Macron annoncerait un nouveau confinement mercredi

Le confinement serait imminent en France, accéléré par l'arrivée de variants du COVID dont la dangerosité serait plus forte. Les pouvoirs publics craignent une montée rapide de cas graves qui engorgeraient les hôpitaux. Le nouveau confinement pourrait durer trois semaines, mais toutes ses modalités ne semblent pas fixées. En particulier, les écoles resteraient ouvertes. L'opinion ne paraît pas, en revanche, tout à fait prête à recevoir sereinement cette mesure qui relance le débat du confinement ciblé.

Ce week-end, le nombre de personnes en réanimation a joué au yoyo. Samedi, on comptait 16 réanimés en moins par rapport à vendredi, mais ce nombre a connu une nouvelle poussée de fièvre dimanche (2.955 personnes) pour flirter dangereusement avec les 3.000 personnes, jauge qui appellera un nouveau confinement. 

Macron prendrait la parole mercredi

Il semblerait qu’Emmanuel Macron prenne la parole mercredi soir pour annoncer un nouveau confinement, dont les détails ne sont pas encore connus. Si l’Elysée a démenti cette rumeur, il est en tout cas acquis d’un conseil de défense se tiendra mercredi pour évoquer la question. Et, à moins d’un miracle, la lente montée du nombre de réanimés devrait lever toute réticence du pouvoir exécutif pour imposer une mesure qui durerait au moins trois semaines. 

Mais, pour l’instant, les écoles resteraient ouvertes. 

Au demeurant, le professeur Delfraissy, président du conseil scientifique qui entoure Emmanuel Macron, préconise lui-même un reconfinement rapide et ne s’en cache pas

On ne peut pas attendre parce qu'il est toujours plus efficace d'être en préventif plutôt que de mettre en place un confinement alors qu'on est déjà au bord de craquer. Plusieurs indicateurs nous laissent penser qu'on est très proche d'une situation extrêmement dangereuse.

Karine Lacombe

24 janvier 2021

Le reconfinement ciblé revient en force

Le principe du reconfinement ne coule toutefois pas de source et de nombreuses voies s’élèvent pour privilégier un reconfinement ciblé sur les personnes les plus exposés au virus (en particulier les personnes âgées). C’est notamment le cas de l’infectiologue Odile Launay, qui préconise cette mesure pour épargner le reste de la population

Un mouvement de refus sur les réseaux sociaux

Il n’est pas évident que ce reconfinement passe dans l’opinion comme une lettre à la poste. Sur Twitter, le hashtag “JeNeMeReconfineraiPas” était en tête des tendances quotidiennes. 

Des appels à la désobéissance citoyenne sont lancés pour le 1er février. Il est probable que l’opinion publique soit, pour une part importante, lassée par l’isolement et par les restrictions de libertés. Aux Pays-Bas, des manifestations contre le confinement ont tourné à l’affrontement

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

1 Shares:
23 commentaires
  1. Il est temps que les français qui sont conscients de la situation et qui ne sont ni moutons par lâcheté, ni pigeons par abrutissement via les merdias officiels, se rassemblent dans un même mouvement insurrectionnel car l’heure est grave !
    La seule solution : IL FAUT QUE LA PEUR CHANGE DE CAMP !
    Les hollandais auraient-ils plus de co…les que les français ?

    1. Parfaitement! Des moutons ou des pigeons, c’est bien ce que l’on veut faire de nous.
      Il n’a pas si longtemps que ça des personnes faisaient la queue pour qu’on leur donne une étoile jaune qu’ils avaient pour obligation de s’accrocher sur le bras et qui allait les conduire directement à la mort…

  2. Je serais d’accord si vous disiez : pas de déconfinement, réouverture de ce qui est fermé mais maintien des gestes barrière et protection des personnes à risque. Pourquoi ce radicalisme? C’est difficile de porter un masque et de se lave les mains? C’est dommage. Vous auriez une chance de faire triompher le bon sens et vous allez seulement soulever l’indignation des gens qui craignent le virus

    1. Oui d’accord avec vous. Pas de reconfinement (et non de déconfinement vous avez fait une erreur de frappe sans doute).. Ne reconfinons surtout pas, mais protégeons et respectons les gens qui ont peur et ne soyons ni cruels ni bravaches. Un minimum de gestes barrières à maintenir et un retour progressif à la liberté nous permettrait d’avancer en restant bienveillants et unis.

      1. Malheureusement avec ce gouvernement d’incompétents et ce conseil scientifique de corrompus pas d’autres alternatives , il n’y même plus de débat d’idées .. et les masques qui ne servent pas à grand chose entraînent une baisse de l’immunité à la longue, ne fusse que pour cette raison, nous devrions tous nous en révolter

    1. Notez que le terme “pandémie” vient uniquement des poliotiques, l’oms l’ayant rétracté juste avant sa première annonce internationale au profit “d’épidémie”…

    2. ???
      On voit dans les chiffres de cet article très clairement 30 000 décès au dessus des moyennes annuelles en mars avril et 10 000 morts sur aout et septembre. Tout cela avec les mesures pourtant drastiques mises en place. Et ce ne sont que les décès, pas les gens malades. On voit aussi clairement que ce sont quasi exclusivement les plus de 65 ans qui en décèderaient.

      Vouloir nier l’existence d’une pandémie me semble puérile. Critiquer la façon dont tout cela est géré, oui, mais nier l’existence du problème revient clairement à se voiler la face.

      1. Oui mais nombre de décès qui mélange allégrement morts porteurs du covid, ou pas d’ailleurs dans certains cas, et morts DU covid . Vérifiez les écarts entre les autres causes de mortalité annuelle sur 5 ans et comparez

  3. Parfaitement! Des moutons ou des pigeons, c’est bien ce que l’on veut faire de nous.
    Il n’a pas si longtemps que ça des personnes faisaient la queue pour qu’on leur donne une étoile jaune qu’ils avaient pour obligation de s’accrocher sur le bras et qui allait les conduire directement à la mort…

  4. Karine LACOMBE, le professeur Delfraissy ne sont pas des références pour moi.
    Trop de conflits d’intérêts ainsi que pour le pseudo Conseil Scientifique.
    Il n’y a pas adéquation entre les chiffres publiés et les chiffres réels (cf à Nice)
    Voir les vidéos du Professeur Fouché de Marseille.

  5. Le cout d’un reconfinement total est semble t il de 20 milliards € par mois…. Combien cela épargne de vie d’octogénaires /nonagénaires / centenaires?? 10000? 20000? par mois… Supposons 20 000 de ces vies sauvées( pour un temps limité, ces personnes n’ayant souvent qu’une faible espérance de vie probablement de l’ordre de 2,3 ans en moyenne)) , cela revient à 1million d’€ par vie …..qu’en pensez vous?

    1. Pourriez vous inverser les paramètres de votre calcul, se sera beaucoup plus parlant . Doit-on condamner 66 M de français à la mort sociale, relationnelle et économique pour épargner hypothétiquement 10 000 à 20000 personnes dont l’espérance de vie pour une grande partie d’entre eux n’est actuellement que de quelques mois avec ou sans covid . Ne serait-il pas temps de voir le pb autrement et de cesser la diabolisation des traitements qui existent, quitte à ce qu’une petite clique de corrompus avale son chapeau sans sel et soit désavouée . Et je précise, pour les esprits chagrins, que je suis à la limite des tranches d’age concernées par le risque . D’autant qu’il est de plus en plus évident que le vaccin miracle est un fantasme de margoulin décidés à se remplir les poches sur le dos de tout le monde .

  6. L’utilisation du mot “confinement” est insupportable tant il s’agit de novlangue. La définition réelle de ce que ce gouvernement et ce président dictatorial imposent aux français, c’est “assignation à résidence”. Exactement ce que font les dictatures.

    1. Tout à fait d’accord par rapport à l’utilisation du mot confinement, ça fait “fun”; mais cela reviens tout simplement à dire que le peuple est “assigné à residence”.

  7. On se demande ce qui sera inventé pour justifier le 4ème confinement ? Et pour le 12ème ? Avant le 3ème qui arrive dans quelques jours, cette fois, on a le droit au virus “mutant” (revoyez Alien pendant vos longues soirées d’hiver enfermés chez vous “pour votre bien”), aux mutants anglais, brésiliens voire japonais (bref, pas un bon Covid bien de chez nous), aux journaux qui continuent de faire le job avec le gouvernement (genre “la décision ne serait pas encore prise” alors que tout le monde le sait depuis 3 semaines), aux hôpitaux “qui seront peut-être bientôt débordés” (mais dont on supprime toujours des lits alors qu’on en sera au 3e confinement), aux vaccins qui “ne vont pas tout résoudre en un mois” (d’autant plus qu’ils semblent peu efficaces, voire dangereux et que tout ça va finir dans un flop magistral), aux traitements toujours interdits ou ignorés, à “l’effet Apéro”, à “l”effet Galette des Rois”, aux français qu’il faut féliciter car ils “se sont bien comportés”… Vivement qu’ils le fassent ce Great Reset car ça commence à être vraiment long cette comédie (qui en est une depuis le 1er jour, n’en doutez absolument pas)…

  8. Laissons les français être responsables !
    – Que ceux qui se sentent ou qui sont avérés “à risques” prennent les mesures préconisées par les professionnels de santé avec un avertissement très clair : le système hospitalier (ndlr : soit disant “le meilleur au monde”, en tout cas l’un des plus chers…), aussi performant soit-il, ne peut pas prendre en charge tous les malades. Les premiers arrivés seront les premiers servis, donc c’est à vos risques et périls de ne pas respecter les mesures préconisées, ne venez pas pleurer ensuite. Oui, il y aura de l’injustice mais vous faites vos choix en toute connaissance de cause. Les médecins traitants sont en mesure d’informer leur patientèle et de les conseiller pour que chacun soit clairement informé.
    – Que ceux qui ont peur, qui s’inquiètent alors qu’ils ne sont pas prioritairement concernés, pas diagnostiqués “à risque”, et bien qu’ils appliquent les gestes barrières de manière drastique. Et si cela ne suffit pas à les rassurer, et bien qu’ils se confinent aussi mais également à leurs risques et périls sur le plan financier : c’est leur choix, ils doivent l’assumer et ne pas demander aux autres de payer pour leur choix. Oui, c’est injuste car certains ont les moyens de le faire d’autres non. Mais, bienvenue sur terre, la vie est foncièrement injuste et il est aussi injuste de demander aux autres de prendre en charge ses propres choix de vie !
    – Que ceux qui ne se sentent pas concernés par le risque, les chanceux asymptomatiques (ils devraient d’ailleurs payer plus que les autres ceux-là pour que “justice” soit faite…), les inconscients suicidaires, les optimistes, les vivants, etc., fassent ce qu’ils considèrent avoir à faire, toujours à leur risques et périls.
    Laissons le choix aux français, laissons les français libres, laissons les médecins soigner leurs patients en toute conscience, laissons à chacun la Liberté et la responsabilité qui va avec de faire des choix et de les assumer pleinement, laissons ceux qui veulent aider leur prochain le faire.
    Laissez nous vivre et mourir comme bon nous semble, la vie appartient à chacun individuellement et personne ne doit avoir d’autorité dessus tant que chacun respecte la vie, la Liberté et la propriété d’autrui.

  9. Très intéressé par la place inutile et nuisible de la haute fonction publique, un Etat dans l’Etat, favorable à son éradication, pour la promotion des acteurs de terrain (fonctionnaire comme privé et société civile), et devant l’impossibilité, la lâcheté, la veulerie et la cupidité, manifestée très souvent par l’intérêt personnel et partisan à visées électoralistes, des personnes chargées de nous diriger et de nous protéger, je formule différemment le questionnement sur la solution d’une sortie de l’Europe comme remède, en 8 mots ! : ” Peut-on réformer en France sans un Frexit ? “

  10. Ce que l’on voit c’est surtout qu’après avoir fait n’importe quoi faute d’informations (mais en affirmant être sur d’eux quand même, bien entendu), ils font maintenant n’importe quoi en surveillant des indicateurs qui ne veulent rien dire. Ils sont bien entendus encore plus sur d’eux et certains de leur rationalité.

    En ce moment, il est clair que l’épidémie n’est pas en roue libre comme ils cherchent à nous expliquer. C’est juste qu’ils ont les yeux fixés sur les courbes des hospitalisations, des personnes en réanimations et des décès du COVID à l’HOPITAL. Hors en temps normal, seul 60% des décès se passent à l’hôpital sur 1800 morts quotidiens. Mais ces dernières semaines, le rapatriements des malades du COVID est devenu systématique vers l’hôpital. Donc alors que les décès diminuent continument à domicile et en EPHAD, ils croisent de semaine en semaine à l’hôpital. Rapatrier 10 personnes en plus par jour suffit à augmenter les décès à l’hôpital de 1% sachant que normalement plus de 700 personnes meurt en dehors de l’hôpital.

    En temps normal, une personne âgés de plus de 90 ans avec comorbidités mourrait tranquillement et sereinement chez elle ou en EPHAD quand elle chopait un virus en hiver. C’est la réalité de la vie. Elle avait au passage la possibilité de clore correctement son existence au contact des siens qui pouvait faire leur deuil proprement. En ce moment, on lui fait subir la violence d’un transfert à l’hôpital puis en réanimation avec intubage. Le tout pour mourir quand même mais dans la brutalité et sans contact humain avec ses proches.

    La courbe des décès en ce moment n’est pas significativement plus haute que la moyenne annuelle ce qui signifie que l’épidémie de novembre est largement terminé. C’ »est seulement l’augmentation des rapatriements vers l’hôpital qui en faisant monter tous les indicateurs lié à celui-ci donne l’impression que l’épidémie est sur une courbe ascendante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer