Covid-19 : PeaceHealth lance le traitement par anticorps monoclonal

Le Covid 19 reste au cœur des préoccupations du monde actuel. Outre le vaccin considéré par nos instances comme LA solution miracle. Les contradictions se multiplient, les spécialistes sont divisés sur le sujet. Avec l’apparition des nouveaux variants, le virus continue de sévir. Même Israël, pays le plus vacciné au monde, a dû revoir sa copie en évoquant l’administration d’une 4ème dose. Pour se protéger du Covid, il existe pourtant nombreux traitements dont personne ne parle, et qui se révèlent très prometteurs. Parmi ceux-là, on a désormais le traitement par anticorps monoclonal.

Un traitement prometteur

Les études scientifiques visant à contrer la pandémie se démultiplient dans l’espoir de retrouver un jour les bonheurs d’un monde sans Covid-19. C’est justement dans cette même optique optimiste que le groupe médical PeaceHealth propose son programme de traitement qui s’adresse particulièrement aux individus les plus vulnérables.

En effet, lundi dernier, le groupe a avisé qu’il avait commencé à prodiguer un traitement par anticorps monoclonal aux patients les plus exposés à de graves complications liées au Covid-19.

Basé à Vancouver, le principal fournisseur desdits soins a d’ailleurs souligné que le  PeaceHealth Memorial Urgent Care, situé au 3400 Main St. (Vancouver)  sera le premier centre de santé à pouvoir  exploiter le traitement. Toutefois, avant d’entamer toutes les procédures, il importe que le patient soit sous les ailes d’un prestataire de soin pour pouvoir bénéficier du traitement.

Réduction des formes graves

Les non-initiés se demandent surement ce que l’on entend par anticorps monoclonal. Sous cette terminaison qui peut, a priori, sembler barbare, on découvre une formule toute simple. En effet, quand on parle des anticorps monoclonaux, on fait référence aux molécules immunitaires qui ont été élaborées au sein d’un laboratoire. Ces derniers auront pour mission de reproduire fidèlement les réponses immunitaires de l’organisme en situation de danger, qui ici est une infection. En d’autres termes, le lot de soins s’apparente à de l’immunothérapie, principe de traitement qui a du succès auprès des cancéreux et de ceux qui présentent des manifestations plus ou moins modérées du Covid-19, mais qui courent pourtant des risques importants.

Confiant,  le médecin-chef du PeaceHeatlh, Dr Shaun Harper, a précisé qu’  “Il a été prouvé que le traitement par anticorps monoclonal réduisait les hospitalisations chez environ 70 % des patients à haut risque et positifs au COVID». Si on devait le prendre au mot, on peut donc s’attendre à ce que le traitement réduise l’apparition de graves symptômes tout en diminuant la charge virale. Prudence toutefois, car selon Shaun Harper, le traitement ne peut, en aucun cas, être associé à un remède miraculeux qui aurait pour effet de prodiguer de l’immunité prolongée face au SRAS-CoV-2.

Quel profil pour le traitement ?

Disposant d’une autorisation d’utilisation d’urgence octroyée par le Federal Drug Administration depuis novembre 2020, le traitement est administré à certains groupes de patients (non hospitalisés) sous forme de perfusion intraveineuse durant 20 minutes. Passé ce délai, le patient entre en observation pour une heure de temps.

Les soins ciblent tout individu âgé de plus de 12 ans, répondant aux critères qui suivent : personne âgée de 65 ans ou plus, personne atteinte de maladies cardiovasculaire (cardiopathie congénitale, hypertension …), rénale chronique et pulmonaire chroniques (BPCO, asthme, mucoviscidose, maladie pulmonaire interstitielle… ), personne disposant d’une IMC supérieure  à 25, personne diabétique, femme enceinte, personne atteinte de drépanocytose, personne ayant reçu un traitement immunosuppresseur ou atteinte de maladies immunosuppressives, personne présentant des troubles de développement neurologique.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

79 Shares:
2 commentaires
  1. Houlà ! Houlà ! s’il arrive à « traiter », il risque gros.
    Voyons, voyons, il n’est pas question de soigner mais de vacciner. Qu’on se le dise !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer