“Comme j’ai un fils de 10 ans, je ne peux pas flancher face au confinement” (Geneviève, commerçante bretonne)

Le confinement est destructeur, financièrement et psychiquement, pour les artisans et les commerçants indépendants. Nous en donnons un exemple aujourd’hui avec Geneviève Brune, commerçante indépendante en Bretagne, qui a développé, avec son mari, une activité artisanale contrainte à l’arrêt aujourd’hui. Elle témoigne pour nous de ce que signifie concrètement le confinement pour elle : une catastrophe économique, certes, mais aussi une vie au jour le jour sans aucune anticipation possible sur ce que sera l’existence de sa famille dans les semaines qui viennent. Alors que les salariés de ce pays sont massivement protégés par le chômage partiel qui les met à l’abri des incertitudes, les travailleurs indépendants sont les grands oubliés de la lutte contre le coronavirus. 

Vous pouvez retrouver les produits de Geneviève Brune sur le site : www.bruneetdurand.com

25 Shares:
1 commentaire
  1. L’objectif étant que tout le monde soit fonctionnaire, pas de raison que le gouvernement et sa haute fonction publique ne lève le moindre doigt pour aider tous ces gens dans la merde. Quand on voit qu’ils ne savent même pas ce qu’est un produit essentiel à l’aune du gueux moyen… C’est sûr que quand on est nourri, logé, blanchi, protégé par un service d’ordre et affecté de divers “coursiers” pour les menues actions, on a un peu de mal à saisir le quotidien du travailleur de base.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer