Comment une cyber-attaque rendrait incontournable un Great Reset monétaire

Le scénario d'une cyber-attaque qui paralyserait l'économie mondiale prend corps de façon grandissante. La paralysie ce week-end du pipeline qui approvisionne en pétrole la moitié de la côte est des États-Unis l'a montré. Mais quelles pourraient être les parades monétaires ou financières possibles à un cataclysme du même type qui toucherait la finance ? Cette question est au coeur des réflexions sur la mise en place des monnaies numériques.... qui pourraient brutalement voir leur mise en place accélérée. J'aborde cette question avec Piero San Giorgio.

Quelle pourrait être la riposte à une cyber-attaque qui paralyserait les places financières mondiales ? Cette question obsède les autorités monétaires aujourd’hui, même si la presse subventionnée l’occulte obstinément en France. Elle est aussi au coeur des travaux du Forum de Davos.

Cyber-attaque, Cyberpolygon et Great Reset

On le sait, le Forum de Davos, après avoir passé une année à évoquer le Great Reset, concentre cet été ses efforts et ses attentions sur la simulation d’une cyber-attaque mondiale qui paralyserait les institutions financières. L’hypothèse est loin d’être « folklorique » puisqu’elle est évoquée de façon récurrente par ces institutions, et présentée comme le seul risque majeur pour le système financier par la Réserve Fédérale elle-même. 

Au fond, alors même que beaucoup soupçonnent la bourse d’être en pleine bulle spéculative, c’est plutôt le risque d’attaque majeure par des pirates, par exemple chinois, qui occupe les esprits. La préparation d’une riposte à ce genre d’attaques n’est donc pas dénuée de tout bon sens. 

D’où les exercices dits Cyberpolygon de Davos, qui préparent cette riposte. Ils cherchent à contenir le risque d’une débâcle finale en cas d’attaque victorieuse. Cette attaque, nous l’avons déjà évoqué, pourrait prendre plusieurs formes : soit elle bloquerait les systèmes de paiement, soit elle les « débloquerait » et permettrait de piller les banques sans que les banques ne puissent réagir. 

Une déstabilisation financière par la Chine ?

Politiquement, plusieurs puissances pourraient avoir intérêt à bloquer le système financier mondial, même si ce genre de jeu n’est jamais à somme nulle. Mais si l’on admet l’hypothèse que les crises mondiales renforcent la Chine au détriment des États-Unis, et si l’on admet l’hypothèse que la Chine est bien engagée dans une course à l’écrasement des États-Unis, alors l’hypothèse d’une cyber-attaque chinoise qui paralyserait Wall Street n’est pas absurde. 

On comprend bien par quelle faille elle pourrait s’engouffrer : celle de la décentralisation actuelle des systèmes de paiement, qui sont tous interdépendants mais présentent chacun leur faille et leur exposition au risque d’une attaque massive.

Intellectuellement, on comprend donc quelle peut être la teneur de la riposte : il faut recentraliser les systèmes informatiques bancaires pour les sanctuariser. De cette façon, les systèmes de paiement pourraient être verrouillés dans un sorte de forteresse monétaire beaucoup plus difficilement prenable que le chapelet de fortins actuellement dressés contre les attaques. 

La riposte par les monnaies digitales

On comprend, sous ce prisme, l’importance stratégique de ce qu’on appelle faussement les monnaies numériques ou digitales (euro numérique, dollar numérique, yuan numérique) et qui sont en réalité la confiscation des mouvements monétaires par les banques centrales. Pour éviter la pagaille d’une bataille locale perdue face aux pirates, les banques centrales se proposent de supprimer le cash et les mouvements émiettés entre banques pour constituer une sorte de grand livre des opérations monétaires. 

Concrètement, l’euro numérique, par exemple, sera suivi de A à Z par un big data niché dans les serveurs de la Banque Centrale Européenne, et aucun compte bancaire n’échappera à ce contrôle. Les banques ne seront, plus en réalité, que des succursales d’une seule institution publique appelée banque centrale. Facialement, la concurrence continuera à jouer. Facialement, nous continuerons à ouvrir un compte dans une banque, mais l’argent que nous y placerons sera une sorte de « jeton » numéroté que la banque centrale pourra désactiver quand elle le souhaitera. 

On connaît déjà tous les motifs de désactivation, ce sont ceux des systèmes totalitaires ordinaires : lutte contre la criminalité, le terrorisme, et autres prétextes invoqués pour, tôt ou tard, faire taire les opposants. Christine Lagarde les a déjà annoncés, énoncés et justifiés

La croyance naïve selon laquelle la réponse à une faiblesse consiste à toujours plus centraliser le pouvoir est au coeur même de la logique de Davos. On n’y peut pas grand chose. Elle donnera l’occasion d’une très belle confiscation du pouvoir si elle se réalise, dans l’indifférence générale ou presque des populations. 

Précisons que la BCE a reçu 8.000 réponses à sa consultation sur l’euro numérique, ce qui est un record historique. Et que très majoritairement, les participants ont insisté sur leur crainte de voir leur vie privée anéantie par la monnaie numérique. Les termes du débat sont d’ores et déjà posés. 

 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

10 Commentaires

  1. Prenons quand même conscience que ce qui est numérique ne circule que sur Internet …. donc est particulièrement vulnérable à tout déni d’accès qui pourrait être décidé à tout moment par ceux qui en contrôle l’usage ! Il en est où l’Internet européen ?

  2. Prenons quand même conscience que ce qui est numérique ne circule que sur Internet …. donc est particulièrement vulnérable à tout déni d’accès qui pourrait être décidé à tout moment par ceux qui en contrôlent l’usage ! Il en est où l’Internet européen ?

  3. Centraliser est toujours le plus mauvais choix!

    Ce qu’il nous faut c’est un internet parallèle à partir d’une constellation de micro-satellites, avec idéalement à terme, nos propre lanceurs réutilisables!

    Chaque grosse entreprise doit développer ses propres protocoles de sécurité dans des languages différents, rendant impossible une attaque globale instantanée!

    C’est la standardisation des protocoles de défenses qui les rend vulnérables!

    De même, on peut attaquer une monnaie, mais pas écrouler une multitude de crypto-monnaies en simultané!

    Pour une mener telle politique, le Japon est notre meilleur allié!

    • ***il nous faut c’est un internet parallèle ***
      mais cela ne tient qu’à une chose facile : prendre le pouvoir sur les routers.
      Lesquels sont tenus par Cisco donc les Etats-Unis.
      Strictement RIEN sinon la corruption, n’empêche la France ou l’UE de faire son Internet !
      C’est même tellement simple que c’est une raison de penser à la corruption de nos élites (et ignorance abyssale).
      De plus RIEN n’empêche les grandes entreprises d’avoir LEUR protocole propre !
      Sinon la corruption ou la bêtise ou encore la soumission ..

      Le problème n’est PAS TECHNIQUE.

  4. Vous n’avez pas l’impression que tout ce cinéma ne repose pas sur grand chose . La Chine n’a aucun intérêt à bloquer l’argent qui lui permet de contrôler sa population en maintenant le niveau de vie . Militairement elle a tout à perdre, politiquement elle maintient le pouvoir du PCC avec l’argent de ses clients, si cet manne part en fumée personne ne peut dire ce que ça provoquera . Avez vous déjà vu un fournisseur heureux de ruiner ses clients?
    Que le guru de Davos se raconte ses histoires est une chose, qu’il arrive à les rendre réelle en est une autre . Qu’une simulation paralyse les systèmes financiers devrait au contraire mettre e évidence que l’argent numérique est bien moins fiable que la poignée de billets que l’on a dans la poche, pas sûr du tout que le résultat final ne soit pas l’inverse de celui escompté .

  5. comme toujours les Davosiens se justifient: « pour notre bien » ; mais ne veulent -ils pas plutôt contrôler notre argent jusqu’au dernier centimes? la Chine sera qu’un prétexte, les cyberattaques aussi; ils veulent notre Grisbi c’est tout;
    même impôts pour les entreprises, les particuliers, les « riches » , même Smic (un revenu universel) ,…….. et tous surveillés par un pass numérique et l’accès à notre compte en banque dépendant de notre soumission.

  6. « D’où les exercices dits Cyberpolygon de Davos, qui préparent cette riposte. »
     
    Hem, en réalité, ils sont plutôt en train de peaufiner cette mega-attaque en mettant bien au point tous les « arguments » qui seront utilisés après contre les libertés fondamentales.
     
    Si ça continue dans le même sens, il va vraiment falloir y mettre un point… final.

  7. Comme toujours M. Verhaege ne va pas assez loin dans le raisonnement. Les seuls qui ont intérêt à cette centralisation sont les mêmes qui ont organisé la plandémie: l’élite oligarchique. Les Chinois sont déjà en train de gagner la bataille économique, ils n’ont nul besoin d’empêcher que leurs clients les paient et de les ruiner(comme le fait déjà remarquer un lecteur).Et comme d’habitude, il y a un drill (cyberpolygon du 9 juillet 2021) avant la mise en pratique. C’était le cas avec l’event 201, ça sera le cas cet été. Ça permettra de masquer l’explosion de la bourse (merci à la planche à billets) qui arrive à grands. L’état profond a déjà commencé avec le pipeline colonial. 2021 sera rock’n’roll.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.