Le propriétaire démuni face à son squatter

La justice « sociale » a choisi son camp : les squatters plutôt que les propriétaires, droit au logement supérieur au droit de propriété. Pour faire passer la pilule, l’État transforme les propriétaire en bailleurs sociaux à leur corps défendant. Diminuer le risque d’un squat ou d’un locataire indélicat nécessite de connaître quelques ficelles.

Un cas récent de locataire indélicat nous est relayé par Le Figaro. La propriétaire, qui est en cours de procédure, a choisi de s’installer dans un camping car devant sa propriété pour attirer l’attention.

Et il est vrai que, sur les médias sociaux, les histoires de propriétaires dépouillés par des squatters, locataires indélicats ou occupants sans titre émeuvent un large public. Chacun se dit sombrement « je pourrais être à la place de cette personne, payer des charges, ne pas avoir la jouissance de mon logement ».

Chaque affaire de ce type est une occasion pour les propriétaires de se rappeler quelques principes patrimoniaux basiques.

Les procédures sont toujours longues et coûteuses et les charges courent. Même avec un jugement, l’exécution ne coule pas de source, loin de là. Un fonctionnaire de préfecture peut décider de ne pas agir sans en référer à quiconque. Ces procédés iniques ont fini par se connaître. Plutôt que de rappeler à l’ordre ses fonctionnaires, l’État a mis en place « pour ceux qui ont, entre les mains, une décision de justice favorable mais qui ne peuvent pas récupérer leur logement » un fonds d’indemnisation des propriétaires. Évidemment, ce fonds est alimenté par l’argent du contribuable. Autrement dit, les propriétaires sont transformés en bailleurs sociaux contre leur volonté. Ce n’est probablement pas ce qu’a en tête celui qui investit dans un logement locatif.

 

Si vous ne voulez pas devenir « bailleur social » forcé

Soyons clairs : heureusement, les locataires indélicats sont rares. Il n’en demeure pas moins que, pour tout propriétaire, ce risque même rare a des conséquences très lourdes. Quelles sont les parades ?

Il faut évidemment commencer par opérer un tri soigneux des candidats locataires.

Si vous demandez un garant-caution, sachez que la garantie s’éteindra automatiquement à chaque reconduction tacite du bail.

Vous disposez de la possibilité de souscrire à une assurance loyer impayé qui en général ne dépasse pas une durée de 24 mois. Ne perdez pas de vue que le métier d’un assureur est d’encaisser des primes pas de décaisser des garanties. Vous devrez respectivement scrupuleusement toutes les clauses de votre contrat qui vous demande de réagir très vite en cas de début d’impayé.

Enfin, dernière parade, la signature d’un « bail notarié ». Le bail devient alors un « titre exécutoire » ce qui signifie que le propriétaire peut demander l’exécution des obligations du locataires sans avoir à saisir un juge. Pour cela, il saisira un huissier de justice qui sera apte à pratiquer les saisies sur salaires ou sur compte en banque. Mais cela ne dispensera pas d’engager une procédure judiciaire d’expulsion.

Contrairement à l’assurance loyer impayé qui vous sera prélevé tout au long de la durée du bail, le bail notarié est un frais fixe que vous ne payez qu’une fois.

Indépendamment de ces aspects, tout électeur devrait se demander si l’État de droit consiste à multiplier des « droits à » bafouant les droits naturels qui sont les seuls communs à tous : liberté, propriété, sûreté.

 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

About Post Author

20 Shares:
5 commentaires
  1. Oui, et on pourrait même aller jusqu’à ce demander de quel droit un juge se transforme en assistante social, s’il s’est trompé de métier personne ne l’empêche de se reconvertir au lieu de chier sur la loi qu’il est là pour appliquer . Quand va t on se décider à couper les ailes à tous ces idéologues avec l’argent des autres?

  2. “Plutôt que de rappeler à l’ordre ses fonctionnaires, l’État a mis en place « pour ceux qui ont, entre les mains, une décision de justice favorable mais qui ne peuvent pas récupérer leur logement » un fonds d’indemnisation des propriétaires. Évidemment, ce fonds est alimenté par l’argent du contribuable. Autrement dit, les propriétaires sont transformés en bailleurs sociaux contre leur volonté. Ce n’est probablement pas ce qu’a en tête celui qui investit dans un logement locatif”.

    Si j’ai bien compris l’investisseur en logement locatif perçoit quoi qu’il en soit son loyer non pas de son locataire indélicat mais de nos impôts ! Pourquoi donc irait-il se plaindre ?

    Les cons dans l’affaire ce sont ceux qui payent des impôts et qui n’ont au mieux rien d’autre que leur logement principal ou qui sont eux d’honnêtes locataires de leur logement principal !
    Décidément dans ce pays nous sommes vraiment pris pour des cons !
    “Nos gouvernants” ont tellement de couilles qu’ils contournent tous les problèmes avec la solution IMPÔTS & TAXES !
    On comprend pourquoi il y en a de plus en plus qui se tirent ailleurs !

    Enfin il ne faut pas confondre un locataire indélicat avec un squatter qui s’est installé délibérément dans votre logement principal lors de votre absence.
    Chacun subit ce qu’il a à subir ! Tout se paye ! Surtout le manque de courage !

    1. C’est par manque de courage que des propriétaires se font squatter ?
      Par manque de courage qu’on paye des impôts ?

      En somme vous rendez les victimes coupables des agressions qu’elles subissent, et employez la justification des violeurs : “elle était habillée en mini jupe cette p… !”

      Votre formulation semble en tout cas dénuée de toute empathie.

      1. Cher Docteur,
        Non les propriétaires se font squatter quand ils sont absents de leur résidence principale ou…. secondaire ; à ce moment là le courage n’a rien à voir, et pour cause ils sont absents !
        C’est après que ça se passe quand on se retrouve face à face avec le squatter, vous m’avez compris, vous me suivez ?
        Donc il y a 2 solutions, soit vous appelez la police et vous savez que le soir vous irez dormir à l’hôtel, et le lendemain et le surlendemain et le lendemain du surlendemain, etc… etc…, soit vous prenez les choses en main sans alerter le quartier et “le système policier et judiciaire”.

        Mon empathie je la réserve uniquement à ceux qui pensent qu’il serait salutaire d’arrêter de porter tous les espoirs sur la police et surtout la justice, et pour cause, et que “le meilleur moyen de ne pas désespérer est de ne pas espérer en quelqu’un d’autre que soi. Espérer, attendre, c’est déjà oublier, de penser et d’agir.”

        Et pour le reste il n’y a que vous pour pouvoir penser que c’est par manque de courage que l’on paye ses impôts ! Vous extrapolez cher docteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer