Radio France s’est gavée pendant la crise : qu’en dit l’assisté Guillaume Meurice ?

Radio France n'a pas connu la crise en 2020, alors même que le PIB s'effondrait et que la masse salariale connaissait un repli historique dans le secteur privé. C'est la Cour des Comptes qui révèle l'ampleur des dégâts dans son rapport sur l'exécution du budget de l'Etat. On comprend mieux, en lisant les chiffres, que la radio publique milite pour une annulation de la dette et un laxisme budgétaire, puisqu'elle en est la principale bénéficiaire. On comprend moins bien que des chroniqueurs comme Guillaume Meurice, qui avaient reproché aux travailleurs indépendants de se comporter comme des assistés, ne dénoncent pas les privilèges dont ils bénéficient.

On se souvient tous de la tribune de Guillaume Meurice, chroniqueur sur Radio France, dénonçant le comportement d’assistés en vigueur chez les indépendants qui demandaient une indemnisation pour être empêchés de travailler par le gouvernement. Ce qu’on ne savait pas à l’époque, c’est que Radio France négociait une rallonge budgétaire par rapport à sa dotation initiale de 2020. Autrement dit, alors que le pays était frappé par une récession historique, ces messieurs et dames du service public demandaient une amélioration de leur sort ! Un égoïsme poujadiste que la Cour des Comptes n’a pas hésité à dénoncer. 

Radio France profite du plan de relance !

Il faut donc lire le rapport de la Cour des Comptes sur l’exécution du budget 2020 pour comprendre en quoi l’égoïsme et le manque complet de solidarité rend l’attitude de Radio France parfaitement écoeurante. 

On y découvre ce tableau totalement lunaire :

Traduction de ce charabia administratif : le gouvernement a soustrait 65 millions au plan de relance présenté à l’automne pour augmenter les moyens de l’audiovisuel public, notamment ceux de Radio France. Dans la pratique, l’enveloppe qui était destinée à aider la culture, a servi de réservoir pour les copains de France Télévisions (45 millions) et de Radio France (15 millions). 

En l’espèce, la dotation initiale de Radio France (un univers où l’on adore donner des leçons de solidarité à la terre entière) est passée de 591 millions à 606 millions grâce à un coup de pouce donné par l’Etat. Merveilleuse opération qui permet, en pleine crise, d’augmenter son budget quand tout le monde se sert la ceinture. 

Au nom de l’intérêt général bien entendu ! Mais on pourrait dire la même chose de France Télévisions qui s’est taillée la part du lion. 

Guillaume Meurice et ses copains, vrais coronaprofiteurs 

Il y a quelques jours, on découvrait l’amendement Mélenchon visant les “coronaprofiteurs” qui avaient profité de la crise pour s’enrichir. On en a trouvé ! et ce ne sont pas de vilaines entreprises capitalistes ! c’est une entreprise publique bien pensante et jamais avare d’une leçon infligée aux gens qui prennent des risques sur le fait qu’ils n’en font pas assez. Cette entreprise s’appelle Radio France. 

Elle était déjà connue pour employer de façon excessive des intermittents du spectacle (tout en dénonçant la précarité capitaliste, bien entendu). On sait désormais que, tout en dénonçant les GAFAM et les profiteurs en tous sens, son appétit pour l’argent du contribuable n’a pas de limite ni de répit, même quand le contribuable est aux abois. 

Cela nous intéresserait d’entendre Guillaume Meurice sur ces coronaprofiteurs qui touchent, comme lui, des émoluments versés par une maison qui se gave quand le petit peuple se serre la ceinture. Une preuve de solidarité, sans doute. 

La connivence avec le politique, y a que ça de vrai

Faut-il préciser que ces petits arrangements avec le ciel ne sont pas totalement dénués d’arrière-pensées partisanes ?

Dans le cas de Delphine Ernotte, sa reconduction à la tête de France Télévisions en pleine épidémie de COVID devrait garantir une vraie docilité des télévisions publiques vis-à-vis du candidat du système en 2022, et tout particulièrement vis-à-vis d’Emmanuel Macron s’il nest pas trop hollandisé pour se présenter. 

Dans le cas de Radio-France, faut-il signaler que cette maison est dirigée depuis 2018 par Sibyle Petitjean, épouse Veil, du nom du petit-fils de Simone Veil ? Accessoirement, Sibyle est aussi camarade de promotion à l’ENA d’Emmanuel Macron, sortie au Conseil d’Etat. Bref, voilà une femme bien introduite dans un milieu où son entregent permet de faire oublier que sa structure est en déficit de près de 20 millions €…

Que l’argent public est riche de vertus… décidément, pour ceux qui savent le dépenser. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

79 Shares:
10 commentaires
  1. Tout ceci est devenu monnaie courante, et pas que dans ce secteur d’activité.
    Le problème étant que cette corruption est si généralisée, que le citoyen lambda s’y est habitué et même s’il n’adhère pas, consent par son mutisme. La France est foutue.

  2. Toutes ces petites gouttes ne vont pas tarder à faire déborder le vase, et, quand ça arrivera devinez quelles seront les pleureuses qui se plaindront de l’injustice du destin?

  3. VINCIT OMNIA VERITAS

    Très bon point de vue, comme souvent !

    Guillaume Meurice serait mieux au bout d’une corde, comme tant d’autres. ( l’ensemble du personnel de france-sphincter et de france-impôts ou france -intox..) et n’évoquons même pas ici l’athée-lévy-zion….

    Attendons que le peuple régicide se réveille ….

    Le sous-lieutenant-déserteur De Gaulle a pactisé avec le rabbin de nationalité zunienne Stephen Wise à Londres pour avoir les clés de la France. Le fils ( ou petit-fils ?) de rabbin Michel Debré l’a aidé (aussi les René Mayer, rené Cassin, et maintenant les Attali, minc et autres saletés de cette secte diabolique) , avec sa 5ème ripoublique.

    Avant sa mise en bière, il était bandé : une balle en plein tête => même pour un maurassien : ça fait des dégâts ….
    personne n’a pu voir (à l’inverse de son ennemi électoral irréductible : la mite) son corps à part les croques-morts. Yvonne et et sa marmaille auraient pu flancher….

    Il a bien trahi la France : ce fils de Juda ! idolâtré notamment par le vicomte qui cocarde en ce moment dans les merdias pour fourguer son dernier opuscule ….

  4. Nous sommes dans une République Socialiste Soviétique !
    Même pire ! En URSS il y a avait La PRAVDA. Ici il y a Des PRAVDAS !
    Puisque pratiquement tous les merdias sont à la botte du “pouvoir” soit parce qu’ils sont grassement (comme jamais !) subventionnés AVEC NOS IMPÔTS, soit parce qu’ils sont eux-mêmes liés directement ou indirectement au “pouvoir” !

    Il n’y a que les “mougeonstruches” qui ne peuvent s’en rendre compte !
    MICRONCESCU est en marche pour une réélection !

  5. Effet normal du capitalisme de connivence, l’état se gavant au passage en violant allègrement les lois qu’il édicte à destination des autres, selon ses bonnes habitudes – cependant, avec pause-caca, on assiste à une rationalisation du fait, passant de l’habituel renvoi d’ascenseur à la totale main-mise par des copines, et là aussi c’est normal, puisque les seules traces dans l’histoire que laissera cette mandature seront de pneus et d’élévation de la corruption de l’artisanat au stade industriel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer