Document : la circulaire sur la 3è dose qui viole le principe de précaution

Nous publions aujourd'hui la circulaire de la Direction Générale de la Santé lançant la campagne d'inoculation de la 3è dose de vaccins pour les plus de 65 ans, dans les EHPAD. Cette décision de lancer une campagne de rappel est lourde de conséquences (et de sens) puisqu'elle est prise alors même que les instances européennes ont fermement mis en garde les Etats-membres sur les risques juridiques qu'ils prenaient en la décidant. Autrement dit, les talibans de la caste sanitaire qui ont pris le pouvoir sont en train de violer en beauté le principe constitutionnel de précaution...

Comme on le voit, la circulaire de la 3è dose a pris soin de rappeler, en introduction, les avis scientifiques rendus sur les bienfaits de cet abonnement au vaccin. Petit problème, il manque un avis essentiel : celui de l’Agence Européenne du Médicament (EMA), qui est très frileuse sur le sujet. Et les avis “français” méritent d’être lus pour comprendre quels risques le gouvernement prend avec cette troisième dose, malgré le bourrage de crâne totalement irresponsable auquel les médias se livrent sur le sujet. 

Frilosité des autorités scientifiques françaises

On rappellera ici quelques éléments très significatifs des avis rendus par les autorités scientifiques françaises sur la 3è dose. 

Par exemple, le Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinal (COSV) a rendu le 19 août un avis qui dit ceci :

D’après les données disponibles concernant la durée de la protection conférée par la vaccination chez les personnes très âgées, il parait donc raisonnable de définir un délai recommandé d’au moins 6 mois entre la primo-vaccination et l’administration d’une dose de rappel.

Un conseil scientifique qui conclut que, “d’après les données disponibles”, “il paraît donc raisonnable” d’administrer une 3è dose, on a connu mieux en termes de certitudes scientifiques. Mais, visiblement, le fait que des décisions de vacciner ou non soient prises avec si peu d’analyse et de certitude ne choque plus personne en France. 

Quelques jours après cet avis bien peu convaincant, la Haute Autorité de Santé a pris sa plus belle plume pour rendre un avis sur le même sujet. Et là aussi, on lit entre les lignes tout l’embarras des scientifiques à trancher la question. 

Par exemple, on notera cette phrase éloquente :

S’il paraît très probable qu’une injection de rappel 6 à 12 mois après une primovaccination complète procurera effectivement un effet « boost » sans problème particulier de tolérance, comme c’est le cas pour la plupart des vaccins, l’administration d’une dose de rappel à distance de la primovaccination n’est toutefois pas prévue à ce jour dans les autorisations de mise sur le marché conditionnelles des différents vaccins disponibles. Ainsi, comme c’est le cas dans les différents pays ayant d’ores et déjà annoncé des campagnes de rappel en population générale, cet avis est-il rendu en amont de la validation par l’agence européenne du médicament de la possibilité d’administrer une dose de rappel, afin d’anticiper l’organisation d’une campagne couplée grippe/Covid-19 dont la mise en œuvre (à partir de la fin de l’automne), n’interviendra qu’après l’avis formel de l’EMA.

Traduction : l’administration d’une troisième dose se fait sans autorisation de mise sur le marché. C’est quand même un sacré problème juridique, qui rend la circulaire totalement illégale, et qui viole allègrement le principe de précaution inscrit dans notre bonne vieille constitution. 

L’avis de la Haute Autorité ajoute :

La HAS considère qu’il n’y pas, à ce jour, de donnée en faveur de l’administration systématique d’une dose de rappel au-delà des personnes ciblées dans cet avis. Toutefois, la HAS considère que l’administration d’une dose de rappel deviendra probablement nécessaire au cours des mois qui viennent, sans qu’il soit encore possible à ce stade de se prononcer précisément, ni sur la population cible ni sur le calendrier.

On ne pouvait pas mieux écrire l’incertitude scientifique et médicale totale qui pèse sur les bienfaits de la 3è dose et sur l’efficacité des vaccins, quoiqu’en disent les vaccinolâtres et autres talibans du “progrès scientifique”.

Inquiétantes mises en garde de la Commission Européenne

Le hic majeur de ce dossier tient en effet à la frilosité de l’Agence Européenne du Médicament, qui n’a pas adapté son autorisation de mise sur le marché (AMM) à l’inoculation d’une troisième dose. Comme le notait le quotidien les Echos :

« Les doses de rappel ne figurent pas à l’heure actuelle dans les autorisations de mise sur le marché des vaccins contre le Covid-19 et n’ont pas encore fait l’objet d’une évaluation scientifique par l’EMA faute de données suffisantes », note la Commission européenne dans un communiqué adressé à Reuters. « La responsabilité d’inclure les rappels dans les campagnes vaccinales nationales relève donc des Etats membres », a-t-elle précisé.

On relève que l’EMA considère que les données scientifiques ne sont pas suffisantes pour administrer une 3è dose ! Mais Olivier Véran, grand gourou charlatanesque du COVID, détient la science infuse et n’a guère besoin de données scientifiques pour éclairer ses décisions. 

On s’en gaussera d’autant plus que les députés de LREM ont massivement voté une résolution pour un rôle accru de l’Union Européenne en matière de gestion des crises sanitaires. Fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais…

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

628 Shares:
5 commentaires
  1. J’aime l’apparente innocence avec laquelle le Courrier des Stratèges nous fait une leçon de choses parallèles entre l’Histoire du Nazisme et l’actuelle campagne de vaccination menée tambours battants par les nains en charge provisoire des institutions de la République française, enquête préliminaire à charge avant poursuites devant la CPI. Mais chers amis, « toute ressemblance avec des personnages existants serait purement fortuite… Je vous assure que nos propos n’ont que de très lointains rapports avec le Code Nuremberg apposé en marge de la Charte de Londres… Vous avez vraiment un esprit mal tourné, voire complotiste ! »

  2. Bon ! C’est bel et bien de constater et dénoncer le viol de… TOUT, en fait, mais après, qu’est-ce qu’on fait ? Parce que ça soulage, ça donne l’impression de rester à peu près vivant, je le fais aussi, mais quel est le résultat ? Ça va de mal en pis et on ne voit ce qui pourrait les arrêter.

    Eric, je répète ce que je disais hier dans mon commentaire que tu n’as pas mis en ligne, ce qui est ton droit…, à la suite de ton post “Sommez BFM…”. Tu as peur que ce soit considéré comme un appel à la violence ? Que ça décourage ? Les deux ? Autres ?

    J’aime beaucoup les mots, mais quand ils ne servent manifestement plus à rien, est-ce qu’on ne peut pas commencer à envisager des formes d’action(s) qui ont une chance, même minime, de contrarier le PLAN qui se déroule inexorablement sous nos yeux ? Ceci n’est pas un appel à la violence… Même si on peut légitimement, selon moi, avoir parfois de *mauvaises* idées.

    1. J’ai proposé, lors de nombreux commentaires ici et là, de saisir l’HOMME lors d’un de ses déplacements, de demander à la Garde Républicaine d’en faire autant sous mandat du Sénat, de le mettre sous camisole de force avec menottes… Car la Constitution de 1958 et la DUDH en son préambule son été mis sous cloche. Certains organisations politiques pensent bisounoursement que les élections et le premier tour du 10 avril 2022 vont apurer le problème ! Si les non PASSE SANITAIRE n’ont pas le droit d’aller voter… ce sera compliqué, qui plus est surtout si les résultats sont consolidés par l’agence barcelonaise de SCYTL-DOMINION comme en 2017 et aux USA en octobre 2020.

      On est assis sur un chaudron bouillant. « Dieu es parmi nous » attend la premier dérapage des manifestants pour envoyer ses chemines brunes et noires. La SS est en cours de réactivation. Le ministricule Docteur Folamour-Mengele-Veran a reçu ordre de planifier les centres et les camps.

      Dans les salons parisiens, on s’horrifiait il y a peu du terrorisme l’État de l’État Islamique et du Régime Syrien qu’on a voulu dessouder au profit des démocraties saoudiennes, turques, qatari et iraniennes…

      Plus besoin de faire des milliers de kilomètres pour voir ça ! C’est chez nous maintenant. Et comme toujours « les Peuples ont ce qu’ils méritent. »

  3. Oui… Je me demande si ça ne va pas être mon dernier commentaire, ici et ailleurs : j’en suis arrivé à un point où je me dis que ça n’a d’intérêt que si ça soulage, ne serait-ce qu’un peu et/ou que discuter de ces sujets “lourds” est notre principal centre d’intérêt / hobby, voire le seul. Ou notre métier. Dans ce cas, même si l’on pense que les combats qu’on mène sont, à ce stade, très probablement perdus, on peut au moins essayer “d’apprécier le chemin”.

    Je comprends, c’est une raison suffisante et je n’ai rien contre, évidemment, mais je ne suis pas dans cette situation : j’aime jouer de la musique, pratiquer mes instruments, faire de l’exercice. Là, oui, j’apprécie le chemin, j’y prends vraiment plaisir, malgré les frustrations occasionnelles, les jours “sans”, les périodes de plateau, etc. J’aime les animaux, les enfants qui jouent et se marrent d’un rien, mais pas devant des émissions de et pour décérébrés ou des jeux à la con, qui ont soif d’apprendre, qui se donnent la main en marchant. J’aime me promener dans la nature, apprendre des langues étrangères, caresser et faire le con avec mon chat, etc. (j’ai arrêté femmes et alcool, origines de mes plus grosses conneries).

    J’ai benné ma télé il y a plus de vingt ans, je peux benner tout le reste, je ne serai pas à poil, donc en proie à l’angoisse. J’ai cette chance et je ne dois pas la gâcher. Si je ne peux plus profiter de tout ça un jour, j’aviserai. Je n’en suis pas là.

    Les minorités font la loi (je viens d’inventer la formule !), l’écrasante majorité le leur permettent. Et quand je dis “écrasante”, je pèse mes mots, tout en en faisant un mauvais jeu.

    Bon chemin ! 😉

    PS : je parlais, dans un autre commentaire, qu’Eric n’a pas publié (ou qui est passé en spam, ou autre) du déni de PREUVES, que je trouve particulièrement désepérant. Je viens justement de retomber sur un document titré “Stratégie de l’Action Islamique Culturelle à l’extérieur du Monde islamique” – Stratégie adoptée par la neuvième Conférence islamique au Sommet tenue à Doha, Etat du Qatar, 2000 (disponible sur le site de l’ISESCO / ICESCO). Pour ceux à qui je l’ai transmis, j’en “rajoute”, je “dramatise”… Idem pour les conclusions de l’Université d’Alaska Fairbanks, qui sont que, contrairement à la thèse officielle, la tour 7 du WTC n’a pu s’effondrer que par “la défaillance quasi-simultanée de toutes les colonnes de l’édifice”, en clair une démolition programmée. Idem. Mêmes réactions. Toujours complotiste, toujours envie de paraître plus malin que les autres.
    Sur des sujets médicaux, preuves à l’appui, idem. Mon expérience de l’industrie pharmaceutique dans une autre vie, idem. Et “tout à lavement”, comme disait Bérurier…

    Alors, qu’est-ce que tu veux faire Albert, à part continuer à jouer de la musique sur le Titanic ? (je ne recule jamais devant la facilité !)

  4. Le dilemme de la troisième dose :
    Sachant que le vaccin actuel est peu efficace sur le variant delta, il serait logique de proposer une adaptation du produit en question.
    Les fabricants s’en sont fait forts depuis le début. La procédure d’habilitation a été assouplie par l’EMA le 25 février 2021.
    Cependant introduire sur le marché ce “variant vaccine” serait reconnaître l’inefficacité de l’existant et obligerait à une AMM même si elle est largement facilitée.
    La baisse constatée des anticorps après 6-8 mois, est certainement plus marquée chez les plus de 80 ans, et les immuno-déficients, et le rappel serait de ce fait improductif. L’objectif réel de la vaccination de cette sous-population ne serait qu’un test de toxicité aux frais de la sécu.

    Pour les autres à qui on a promis la liberté et le retour à la normale avec le vaccin, le masque et le pass jusqu’au 15 novembre 2021, ça risque de mal passer.
    Thierry Breton a confirmé que la France et l’Europe disposaient de suffisamment de doses pour 2 rappels en 2022.
    L’UE en a provisionné 10, pour tout le monde en Europe.4,4 milliards de doses.
    Jusqu’à plus ample informé, la composition de la 3ème dose reste inchangée, mais personne n’est là pour le certifier ou vérifier.
    La HAS s’était engagée à faire exécuter ces contrôles de qualité par des laboratoires, mais depuis, silence radio.
    A ces arguments, il convient de constater que considérant les critères sanitaires, tels que décès, réanimations et soins intensifs, hospitalisations et consultations la crise sanitaire est passée et réglée à 80-90% selon tous les critères, sauf un : les tests qui ne représentent la pandémie que de manière très peu efficace.
    Les objectifs de vaccination (avec en plus l’immunité naturelle) sont atteints également à 80-90% pour les populations dites vulnérables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer