Les pouvoirs disproportionnés d’enquête et de contrôle de l’administration : le Conseil d’État appelle à plus de transparence

Dans un rapport, le Conseil d'Etat dresse un état des lieux sévère des pouvoirs disproportionnés d'enquête et de contrôle des administrations. Pour être plus efficace, il propose de mieux encadrer ces pouvoirs dans un esprit de proportionnalité et de plus grande transparence.

Edouard Philippe, à l’époque 1er ministre, avait demandé au Conseil d’Etat de réaliser une étude sur les pouvoirs d’enquête et de contrôle de l’administration vis-à-vis des entreprises et des citoyens. Avec la crise sanitaire, le chantier est passé inaperçu. Mais le Conseil a mené à bien son enquête et a remis sa copie à Matignon.

Le 6 juillet 2021, le Conseil d’État a publié son étude sur les pouvoirs de contrôle et d’enquête de l’administration vis-à-vis des entreprises et des citoyens. Il constate la stratification et la multiplication des pouvoirs donnés aux administrations et l’absence de vision d’ensemble. Il propose une harmonisation des usages et une simplification des attributions et des compétences, afin d’améliorer le déroulement et l’efficacité de ces contrôles qui font partie intégrante de notre pacte social.

1.Les pouvoirs disproportionnés de l’administration

Douaniers, contrôleurs des impôts, inspecteurs du travail, de l’environnement, de santé publiques vétérinaire, agents des URSSAF, de la DGCCRF, inspecteurs et contrôleurs des ARS, enquêteurs de l’autorité de la concurrence sont les plus connus des agents de l’Etat disposant de pouvoirs d’enquête et de contrôle, souvent très vastes, parfois disproportionnés eu finalement peu transparents. Le Conseil d’Etat relève que :

« (…) s’ils répondent à une forte demande sociale et sont perçus comme protecteurs (…) ces contrôles (…) sont souvent dénoncés (…). »

Ils sont ainsi 50.000 agents dédiés au contrôle du respect des normes et des règlements. Et le Conseil d’Etat de reconnaitre :

« Tout contrôle de l’administration peut bouleverser la vie de celui qui en est l’objet. »

2.La faute au législateur

Au fil du temps, les différentes administrations ou autorités administratives indépendantes ont bénéficié d’un arsenal de pouvoirs sans cesse élargi, le législateur cherchant le « toujours plus » pour montrer sa détermination à lutter contre les fraudes.

Des pouvoirs souvent très intrusifs, permettant des perquisitions, saisies, etc. Sans garanties harmonisées.

Chaque année c’est toujours plus de normes réglementaires (arrêtés, décrets) ou législatives (ordonnances, lois, lois organiques) qui nécessitent plus de contrôles, de fonctionnaires, et contribuent à la croissance de cet Etat ventripotent et centralisateur.

3.Les recommandations du Conseil d’Etat

Le Conseil d’État dénonce le manque de transparence dans les procédures  et définit trois grandes thématiques dans ses recommandations :

–  l’harmonisation des pouvoirs d’enquête et de contrôle des administrations grâce à la mise en place d’un « socle commun » qui réunirait les règles et dispositifs de contrôle et intègrerait une charte du contrôle, remise aux personnes contrôlées avant le passage de l’administration, leur indiquant l’ensemble des informations clés sur la règle de procédure, leurs droits ainsi que les suites éventuelles du contrôle ;

– la simplification des attributions et des compétences qui passe par la simplification des textes désignant les agents compétents, la formation des agents et l’évaluation des pouvoirs attribués aux administrations en fonction de leur usage et de leur utilité ;

– et une meilleure transparence de l’administration sur la réalisation et les résultats des contrôles, grâce à la mise en place d’outils de pilotage et d’indicateurs cohérents et une meilleure communication dans les rapports annuels d’activité.

 

En France, l’administration peut tout et ne rend que rarement des comptes. Le juge administratif a vu exploser le nombre de contentieux ces dernières années. « L’administration française a‐t-elle réellement besoin de tous ces pouvoirs d’enquête et de contrôle ? », pointe l’étude.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

75 Shares:
3 commentaires
  1. Ce qui vient en sus est tout aussi inquiétant, comme par exemple la baisse drastique du nombre d’inspecteurs de la DGCCRF et de celle du nombre de vétérinaires – d’ailleurs, en combinant les deux, on pense tout de suite au faux bœuf, mais vrai cheval dans les lasagnes, ravioli, plats cuisinés, etc – et ça, nous le devons intégralement au nain de jardin.
     
    Loin de moi l’idée de défendre les administrations, mais il faut absolument évaluer tout ça au cas par cas, afin d’éviter le défaut habituel de l’état, le nivellement par le bas et/ou la solution miracle omni-imposée par le haut et ne correspondant à rien qu’à un inexistant “cas moyen”.
     
    Une fois de plus, en dehors de la logorrhée réglementaire et du 50% de feignasses, il y a une question de distribution des agents de l’état qui n’est ni faite, ni à faire, pléthore là où ça n’est pas justifié et lacunes là où il est criant que les coupes n’ont été effectuées que pour sauvegarder certains intérêts industriels particuliers.
     
    En bref et comme c’est maintenant visible, même pour un aveugle, c’est tout le système qu’il faut briser pour reconstruire quelque chose qui fonctionne correctement, car le bouzyn est devenu un nœud Gordien, ce qui ne date pas d’hier.

  2. J aime beaucoup venir vous lire, mais alors au fur et mesure des jours qui passent et de vos commentaires je me désespère de lire et comprendre du niveau des français à ne rien vouloir comprendre de cette boue dans le laquelle nous sommes…On devrait déjà être tous à s’organiser pour sortir de ce marasme..Mais si certains commencent à se poser des question c est mou du genoux..

  3. Quand on gonfle outrageusement la fonction publique, on crée très vite une armada de « petits chefs » qui multiplient la paperasserie et les tracasseries inutiles.

    C’est pour ça que les « gros » dossiers paraissant infranchissables, ils se rabattent sur les « petits » qui n’en peuvent mais de se voir chercher des poux dans la tête quand des fraudeurs avérés s’en tirent sans dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer