ALERTE : Emmanuel Macron ferait passer la réforme des retraites en juillet au Parlement

Selon nos informations, Emmanuel Macron créerait la surprise en inscrivant la réforme des retraites dans un projet de loi qui serait discuté au Parlement cet été. Ce projet porterait diverses mesures d'ordre social et ressemblerait donc à une sorte de loi Pacte, mais destinées à réformer le champ social. Il intégrerait notamment la santé au travail. Le dépôt du texte serait imminent et susciterait déjà la colère du Sénat, compte tenu des délais très courts de discussion. Si cette information se confirmait, le Président profiterait donc des vacances d'été et du relâchement des esprits après plusieurs mois de confinement pour faire passer une mesure impopulaire.

On l’attendait dans le meilleur des cas pour le mois de septembre (voire pas du tout comme nous l’annoncions hier un peu précipitamment). La réforme des retraites devrait finalement avoir lieu cet été, à la faveur d’un mois de juillet où les Français, épuisé par un an de confinement, n’auront sans doute pas envie de manifester dans les rues pour défendre leur bout de gras. 

Une réforme des retraites à la hussarde en juillet

Selon nos informations, la réforme des retraites serait insérée dans un projet de loi portant diverses mesures sociales extrêmement large, en cours de finalisation. Il semblerait que le Sénat doive, au plus tard dans quelques jours, finaliser le calendrier de session qui permettrait d’adopter le texte en urgence cet été. Cette précipitation susciterait déjà de fortes réactions. 

La difficulté vient notamment de l’ampleur du texte, qui “ramasserait” plusieurs réformes d’ampleur dans les cartons depuis le confinement, notamment une réforme de la santé au travail qui a déjà fait l’objet d’un accord interprofessionnel et d’une proposition de loi dont la discussion est suspendue depuis le mois de février

Cette stratégie repose donc sur un “coup” osé par Emmanuel Macron, qui donnera une fois de plus le sentiment que la discussion parlementaire est bâclée et rendue quasiment superfétatoire malgré l’importance des enjeux. 

Macron a-t-il renoncé à se présenter ?

La question incidente est évidemment de savoir si ce passage en force signifie qu’Emmanuel Macron a renoncé à se présenter et qu’il soigne son bilan avant de partir en beauté, ou s’il tente une opération de la dernière chance pour renverser la table et reprendre la main sur l’opinion. 

Pour l’instant, nous sommes tentés de combiner ces deux explications. Si le Président sortant veut avoir une chance d’être réélu, il doit “disrompre” les grands équilibres actuels qui lui sont défavorables. Mettre une réforme aussi brutale sur la table est une stratégie gagnante dans les deux cas. Soit, elle lui permet de reprendre le main en séduisant les Français désireux de réformes, et il aura sérieusement redressé la barre d’un mandat compliqué. Soit, cette stratégie échoue mais le Président aura les coudées franches pour imposer une image de réformateur désintéressé, capable de mettre sa réélection en danger pour assainir le pays. 

La solution de ces équations sera probablement connue à la rentrée de septembre. 

A quoi ressemblera la réforme des retraites ?

Nous avons plusieurs fois évoqué le contenu probable de cette réforme. Dans tous les cas, elle sera “environnée” par une réforme des successions qui interviendra au plus tard en 2022. Nous nous mobiliserons bien entendu, au cas où nos informations confidentielles seraient confirmées, tout au long de cet été, pour vous informer précisément sur le contenu du texte. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne perdez pas un instant

Recevez gratuitement chaque samedi matin la semaine de l'entrepreneur, l'indispensable synthèse d'actualité pour tous ceux qui entreprennent

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1K Shares:
6 commentaires
  1. Faire une réforme shroderienne, quand le germanique propriétaire de la marque a été immédiatement éconduit par les urnes suivantes, ne marchera pas en France. La France se réforme historiquement par la tabula rasa, non par le negotium ou l’imperium.

    Certes, le pays en a vitalement besoin pour aller plus loin ! Mais soigner à l’homéopathie un cancer métastasé à tout l’organisme, alors qu’il faudrait intervenir chirurgicalement par ablation sur des organes en fin de vie, est de la « poudre de perlimpinpin pour charlatan » : toute l’idéologie de « Dieu est parmi nous » est résumée en cette locution proverbiale.

    Pour l’instant, la caste soigne sa sortie sur les chaloupes en plein Atlantique Nord alors que le paquebot fuit de toutes parts.

    Que reste-t-il à faire ? Organiser des fêtes, du pain et des jeux, et faire de la musique jusqu’à ce que l’eau monte aux genoux !

    Que la fierté reste : « Messieurs, ça a été un honneur de jouer avec vous ! Bonne chance. »

    Le Commandant sera-t-il Joseph Bruce Ismay ou Edward John Smith ? J’ai ma réponse mais je la garderai pour moi.

  2. Meuh non, Macron considère que la crise sanitaire ayant été gérée de main de maitre par son gouvernement et lui-même (surtout lui-même), il peut reprendre ce qu’il avait prévu. Et son objectif reste toujours de récupérer les fonds de tous les régimes. comme il s’en bat l’oeil des gueux concernés et que son socle de groupies reste le même qu’avant, il va bien entendu faire sa réforme débile en plein coeur de l’été. Et le sénat, qui couine en signant des 2 mains (c’était quand même un programme PS et LR), va entériner le tout. Bienvenue à Gattaca…

  3. Oui, je suis plutôt d’accord avec vous, la réforme des retraites fut une des conditions sine qua non pour que l’UE accepte de verser les fonds supposés nous sortir de la mouise dans l’après covid.
    Une petite cure de 49-3 à l’automne, plus un nouveau confinement histoire de nous mettre en forme pour le rude hiver à venir.

  4. Il y aura tellement de “bazar” que l’armée se verra obligée d’intervenir. Que pour sortir de l’enfer élyséen, le jupitérion devra dissoudre l’Assemblée Nationale et provoquer de nouvelles élections législatives qui confirmeront la disparition de tous ce qui porte un L & R dans leur parti. Il aura tenté, il aura perdu. Et ses “patrons cachés” prendront peur, car quelqu’un armera les ogives atomiques françaises et “le monde d’après” tremblera. Souviens toi de Caton lui dira Hollande.

  5. Ca n’était pas du tout mieux avant en fait de “pseudo”-démocratie, mais depuis 1958, même en cas de cohabitation, nous sommes passés de fait en godillotcratie.

    Et ni Chouard, ni Melonchon et sa sixième république n’y changeront quelque chose.

    Par contre interdire le renouvellement du mandat …. Seulement la mentalité “harakiri” dans le monde parlementaire …

    La solution constructive serait peut-être la sophocratie politique avec avant tout deux ou trois femmes et deux ou trois hommes, non politiciens, mais sages et altruistes, élus et co-présidant à cinq l’« État » (méritant enfin sa majuscule) sans possibilité de renouvellement et avec comme ministres des directeurs de grands administrations systématiquement changés un an après les présidentielles, etc.

    On pourrait commencer par recenser les candidates et candidats potentiels dont la sagesse et l’altruisme réputés enthousiasmeraient jusqu’à la majorité des abstentionnistes et moucheraient la résistance des inutiles parlementaires, surtout si on améliorait sérieusement le recrutement au CESE et augmentait les attributions de conseils régionaux élus à la proportionnelle intégrale.

    Dans cette société de plus en plus insensée, on peut toujours rêver.

  6. S’entrainer à mener une Nation “…à la hussarde…” c’est aussi s’ entrainer à des modes de gouvernement totalitariste. Beaucoup de citoyens ont rapidement ressenti, plus ou moins intuitivement, que c’était dans les gènes de l'”enfant” et de ses faisceaux d’aventuriers (c’est d’ailleurs probablement une des raison majeure de l’inextinguible montée de la violence depuis le début de son règne).

    Alors après les mises en bouche avec Benalla puis les “gilets jaunes”, après le plat de résistance goulument consommé avec la gestion de la crise sanitaire et ses conseils de guerre ( guerre contre qui ??? contre les Français???) pourquoi ne pas s’offrir la ronde des desserts??? Et ce d’autant que l’addition passera en notes de frais pour les sociétés qui tirent les ficelles et que les français sont suffisamment cons pour être heureux de pouvoir maintenant êtr autorisés à se promener sur une plage tout seul…sans avoir à mettre leur masque chirurgical à bas coût avec lequel ils ont consciencieusement inhalé des fibres de matières plastiques pendant des mois …

    Mais, ce aussi, d’autant que le totalitarisme est aussi de plus en plus dans les gènes des européistes de tous poils et de l’union européenne. Il suffit de mettre en contre point de cette “gestion à la hussarde” les prémisses de la lutte ultime que commence à engagé l’union européenne contre les Nations européennes avec ses recours jusqu’à et y compris contre la Cour constitutionnelle de la nation allemande de Karlsruhe elle-même . Alors, si même l’Etat de droit de la Nation allemande (l'”homme fort de l’Europe”) doit plier, vous pensez bien que pour ce “pays du sud” qu’est la France avec sa démocratie malade et sa survie prévue sous perf. du grand emprunt made in “muter Europa” peut importe les méthodes. Personne ne trouvera à y redire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer