3 décembre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

🎖Comment les lobbies industriels ont noyauté la Convention citoyenne pour le climat

Officiellement, la convention citoyenne pour le climat, cornaquée par des experts en démocratie participative, a délibéré seule sur l'avenir de l'écologie en France. Dans la pratique, les choses ont été un peu plus compliquées, et, à tous les étages, on a vu les lobbies industriels occuper des postes-clés pour orienter les débats. Les lobbies industriels (et économiques) ont habilement joué leur partition dans la convention citoyenne pour le climat. Ceux qui ont un doute sur le sujet se référeront aux propositions issues de ses travaux. On s'apercevra par exemple que l'objectif 3 consiste à lutter contre le suremballage. Et comme nous allons le voir, il s'agit là d'un objectif industriel porté par un lobby proche du MEDEF. Pour bien comprendre ce qui s'est passé, il faut énumérer les grandes figures du lobbying qui ont phagocyté la convention, en n'hésitant pas à se référer aux portraits que nous avons dressés par ailleurs. Laurence Tubiana, lobbyiste en chef Laurence Tubiana, l'ex-madame COP 21, présidente de la Fondation Européenne pour le Climat, a joué un rôle essentiel dans le déroulement de la convention. Elle co-présidait d'ailleurs son comité de gouvernance, et disposait de relais dans l'ensemble de l'organisation. Nous publions ci-contre la liste des donateurs de la Fondation présidée par Laurence Tubiana. Les curieux pourront aussi lire avec intérêt la liste de ces "grantees", c'est-à-dire de ses soutiens scienti
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.