Quand Janet Yellen explique que l’ère Biden sera le pire qu’on imagine

L'interview de Janet Yellen, ancienne patronne de la Réserve fédérale américaine, devenue secrétaire au Trésor de Biden, au New York Times, est globalement passée inaperçue en France. C'est bien dommage ! On y découvre en effet quels seront les grands points de la nouvelle administration US, et on comprend assez rapidement que tous les risques que nous pressentions, comme l'arrivée de l'inflation par un effet de surchauffe ou un étouffement des budgets nationaux sous une remontée des taux qui obligera à des arbitrages compliqués, va se réaliser. Voici les grands points qu'il faut retenir de cet entretien... et les risques qu'ils font encourir à l'économie européenne.

Janet Yellen n’a pas tout dit, loin de là, au New York Times. Mais elle en a dit suffisamment pour qu’on voit à peu près où l’administration Biden va nous attirer. Et cette attraction pourrait se révéler un terrible guêpier pour l’ensemble des économies européennes. 

Janet Yellen et l’esprit du New Deal

La secrétaire d’Etat au Trésor s’est d’abord préoccupée de l’emploi aux Etats-Unis (rappelons que le plein emploi fait partie des objectifs de la Réserve Fédérale), en soulignant que la crise avait eu un effet d’éviction sur le marché du travail, et que le chômage réel aux Etats-Unis est d’environ 10% si l’on inclut les gens qui ont renoncé à chercher un travail. 

Janet Yellen considère que l’Etat doit investir massivement pour relancer l’emploi, façon New Deal. Personne n’a pu démontrer jusqu’ici l’efficacité du New Deal, mais il a le vent en poupe chez les keynésiens, et on en connait les conséquences : endettement public, expansion de la bureaucratie, et surchauffe de l’économie qui relance l’inflation. 

Il est très probable que cette stratégie se solde rapidement par une remontée des taux d’intérêt…

Hausse de l’endettement public

Pour financer ce grand plan de relance qui s’annonce, Janet Yellen affirme que les Etats-Unis disposent encore d’une marge de manoeuvre en matière d’endettement public. Selon elle, la charge de la dette représente moins de 2% du PIB, ce qui en fait une dette soutenable !

Voilà qui annonce un large appel aux marchés pour financer les projets des démocrates. Cet horizon explique que les taux d’intérêt aient commencé à remonter aux Etats-Unis… et que les anticipations d’un vrai couac de financement par excès d’argent public n’apparaissent. 

Hausse de la fiscalité

Pour mettre du beurre dans les épinards, Janet Yellen propose de taxer les épargnants, une rengaine déjà entendue en France. Elle exclut un impôt sur la fortune à la française, et une taxe sur les transactions financières. Mais elle propose un impôt sur les successions et une taxation des revenus du capital.

Là encore, une indication est donnée sur les arbitrages plausibles en Europe. 

Le retour de l’inflation

Il est très vraisemblable que ces solutions fondées sur le mythique “multiplicateur keynésien” ne débouchent rapidement sur un retour de l’inflation. Pour l’instant, les économistes nient la contamination de cette inflation aux économies européennes. Mais c’est un peu comme le nuage de Tchernobyl…

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

87 Shares:
4 commentaires
  1. Si les taux montent aux USA ça n’aura aucune influence ici, aussi sûr que le covid n’atteindrait pas l’Europe selon Buzyn . Si quelqu’un a une idée pour se débarrasser des parasites étatistes de droite ou de gauche, c’est le moment parce que les utopies et l’argent magique tombant du cul de la licorne ça commence à devenir fatigant .

    1. Un seul problème, il n’y a personne de droite et encore moins d’extrême droite Madame Le Pen étant de gauche.
      Et ceux qui se disent de droite sont seulement d’une gauche étatiste.

      1. Entièrement d’accord avec vous.
        J’ai écrit il y a 3 jours :
        LR = Système = Centre (donc avec Micron)
        RN = Droite molle depuis débat avec Darmanin donc = Système
        Conclusion : La Droite n’existe pas dans ce pauvre pays !
        Et le résultat de tout ça, c’est ce que nous vivons tous les jours !

        Et donc aujourd’hui je complète :
        C’est le système “UMPS” qui à l’époque, avec le renfort des merdias, a qualifié d’extrême droite le FN puis le RN !
        A la rigueur le FN était la vraie droite. Maintenant le RN a intégré le système !
        Quant à la bande à Chirac (ancien communiste !) Sarkozypipeau et consorts ce ne sont que des arrivistes et opportunistes à l’image d’Estrosi à Nice qui rêve d’être ministre de Macroncescu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer