Malgré la vaccination massive, l’épidémie reprend en Angleterre

L'Angleterre a atteint un taux de vaccination de 80%... mais le nombre quotidien de cas dépasse à nouveau les 10.000, ce qui soulève quelques importantes questions sur l'efficacité des vaccins eux-mêmes. Certes, la mortalité n'augmente pas pour l'instant, outre-Manche. Mais la certitude selon laquelle la vaccination est l'arme absolue pour arrêter l'épidémie s'effrite dangereusement : en vérité, même avec une vaccination quasi-intégrale de la population, l'épidémie peut reprendre et obliger à de nouveaux confinements...

L’Angleterre, malgré une vaccination pionnière et bien plus massive qu’en France, est désormais obligée de repousser d’un mois ses mesures de déconfinement, pour éviter une nouvelle submersion épidémique. Cette mauvaise nouvelle pour les Britanniques soulève l’importante question de l’utilité vaccinale, toujours considérée comme indiscutable en France, mais en réalité un peu douteuse. 

L’Angleterre passe le cap des 10.000 cas quotidiens

Selon les autorités britanniques, le cap des 10.000 cas quotidiens a été passé jeudi. En une semaine, les contaminations ont bondi de 33,7%. Une étude publiée ce jeudi par l’Imperial College London et Ipsos MORI a révélé que les cas sont en « augmentation exponentielle » dans toute l’Angleterre, principalement dans les groupes d’âge non vaccinés. Les données suggèrent que les cas doublent tous les 11 jours.

Pour l’instant, cette explosion épidémique n’a pas eu d’effet sur la mortalité. Elle serait due au variant indien. 

Une certaine confusion règne sur l’impact ou non de la vaccination. Mais une certitude se dégage : vacciner 80% de sa population n’évite pas le retour de l’épidémie, ce qui n’est guère encourageant pour l’automne, en France. 

Johnson repousse le déconfinement

Face à cette situation épidémique surprenante, les Anglais devront patienter pour être déconfinés définitivement. Boris Johnson vient de repousser de quatre semaines la levée des restrictions sanitaires. 

Là encore, la douche est glacée. La vaccination de masse était présentée il y a peu (et encore aujourd’hui largement dans la presse française subventionnée) comme l’alpha et l’oméga de la lutte contre l’épidémie. Visiblement, les effets de la vaccination sont un peu plus incertains qu’on a bien voulu le dire, notamment face aux « variants » (en l’espèce le variant indien). 

L’Inde s’en sort mieux avec l’ivermectine

Si la vaccination semble ne pas empêcher la contamination massive au variant indien en Angleterre, l’ivermectine donne apparemment des résultats spectaculaires… en Inde, ce qui interroge une nouvelle fois sur la stratégie du tout vaccin, et sur la lutte obstinée des autorités sanitaires contre les traitements. 

Voici la situation en Inde :

Comme on le voit, la situation est bien meilleure qu’en Grande-Bretagne. Cela ne signifie pas forcément que l’ivermectine soit un produit miracle,  mais… on voit bien qu’un débat ouvert sur le sujet serait sain et nécessaire. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

35 Commentaires

  1. Reste à voir si la répartition cas graves/cas bénins est la même. Le fait que la mortalité ne soit pas repartie en hausse est plutôt encourageant. Selon certaines théories, le covid va évoluer et devenir semblable aux rhumes. Il est rares que les rhumes dégénèrent en pneumonie grave et il est quasiment impossible d’échapper à des rhumes multiples au cours de sa vie car l’immunité naturelle au niveau du nez est faible (normal, il ne s’agit pas du saint du saint de l’organisme à protéger à tout prix). Il peut en être de même pour la vaccination qui protégerait alors des formes graves et de rien d’autre. Ce n’est pas négligeable mais cela signifierait qu’il faut concentrer la vaccination sur les personnes à risque et arrêter d’emmerder les autres

    • Eh, il faut arrêter de fumer la colle de la moquette avec le béton du dessous ! « car l’immunité naturelle au niveau du nez est faible » c’est du grand n’importe quoi, d’abord parce que l’immunité n’a pas de localisation, c’est d’ailleurs ce qui fait une bonne partie de sa force, ensuite parce que les rhino-virus faisant partie des plus gros mutants, les mécanismes immunitaires peinent toujours à les arrêter.
       
      Par ailleurs, il con-vient de ne pas utiliser de nov’langue et d’appeler un chat un chat, il n’est nullement question de « vaccination », mais d’injections intra-musculaires de thérapies géniques au stade expérimental – qui commencent d’ailleurs déjà à passer dans l’ADN de certaines personnes comme c’était hautement prévisible – enfin, quand on suit, même de loin, les progressions scientifique et médicale dans leur ensemble.

      • J’ai bien aimé l’idée que le nez n’a pas besoin d’être protégé. C’est juste un point d’entrée vers les poumons, mais à part ça, c’est assez accessoire 🙂

    • Et si Geert Vanden Bossche avait raison ? Il avait prédit : « dans deux mois, à l’été, l’épidémie repartira et atteindra des personnes plus jeunes ». Voir ou revoir ses interventions sur Youtube (en anglais).

  2. Les Docteurs Nicole et Gérard Delépine, mari et femme dans la vie, couple de médecins retraités oncologues et chirurgiens de l’APHP, expliquent depuis 6 mois (avec le premier cas/pays étudié et significatif d’Israël) que la « vaccination de masse est immédiatement corrélée avec une reprise massive des contaminations ».

    C’est désormais un fait scientifique constaté en Inde, UK, Seychelles, USA version Etats Démocrates, etc.

    De nombreux exemples célèbres ont surgi, de gens vaccinés puis contaminés alors qu’il étaient non porteurs du Sars-cov-2 auparavant, test PCR à l’appui. Les exemples sont dorénavant légions romaines. A un pharmacien à qui je relatais les statistiques affolantes de mortalités post vaccinales en Europe (15.000 décès dus directement à la vaccination), je me suis vu opposer l’argumentation des laboratoires pharmaceutiques bénéfice/risque : « 15.000 morts pour des millions de sauvés »… Voilà le cynisme de BIG PHARMA qui descend maintenant jusque dans les pharmacies !

    Ce n’est plus du tout le même métier que celui de mon père et de mon grand-père, pour qui sauver un humain était plus important que sauver la planète…

    Le couple de médecins retraités de l’APHP expliquent donc fort bien (https://www.nicoledelepine.fr/publication-nicoledelepine.php), au diapason du Pr. Didier Raoult et de l’IHU, que la protéïne Spike, dite « de pointe » (elle est en tête du génome du virus quand elle pénètre dans le noyau des cellules), est la même que celle du virus Sars-cov-2. Elle rentre dans le génome puis grâce à l’enzyme transcriptase inverse, peut modifier le génome de l’ADN, fait déjà constaté dans le HIV. Découverte de Howard Martin Temin, (1934-1994), prix Lasker et prix Nobel de physiologie ou médecine en 1975 pour ses travaux sur la transcriptase inverse. Le Pr. Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine 2008 pour la co-découverte du virus HIV, affirma en avril 2020 que l’analyse mathématique du génome du Sars-cov-2 laissait apparaître deux insertions de HIV. Le virus était donc, selon lui, obligatoirement une chimère car ce genre de recombinaison est impossible dans la nature. Fait confirmé par Alexandra Henrion-Caude et un chercheur associé du CNRS qui découvrent en octobre 2020 (vidéo supprimée de YouTube dans les 12 heures mais encore présente ici : https://www.nexus.fr/video/science/entretien-alexandra-henrion-caude-2/) que deux insertions du Sars-cov-2 sont déjà brevetées… Découvertes réputées « complotistes » par la meute des chiens financés par le Dolder Club de BIG PHARMA, dits « médecins de plateaux de télévision ».

    Dans cet article, citation du brevet des insertions sur le Sars-cov-2 sus-mentionnées.

    Dans un premier temps, la profession médicale vaccinophile cornaquée par BIG PHARMA pensait que le vaccin ARNm inoculé restait localisé dans le muscle d’injection. Puis aux USA, on découvre avec effroi que la protéine Spike investit tous les organes, jusqu’aux ovaires et au foie (cf. interview du Pr Bridle sur France Soir : « La protéine Spike est elle-même toxique et dangereuse pour l’homme ») bien entendu avec des risques importants de stérilité chez les jeunes.

    Tout cela est suffisamment expliqué sur la Bible du Covid que constituent maintenant les archives de France Soir, Réinfocovid, les avocats Reiner Fuellmich (DE) et Fabrice di Vizio (FR), la chaîne YouTube de l’IHU de Marseille depuis plus d’un an. Bien entendu, on ostracise méchament le Dr. Gérard Maudrux, promoteur infatigable de la molécule miraculeuse Ivermectine, avec menaces de Conseil de l’ORdre. On enferme en hôpital psychiatrique le Pr. Fourtillan, qui ne fait rien d’autre que ce quue faisait Louis Pasteur à son époque.

    Le Pr. Didier Raoult, dont la femme est juive, rappelle cette semaine que l’ambiance actuelle est similaire à celle de « Je suis partout » sous le pétainisme… Délation, ostracisation, étoile jaune, pass sanitaire…

    Pourquoi ? C’est simple à comprendre. La molécule Ivermectine, inventée en 1975 par le Pr. Satoshi Ōmura co-Prix Nobel de Médecine en 2015, est la molécule qui va tuer les bénéfices astronomiques BIG PHARMA obtenus sur des quasi poisons (Remdesivir), vite produits et vite vendus sans essais complexes – selon le modèle marketing avec AMM hyper raccourcies, lobbying monstrueux auprès de décideurs politiques et technocratiques, provision d’un sur des milliards de bénéfices pour voir venir les procès devant les tribunaux, qui est l’ancien modèle des cigarettiers US devenu celui de BIG PHARMA – cigarettiers condamnés à des centaines de milliards de $ de dédommagements et de punitions.

    Une constitution législative soubassement d’une société corrompue, qui accepte que le modèle marketing des producteurs de substances cancérigènes qui tuent devienne le modèle marketing des industries pharmaceutiques censées améliorer la santé des populations, est proche de la fin.

    Le protocole raultien a fait ses preuves à l’HU et dans 17 pays d’Afrique noire.
    L’artemisia annua en prophylaxie générale a sauvé Madagascar de la pandémie.
    L’Ivermectine est un miraculeux trousseau de clé à multiples solutions thérapeutiques. Elle est distribuée gratuitement par l’OMS en Afrique en prophylaxie contre les vers d’eau et la gale.

    Mais ils sont quasi gratuits car génériqués.

    Bien entendu, l’industrie pharmaceutique réunie dans le Dolder Club et leurs amis des pouvoirs complices de l’Ancien Régime ne l’entendent pas de cette oreille ! Et notre oseille, disent-ils !

    Oui, c’est la fin d’une époque comme en 1789.
    Le spectacle pyrotechnique est déjà grandiose.
    Et nous ne sommes pas encore au final !
    Les têtes vont tomber et rouler dans le caniveau.
    Il n’y aura pas de bunkers ni de paradis fiscaux.
    La révolte est désormais mondiale.
    Ils ont voulu un pouvoir mondial.
    Ils auront un retour de bâton mondial.
    Ils sont 2.500.
    Nous sommes 7.5 milliards.

    • Si la situation n’était pas aussi grave tout ce cinéma prêterait à rire . Lorsqu’on entend les marchands de salades avariées des MMS nous raconter leurs histoires à dormir debout et vanter les « vaccins » qui ne servent pas à grand chose et hurlant à la mort sur les 200-300000 morts en Inde, oubliant joyeusement que l’Inde a un système décentralisé, une population 20 fois supérieure à la notre, un système de soins bien moins performant, a « vacciné » environ 3-4% de sa population et que les zones les plus touchées se trouvent dans des états qui ont moins utilisé les traitements précoces on peut s’interroger sur la santé mentale de ces clowns subventionnés . 300000décés/1300000000? Je ne peux que leur suggérer de parler de morts par millions d’habitants là, ils auraient peut-être un peu plus de crédibilité, même si les comparaisons seraient difficilement à notre avantage .
      Pour le reste, ne sous estimez pas leur nombre, ils sont appuyés, en Europe au moins, par une importante classe de parasites . Le rapport reste très largement à notre avantage mais il n’est pas sûr que ce soit le cas en France . La propagande a fait des ravages .

    • Pour la pharmaco-vigilance, imaginons qu’un effort colossal ait permis de doubler les cas rapportés (ce dont je doute absolument, mais bon, imaginons tout de même), ça veut dire que la quantité de cas rapportés passerait donc de 1% à 2% du global, et encore, cela n’est-il valable que pour les pays industrialisés où les chiffres seront toujours sciemment minorés, parce qu’en cas de chasse, c’est le gouvernement qui est l’assureur en dernier recours.
       
      Ceci veut dire que, quand on nous donne un nombre mondial de ~700k décès à cause des thérapies géniques expérimentales, il faut multiplier ce chiffre en fait par 50 (2% × 50 = 100%) chez nous et tout à fait logiquement, par au strict minimum 200 pour les pays du tiers-monde, ce qui donne dans le meilleur des cas (c’est à dire en con-sidérant que tous les pays seraient industrialisés) : 700’000 × 50 = 35’000’000 – ça commence à compter, là ! Surtout quand on compare avec la mortalité mondiale – pouf, le rapport bénéfice-risques est au minimum à zéro.
       
      Par ailleurs, la dernière étude du Salk Institute américain (sorte d’institut pasteur, mais avec une bonne notoriété mondiale, lui) montre sans ambages que des virus inactivés au niveau du noyau mais restant contenus dans la protéine de spike d’origine ont exactement les mêmes résultats sur la santé que le virus complet – et les thérapies géniques sont censées faire produire… du spike par les cellules du cobaye – cherchez la grosse erreur.
       
      Quant’aux vieilles molécules médicamenteuses efficaces, vu qu’il reste heureusement pas mal de scientifiques et de médecins non-corrompus, on peut s’attendre à découvrir prochainement que beaucoup de maladies graves peuvent-être combattues très efficacement et avec peu d’effets secondaires pour un coût ridicule en regard des résultats positifs.

    • Mon commentaire

      Envoyé à l instant est une réponse à celui de Fr servenieres je ne sais si je l ai placé au bon endroit à juste titre ne pas publier ce message mais si vous acceptez mon commentaire merci de le publier à cette place !!!!

    • Il faut diffuser cette info le plus largement possible.
      Essayer de la relayer auprès de sites tels que the covidblog, healthimpactnews, etc.

  3. C’est un peu tendancieux de dire que la situation est meilleur en Inde à cause de l’usage d’un médicament qu’en Angleterre qui vaccine quand on voit qu’en Inde il y a 3000 morts par jour contre une poignée au Royaume-Uni. Même en tenant compte d’un facteur 20 sur la population, cela justifie plutôt la stratégie du Royaume-Uni … Après, il faudra voir ce que cela donnera quand une vaccination importante sera atteinte. Ils ont en fait seulement 40% de gens avec double dose et 60% avec simple dose sachant que la protection ne prend effet que 2 semaines après la 1ère dose ete st partielle alors. En pondérant avec 5° d’effets pour ceux qui ont la 1ère dose et 90% pour la deuxième on obtient un taux de vaccination pondéré de 40*0.9+20*0.5=46%. Ils sont donc encore loin d’un majorité de personnes protégés.

    A noté qu’en France, ce taux de protection vaccinal pondéré est aujourd’hui de 22.7*0.9+24*0.5= 32%. Même en Israël avec 60% de gens avec deux doses, on est loin d’une vaccination systématique même si les effets sont tout à fait notables.

    • Il n’y a strictement rien de tendancieux à constater que ce sont les états indien qui n’ont quasiment pas vacciné et ont utilisés les traitements précoces, au debut (HCQ+AZT) puis ultérieurement pour cause de pénurie Ivermectine . Les résultats ne laissent pas de place au doute . Il faudra m’expliquer comment un simple constat peut être tendancieux, parce qu’il remet en doute vos certitudes et rend votre propagande moins audible? Qu’il remet en évidence toute la pourriture des Eurobéats qui saute aux yeux si on veut bien les ouvrir . A ma connaissance l’Inde n’a pas eu besoin de piquer au rivotryl une partie de sa population . A moins bien sûr que vous fassiez partie de ceux qui approuvent le totalitarisme mondialiste qui se prétend progressiste .

      • Vous confondez tout justement. Vos avis politique vous empêche de voir les effets très positifs des vaccins. Il faut savoir distinguer les choses sinon on se retrouve dans le cas des USA choisissant leur politique juste en faisant l’inverse de Trump sans réfléchir plus. Et l’efficacité des vaccins ne veut pas dire que les médicaments de traitement sont inutiles et vice-versa. De même, l’efficacité du vaccin, les risques d’effets secondaires à court et long terme et le bénéfice risque suivant les individus sont des sujets différents qu’il ne faut pas mélanger.

        Et si vous voulez voir des complots, demandez vous comment font les allemands pour vacciner plus que nous alors que l’on est censé répartir les doses équitablement au niveau européen …

        Quand aux histoires des différents Etats indiens, il n’y a rien au-dessus qui en parle justement.

        • Non, il est au con-traire lucide, parce qu’il ne s’agit pas de vaccins, mais bel et bien de thérapies géniques expérimentales qui ont déjà des tas d’effets délétères¹ et ont même commencé à se mêler à l’ADN de certains des cobayes qui se sont souvent laissés piquer pour des raisons aux antipodes de la santé (principalement pour pouvoir se déplacer en vacances ou dans d’autre pays plus facilement pour le travail.)
           
          ——
          ¹ – à toutes fins utiles, je vous rappelle que des 3 bras de test de ces thérapies géniques expérimentales (rats, furets et chats), aucun sujet n’a survécu, à cause de la violence des tempêtes de cytokines déclenchées quand les cobayes piqués ont rencontré un vrai virus en personne… en matière de rapport bénéfice/risques, on a vu mieux, beaucoup mieux – et encore, puisque l’on sait que la pharmaco-vigilance est au-dessous tout, les chiffres des morts et des effets secondaires graves sont-ils à multiplier au moins par 50, et là, le rapport devient négatif.

        • De quelle confusion parlez-vous ?
          Renseignez-vous davantage : ces pseudos vaccins ne sont pas efficaces et en plus ils sont dangereux et il y a une multitude d’études qui l’attestent dans tous les pays. Les courbes le prouvent.
          Autour de moi, ceux qui sont vaccinés tombent malades voire meurent, pas du covid mais d’autres effets secondaires alors qu’ils étaient en très bonne santé avant les piqûres.
          Par contre, cet automne, quand les vaccinés vont être en présence de bactéries/virus, il va y avoir une hécatombe et les médias n’auront de cesse de dire que ce sera à cause de nouveaux variants incitant encore à se faire piquer.
          Par l’absurde, vous êtes en voiture ,vous entrez en collision avec un autre véhicule, est-ce que vous continuez d’accélérer pour amplifier l’accident?
          Vous restez sur votre quant à soi, ce qui est malheureux.
          Combien de morts ou d’invalides seront nécessaires pour vous éclairer ?
          Tout en sachant qu’il n’y a aucune volonté de la part des États à pratiquer des recensements honnêtes en pharmacovigilance, ni d’autopsies sérieuses.
          Le mensonge des chiffres et des décisions est éloquent depuis 2020, alors pourquoi cela s’arrêterait-il ?
          Si vous prouvez qu’il existe des médicaments efficaces, la vaccination doit être interrompue, c’est le principe de l’autorisation conditionnelle de mise sur le marché alors il est imposé qu’il n’existe aucune remède et le tour est joué. Rien que cela devrait vous alerter.
          Et puis on se fiche des complots, c’est du bavardage stérile pour détourner l’attention sur les vrais problèmes.

          • Le site de pharmacovigilance de Tours près de chez moi a demandé aux professionnels de santé et particuliers d’arrêter de faire des signalements, car vu le nombre affolant d’effets secondaires post-vaccinaux covid-19 rien que dans l’Ouest, ils n’avaient pas la taille de structure pour absorber cette masse d’informations.

    • J’aime pas les chiffres sortis d’un chapeau, tout comme je n’aime pas plus cette notion « d’immunité collective » également sortie tout droit d’un chapeau, puisque aucune étude internationale publiée n’aborde la question et que les pourcentages de piqués soi-disant nécessaires pour l’obtenir varient suivant l’humeur des mandarins locaux.

  4. La phrase clé : « principalement dans les groupes d’âge non vaccinés ».
    A partir du moment où les gens qui tombent malades sont des non vaccinés je ne vois pas où est le problème. Ca ne remets absolument pas en cause la vaccination.Pour info aux USA sur 100 millions de vaccinés le taux de vacciné qui attrapent quand même le Covid est de 0,01% soit une personne sur 10 000 ce qui est beaucoup moins statistiquement que la couverture annoncée du vaccin.
    Mais effectivement en dehors de ça il y a une réelle obstination a ne pas vouloir utiliser les remèdes qui fonctionnent comme l’Ivermectine

    • « principalement dans les groupes d’âge non vaccinés »

      Pour moi, cette phrase ne veut strictement rien dire
      Il faut un pourcentage, parce que <>, çà peut être 49/51 %.

      • Je re-publie,

        « principalement dans les groupes d’âge non vaccinés »

        Pour moi, cette phrase ne veut strictement rien dire.
        Il faut un pourcentage, parce que « principalement », çà peut être 49/51 %.

    • De plus, la plupart des gens, qui ne veulent pas se faire vacciner n’ont pas peur du virus, mais des conséquences à long terme du vaccin. Donc, je dirai qu’une personne en fin de vie, la vaccination est une solution intéressante. Pour des gens en bonne santé, c’est une autre histoire, dont on aura le dénouement que dans une dizaine d’année.

    • Parce qu’un vaccin à dix sous, c’est gratuit, puisque c’est l’état qui paye ;-p)
       
      Fouillez un peu partout, vous verrez que ces TGE (Thérapies Géniques Expérimentales) contiennent des choses discutables, comme des nano-particules de coating composées de luciférine (passe encore, sauf qu’elles ne sont livrables qu’en suspension dans leur solvant, qui se trouve être un poison violent pour les organismes vivants, du chloroforme) ou des nano-particules magnétiques (pourquoi ??? certainement pas pour faire joli, puisqu’il faut les approvisionner ET les payer…)

  5. @pabizou / 18 JUIN 2021 À 10 H 43 MIN
    « ….Pour le reste, ne sous estimez pas leur nombre, ils sont appuyés, en Europe au moins, par une importante classe de parasites . Le rapport reste très largement à notre avantage mais il n’est pas sûr que ce soit le cas en France . La propagande a fait des ravages . »

    En France le « POUVOIR » peut compter sur son ARMEE DE FONCTIONNAIRES !!!
    On ne va pas aller à l’encontre de celui qui vous entretient et qui vous chouchoute !!!

    Des millions d’individus prêts, chacun à leurs niveaux, à imiter leur patron MICRONCESCU, et à laisser exprimer leurs petits penchants dictatoriaux du fait également de leur sentiment d’impunité !

    • En cas de problèmes, ce ne seront pas ceux là les plus dangereux, ceux là sont ce qu’ils sont par aversion au risque, il feront sans doute partie des tourneurs de vestes dès que ça deviendra un peu trop chauds à leur goût .

  6. « mais le nombre quotidien de cas dépasse à nouveau les 10.000, ce qui soulève quelques importantes questions sur l’efficacité des vaccins eux-mêmes. Certes, la mortalité n’augmente pas pour l’instant, outre-Manche. »
    Nous nous permettrons de faire observer que ce n’est pas le « nombre de cas » qui qualifie l’amplitude d’une épidémie mais son taux de mortalité. Si le « nombre de cas » explose au RU et que le taux de mortalité stagne, cela signifie ni plus ni moins qu’il existe un taux important de « faux-positifs » qui polluent les statistiques officielles. Comment pourrait-il en être autrement avec un test qui, au-delà de 35 cycles d’amplification, détecte tout et n’importe quoi. Moralité : on tourne en rond et l’on fait dire aux statistiques ce que l’on a envie d’entendre.

  7. Une journaliste vedette de Fox News dévoile ce que des sites « complotistes » avaient révélé depuis plus d’un an : le Rapport Rockefeller portant sur un scénario de pandémie et publié en 2010. Article relevé sur le site « reseauinternational » ce 19 juin. La presse n’a évidemment jamais relaté l’existence de ce document qui peut être considéré comme le document de base, fondement de l’élaboration de la crise sanitaire, heureuse opportunité pour la présentation et l’avènement du Grand Reset.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.