Affaire Buzyn : la CJR donne-t-elle de premiers signes de partialité en faveur de Macron ?

Le Monde révélait hier qu'Agnès Buzyn était convoquée ce matin pour une première mise en examen, pour mise en danger de la vie d'autrui, devant la Cour de Justice de la République. Effectivement, le 10 septembre au soir, Madame Buzyn est sortie de cette convocation non pas sous le statut de témoin assisté mais mise en examen. Cette première manifestation claire de la Cour de Justice dix-huit mois après le début de l'épidémie pose le problème vital de l'impartialité de la Cour, qui a reçu 14.700 plaintes liées au COVID et n'a pour l'instant procédé à aucune mise en examen...Madame Buzyn est-elle simplement un bouc émissaire commode qui évitera une mise en cause complète du système?

Agnès Buzyn a bien été mise en examen aujourd’hui, comme l’annoncçait le Monde ! Visiblement, la Cour de Justice de la République s’est intéressée à l’action concrète de la ministre au début de la crise du coronavirus et en a tiré la conviction que ladite ministre s’est rendue coupable d’une mise en danger de la vie d’autrui…

Les questions posées par l’affaire Buzyn

On s’interrogera évidemment ici sur la signification nécessairement politique de cet acte de procédure. Les contempteurs du gouvernement des juges se sont d’ailleurs précipité pour expliquer que le travail des juges n’était pas d’évaluer l’action du gouvernement.

On connaît la musique : alors même que l’état d’urgence a aboli tous les contre-pouvoirs efficaces, il faudrait que notre Constitution soit vidée de son sens en ne convoquant plus la Cour de Justice, seule instance habilitée à juger de la responsabilité des ministres. Au fond, si la justice pouvait ne même plus être une “autorité” (puisque la Constitution gaullienne la qualifie comme telle, et non comme pouvoir à part entière), et se contenter de ne punir que les citoyens ordinaires sans s’attaquer aux puissants, certains en seraient très contents… y compris parmi certaines figures de gauche dont la crise du COVID a dévoilé toutes les vérités profondes. 

Reste que le temps nous dira si Agnès Buzyn est la première d’une longue série que la Cour de Justice de la République a l’intention de juger de façon aussi impartiale que possible, ou si la ministre est la simple bouc-émissaire d’un système qui va chercher à étouffer les affaires. 

Les amours de François Molins avec Macron

Comme souvent en France, toute la difficulté de l’exercice ne tient pas seulement à l’impartialité de la justice, mais aussi à son apparence d’impartialité, une notion beaucoup plus importante chez les Anglo-Saxons que chez nous. 

S’agissant de la Cour de Justice de la République, il faut souligner qu’elle accorde un rôle essentiel au procureur général de la Cour de Cassation, qui est l’équivalent de son “parquetier”. Or ce procureur n’est autre que François Molins, l’ancien procureur général de Paris, bien connu des Français depuis les attentats de 2015. 

Si les Français ont appris à vivre, à une époque, avec les comptes-rendus précis de François Molins, ils savent que le même procureur ne s’est jamais situé très loin d’Emmanuel Macron. Comme la presse l’a révélé à plusieurs reprises, le même procureur a notamment été approché à plusieurs reprises pour devenir ministre, de l’Intérieur ou de la Justice

Cette circonstance ne signifie pas que François Molins soit aux ordres du pouvoir. Cela signifie seulement que les apparences de l’impartialité ne sont guère respectées à la Cour de Justice, comme elles ne le sont ni au Conseil Constitutionnel, ni au Conseil d’Etat

L’immense besoin de justice des Français

Une fois de plus (et sauf à accepter la proposition Macron selon laquelle l’avis des Français ne compte plus et n’a aucune importance), l’impartialité de l’Etat risque donc de s’exposer aux critiques de plus en plus acerbes des opposants à la Macronie, qui s’exaspèrent de voir les contre-pouvoirs disparaître les uns après les autres. Cette situation constitue de notre point de vue un risque politique grandissant, dans la mesure où la soif de justice est immense dans le pays.

Le fait que la Cour de Justice ait reçu plus de 14.000 plaintes sur la gestion de la crise COVID est un bon indicateur de la situation. Le prétoire est, dans l’esprit de beaucoup de Français, le lieu par excellence où le désaccord avec la Macronie doit se régler. 

Nous avons eu l’occasion de la dire : l’inconvénient de cette voie, est qu’elle repose tout entière sur des juges qui ne sont pas neutres. Au fond, les Français délèguent aujourd’hui à des magistrats dont la promotion dépend du pouvoir la fonction de réguler les abus de ce même pouvoir. Voilà qui ne peut qu’être déceptif. 

Une meilleure solution consiste, selon nous, à mener la bataille politique dans le champ politique, et non judiciaire. Mais il est vrai que la déraison macronienne obligera assez rapidement à recourir à des méthodes de rupture, comme la désobéissance civile, pour établir un rapport de force significatif. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

219 Shares:
20 commentaires
  1. Cette mise en examen intervient le lendemain du procès de la jeune femme à la pancarte, dont l’oracle fut interprété sous l’angle de l’antisémitisme. Ne croyant pas au hasard, je pense que l’initiative de Molins vise à préparer le terrain pour l’après-Macron, le terme de son mandat arrivant ( très?) bientôt à échéance.

    Cette mise en examen est annoncée le jour des funérailles de Belmondo. Macron fait un discours. Comme à bout de souffle, il se permet alors l’audace suffisante pour adresser de manière subliminale à qui de droit un : ” allez vous faire foutre”. Courageux!

  2. Eric, ne vous méprenez pas non plus sur la stratégie politique individuelle dans la décision du Procureur François Molins, qui commence d’ores et déjà, ça pue plus qu’un peu le pétainisme et la CPI, spa ! à gérer la période post macronienne pour son petit cul… Faudrait pas se retrouver convoqué à La Haye, cela ferait désordre… Ce que n’a pas eu l’intelligence de faire Éliane Houlette sous la période précédente, rattrapée pour ses décisions… fâcheuses et son interventionnisme débridé, sur ordres, en pleine période électorale aux dépens de candidats favoris… Jurisprudence, juristes prudents !

    Les juges lâchent toujours un pouvoir qui déchoit.
    Les rats commencent à quitter le navire, qu’on se le dise, comme d’hab !
    Parce que les bookmakers sont unanimes sur la crémation imminente du régime.

      1. Se prendre pour une banane

        Se dit de quelqu’un qui pensait réussir facilement une épreuve, un examen, une tâche, mais qui échoue lamentablement.

        Se faire bananer

        Se faire bananer, c’est se faire avoir. Cette expression tient probablement ses origines dans le fameux gag de la peau de banane.

        1. Merci pour votre rappel instructif, il est d’ailleurs étonnant que le CNRTL ne fasse pas référence à ma métaphore qui prenait plutôt sa source dans les régimes politiques d’Amérique Centrale… fort réputés pour leurs plantations…

          1. Le CNRTL n’est pas du fait de son conservatisme, infaillible. Voyez le triste sort réservé à cette Académie Française qui n’a su paré les vilains coups de ces militant.(e).s de l’écritur(e) inclusi.(f).v(e)…

    1. Enquête de pharmacovigilance du vaccin Pfizer – BioNTech Comirnaty
      Rapport n° 17 : période du 28 mai 2021 au 1 juillet 2021 (CRPV de Bordeaux, CRPV de Marseille, CRPV de Toulouse, CRPV de Strasbourg) : https://ansm.sante.fr/uploads/2021/07/16/20210716-vaccins-covid-19-rapport-pfizer-periode-28-05-2021-01-07-2021-2.pdf

      Enquête de pharmacovigilance du vaccin COVID‐19 VACCINE MODERNA – AMM européenne conditionnelle délivrée le 06 janvier 2021 – Rapport n°14 : période du 28 mai 2021 au 01 juillet
      2021 (CRPV de Lille, CRPV de Besançon ) : https://ansm.sante.fr/uploads/2021/07/16/20210716-vaccins-covid-19-rapport-moderna-periode-28-05-2021-01-07-2021.pdf

      Enquête de pharmacovigilance du vaccin VAXZEVRIA® – Rapport n°14 : période du 04 juin 2021 au 08 juillet 2021 (CRPV d’Amiens ‐ CRPV de Rouen, CSP 22/07/2021) : https://ansm.sante.fr/uploads/2021/07/23/20210723-covid-19-rapport-14-vaxzevira-astrazeneca-2.pdf

      Enquête de pharmacovigilance du vaccin COVID‐19 JANSSEN® – Rapport n°3 : période du 4 juin 2021 au 08 juillet 2021 (CRPV de Grenoble et CRPV de Lyon) : https://ansm.sante.fr/uploads/2021/07/23/20210723-covid-19-rapport-janssen-2.pdf

  3. Molins sait pertinemment qu’il n’est pas question de maqueron dans l’affaire Buzyn Levy. Les ramifications vont bien au delà du chien-chien à sa mémère dans la chaîne internationale d’intérêts politico mafieux. De Davos à fauci à bilou microsoft en passant par Xi Jinping et les ex PM de chirac et grhollande: raffarien & cazevide. Ce sera double zéro couac 0️⃣0️⃣ ou permis de tuer 🔫. L’affaire est pliée dans le sac au fond de la Seine avant d’avoir débuté. Même pas de lampiste en vue, trop dangereux. Justisse socialo spectacle avec larmes de croco à profusion. On dédommagera largement avec un peu d’argent de la cagnotte des urgences.

    1. On a dit cela au sujet d’Adolf et de Joseph, au son de « Laissez couler, c’est mort pour 1000 ans ! »
      On a vu.

      « Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien. »
      faussement attribuée à Edmund Burke (1729-1797), homme politique et philosophe irlandais, député à la Chambre des Communes britannique, membre du parti whig

      « Quand ils sont venus chercher les communistes,
      Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste
      Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
      Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste
      Quand ils sont venus chercher les juifs,
      Je n’ai rien dit, je n’étais pas juif
      Quand ils sont venus chercher les catholiques,
      Je n’ai rien dit, j’étais protestant…
      … Puis ils sont venus me chercher,
      Et il ne restait plus personne pour dire quelque chose »
      Pasteur Martin Niemöller (1892-1984)

      « À l’encontre de bien des prévisions, de toutes les espérances, le progrès des arts et des métiers, des Sciences et des techniques n’a pas apporté à l’humanité un progrès intellectuel et moral parallèle, mais lui vaut une régression sensible. Les Lumières, comme on disait au XVIIIe siècle, sont aujourd’hui, en raison inverse des conquêtes de l’électricité. Tout ce qui devait éclairer la conscience de l’homme est employé à mieux tromper, à répandre les préjugés… Et le nombre décroît chaque jour des individus capables de penser par eux-mêmes… »
      en 1937
      Boris Souvarine (1895-1984), militant politique, journaliste, historien et essayiste russe naturalisé français

      1. Il n’y a pas de justice immanente et surtout pas la justisse socialo vaudeville. Plein de gens se tirent d’affaire qui ont commis les pires atrocités. La dissimulation est la chose du monde la mieux partagée et pas seulement des Anglais, experts reconnus dont parle John Le Carré:

        “The privately educated Englishman is the greatest dissembler on earth … Nobody will charm you so glibly, disguise his feelings from you better, cover his tracks more skilfully or find it harder to confess to you that he’s been a damn fool. Nobody acts braver when he’s frightened stiff, or happier when he’s miserable; nobody can flatter you better when he hates you than your extrovert Englishman or woman. An Englishman can be having a Force 12 nervous breakdown standing next to you in the bus queue and even if you are his best friend, you will know nothing about it!”

        D’où ma référence à James Bond.

        1. “Il n’y a pas de justice immanente”

          Si, celle de la santé ! Le crime ne paie pas en terme psychologique et psychosomatique, il génère des ondes négatives qui ruinent la santé à petit feu. Certes si l’on reste longtemps dans les couloirs du pouvoir, on est mangé par l’univers du mensonge et sa perversité. Alos on ppeut croire que c’est l’unique réalité. Je plains ceux-là, j’en ai rencontré tant… Vous ne trouverez pas ces ondes négatives chez les bien portants positifs et honnêtes, chez les créatifs heureux d’être et de faire. Les artisans et artistes créateurs, par exemple, sont des modèles de beauté intérieure, car ils travaillent la matière originelle, la modèlent vers le beau. La névrose du pouvoir rend cynique et sec. Le plaisir vient en ces lieux de la jouissance à écraser et dominer autrui.

          Écrire, peindre, composer et produire de la beauté, rien de mieux pour “être” en symbiose avec l’univers et l’environnement.

          « La vie est source de joie, mais partout où la canaille vient boire, toutes les fontaines sont empoisonnées. »
          Friedrich Nietzsche in Ainsi parlait Zarathoustra, De la Canaille

  4. Franchement, qu’attendre de la CJR? Voir le CSA qui va décompter le temps de parole de Zemmour sur Cnews du temps imparti des candidats d’opposition alors qu’il n’est pas encore candidat… On parie que Buzyn ne va au mieux qu’être témoin assisté?

  5. La mise en examen n’est pas une surprise pour qui connait le fonctionnement de notre justice. Elle donne une impression d’impartialité à ce stade mais Mme Buzin n’a rien à craindre du verdict qui ne sera pas non plus une surprise. N’oublions pas que le parjure Cahuzac dont le compte en Suisse était alimenté par Pfizer a été condamné mais n’a pas fait un jour de prison…on donne toujours au peuple français une impression de justice. Ce que certains appelleraient le minimum syndical.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer