[PAYANT] Grand collapse : après la Chine, l’Inde entre dans l’ère des pénuries

Après la Chine, c'est le tour de l'Inde de menacer l'économie mondiale avec une pénurie de charbon qui retarde fortement la production industrielle. Des usines doivent ralentir leur activité pour éviter les coupures auprès des particuliers. Progressivement, les grandes économies mondiales subissent le contrecoup d'une terrible conjonction entre introduction de normes environnementales contraignantes, augmentation de la consommation et aléa climatiques qui compliquent la production et l'acheminement de la matière. Attention : des ruptures majeures sur les marchés occidentaux sont à prévoir.

Sur le front des crises et des pénuries, l’Inde est en train de suivre dangereusement le chemin emprunté par la Chine, que nous rappelons régulièrement. Désormais, les indicateurs d’une crise majeure de production se multiplient, et laissent craindre la perspective d’un Grand Collapse dans le monde occidental. Voici quelques rappels pour bien s’y préparer. 

En Chine, discrètement, la crise empire

On n’en parle pratiquement pas dans la presse française (mieux vaut faire l’autruche en criant au complotisme, c’est bien connu !), mais la situation en Chine n’est pas très favorable. Nous avons déjà largement évoqué la crise immobilière qui couve avec la faillite attendue du numéro 2 du secteur, Evergrande. Le numéro un du secteur, Fantasia, est lui-même en situation délicate. Tout porte à croire que l’explosion de la bulle immobilière chinoise constituera une étape essentielle du monde contemporain. 

D’une part, elle entérinera l’arrivée de la Chine sur un “plateau” de croissance qui mettra fin aux années folles de prospérité ou d’enrichissement. D’autre part, le moment arrive où le gouvernement chinois ne pourra plus justifier l’oppression et la mise en coupe réglée de son peuple par un enrichissement illimité. Petit à petit, Xi Jinping va devoir expliquer aux Chinois qu’une page se tourne, et il n’est pas sûr que tous les Chinois l’acceptent sans demander un assouplissement du régime. 

Nous avons déjà dit et écrit qu’une issue possible pour le gouvernement chinois consistera à déclarer la guerre à Taïwan, mais ce sera un expédient, car il faudra tôt ou tard affronter une population demandeuse d’autre chose que d’un métro-boulot-dodo sans vraie espérance spirituelle. 

Pour l’heure, Evergrande devrait confirmer sa mise en faillite ce mois-ci, laissant plusieurs millions de logements payés mais non livrés, ce qui devrait fortement mécontenter les épargnants spoliés. Surtout, l’effet de blast de cette crise est difficile à mesurer aujourd’hui. On s’en méfiera d’autant plus que Christine Lagarde a affirmé que le risque était limité…

Parallèlement, la pénurie de charbon ne semble pas prête de s’arrêter et on peut craindre des effets assez peu fluides socialement sur l’ensemble de la croissance chinoise. 

Au tour de l’Inde désormais

Les difficultés économiques inquiétantes ne se limitent pas à la Chine. L’Inde est, à son tour, concernée par la pénurie de charbon. Celle-ci a deux origines circonstancielles : la première tient à la reprise massive de la consommation, la seconde aux intempéries qui freinent la production et le transport de la matière première. 

Ainsi, par rapport à 2019, la consommation de charbon en Inde pour le mois de septembre a augmenté de 18% en 2021. Cette hausse correspond aussi à l’embourgeoisement progressif de la population indienne, qui accède à des biens de consommation comme les ventilateurs, consommateurs d’électricité. On comprend ici que le développement économique indien rentre d’ores et déjà en conflit avec les aspirations écologiques occidentales. 

Dans le même temps, une saison des pluies extrêmement longue a compliqué l’exploitation des mines locales et le transport du charbon extrait vers les lieux de consommation. Ces éléments expliquent que beaucoup de centrales ne disposent plus que de quelques jours de réserve. 

Pour l’économie mondiale, il s’agit d’une mauvaise nouvelle car cette pression sur les matières premières a un coût important. En l’espèce, l’Inde est obligée d’importer du charbon australien, comme la Chine, pour combler ses besoins. Cette forte demande entraîne fortement une hausse fulgurante des prix qui a un impact sur l’inflation. 

Pour l’instant, les autorités monétaires et financières assurent que l’inflation n’est qu’un risque très limité. Tout indique qu’elle résulte d’une crise de la production, et qu’elle devrait être durable. 

Le moment vient de se débarrasser de ses liquidités ! Elles ne vaudront bientôt plus rien. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

38 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer