire achev√©.¬†

Si cette hypothèse relève de la conjecture, elle explique bien pourquoi Macron met en jeu sa crédibilité à un moment peu favorable pour le récupérer. 

Reste toutefois une question pendante : pourquoi cette d√©cision n’a-t-elle pas √©t√© prise d√®s le mois de janvier, ou de f√©vrier… et pourquoi avoir attendu si longtemps, au risque de devoir officialiser une d√©cision prise depuis longtemps dans une phase politique tr√®s sensible ?

Macron esp√©rait-il vraiment la cr√©ation d’un ministre des Finances europ√©en ?

Une piste possible pour expliquer ce retard se trouve peut-√™tre dans un discours prononc√© par Pierre Moscovici en 2013. Il y plaide (nous citons ses propos ci-contre) pour la cr√©ation d’un poste de ministre des finances europ√©en, un peu plus sexy et moins exigeant que la technicit√© de Premier Pr√©sident de la Cour des Comptes.¬†

Dans la pratique, il est frappant de voir que la nomination de Moscovici est finalement d√©cid√©e alors que la Commission von der Leyen a jet√© ses premiers d√©s sur les plans de relance europ√©en, et sur son programme de Green Deal. Faut-il en conclure que, jusqu’√† la derni√®re minute, Macron a conserv√© Moscovici dans sa manche pour occuper de nouvelles fonctions europ√©ennes qu’il escomptait cr√©er avec l’accord d’Angela Merkel ?

Rien ne le prouve √† ce stade, mais l’hypoth√®se est tentante et l√† aussi explique mieux le calendrier des d√©cisions pr√©sidentielles.¬†

Une Cour des Comptes réduite à pas grand chose

Une certitude se d√©gage d√©sormais : la Cour des Comptes va beaucoup perdre de l’aura que Didier Migaud lui avait donn√©e durant sa pr√©sidence. Et tout laisse √† penser que Moscovici y d√©ploiera les qualit√©s qu’on lui a connues avant : d√©sint√©r√™t pour les dossiers de fond, nonchalance, primat de la combinazione sur l’int√©r√™t g√©n√©ral.¬†

Décidément, tout ce qui marchait périclite, et tout ce qui ne marche pas prospère, dans ce pays. 

54 Shares:
4 commentaires
    1. Oui, c’en est fini de la rengaine des rapports catastrophiques de la Cour des Comptes √©maillant notre agenda √† la St Glinglin, avec par ailleurs des scandales d’autant plus gros qu’aussit√īt remball√©s et class√©s sans suites…
      Maintenant, avec des rapports √† l’eau de rose, plus la peine de s’y assoir dessus !
      Ne pourrait-on pas carr√©ment confier ce pouvoir de contr√īle √† la Commission des Finances de l’Assembl√©e Nationale ?

  1. La cour des comptes avec Didier Migault.
    Je me trompe ou c’est bien l’homme responsable de la faillite de Grenoble qui s’habille des oripeaux de la bonne gestion √† la cour des comptes…. Apr√®s avoir mis Grenoble √† terre…
    C’est √† vomir….
    Si quelqu’un peut me de tromper, je reprendrai de l’espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer